Partagez | 
 

 I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeLun 14 Jan 2013, 22:40

« Merde ! »

Glissant contre le bitume après une énième tentative pour se relever, la jeune femme se laissa choir. Son corps. Tout son corps la faisait souffrir, mais une partie en particulier. Son cœur. Salie, humiliée, seule. Elle n’arrivait pas à trouver la moindre étincelle d’espérance dans sa situation. Inlassablement, les images de la fureur de Takeru lui revenaient en mémoire. Il faisait si beau pourtant ce jour-là, ce jour où déterminée à lui révéler le lien qu’elle connaissait entre eux, elle l’avait rejoint chez lui. L’homme face auquel elle se trouva n’était pas l’homme qu’elle aimait, ou s’il lui ressemblait physiquement, son expression était complètement déformée par la rage.
Il avait d’abord été très calme, un calme ne présageant rien de bon. Il avait grincé l’abjecte vérité d’entre ses dents. Ce père qu’il cherchait à venger, ce père que la justice avait condamné à la peine capitale, et qui avait été l’élément de la descente aux enfers pour cette famille, Iwako en était la source. La personne qu’il recherchait depuis des années, cette personne, la seule qui avait échappé à sa vengeance était là sous les yeux en la personne de la femme qu’il aimait.
Mais les sentiments n’avaient pas suffis cette fois-ci. Il avait hurlé de rage, s’était rué sur elle, et oubliant dans l’instant le mal qui la rongeait, l’avait blessée. Au visage, au bassin. Deux côtés cassées en prime, mais dans cet amas de fractures c’est bien sa poitrine qui la déchirait le plus violemment. Parce qu’elle ressentait la fureur de son amant, parce qu’elle se noyait entre culpabilité et chagrin, et surtout parce qu’elle le savait bien, c’était fini. Bel et bien fini. Ces dernières semaines de bonheur n’étaient désormais plus que des lambeaux, des souvenirs qu’elle garderait à jamais en elle comme une cicatrice indélébile. Durant les trois semaines d’hospitalisation qu’elle eut à subir, jamais elle ne reçut de visite, et le sentiment bouillant en elle bien qu’amoindri était toujours bien présent.

Quand vint le jour de sa sortie, enfin, elle reçut la visite de quelqu’un de très spécial. Une longue voiture noire aux vitres teintées qu’elle ne connaissait que trop bien.
- « Tu te casses si facilement et pourtant je ne connais personne qui se rétablisse si vite que toi paradoxalement » lui avait confié le Joker de toute sa belle ironie. Car oui, il n’y avait rien de compatissant ou de protecteur dans cette visite. Iwako regarda les murs de l’hôpital disparaître de son champ de vision à mesure que la voiture s’éloignait, et espéra qu’on ne donnerait pas sa chambre trop vite à un autre patient car dès ce soir, elle y serait de retour. Cela ne manqua pas.

A peine avaient-ils gagné le hall du château qu’il lui ordonna de s’agenouiller. Elle s’exécuta. Avec une lenteur atroce il énuméra à quel point il était déçu, car en effet, il l’avait hautement mise en garde contre Takeru lorsque leur idylle avait débutée. Mêlant le geste à la parole, il l’avait remise à sa juste place, l’avait même persuadé de ne plus revoir ce garçon. C’est de la bouche du Joker même qu’elle avait appris l’incroyable vérité à propos de leur lien. Mais décidément, sa vie sur l’île poussait vraiment la dame de Carreau à devenir déraisonnable. Et Takeru avait tant insisté, n’avait pas scillé quand elle l’avait menacé de son arme, l’avait tellement tenté qu’elle avait désobéit à un ordre de la tête de cette île. Elle avait failli à sa promesse, avait goutté à l’allégresse la plus tendre à ses côtés. Et plus rien désormais.

