Partagez | 
 

 Wanna play the game here ? [Mikazuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Lun 26 Nov 2012, 20:05

Le samedi. Ce bon vieux samedi, en début de soirée. Il n’était que dix-huit heures, moment où le service commençait à peine à devenir vraiment intéressant. Omi venait tout juste d’arriver, ayant fini de donner ses cours de guitare il y avait à peine une heure avant. Elle était juste passée chez elle, son nouvel appartement, et même premier en fait, pour se prendre une douche rapide et changer de vêtements. Elle se prit un simple jean, avec un tee-shirt blanc, et une chemise aux manches trois quarts, totalement noire. C’était quelque chose de simple, qui suffirait parfaitement à la soirée du samedi. Cigarette aux lèvres, elle arriva sur son lieu de travail, guitare dans son étui, et étui dans le dos. Une fois arrivée, elle laissa sa guitare dans les vestiaires, à l’endroit habituel, avant d’aller prendre sa place derrière le bar.

Elle commençait son service à dix-huit heures pile le samedi, et elle était toujours un peu en avance, pour être prête et parce que c’était mieux d’arriver environ cinq minutes avant, au cas où il y avait un problème. Elle en avait profité pour saluer son ami le videur, un grand gaillard du nom de Naru. Il avait l’air viril et mature, mais il avait aussi l’esprit d’un vrai gamin déluré. Il y avait aussi quelques serveuses, avec qui la jeune louve à la crinière d’argent était plus ou moins proche. Le bar était d’un style assez rock, bien stylé. Il était fait de rouge et de noir, sans doute pour rappeler les couleurs des cartes, ou simplement parce que ces couleurs allaient parfaitement avec le mot « rock ». Qui sait… En tout cas, le style de décor, ainsi que la musique d’ambiance, rappelaient le rock. C’était l’une des raisons pour lesquelles Omi était venue travailler ici, et était restée. Elle était devenue barmaid après avoir signé le contrat pour faire des performances à la guitare, avec des artistes qui venaient faire quelques parties, chansons plus ou moins connues, sur la scène du bar. Ou alors, juste quelques artistes qui venaient pour mettre un peu de musique d’ambiance. Mais maintenant, elle était également barmaid. C’était très bien, car avec cette source de revenus en plus, l’androgyne virile avait pu mettre de côté une bonne somme, qui lui avait valu de pouvoir se prendre cet appartement aujourd’hui, après des années de vie dans la rue.

Elle put alors prendre sa place derrière le bar, venant prêter main forte à l’autre barman. Il valait mieux, pour un samedi soir. C’était sans aucun doute le moment le plus rempli de la semaine, alors plus il y avait de personnel pour permettre un service rapide et de qualité, plus il y avait de rentrées dans la caisse. Une bonne demi-heure passa, mais il n’y avait pas grand monde pour le moment. De toute façon, ça ne commencerait à se remplir qu’un peu après vingt heures. Elle put alors se prendre une petite pause. Omi servit un dernier client, avant de s’accouder au bar, discutant avec l’une des serveuses. Une jolie brune bien sympathique avec qui la jeune louve « flirtait » plus ou moins. Il fallait dire qu’elle était très séduisante, alors bon, elle pouvait bien s’amuser un peu.

Mais il fallait passer à autre chose. Et oui, elle ne pouvait pas conter fleurette éternellement non plus. Elle dut aller sur scène, armée de sa guitare, une magnifique beauté d’ailleurs, dont Omi était très fière. Elle grimpa sur scène avec les quelques artistes qui avaient demandé de pouvoir se produire pour deux-trois chansons ce soir. Il leur avait manqué deux musiciens, et avaient trouvé un bassiste à la dernière minute, n’ayant pas eu besoin d’aller chercher pour le guitariste, vu qu’il était « fourni » par le bar. Omi alla donc les rejoindre, ses doigts glissant sur sa guitare, avec une aisance et une dextérité à couper le souffle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Mar 27 Nov 2012, 20:44

    " A vrai dire, quand l'ennui vous tient, même la tâche la plus ingrate peut devenir votre passe-temps favoris. Mais bon, quitte à choisir, autant ne pas aller vers trop ingrat non plus.

