Partagez | 
 

 Mello + Kitamura Shigeki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Mello + Kitamura Shigeki   Lun 21 Mar 2011, 19:50


Kitamura Shigeki's on You
feat. Satoshi (girügamesh)



Identity ▬


Nom : Kitamura
Prénom : Shigeki
Âge : 34 ans
Sexe : Masculin
Orientation sexuelle : Bisexuel
Surnom(s) : /
Pseudo(s) : Mello
Emploi/Activité : Avocat
Groupe : Hearts
Rang : Dame de cœur




Health ▬

Poids : 55kg
Taille : 1m72
Groupe sanguin : A
Particularité(s) : Est toujours en train de faire quelque chose, se dit souvent occupé.
Sôseiji : Un Spade, à venir.



Informations ▬


Caractère : La chose à laquelle Shigeki a toujours essayé de fuir, et il la fuit encore, c’est l’ennui. Ca l’insupporte à un point inimaginable. Ca l’effraye d’un point de vue. Etre assis là, sans rien faire, sur sa chaise, les bras branlants, ce n’est pas pour lui. Pour combler chaque petit moment d’ennui, il joue avec son stylo, sifflote, ou encore il boit. Cette dernière initiative est la chose la plus probable quand on le croise tardivement ou à certains moments de la journée dans son cabinet. Il est conscient que de se bercer dans l’alcool est mauvais, alors il essaye un maximum de diminuer ses consommations, mais en vain. On ne peut pas encore le qualifier d’alcoolique, mais ça ne serait tarder d’ici quelques mois ou quelques années s’il continue à prendre cette habitude. Bref, vous ne le verrez jamais ne rien faire, s’ennuyer, à force de temps il a sut trouver n’importe quel loisir à se mettre sous la main. Mais le meilleur qu’il s’est trouvé, c’est la manipulation. Dans tout les degrés. C’est vraiment LE passe-temps le plus attrayant, le plus trippant, le plus génial des passe-temps géniaux, le must du must en somme. Mais sa place de Dame lui permis de trouver une autre satisfaction (sans pour autant mettre à fin à son passe-temps fétiche) : le châtiment des coupables. Les punir de n’importe quelle façon est devenue assez distrayant. Il ne dit jamais non lorsqu’on l’appelle pour cette tâche en tout cas. Les savoir entre ses mains et avoir cette emprise sur eux est jouissif, aussi il fait tout pour faire couler l’accusé à son tribunal. Il a des connaissances juridiques et certaines bonnes connaissances par son métier, et ça lui est bien utile. Plus il en a, mieux il se sent. Et savoir que son « cher Roi » lui en pique, ça lui hérisse très haut le poil. Puis le châtiment en lui-même est vraiment plaisant, exécuter une action sur l’escient ou le corps du coupable à plusieurs reprises est génial comme jeu. Oui, sa fonction lui sied à merveille, du point de vue de sa lutte perpétuelle contre l’ennui. Mais c’est tout.

Avant tout, il juge, il fait la part des choses, tranche et tente de faire couler l‘accusé. Dans son métier d’avocat, il plaide la défense de l‘accusé. Contradictoire. Ce métier, il l’aime de moins en moins, et il espère un jour ou l’autre de s’en débarrasser. A la base, il ne l’aimait pas trop parce que c’était quelque chose choisit par ses parents et qu’il n’a pas de très bons rapports avec sa famille, mais aujourd’hui il ne apporte plus rien d’intéressant à côté de son rôle de Dame qui est bien plus ludique. Il a déjà arrêté de travailler dans une entreprise, et bosse pour son propre compte, où il refuse certains contrats en donnant aucun prétexte et en les orientant vers des confrères, quitte à les payer. Il sait qu’il est loin de sa famille, mais ce métier il lui rapporte pas mal quand même, puis il a une certaine retenue dont il ne saurait expliquer, par conséquent démissionner lui est très difficile. Il économise en attendant, de se faire une petite fortune en attendant le jour de sa démission, ce qui ne serait tarder. En parallèle, il mène un autre projet qui est contre son Roi, Jûzô alias Judas. Là, il a moins de faciliter, mais il a déjà des idées (encore infaisables pour certaines, mais des idées quand même). Il ne recule devant rien, il se sent fort malgré sa deuxième place, et pense toujours arriver à ses fins car il a effectué un sans-faute pour l’instant. Le jour où un échec se produira, il aura extrêmement du mal à s’en remettre. Car pour lui, tout est calculé pour que ça marche, autant dans son travail que dans ses jeux ; il faut que ça rapporte ses fruits, il faut qu’il gagne, il faut qu’il ne s’ennuie pas.