Lorsque les coups du Joker vinrent pleuvoir sur son corps, elle le laissa faire, et sa triste indifférence, son manque cruel de réaction avait énervé ce dernier qui s’était déchainé plus que de raison. Elle le haïssait, car il n’avait brisé aucun de ses os. Elle s’était d’ailleurs surprise à penser qu’une certaine douceur devait se cacher en lui pour qu’il puisse frapper de façon si douloureuse et si retenue à la fois. Il ne lui avait jamais rien brisé, pourtant, en dépit de tout, c’était lui qui faisait le plus mal. Combien de temps avait duré son calvaire ? Elle ne saurait même pas y répondre. Ça lui avait paru des siècles, ça n’avait peut-être duré qu’une minute. Qu’importe après tout.
La suite ? Très simple, portée avec délicatesse par l’un des sbires, ce dernier s’était fait réprimandé violemment, deux autres avaient pris la relève pour la trainer chacun par un bras au dehors. Balancée comme un vieux sac à l’arrière d’une seconde voiture, elle se laissa bercer doucement par le ronronnement du véhicule, et fut tirée de sa courte torpeur lorsque sans aucun ménagement, l’un des deux l’avait tiré par les pieds et jetée dans une ruelle sombre du quartier des carreaux. Devait-elle le prendre comme le signe que sa carrière de Dame venait de s’arrêter ? Car après tout, son appartement se trouvait toujours dans les alentours du château de cartes.
Dame. Reine. Sérieusement, c’était pitoyable à pleurer.
Et quand la pluie vint s’en mêler c’est ce qu’elle fit. Elle pleura. Détruite. Cette île, cette vie l’avait détruite. Le goût ferreux de son sang sur sa langue lui rappelait à la vie qu’elle n’aurait plus jamais. Un vieil instinct la couva : elle voulait se lover dans la chaleur des bras de sa mère, sentir la caresse tendre de son père dans ses cheveux lui murmurant que tout allait bien se passer. D’entre ses lèvres, le nom de Takeru se tira à lui en brûler la gorge. Qu’allait-elle devenir sans lui ? Etait-ce possible qu’un seul homme ait pu ainsi réduire son existence ? Elle ferma les yeux, laissant ses larmes couler et se mêler à la pluie qui lui trempait le visage.

Elle tenta de se relever histoire d’aller au moins s’abriter sous le porche à quelques mètres d’elle, mais fit face à un échec qui la fit grimacer de douleur. Deuxième tentative, nulle. Ainsi que toutes celles qui suivirent. Elle jura violemment. Plus elle se déconcentrait de ses propres émotions, mue par la seule volonté de se protéger, et plus celles de son jumeaux la gagnait. Ou peut-être bien qu’il s’agissait des siennes après tout, car elle aussi avait désormais de bonnes raisons d’être en colère.
Certes ce qu’elle avait fait au père de Takeru était terrible, mais elle aussi avait été abusée par ce qu’elle croyait être la justice. Elle traquait un criminel dans tous les cas, car son père avait bel et bien détourné les fonds de l’entreprise. Elle n’avait rien à se reprocher après tout, la sentence du tribunal n’était pas de son ressort, et elle ne suivait jamais les affaires qu’elle démêlait, elle obéissait bêtement. Alors pourquoi devait-elle subit ses foudres ? Pourquoi serait-elle coupable ? Quant à ce… De Joker, il ne payait rien pour attendre ! Pourquoi ? Pourquoi ce seul type les effrayaient-ils tous à ce point ? Il était seul contre une île peuplée entièrement d’habitants tous d’un âge à pouvoir se révolter. C’était injuste, cette crainte, ces manipulations… Tout. Tout ce qui régissait sa vie depuis qu’elle était ici puait l’injustice, et très vite au désespoir se substitua la colère et l’amertume.
Toutes les trente secondes, elle essuyait d’un geste agacé le sang qui roulait de son arcade sourcilière le long de son visage. Son corps endolori lui semblait lourd au possible mais elle n’en avait déjà plus rien à faire.

Rester là, attendre. Une idée sombre la traversa : pourquoi ne pas tout abandonner ? Après tout, Takeru n’avait plus rien lui non plus. Il l’avait perdu elle, avait perdu la seule chose qui régissait sa vie à savoir sa découverte de la dernière personne impliqué dans la mort de son père et sa vengeance. Il n’avait pas de grande passion à exprimer, plus de raison de se lever le matin. Ils en étaient certainement au même stade à présent, alors pourquoi ne pas mettre fin à tout ça, l’emporter égoïstement avec elle. C’était bien là la pensée la plus douce qu’elle avait depuis qu’elle connaissait l’existence de leur gémellité : Elle ne vivrait jamais sans lui, n’aurait jamais à supporter sa mort, car elle le suivrait. Où qu’il se trouve, et quoi qu’il puisse arriver entre eux, elle aurait toujours la faculté de le ressentir au fond d’elle.
Des frissons vinrent parcourir sa peau découverte. Son regard perdu dans le vague criait au monde « je ne veux plus être ici ». Et puisqu’elle ne pouvait désormais plus se lever, son corps ne lui répondant plus, alors autant se laisser tomber au plus bas.