    Je n'ai pas besoin de travailler. Je n'en avais jamais eu besoin, même après avoir été emprisonnée sur cette île. Il semblerait que mes parents continuent de renflouer mon compte bancaire, bien que je sois portée disparue. Qui sait, peut-être est-ce un signe de l'attention qu'ils me portent ?
    Bon, faut pas trop rêver non plus. Revenons-en à la notion d'ennui, c'est déjà plus réaliste que l'idée d'un quelconque amour filial.

    En bref, la veille, j'étais sortie de chez moi, sans inspiration, peu après une nouvelle crise de tendresse de la part de mon souseiji. Donc forcément, j'étais d'une humeur de chien, en totale dépression même.

    Je dois dire que l'influence des "poussées" d'amour de mon jumeau, de ses pulsions adolescentes non assouvies et de ses sensations pseudo-philosophiques lorsqu'il tire sur un joint ou une clope, me mine de plus en plus, surtout quand je suis en période d'intense désœuvrement comme actuellement.

    C'est en général cyclique chez moi, allez savoir pourquoi. J'ai, - le plus souvent- une période d'inspiration musicale ou alors de besoin d'apprendre puissante, qui dure ... Ce qu'elle dure. Tout dépend de ce que je crée ou apprend, de la saison, du temps, des gens, de moi, de mes règles, de la mode, de la position de la Lune, de mon activité sexuelle, du en plus, nombre de morts ... Enfin de la vie en général quoi. Mais après ce temps béni, vient celui qui me mine actuellement : l'ennui et la lassitude extrême . A force, je dois avouer que je m'y résigne, que je passe alors ma vie en pyjama au fond de mon lit et que je ne sors plus jusqu'à ce que ça passe, comme une sale grippe. Mais sauf que là, mon "jumeau", élément perturbateur, changea tout le programme.

    Voilà donc pourquoi j'étais sortie hier. Pour me changer les idées, pour me débarrasser des miasmes persistants de ses émotions. J'ai marché. Longtemps. J'ai fait un tour à la plage, j'ai observé la mer, un peu. Il faisait gris et elle se confondait avec le ciel. Je me suis dis que c'était là qu'elle était la plus impressionnante : si forte et semblable à l'infini, s'accouplant avec le ciel, ne faisant ainsi qu'une seule et unique entité magnifique. Puis je suis allée dans le "port" et les petites rues, pour observer les devantures, les maisons, enfin tout quoi. Je me suis rendue compte que je ne l'avais jamais réellement fait. Cela a eu le mérite de me changer les idées, donc au final, c'est que c'était bénéfique. Mais fatigant.

    Je suis donc entrée dans le premier bar venu, celui où je me trouve à nouveau aujourd'hui, mais pas pour les mêmes raisons. Hier, j'étais fatiguée, j'ai bu un coup. Enfin, pas qu'un. Mais suffisamment pour que je me sente étrangement enthousiasmée à l'idée de bosser là le lendemain, pour me sortir de la routine. Et comme je n'allais pas me défiler, je suis revenue aujourd'hui, comme je l'avais dit.

    Pour le service, je m'étais habillée plus soft que la veille : un pantalon en cuir noir pour coller au style rock de l'endroit, des bottines cloutées de la même couleur et un chemisier rouge ouvert sur un débardeur blanc. J'avais volontairement fait simple et confortable, sans pour autant me départir d'un certain style : il en faut toujours au moins un peu.

    On m'avait dit de venir vers 18h : j'étais là depuis 16h, histoire de me familiariser avec l'endroit. On m'a patiemment expliqué mon rôle et fait visiter les locaux pendant ce laps de temps, ce dont je me félicitais. Je m'imaginais mal travailler dans un environnement inconnu, surtout quand, si l'on mesurait bien, c'était mon tout premier emploi.