A l’approcher, il n’est pas du genre grognon. Il peut sourire, mais pour la plupart des cas c’est assez mauvais. Quand il sourit c’est pour une pensée qui lui fait du bien, donc pour le jeu, et quand c’est pour une personne c’est forcément mauvais pour elle. De cette personne, il cherchera à la revoir de plus en plus souvent, de la connaître un peu plus, et de récolter les secrets les plus croustillants. Pour mieux s’en servir plus tard contre elle, de la piéger et de la mettre sous son emprise où il pourra lui extorquer tout ce dont il a besoin. Sexe, argent, etc. il a. Mais avec ses nouvelles préoccupations, il a plus tendance à s’arrêter à la case piège, le reste lui étant donné par les accusés de ses tribunaux maintenant. Sinon, la plupart du temps il ne fait qu’écouter ses interlocuteurs d’un faux-air hautain. Il aime bien parler, il reste posé et a souvent des arguments intéressants, et il a même de l’humour (assez noir à vrai dire, mais il sait trouver son public pour ça). Il n’a pas vraiment d’« amis », et ne cherche pas à en voir. En vérité, Shigeki a une mauvaise vision du monde. Il voit la société morne en elle-même, figée dans le travail et les mœurs, et l’Homme qui est bouffé par tout ce qui est du registre « péché » et qui mime de ne pas l’être. On ne peut s’y soustraire, alors à quoi bon? Pitoyable aux yeux de Shigeki, pitoyable est l’Homme. Et le pire dans tout ça, c’est l’ennui qui en est crée…chose que ne supporte pas Shigeki et il s’efforce à le fuir, contrant le mal par le mal. Il n’y a que ça qui est bon, si l’Homme n’est fait que de mal, autant s’y complaire. Soit, il préfère s’épanouir dans de brèves relations tumultueuses où il en sort gagnant que de tisser de vraies relations qui s’étalent sur x années qui ne riment à rien. Par conséquent, il est un peu évasif dans ses conversations, excepté lorsqu’il est avec sa prochaine victime où il est même plus chaleureux. De ce fait, on ne sait pas très bien comment on va être reçu avec lui, car les uns le décrivent fort sympathique et les autres assez froid.

A part ça, en lui-même, il est assez fier de ce qu’il est, d’avoir bâtit son propre terrain avec son métier avant le Joker, de ce que ce dernier lui a apporté, et enfin de ses projets. Il est minutieux dans son travail, travail auquel il compte se débarrasser pour faire plus de place au plaisir de ses positions. Il se met très peu en colère, ça ne dépasse jamais l’énervement habituellement. Il faut vraiment user de ses nerfs pour le faire partir dans une colère qui peut prendre d’énormes proportions. Akito arrive frôler de près la grosse colère chez lui, des fois. Sauf qu’Shigeki reste lucide, et que s’il le blesse il ne pourrait plus avoir de renseignements, alors il fait gaffe malgré tout.

Aime : S’amuser de n’importe quelle manière (sans non plus tomber dans la gaminerie), les jolies filles, les beaux hommes, sa notoriété, son statut, les chocolats fourrés, les nouvelles à la radio ou dans le journal, se préparer à manger, le calme mais pas longtemps, le confort.
Déteste : L’ennui, les adolescents, le bruit à trop forte échelle, qu’on vienne l’embêter dans ce qu’il fait, les plats sucré-salé, les idiots heureux, la saleté, le désordre, qu’on touche à ce qui lui appartient.
Style vestimentaire : Shigeki s’habille habituellement avec classe. Il revêt le plus souvent le pantalon avec gilet noir, chemise ou T-shirt en-dessous, et de multiples bijoux aux poignets et au cou. Toujours, il soigne son apparence. Mais en-dehors de son métier et de son rôle de Dame, quand il est chez lui, il s’habille très simplement, pantalon ample de survêt’ ou militaire, et gros pull bien large à capuche. Niveau chaussures, il possède une paire de basket mais ne la met pas souvent, porte plutôt des chaussures en cuir, parfois à pointes, assez classes.
Casier judiciaire : Aucun.