Elle resta là, immobile, totalement inerte. Par moment, elle ne se sentait même plus respirer tant la fatigue de cette vie l'accablait. Puis, sans qu'elle ne réfléchisse vraiment, elle se rappela de cette chanson. Sa sonnerie de portable qui avait tant retentit pour laisser place à la voix aimée. Cette chanson la rappelait à lui indirectement, et c'est donc naturellement qu'elle brisa le silence, chantant d'une voix basse.

If you're lost you can look - and you will find me
Time after time
If you fall I will catch you - I'll be waiting
Time after time ♪

Perdue dans ses pensées noires, bercée par le son de sa propre voix, elle sortit soudain de sa torpeur en découvrant un silhouette s’approchant d’elle. Une seconde, elle imagina que cela puisse être Takeru, mais l’homme devant elle lui était inconnu. Elle soupira de mécontentement. Pourvu qu’il ne s’agisse pas d’un bon citoyen voulant la conduire à l’hôpital, ou lui porter assistance. Si tel était le cas, foi d’Iwako, il allait être reçu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeLun 14 Jan 2013, 23:18

« Ouah quelle journée ! WOUHOH ! »

Une bonne journée de travail finie ! Naru s’en étira, alors qu’il aidait tous les autres membres du personnel à ranger le bar. Ils en profitèrent d’être enfin seuls pour pouvoir se prendre une petite pinte de boisson bien rafraîchissante et bien méritée après cette longue soirée de travail. Ils passèrent d’ailleurs encore un bon moment à rire et à discuter autour de leurs verres. Bien entendu, ça allait être retenu sur leurs salaires, et ils le savaient tous très bien. A moins que l’un d’eux se mette à frauder… Mais bon, il ne pensait pas.

Après deux bonnes heures de rigolade et de beuverie légère, il était temps de rentrer. Naru salua tout le monde et fut l’un des derniers à partir. Ah zut… Il pleut ! Bon c’est cool la pluie, c’est sympa et ça fait du bien à la cervelle, mais bon. C’est pas cool quand on a pas de véhicule pour rentrer ni quelque chose pour s’abriter un minimum… Oh et puis zut ! C’est pas grave ! Une bonne douche écossaise, y’a que ça de vrai ! Mais oui il ira se laver une fois de retour chez lui ! Quand même… Il allait puer le chat mouillé sinon, et ça risquait de ne pas plaire à sa joyeuse bande de chats.

Il marchait, s’amusant bien en sautillant comme un petit enfant dans les flaques d’eau. Il s’amusait comme un petit fou, le sourire jusqu’aux lèvres. Il arriva enfin dans son quartier, après avoir bien traînassé, comme d’habitude de toute façon. Il ne faisait que ça, ce que grand gamin de Naru. Il ne pensait qu’à jouer et à rire, mais qui serait contre ? Des coincés du fion ! Ha ha !

Une voix attira son regard et son oreille. Ou plutôt son oreille puis son regard… Oh et puis peu importe l’ordre hein ! On va pas débattre sur ça ! Si ? Ah ouf ! Non parce que sinon on en perdrait un temps fou et on perdrait tout le fil. Qu’on est en train de perdre d’ailleurs… Bon ! Revenons à notre Naru qui a déjà commencé à s’avancer en plus. Qui pouvait bien se trouver dans la rue, surtout à chantonner, sous la pluie, et à une heure pareille ? Ce n’était pas le moment pour attendre un bus… Ils ne passent plus à cette heure. D’ailleurs, est-ce qu’il y en a qui passent ? Oh quelle tête en l’air celui-là alors !

Il finit par trouver d’où venait cette voix. Cette fille avait l’air plutôt mal en point. Même très mal en point ! N’écoutant que son côté chevalier servant, Naru se rua pour sauver cette jeune demoiselle en détresse ! Oui bon… En fait, il s’est inquiété, parce qu’il est très gentil, et s’est mit à courir pour savoir comment elle allait. Elle était droguée ou juste dans les vapes ? Il s’agenouilla devant elle, attrapant son visage pour pouvoir regarder ses yeux.