    Je n'avais pas besoin de réussir spécialement, c'était vrai. Mais ma fierté était en jeu. Si de simples mécréants y arrivaient, je me devais de réussir. Sinon, autant me jeter du haut d'un pont. Du coup, un peu de stress avait finit par monter avec le temps qui avançait. Les gens arrivaient au fur et à mesure et je tentais de distinguer qui seraient des collègues, des artistes, des clients ... C'était bien l'une des rares fois que je prenais le temps de baisser les yeux sur mes "semblables".
    Je reconnu beaucoup de "faux originaux" et d'épaves dans le lot. Je réprimais un sourire. Le stress n'avait pas besoin de monter au final : il n'y avait que des minables ici. Et leur nombre n'avait pas à m'impressionner, point.

    .... On se rassure comme on peut non ?

    Je me découvris un tempérament relativement plaisant et obéissant, rendant service lorsqu'on m'appelait, bien qu'il ne soit pas encore l'heure. J'étais sur le qui-vive. Puis 18h vint. Je ne prêtais guère attention aux artistes, souhaitant d'abord me concentrer sur ma tâche. Je virevoltais entre les tables, apportais ce que l'on me demandait et puis ...

    J'entendis cette mélodie, ces accords à couper le souffle. Quoi, que, où, quand ? De tout ceux que j'avais pu lire, étudier dans mes livres, c'étaient les plus durs, les notions les moins abordées, celles dont on parlait le moins ! Même, il y en eu certain que je ne parvins pas à reconnaître. Et pourtant, j'avais exercé mon oreille.
    Je me mis alors à regarder la scène, accoudée au bar, non loin d'un client :

    " Elle joue bien hein ? "

    Mon air ébahis avait du se lire sur mon visage. Je ne fis que hocher la tête, encore sous le choc.

    "Elle est barmaid ici et donne aussi des cours de guitare. Je viens souvent, c'est l'une des musiciennes préférées de cet endroit. Les gens se déplacent parfois même pour la voir quand ils savent si elle va jouer. "

    Je ne répondis pas. A vrai dire, je m'en fichais un peu. J'hochais à nouveau distraitement la tête et partit remplir quelques commandes, sans quitter la scène des yeux - et des oreilles. Résultat, je ne vis pas ce jeune homme pas très frais qui me fonça dessus. Non, franchement, c'est lui qui m'a foncé dessus. Je n'étais même pas en mouvement. Je n'ai pas compris, pourquoi il m'a presque sauté dessus, l'air si pressé, son verre à la main. Il me le renversa dessus, éclaboussant totalement mon t-shirt et provoquant un léger cri de surprise de ma part. Un débardeur de foutu ...

    Cela me fit l'effet d'une douche froide qui me sortit de la transe que la guitariste avait involontairement provoquée chez moi.

    Lorsque je vois du talent, du vrai, je suis toujours littéralement subjuguée, je n'y peux définitivement rien. Cela me fascine.

    Mais bon du coup, après avoir essuyé les excuses plaintives du mec et par la même occasion mon haut, je partis me changer rapidement dans les vestiaires, m'auto-bénissant pour avoir toujours du rechange sur moi. Bon. Pas mal pour un premier jour ...
Revenir en haut Aller en bas
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Mar 27 Nov 2012, 21:36

La musique dura encore un long moment, et Omi dut faire un solo bien compliqué. Pourquoi ? Parce qu’ils le lui avaient demandé, histoire d’avoir un maximum d’applaudissements. Ben oui, quand on a quelqu’un de talentueux sous la main, pourquoi ne pas en profiter ? Ce serait stupide de ne pas profiter de cette opportunité. Même si elle ne serait qu’éphémère, vu qu’Omi n’était pas membre officiel de leur petit groupe. Et puis, ils n’avaient pas assez d’expérience dans leurs domaines respectifs pour prétendre former un groupe. La jeune louve savait aussi faire le show, après autant de temps à jouer sur scène. Elle jouait depuis déjà trois ans, et de une à deux fois par semaine. Maintenant, c’était pratiquement tous les samedis, et parfois quelques autres jours, qu’elle jouait. Parfois, son boss lui demandait de faire des ambiances, faisant le jukebox d’un jeu géant qui consistait à deviner la chanson jouée. Le gain était d’avoir plusieurs consommations gratuites, et des spécialités. Mais bien entendu, participer avait un prix. Alors évidemment, le gain était plus pour le patron que pour le vainqueur du jeu.