History ▬




+ « Le monde coulera, hein papa? … cool, je veux le faire! » +

0 : 12. Il est né.
Ça aurait pu être l’enfant d’un autre, mais son nom fit toute la différence rien qu’à sa naissance où les sages-femmes s’empressaient bien vite pour lui et elle. Shigeki on l’appela, comme son illustre grand-père. Ah, tout le monde en était fier, de ce jeune couple qui a dans la vingtaine et qui se sont mariés l‘année dernière. Et à partir de là, Kitamura Mariko prit des moyens de contraceptions. Plus aucun ne serait prévu, plus jamais. Tout avait été bien calculé, leur mariage, puis la grossesse, puis on reprend un train normal avec l’accomplissement d’un devoir familiale. Restait celui du devoir économique, mais ça, ça ira dans la continuité des choses. Ils étaient encore étudiants. Lorsque Shigeki eut 4 ans, sa mère fut avocate, et son père était poursuivit des études de juge d’instruction. Et ils comptaient bien orienter leur petit garçon sur la même branche, comme ça a toujours été dans leur famille, parce que c’est ce qui est le mieux.






« Place le cube à droite, le rond à gauche et le triangle au milieu…et choisit toujours le cube, jamais le rond »


6 ans.
C’est la première fois que j’écris dans ce cahier pour autre chose que les cours. Bonjour? Je m’appelle Shigeki. Ma maman est avocate et mon papa vient d’être juge. Ils travaillent beaucoup, ils vont très tôt au travail et rentrent très tard à la maison, je ne les vois qu’au souper. Mais j’ai Hana et Shino. Hana c’est ma gouvernante, mais elle n’est pas toujours très gentille avec moi. Mais Shino est bien mieux, et c’est mon chien en peluche. Hana m’a dit que ce sont papa et moi maman qui me l’on offert, il y a très longtemps, si longtemps que je m’en souviens plus. Mais ça me fait plaisir quand même qu’ils me l’ont offert.
C’est Hana qui planifie mes journées, et elle me les a fait apprendre par cœur. A 6h55 c’est mon levé, à 7h05 le petit-déjeuner, à 7h15 elle me prépare, et à 7h30 elle m’emmène à l’école. Elle me récupère à 16h35, on rentre il est 16h 45. Je goûte jusqu’à 16h55, puis elle me fait faire mes devoirs jusqu’à 17h 40. Elle ne me fait pas que faire les exercices demandés par sensei, elle me fait faire aussi des exercices qu’elle trouve dans son livre de révision qui est de mon année scolaire. Mes camarades aussi ont ça par leurs gouvernantes. Puis elle passe à mon cours de piano, qui dure jusqu’à 18h45, puis à mon de violon qui jusqu’à 19h30. Oui, je connais l’heure, je sais qu’une heure contient 60 minutes et qu’une minute compte 60 secondes. C’est Hana qui m’a appris à lire l’heure. Pour l’instant j’ai du mal à savoir que ce que c’est « soixante », mais je le saurai plus tard m’a dit Hana.

Je sais que la plupart des mes camarades garçons font du foot en-dehors de l’école. J’ai demandé une fois à Hana si je pouvais en faire, elle m’a répondu que non, que j’étais encore trop jeune pour ça. Mes camarades foot-balleurs disent en faire le week-end. En y réfléchissant, ça doit les occuper pendant tout ce temps. Moi, le week-end, je reste chez moi, dans ma chambre. J’ai le droit d’aller en bas, mais il n’y a jamais rien d’intéressant à faire. Maman tape sur sa machine où il y a une pomme croquée dessus, et papa est enfermé dans leur chambre à travailler aussi. Une fois, j’ai essayé de faire un câlin à maman, mais elle a râlé et m’a dit qu’elle avait du travail, elle voulait travailler. Je l’ai laissé, et maintenant je la boude le week-end. Hana ne travaille pas le week-end, elle n’est pas là mais elle me laisse toujours une série d’exercice à faire.


J’aime pas trop faire des exercices, surtout des mathématiques. Mais elle me donne surtout des exercices de mathématiques, et peu sur le japonais.


Tout est prévu à l’avance chez moi. Quand des amis à papa et maman viennent, Hana prépare le repas plus d’une semaine à l’avance, voire deux. Quand un autre enfant vient à la maison, on doit rester dans le salon, on n’a pas le droit d’aller ailleurs où nos parents ne peuvent pas nous voir. Hana nous surveille en plus.

J’aime bien avoir de la compagnie, mais Hana n’est pas une très bonne compagnie, surtout quand elle m’apprend la musique. Elle n’hésite pas à taper très fort sur mes doigts avec sa grande règle en fer. J’en ai des fois des marques. Je suis allé le dire à papa, mais il m’a ignoré un instant avant de me dire que c’est le métier qui rentre. Bah moi, je veux pas faire musicien plus tard alors.