« Eh mademoiselle ? Tu vas bien ? »

Drôle de question quand on voit quelqu’un allongé dans le rue de cette façon et par ce temps. Et aussi à cette heure ! Mais bon c’est un réflexe et tout le monde le fait même si tout le monde trouva ça con.

« Pourquoi t’es comme ça ? T’es tombée ? Tu t’es faite attaquer ? Eh, t’as l’air pas super bien. On dirait que t’es même blessée. Accroche-toi à moi, j’vais t’emmener à l’hôpital. T’inquiète, tu peux m’faire confiance t’sais. J’ai pas l’air comme ça avec mes tattouages et mes piercings, mais j’suis un mec cool hein. Alors t’en fais pas, j’vais te faire ce que j’t’ai dis et te conduire à l’hôpital. On va prendre soin de toi et te remettre sur pied. Tu vas voir. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeMar 15 Jan 2013, 18:12

Une blague, non mais vraiment ça ne pouvait être qu’une blague ! Comme si l’idée d’avoir été surprise en train de chanter et dans un état dramatique n’était déjà pas assez humiliante comme ça, voilà que ce mec… Enfin, ce gosse ? Bon, que ce mec se comportant comme un gosse venait de faire l’exacte contraire de ce qu’elle avait espéré, c’est-à-dire rien.
En véritable prince débutant, il se mit à lui poser un tas de questions, qui à mesure qu’elles s’ajoutaient la faisait fulminer davantage encore. Garder son calme surtout. D’une parce qu’elle n’était pas en état, même lorsqu’elle était en pleine santé, de le repousser par la force, et de deux, parce que même les mots lui semblaient difficile à sortir.
Elle voulait juste qu’il parte, qu’il la laisse. Merde, sur une île de tordus pareils où les gens passent toujours sans se regarder il avait fallu qu’elle tombe sur la seule bonne âme du coin.
Et bien qu’en temps normal elle ne soit pas personne à juger, l’allure excentrique du personnage ne la rassurait pas vraiment malgré ses affirmations d’être quelqu’un de bien.
On ne change pas d’où on vient, et Iwako était une fille de bonne famille. Ce genre de garçon au look rebelle et bariolé, elle les fuyait comme la peste. "Ce genre de vaurien est infréquentable, et n'attire que les ennuis" aurait jugé son père, et d’une certaine façon, ce préjugé s’était transmis.
Enfin, il évoqua l’hôpital. Le mot fit immédiatement tilt dans la tête de la jeune femme, qui balança vivement son bras pour se dégager de l’étreinte de l’importun.

Elle avait eu un mal de chien à le lever et le choc de son bras vers le visage de l’inconnu ne fit qu’accentuer sa grimace douloureuse. Préférant éviter le moindre blanc dans ce semblant de conversation, elle opta pour un comportement qu’elle-même ne s’était jamais connu. L’agressivité. Nette, tranchante, elle le refreina.


- « Lâche moi, j'ai besoin de personne ! »

Elle avait hurlé, et la hausse subite de sa voix restée si basse jusqu’à présent lui brûla la gorge. De son côté, le garçon n’avait pas changé de place bien que désormais ses mains ne la touche plus. Merde, elle n’aimait pas ça. Répondre méchamment aux gens, surtout à quelqu’un d’aussi gentil lui serrait le cœur, mais elle n’avait vraiment pas la force d’être à la fois aimable et souriante à présent.
Un sursaut violent lui enserra la poitrine, sa rage décupla. Takeru. Ces sentiments étaient ceux de Takeru. Lui qui s’était montré plus calme, tourmenté certes, mais apaisé depuis le jour de l’incident, pourquoi soudainement était-il dans un tel état ? Un sentiment de profonde inquiétude vint se loger dans cet amas bouillant d’émotions. La sienne ? Elle n’en savait rien, pourquoi le serait-il d’ailleurs ? Peut-être qu’il la cherchait. Peut-être avait-il apprit d’une façon ou d’une autre ce que le Joker lui avait fait ? Une étincelle d’espoir qu’elle chassa aussitôt. Non. Il avait été très clair, et surtout, elle ne pourrait oublier malgré tout son amour la portée de ses coups. Elle n’aurait jamais imaginé qu’il puisse porter la main sur elle. L’amertume, le dégoût, la colère encore.
Plongée dans ses pensées, elle en oubliait le garçon près d’elle qui finit par l’interpeller afin de lui rappeler sa présence.