Lors de son solo, Omi avait grimpé sur la petite estrade qui servait au chanteur, afin de se mettre en valeur. Mais là, c’était l’argentée qui l’avait utilisé pour son solo, étant alors bien en vue de tout le public qui était enthousiasmé d’avoir un show live d’une musique qui était bien appréciée, et surtout bien reprise. Ce qui était assez rare de nos jours, il fallait le dire. Après son solo, Omi fit un petit saut, retournant vers sa place, tournoyant sur elle une ultime fois, afin de finir lentement mais sûrement, son petit spectacle offert gratuitement. C’était juste sa passion pour la guitare qui parlait, quand elle faisait ce genre de choses. Mais le spectacle se termina, car la chanson aussi s’était terminée. Et il était donc temps de laisser la place à la sono, qui mettait de l’ambiance générale et classique, comme dans la plupart des bars, et non pas ce petit amusement procuré par la scène et les quelques artistes qui venaient se produire de temps en temps.

En coulisses, Omi remercia les autres musiciens, les félicitant entre autres, pour leur prestation. Mais elle les remerciait surtout de l’avoir demandée, car elle avait pu retourner jouer sur scène. C’était sûr que faire partie d’un groupe serait l’idéal, mais ici, c’était impossible. Les gens étaient coincés ici, alors faire carrière dans la musique se limitait à ce genre de choses, et non pas à former un groupe digne de ce nom. Parfois, c’était assez pesant de se dire qu’on était coincé ici à tout jamais. Mais bon, au moins, elle pouvait jouer sur scène de temps en temps, et elle pouvait donner des cours ici et là, le plus souvent au magasin dans lequel elle travaillait de temps en temps. Ca lui permettait d’être entourée de guitares… Mais aucune n’était aussi parfaite que sa magnifique Antelope blanche qui l’accompagnait depuis quelques années maintenant.

Retournant dans les vestiaires, pour troquer sa chemise pour un tee-shirt plus simple et une veste plus rock, Omi soupira un bon coup. Elle jeta chemise et tee-shirt sur un banc, se retrouvant pratiquement à demi-nue. Enfin… Elle le serait si elle ne portait pas ce breast-binder qui comprimait sa poitrine et qui accentuait davantage son androgénie. Bon, elle n’en avait pas franchement besoin, vu la pratiquement inexistence de poitrine qu’elle avait. Mais au boulot, c’était mieux de porter ça. Elle entendit du bruit et eut un sourire, avant de se retourner et d’attraper la jeune serveuse du nom de Mitsuki. Elle la fit venir dans ses bras, souriant, et la jeune femme brune riait, amusée.


« Bravo pour ta prestation, Omi-kun. Tu as encore été géniale ! »
« Merci, ma jolie. »

Elle plongea sa tête dans le cou de la jeune femme, pour le lui embrasser doucement, tandis que la demoiselle se mordait la lèvre. Elle remarqua la présence de la nouvelle employée et toussota, pour stopper l’androgyne à la crinière argentée.

« Omi, je te présente Mikazuki. Elle est nouvelle, elle a été engagée hier. » dit-elle en montrant de la main l’autre femme qui était présente dans les vestiaires, et que la jeune louve n’avait même pas remarquée en entrant. « Mikazuki, voici Omi. C’est la barmaid, et la guitariste du bar. Elle en fait la notoriété, avec quelques recettes de cocktail du boss. »
« Salut, Mikazuki. »

Elle laissa la jolie serveuse sortir de ses bras, qui se mordit la lèvre.