Un jour.
Ce dimanche, je l‘occupe par des exercices donnés par Hana, mais il y en a un qui m‘embête trop. J’arrête et je le mets de côté. J’aime pas les mathématiques. Je suis resté là, à regarder le mur en face de moi…et il n’était pas très causant. C’est horrible de ne rien faire…mais je n’ai pas non plus envie de continuer mes mathématiques. Que faire? Ah, que c’est horrible…c’est comme si quelque chose me pesait sur les épaules et me tirait vers le sol. J’avais presque envie de me frapper la tête contre le mur. Et je suis resté comme ça un long moment, un très long moment. Jusqu’à qu’Hana revienne, c’est-à-dire vers 18h30, et j’ai commencé mes devoirs à 13h00. Elle s’est fâchée que je n’ai pas finis mes exercices. J’ai baissé la tête en lui disant comme excuse que je n’avais pas compris l’énoncé. Elle s’est encore plus fâchée en me répondant que j’aurai dû passer cet exercice et enchaîner l’autre. Je…n’y avais pas pensé. Mais je n’aime pas les mathématiques.

Un autre jour.
C’est pareil que le week-end dernier, j’arrive pas avec ces maudits exercices de mathématiques. Pourquoi Hana me donne toujours les plus difficiles? Et toujours ce truc, cette force qui m’oppresse à ce moment-là…et j’attends que ça passe.

Encore un autre jour.

C’est la même chose tout les week-end. Je m’ennuie. Je me décourage plus face aux exercices de mathématiques, au contraire je les termine, et très vite. C’est Hana au bout de plusieurs reprises qui m’a ordonné de vraiment les faire, et elle m’a donné pleins de fessées. Alors je les fais, mais ça m’ennuie encore, du coup je me dépêche de les terminer pour être tranquille. Mais après, plus rien. A partir de 15h, j’ai tout finis. En me tournant, je regarde ma chambre. Je sais que j’ai beaucoup de jouets, mais je ne sais pas où Hana les range. Il n’y en a aucun dans mes placards, mon armoire, et sur/sous mon lit. Elle m’a dit les avoir caché pour ne pas que ça me perturbe dans mes études. Je touche à mes jouets que pendant les fêtes quand j’en reçois d’autres, comme Noël. Jusque là, ça ne m’avait pas dérangé, mais là…je ne sais pas pourquoi, mais j’ai envie de m’amuser avec. Mes murs sont peints en bleu, c’est joli, et il y a ni tableau, ni cadre, rien de choses comme ça. Mes cousins en ont. Je ne sais pas pourquoi moi j’en ai pas. Moi c’est dépouillé on m’a dit, que c’est simple et chaleureux…moi non, je trouve pas. Je trouve ça…vide, et assez froid.


J’ai quelques amis à l’école. Mais ils ne sont jamais venus chez moi, et moi je ne suis jamais venu chez eux. Je sais qu’entre eux ils s’invitent. J’aimerais bien faire pareil qu’eux…mais papa et maman ne veulent pas. J’ai pleuré en attendant maman, énervée, contre la mère d’un ami au téléphone qui proposait de me prendre un après-midi. Maman ne devrait pas être aussi inquiète, je pense que chez mes amis ça se passera bien.


18 avril 1996.
Papa et maman sont revenus de leur travail beaucoup plus tôt que d’habitude. Quand Hana s’est garée dans l’immense cour de la maison revenant de me chercher à l’école, j’ai vu leurs voitures. Je sors de la voiture en courant à toute jambe vers la porte de la maison. J’entre, et je cours dans les jambes de maman. C’est bien qu’ils soient rentrés plus tôt, je leur ai fais pleins de dessins! Je me détache de maman avant qu’elle me repousse, et pose mon sac à dos par terre pour chercher à l’intérieur mon plus beau dessin pour elle. Je le trouve, et le lui tends, tout fier de moi. Elle le prend. J’y ai dessiné un lys vert avec écrit « MAMAN » dans le cœur de la fleur, en rose. Je m’y étais beaucoup appliqué. Elle le regarde dans un air neutre, et me fait un petit sourire forcé et le pose sur la table avant de se remettre à travailler sur la machine avec la pomme. J’en baisse la tête. Ça n’a pas dû lui plaire…la prochaine fois, je la ferais aussi rose, la fleur. En passant devant la cuisine, je regarde la date.


[................en cours]



See You Soon ▬


Comment avez-vous connu le forum ? J'étais sur l'ancien forum avant, et j'ai voulus continuer l'aventure.
Présence : 5/7
Autre chose ? J'aime toujours ce principe de lier les gens par deux, et je trouve le nouveau Sôseiji no Noroi plus profond, plus dark, et bien sûr plus travaillé.
Code du règlement :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
 

Mello + Kitamura Shigeki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AfterAfter ▬ 後 :: 
Archives
 :: Présentations
-