Elle soupira fortement, levant les yeux au ciel puis partit au quart de tour, répondant d’une traite aux questions, espérant clore ainsi le sujet.


« Non comme tu le vois je ne vais pas bien, je ne suis pas tombée, et on ne m’a pas attaquée. Oui je suis blessée et non, tu ne m’emmèneras nulle part, contente toi de rentrer chez toi tu veux ! »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeJeu 17 Jan 2013, 00:07

Ouah… Cette fille était bizarre. Mais vraiment ! Pourquoi ne voulait-elle pas d’aide ? Peut-être qu’elle voulait mourir ? C’était un peu bizarre. Surtout ici. Les gens sont condamnés automatiquement, ça c’est sûr. Mais pourquoi vouloir précipiter les choses ? Ca avait peut-être un lien avec son sôseiji. Peut-être que cette personne allait bientôt mourir ? Han ! Peut-être même que les coups étaient des répercutions de ça ! Ouais qui sait. Si ça se trouve, c’était ça. Mais il doutait que la jeune femme lui donne une réponse. Surtout si elle était aussi agressive. Pourquoi elle l’était d’ailleurs ? Ne voulait-elle pas se faire aider ? C’était plutôt idiot non ? Il n’était pas méchant pourtant. Bon ok, quand on voyait son apparence, on pourrait le croire. Mais Naru était un type bien, vraiment. Un bon gars !

« T’es pas cool… »

Il se mit à bouder, ou plutôt à faire semblant, les bras croisés contre son torse et la mine d’un petit enfant qui n’avait pas eu ce qu’il voulait. Il ne pourrait pas bien longtemps, surtout vu l’état de cette femme. C’est pourquoi il cessa vite son air de gamin qui voulait faire flancher l’adulte avec sa petite bouille toute mignonne d’enfant gâté. Il reprit son visage d’adulte, bien qu’il avait toujours son grand sourire un peu niais, mais surtout très gentil. Beaucoup trop gentil même. Ca lui causera sans doute des torts un jour, mais il s’en fichait tout au fond de lui. Il était comme ça, et il ne changerait pas, même pour les plus beaux yeux du monde ! Sa bonté était ancrée en lui, tout comme sa gaminerie.

« Bah… Non. J’ai pas envie de te laisser toute seule comme ça dans la rue. C’est pas prudent tu sais, vraiment pas. On pourrait te taper ou te voler, ou même te violer tiens. Alors non. Moi j’ai pas envie de te laisser comme ça, aussi mal en point et vulnérable. Alors je vais pas rentrer chez moi tout tranquille, les mains dans les poches, en laissant une fille mal en point derrière moi. »

Il s’approcha et voulut encore une fois la prendre dans ses bras pour la porter. Elle allait sans doute se débattre encore une fois, il n’en doutait absolument pas. Mais Naru n’avait pas envie d’abandonner cette fille.

« Alors laisse-toi faire, ça ira beaucoup plus vite. De toute façon, j’te laisserai pas pourrir ici. Alors soit tu te laisses faire et je t’emmène à l’hôpital comme ça tu seras débarrassée de moi, soit j’attends que tu tombes dans les pommes ou que la première pharmacie ouvre pour te soigner moi-même comme je peux. A toi de voir ce que tu préfères, moi les deux me vont. »

Naru était prêt à s’installer en tailleur face à la jeune femme si elle recommençait à se débattre et l’obligeait à la lâcher. Il attendrait le temps qu’il faudra, mais il en était parfaitement capable. Il était têtu comme un âne. Ou était-ce un âne qui était têtu comme lui ? Il avait quelques autres points communs avec un âne mais bon. C’était pas du tout le moment de parler de choses aussi stupides et inappropriées en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeDim 20 Jan 2013, 17:42

« T’es pas cool ». Ces mots firent l’effet d’une claque détonante lancée en plein visage.
Il avait raison, elle n’était pas cool. Avant même d’être ici, sa maladie l’avait asociabilisée, elle n’était pas l’une de ces filles joyeuses, superficielles, et insouciantes. Iwako n’avait connu que le travail et la solitude liée à son handicap durant son adolescence, et ce n’était pas la mort de sa mère, la rupture de ses liens avec son père, et son arrivée sur l’île en tant que figure qui allait arranger cela.
Au contraire, avant Takeru, elle n’avait adressé la parole qu’aux figures de sa hiérarchie, et aux détenus dont elle s’occupait. Charmante distraction pour une jeune femme que de voir ses sorties se limiter à la prison de l’île. Alors non, elle n’était pas cool. Elle n’allait pas en boite de nuit, ne faisait pas de virée shopping, ne restait pas des heures au téléphone à parler de tout et de rien, et jusqu’à présent ça lui convenait.