« Tu devrais finir de te changer, Omi-kun. Fais plus attention la prochaine fois, tu n’es pas toute seule, souviens-toi. »
« Oh… Je te reçois parfaitement, ma belle. On se voit après le service alors ? »
« Omi ! »

Mitsuki rougit, avant de marmonner quelque chose, puis de partir, laissant les deux femmes seules. Omi regarda son amie partir, un sourire amusé aux lèvres. C'était sûr qu'elle n'était pas aussi attirante qu'Emiko. En même temps, comment rivaliser avec une femme fatale, autant sur le plan physique que moral ? Enfin bref. La louve se tourna vers son casier, choppant son tee-shirt, qu’elle revêtit.

« T’es engagée comme quoi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Dim 02 Déc 2012, 16:42

[...]

    "Well .. La vie est parfois d'une ironie cruelle. M'occuper l'esprit est en général une bonne manière d'échapper aux émotions de mon jumeau, me permettant de placer un rempart entre nous, atténuant les sensations qu'ils pourrait m'envoyer. D'où ma recherche d'un emploi aussi. Sauf que voilà, voir cette autre femme jouer ainsi, si parfaitement, m'avait entièrement remuée, détruite, me conférant en plus de tout ça, un sentiment d'impuissance ignoble.

    Le soucis, c'est que j'étais entièrement dénuée de défense à présent. Que j'étais tellement plus sensible à la présence de ce maudit sôseiji. Heureusement pour lui que je ne le connaissais pas : sans le connaître, je le détestais déjà. Mais bon là, j'étais totalement affaiblie, double choc.

    Headshot.

    Apparemment, d'après ce que je ressentais par vagues, c'était sa première fois, avec une fille. Encore mieux. J'étais maudite de chez maudite. Pourquoi à ce moment précis ? Non mais sincèrement, le bon dieu avait quelque chose contre moi, c'était clair là.

    Sous le coup, je m'accroupis contre les casiers des vestiaires, en me tenant la tête. Il envoyait ses ressentis tellement fort ce gosse ! Agaçant au possible.
    Enfin agaçant .. Ce n'était pas du tout le bon terme. Là, ça m'anéantissait plus que ça ne m'agaçait mais bon, jouer sur les mots ne sert pas à grand chose dans ce type de cas.

    Je restais bien dix bonnes minutes dans cette position, avec des larmes rages aux coins des yeux et des envies de meurtres terribles plein la tête. Que je choppe ce mec un jour, je lui ferai regretter le simple fait d'exister. Sincèrement.

    Puis, une fois que j'eus réussis à me remettre d'aplomb "mentalement" parlant, je me redressais en chancelant, livide. C'est alors que je remarquais une femme, une serveuse qui m'avait donné quelques conseils lorsque j'étais arrivée, mais dont le nom m'échappait, avec la guitariste qui m'avait mise dans cet état. Enfin non. Elle y avait grandement contribué on va dire.

    Elles ne m'avaient pas vue, ce qui était mieux comme ça. Je pu donc essuyer mes yeux tranquillement, tout en farfouillant dans mon sac. Je n'écoutais que d'une oreille distraite leur dialogue, encore un peu perturbée par ce que je venais de vivre. A cet instant, je songeais à quitter le bar en toute discrétion, pour retourner me terrer chez moi. Ok, attitude lâche, ok, attitude des plus piteuses, mais j'avais tout sauf la tête à bosser. Alors quitte à choisir entre une accumulation d'erreurs et s'éclipser simplement ...

    Absorbée par mes pensées, je ne vis donc pas la jeune serveuse sortir et ne m'aperçus pas non plus, que j'étais seule avec cette femme que j'avais bien envie de considérer comme mon ennemie. Bah oui, histoire que je puisse reporter ma rage sur quelqu'un d'autre que moi-même. C'est plus agréable, avouons-le.

    C'est pour cela que je sursautais lorsque je l'entendis s'adresser à moi. Oups, kesako ? Je me retournais d'un bloc, tout en revêtant un top (moins sobre que ma tenue précédente), violet. Je l'examinais de haut en bas, n'ayant pas saisis la question, juste le son de sa voix. Du coup, je ne lui répondis pas. Déjà, parce que je n'en avais pas envie. Et ensuite, parce que je m'étais décidée à la mépriser admirativement. Oui, chez moi, ceci est possible.
    Je rétorquais plutôt, tout en ajustant les manches :


    " Toi, tu sais jouer. Je sais pas comment tu t'es retrouvée ici, mais dés qu'il sera possible de sortir, casse toi."

    Alors non, je m'en fichais qu'elle aie une carrière à succès. Même, ça m'aurait fait mal. Mais, si elle tente de s'enfuir, ça fera une "concurrente" de moins. Et puis bon, si jamais elle parvient à se casser, sans crever, bah pareil. Une logique comme une autre. J'aurai cependant préféré apprendre ses techniques avant qu'elle ne s'en aille - oui, bon, ça, c'est dans l'éventualité où elle m'écouterait, mais bon, tout le monde m'écoute non ? -

    Moi me faire des films ? Jamais; toujours. Ne cherchez pas à comprendre. Je suis suffisamment intelligente pour que mes prévisions, logiques, sur le comportement des gens, se réalisent. C'est facile. C'est logique, comme je le dis toujours. Sans logique, on est rien. Et suivre la logique, c'est toujours le meilleur des choix possibles.

    En bref, je secouais la tête avec un petit sourire, refermais mon casier et demandais, comme une fleur :


    " Et mis à part jouer de la gratte tu fais quoi ici ? "

    Je le savais pertinemment, on me l'avait déjà dit. Mais bon, je ne voulais pas me la mettre à dos. Donc c'était un bon sujet de conversation, plutôt logique et facile à poursuivre. L'idéal quoi.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Dim 02 Déc 2012, 17:20

Omi haussa un sourcil, étonnée de sa… réponse ? Ouais, si on pouvait dire ça comme ça. Bon. Soit, elle ne répondit pas à sa question. Alors elle demandera à quelqu’un d’autre, qui saura lui répondre. Ou tout simplement, qui aura l’amabilité. Cette fille semblait étrange. Et sa remarque l’était bien plus encore. Partir ? Et pour quoi faire ? Elle était très bien ici. Son boulot lui plaisait, et lui rapportait pas mal d’argent. Enfin… Surtout grâce à tout ce qu’elle avait économisé. Avec ses boulots cumulés, elle avait assez d’argent pour se payer son loyer, et de quoi nourrir ses compagnons à quatre pattes. Elle avait de quoi se mener une jolie vie quoi. Bon ok, elle continuait quand même de voler. Et alors ? Ca rapporte pas mal, et c’est divertissant. Et puis, ça peut amener à de jolies rencontres. Ou simplement à mettre du piment dans la vie. Alors elle continuera de vivre sa vie comme elle l’entendait. Et personne ne semblait contre, pas même sa jumelle.

« Dommage, j’ai pas l’intention d’me casser tu vois. »

Bien au contraire même. La vie était un jeu de roulette russe ici, mais c’était un jeu divertissant. Autant en tirer tous les profits possibles, jusqu’au jour fatidique où elle mourra, que ce soit à cause de la mort de sa jumelle ou non. Peu importe. Elle n’en était pas là, et avait bien des choses à faire aujourd’hui.

De quel droit elle se permettait de lui dire de se casser en plus ? La jeune louve était maîtresse de son destin. Si elle partait, c’est parce qu’elle en aurait marre. Mais pour le moment, c’était parfait comme train de vie, surtout depuis l’amélioration qu’elle y avait apportée. Alors pas question de partir d’ici. Que ce soit de ce boulot, ou de cette île. Et puis, de toute façon, elle était coincée ici. Personne ne pouvait s’enfuir, si ce n’était dans un cercueil. Et Omi n’était pas à tendances suicidaires.

Tiens ? Son ton avait changé. Elle espérait quoi ? L’amadouer ? N’écoutait-elle pas quand on présentait les gens ? L’androgyne soupira, assez ennuyée. Elle mit son tee-shirt propre, qui lui servait surtout pour lorsqu’elle faisait son service au bar. Eh oui… Etre sur scène et être derrière un bar, ce n’était pas du tout la même chose. Il fallait être présentable d’une façon bien différente. Derrière un bar, avec des cocktails et jonglant avec les bouteilles et les shakers, il fallait avoir une tenue spécifique. Mais quand elle était sur scène, à caresser les cordes de sa guitare, faisant vibrer oreilles et cœurs avec sa musique, il fallait une tenue qui attire l’attention et qui concorde avec le fait d’être musicien expérimenté.