Seulement, le ton du jeune homme face à elle lui avait rappelé son âge, avait dressé un bilan radical en une fraction de seconde, et le fait qu’il se mette d’ailleurs à bouder ne fit qu’empirer les choses. Elle était fatiguée, épuisée. La partie la plus associée à sa personnalité lui criait de se détendre, de se montrer enfin quelque peu sympathique, mais peu importe combien elle tenta d’y arriver, elle ne parvenait qu’à soupirer mollement, levant les yeux au ciel.
Soudain, comme un gosse capricieux, il se mit à lui dire qu’il ne voulait absolument pas la laisser seule ici, et lui en énuméra même les raisons. Se faire frapper, voler, ou violer, c’était terrible certes, mais qu’est-ce que ça pouvait bien lui foutre sérieusement ?

Il se rapprocha, faisant se tendre immédiatement la jeune femme. Non mais ce n’était pas vrai à la fin, il n’allait donc jamais la lâcher ? Alors qu’elle s’apprêtait à riposter rageusement, quitte à se briser une côté de plus, l’inconnu lui demanda de choisir entre l’hôpital ou ses propres soins. Cela la fit cesser immédiatement, tandis que d’entre ses lèvres, une phrase comme une supplication désespérée se fit entendre.


- « pas l’hôpital… »

Non, plus jamais, quoi qu’il lui en coûte. Celui qui lui payait ses frais médicaux était le Joker. Celui qui l’embauchait et faisait qu’elle avait un salaire pour payer ses notes d’hôpital était le Joker. Et celui qui venait de ruiner sa vie et son corps… Le Joker. Encore et toujours.
Elle ne voulait plus aucun lien avec lui. Et surtout, il était hors de question d’aller dans un endroit qu’il payait pour la remettre en état quand lui-même prenait tant de plaisir à la briser. Sa fierté était déjà bien assez mutilée comme ça, autant se laisser crever, ou laisser le premier fou du coin tenter d’y remédier si ça lui chantait tant que ça après tout ! Mais pas l’hôpital, surtout pas ça.
Immédiatement, son expression se fit plus sombre. Elle dévisagea Naru avec toute la méfiance qui lui était due, avant de finalement se résoudre.

- « Si tu as un tant soit peu d’égard, attend que je perde conscience » Ce qui, elle le savait, n’allait pas tarder à arriver. Depuis plusieurs minutes, tout ce qu’elle voyait devenait flou, et le bourdonnement dans sa tête n’avait fait que s’amplifier. La fatigue ne la laissa pas en reste, il fallait donc bien choisir l’une des solutions proposées. Mieux valait pour elle qu’un parfait inconnu comme ce type louche l’emmène elle ne sait où pour lui faire elle ne savait quoi plutôt que de devoir être encore une fois redevable à son ennemi juré.
Soudain, une lumière s’alluma en elle. Mais oui ! Pourquoi n’y-avait-elle pas pensé plus tôt ? Voilà ce qui éloignait à coup sûr les gens d’elle à chaque fois ! Et puis, elle devait bien la vérité à ce jeune naïf qui se voulait si bon avec elle. Elle n’avait certes rien à se reprocher au contraire, mais pour les cartes, les figures étaient des ennemis naturels, alors elle tenta le tout pour le tout en se disant avec certitude qu’après ça, ou il partirait en la laissant enfin à son sort, ou bien il l’achèverait pour de bon. Dans tous les cas, elle était certaine que ses bons sentiments s’envoleraient.


- « Au fait, puisque tu as l’air de tant tenir à me sauver je préfère être honnête d’entrée de jeux : mon nom est Adamantine, et dans ce qui constitue la hiérarchie des carreaux je suis la reine. »

Elle avait bien insisté sur le dernier mot pour que le doute ne soit pas permis. Lui lançant le regard le plus arrogant qu’elle puisse trouver, elle tenta le tout pour le tout. « Alors… Tu as toujours envie de me sauver la vie ? »



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeLun 21 Jan 2013, 05:30

Pas l’hôpital ? Bon d’accord. Elle ne voulait alors bon, tant pis. Il ne l’emmènerait pas là-bas. Elle n’en avait pas envie alors bon, il n’allait pas la forcer non plus. Naru se demandait quoi faire, vu que cette fille semblait vraiment têtue. Mais avait-elle peur de ces endroits pour autant les fuir ? Bon peu importe, ça ne le regardait pas après tout. Alors il n’allait pas lui demander.