« Ouvre tes oreilles, quand on présente les gens. Ca te sera très utile si tu bosses ici d’ailleurs. »

Peu importe son métier, si elle était engagée ici, ce n’était pas pour faire office de décoration. Alors quelle que soit la raison pour laquelle cette fille, Mikazuki, était ici, elle devrait sans doute devoir faire appel à ses oreilles.

Fermant le placard qui lui était réservé, Omi le verrouilla avec le cadenas, avant de se tourner vers la jeune femme. Elle la regardait avec calme et stoïcisme, se fichant totalement de comment elle réagirait. Elle n’était qu’une inconnue avec qui elle allait bosser. Elle avait assez d’amitié avec quelques serveuses ici, elle n’avait pas besoin de chercher à avoir plus. C’était assez méchant envers cette nouvelle venue, mais elle ne semblait pas être bien sympathique non plus.


« Oublie pas de fermer la porte avant de partir. »

Et elle alla vers la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Mar 25 Déc 2012, 13:28

[...]
    "J'eus un sourire en biais. Ainsi donc, j'avais déjà une idée du personnage ... Très bien. J'ajustais à nouveau mon t-shirt en hochant la tête, calmement. J'étais encore un peu sonnée, mais ça allait. Je vins me mettre dans l'embrasure de la porte face à la musicienne et lui rétorquais nonchalamment :

    "Je t'ai dis de te casser parce que t'es une sorte de génie. Je sais en reconnaître quand j'en croise. Ce que tu joue, on le trouve pas dans les bouquins. Ce n'est certainement pas un ordre. Prends-le juste comme un conseil, ce sera déjà pas mal."

    Tout en disant cela, je ne la lâchais pas du regard, qu'elle voit que malgré son attitude, elle était loin, très loin de m'impressionner.
    Puis, j'avançais dans le couloir, la laissant derrière moi, seule. Là, comme prise de remords, je stoppais ma route et me retournais d'un bloc, dissimulant un petit air narquois :


    " Du coup, n'oublie pas de fermer avant de retourner derrière le bar."

    Non mais.

    Là, j'avais été franche. Oui, sincère, franche, et tous les synonymes que vous trouverez. Je n'aime pas complimenter les gens. Je déteste ça même. Car j'ai finis par remarquer que les gens, à force de complimenter à tord et à travers, finissent par le faire par "politesse", sans vraiment penser ce qu'ils disent. Alors quoi, pour une fois que je me voulais honnête ! Donc, pour conclure, lorsque je m'aventure à valoriser quelqu'un, il est bien rare que ce soit un mensonge.

    Ce qui était dommage, c'était que c'était aussi une forme de marque de respect. Cela m'ennuyait un peu de le reconnaître ainsi, même implicitement.

    M'enfin, je n'allais pas m'arrêter sur de tels détails. Je valais mieux que ça.

    Marchant lentement pour rejoindre la salle, je triturais mon collier, m'interrogeant : et s'il n'y avait pas eu l'intervention de mon jumeau, qu'est-ce que cette rencontre aurait donnée ? Ce serait-elle déroulée beaucoup plus différemment ? Bof. Le passé est le passé comme on dit !
    Je ne pouvais rien y changer à présent.

    Je revins donc à la salle principale où je fus directement alpaguée pour le service. Il y avait encore plus de monde que tout à l'heure, à croire que j'avais passé 10 ans dans ces vestiaires ! Je me remis à virevolter entre les tables et les clients, faisant cette fois plus attention : là, j'étais fichue sinon. Pour un premier jour, il était plus que temps d'arrêter de faire de vagues !
    Mais, bien que m'étant concentrée du mieux possible, je n'arrivais pas à empêcher mon regard de glisser parfois dans la direction d'Omi. Discrètement, bien entendu ! Mais voilà. Cette personne avait tout de même réussit à me faire perdre ma maîtrise de moi-même ... Elle méritait malgré tout mon attention.
    Enfin pas trop : cela faisait déjà trois consommateurs à qui je servais la mauvaise commande. Flûte, zut et re-flûte ! Il était largement temps de me concentrer là. Je n'allais tout de même pas louper mon premier emploi pour si peu !
Revenir en haut Aller en bas
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   Dim 06 Jan 2013, 19:45

Omi était retournée à son boulot, parce qu’il était temps d’y retourner. Et puis bon, maintenant qu’elle avait fait son petit show sur la scène, elle pouvait à présent aller derrière le bar pour faire son autre boulot dans cet endroit qui puait l’alcool à plein nez. Mais ce n’était pas pour lui déplaire non plus. Elle aimait ce vice qu’est l’alcool et le tabac, alors bon, elle n’allait pas du tout critiquer. Après être sûre d’avoir ses vêtements parfaitement mis pour son métier de barmaid, elle put alors retourner en salle pour s’installer.

L’argentée put se mettre à son autre travail dès qu’elle fut arrivée en salle, voyant que les clients étaient déjà assez nombreux au bar. Et puis bon, c’était le coup de feu, si on pouvait le dire ainsi. Les commandes arrivaient en masse, et un seul barman n’allait pas suffire pour tout honorer. Alors elle était vraiment d’une grande utilité. Surtout en sachant que l’autre barman se croyait le meilleur et donc confondait souvent les commandes dans ces moments-là. Alors l’aide de l’androgyne était bien plus que la bienvenue.

Pendant les rares, et même très rares, moments de pause, entre deux commandes à faire, la jeune Louve regardait dans la salle, cherchant du regard la jeune femme qui était engagée ici depuis la veille, si elle se souvenait bien de ce que son amie lui avait dit. Comment elle s’appelait déjà ? Quelque chose comme Mika… Mikaki ? Mikaziki ? Ah c’était quoi déjà bon sang… Omi eut alors un éclair de génie, ou plutôt un éclair de mémoire. Mikazuki. Mais c’était quoi son nom de famille tiens ? Enfin… Comme si ça allait lui être utile de toute façon. Non, vraiment, ça n’allait lui servir strictement à rien de savoir son nom en entier. Elle continuait de la chercher entre deux commandes, voulant savoir quel métier elle exerçait ici. Elle finit par la trouver, après une longue recherche. Elle était avec un plateau et valsait entre les tables, ici et là. Le plateau de commandes, rempli ou non. Ce ne fut donc pas du tout difficile en voyant ça, quel était son rôle ici. Elle n’était pas nettoyeuse, vu qu’elle n’avait pas que des verres vides. Cette fille donc, Mikazuki, ne pouvait être que serveuse. Une nouvelle serveuse… Bon, c’était sans doute utile d’avoir une autre main d’œuvre ici.

La soirée fut très longue, mais c’était bon signe. Ca voulait dire qu’il y avait eu du monde. Et quand il y a du monde, il y a des bénéfices. Et si tout le mois était comme ça, il y avait droit à des petites primes sur les salaires. Mais bon, fallait pas non plus rêver à des grosses primes. Ce n’était pas grand-chose, et ça serait uniquement pour ce mois-ci. Il ne restait plus beaucoup de clients vers 3h du matin. Juste une dizaine, voire une douzaine. Mais certainement pas la trentaine d’en début de soirée, là où ça battait son plein, et qui avait duré pendant au moins cinq heures, peut-être même six. Omi s’étirait de tout son long.


« Quelle soirée ! Tournée générale, c’est moi qui offre. »

Ouais, elle avait envie. Et puis, pourquoi pas après tout. Elle avait eu un beau supplément avec son autre boulot, du coup, un bon p’tit revenu supplémentaire qu’elle avait envie d’écouler en alcools.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wanna play the game here ? [Mikazuki]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wanna play the game here ? [Mikazuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AfterAfter ▬ 後 :: 
Archives
 :: Rps
-