« Bon ok. Pas l’hôpital. »

Il respecterait sa volonté. Pourquoi ne pas le faire? Il n’avait rien à gagner en l’amenant de force dans cet endroit qui sentait le synthétique et les produits à plein le nez. Peut-être qu’elle n’aimait pas ça ouais.

Naru soupira, perdant petit à petit de sa bonne humeur, à cause de cette tête de mule de fille. Il devenait plus sérieux, moins fou. Il hocha la tête en signe de oui, pour lui faire comprendre qu’il ferait selon ce qu’elle voulait, attendre qu’elle perde connaissance pour pouvoir l’emmener chez lui et la soigner. Mais bizarre quand même qu’elle préfère se laisser emmener par un parfait inconnu, et surtout après avoir perdu connaissance.

« Comme tu veux. »

Lui ça ne le gênait pas après tout.

Mais sa nouvelle réplique attira son attention. Elle voulait être honnête ? Pour ? Naru haussa un sourcil, écoutant ses paroles. Oh… Alors elle était la reine de carreaux ? Han ! Mais alors c’était sa reine en gros ? Vu qu’il est un carreau, même s’il n’avait pas encore tout pigé sur ces fameuses règles sur les carreaux, les trèfles, les cœurs et les piques là. Il s’en foutait pour ça de toute façon, lui, tant qu’il vivait sa vie.

Alors qu’il se rappelle. C’était quoi déjà… Alors il y avait le roi… la reine… le valet… et l’as, ouais. A quoi ils servaient déjà ? Bof. Naru haussa les épaules, s’en fichant. Il se souvenait juste qu’aucun n’avait une bonne réputation, surtout les As s’il se souvenait bien. Mais bon, il s’en fichait. Il haussa un sourcil en entendant sa question, avec cet air… arrogant ? Oui, c’était le mot. Mais ça ne fit que le faire sourire davantage. Il avait un air un peu psychopathe, et également sérieux. Oh que oui, il savait parfaitement ce qu’il faisait.

« Ouais. »

Il en sourit, d’un air assuré.

« Pas d’bol hein ? »

Eh oui, il s’en foutait de son rang. Naru restait assis en tailleur, les mains sur les genoux. Il attendait bien sagement, bien tranquillement, jusqu’à ce que cette fameuse Adamantine tombe dans les pommes. Il serait patient, et attendrait le temps qu’il faudra. Mais bizarrement, il n’eut pas à attendre longtemps.

« Adamantine ? T’es consciente ? »

Elle ne répondait pas. Naru vérifia qu’elle respirait toujours. Bon, sa respiration était régulière, tout comme son pouls. Alors il la prit dans ses bras, la transportant jusque chez lui. Il eut un peu de mal quand il du ouvrir la porte. Il alla poser la jeune femme sur son lit, la mettant bien à plat. Il allait devoir la soigner, et pas qu’un peu on dirait. Bon. Que faire et surtout, comment procéder ? Il se disait qu’il fallait la soigner quand même, au moins comment il pouvait.

Naru alla chercher de quoi soigner la demoiselle, allant aussi acheter du nécessaire à la pharmacie de nuit. Il revint peu après, avec un stock complet. Bon… Comment il allait procéder là… Il posa tout ce qu’il fallait à côté, avant de prendre son courage à deux mains. Il se sentait un peu con, mais se disait qu’il fallait se convaincre que c’était pour la bonne cause et pas pour un abus. Il la mit alors en sous-vêtements, les prenant pour les mettre dans la machine à laver, pour les nettoyer du sang. Le temps que la machine tourne, une fois la peau dénudée, Naru se mit à la soigner, comme il pouvait. Ce qui était sûr, c’était qu’il ne pourrait pas tout faire. Il n’allait pouvoir la soigner que de façon superficielle. Il soigna alors ses plaies, les désinfectant et faisant des points de suture lorsque c’était nécessaire. Après une bonne heure de travail, il avait réussi à finir de la soigner. S’étirant un bon coup, il se pencha pour attraper le chaton qui s’était incrusté, lui caressant la tête. Naru alla ensuite prendre des vêtements, vêtissent la jeune femme d’une chemise à lui, qui était bien trop grande, mais au moins, ça évitera de frotter contre les plaies. Vu la taille de la chemise, il doutait qu’un short tienne sur elle, notamment vu sa taille bien fine… Bon tant pis.

Il se dit que la machine avait du finir de tourner, alors il alla récupérer les vêtements. Il les étendit, et alla préparer un petit quelque chose en attendant que ça sèche un peu. Il alla se prendre une bonne douche, histoire de se décrasser un bon coup. Une fois tout propre, il se rhabilla, mettant ses vêtements au sale, changeant son boxer, et remettant son jean. Il ne mit pas de tee-shirt, ayant complètement oublié d'en prendre un, malgré qu'il ait cru l'avoir fait. Mais bon, lui ça ne le gênait pas se trimbaler torse nu chez lui, il pouvait au moins admirer son tatouage au moins ! Il se mit pas non plus juste en sous-vêtements, comme il le faisait d'habitude. Mais là, il n'était pas seul. Alors il valait mieux au moins mettre un jean. Il n'était pas mal foutu, il était plutôt musclé et agréable à regarder, avec un torse imberbe. Alors bon, ça n'avait rien de dégoûtant ! Ben oui, il est beau gosse le Naru ! Non mais !

Bref. Il prépara une soupe, qui se mangeait aussi bien chaude que froide, ainsi qu’un grand verre d’eau et des fruits pelés, qu’il mit dans une assiette. Il mit le tout sur un plateau, qu’il posa sur la table de chevet. Naru vit que le chaton s’était couché sur l’oreiller, à côté d’Adamantine. Bon… Il n’allait pas le déloger, cette brave bête. Naru recouvrit la jeune femme de la couverture, pour qu’elle n’attrape pas froid, puis sortit de la chambre, fermant la porte, pour qu’elle ne soit pas dérangée par le possible bruit qu’il pourrait faire. En attendant, il se dit que les vêtements allaient mettre du temps à sécher, alors il les mit dans la salle de bain, là où les chats n’iront pas. Pour sa part, il se prépara un bon repas bien consistant, ayant un gros appétit, puis s’occupa de ses chats. Et ensuite, il alla passer sa nuit blanche à geeker ! Il était à fond sur un nouveau jeu vidéo, complètement idiot et bizarre, mais tellement addictif !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeSam 26 Jan 2013, 01:02

Sans qu’elle ne s’en rende compte tout était devenu noir. Sa tête alourdie depuis déjà trop longtemps la tira vers le monde de l’inconscience, lui offrant un repos amplement mérité. Si l’on pouvait vraiment parler de repos…

Le temps passa. Elle n’avait plus aucune sensation : ni celle de son corps, ni même de l’environnement qui l’entourait. Rien. Elle ne sentait plus rien. Combien de temps cela dura ? Elle n’aurait su le dire, toujours était-il qu’à présent, elle immergeait doucement de sa léthargie.
Les paupières papillonnantes, elle commença à se mouvoir légèrement. Ses yeux s’ouvrirent lentement, puis revinrent à leur position initiale, aveuglés par la lumière autour.
Les yeux froncés, elle se laissa doucement remonter à la surface, et n’en fut vraiment tirée que lorsque quelque chose de chaud et d’incroyablement doux vint lui caresser la joue. Elle sursauta, craignant que ce contact ne soit l’œuvre de quelqu’un, mais vit bientôt apparaître les traits d’un petit chat. « Adorable » pensa-t-elle avant de réaliser enfin l’endroit où elle se trouvait. Un lit. Un lit qu’elle ne connaissait pas. Une chambre. Une chambre qui de quelque manière qu’elle soit n’était ni celle d’un hôpital, ni celle d’un hôtel, et encore moins la sienne. La jeune femme en resta sans voix pendant plusieurs minutes. Sa tête la faisait encore souffrir, mais il fallait pourtant réfléchir et pour de bon ! Où était-elle ? Et qui l’avait…?

Elle s’arrêta net. Ça y’est, ça lui revenait. Le garçon bariolé ! C’était lui qui l’avait emmené là à tous les coups. Ses yeux vinrent se glisser sur les blessures de ses mains. Il les avait bandées. D’ailleurs, sans qu’elle ne le vit, elle comprit bien vite en vue de l’état désordonné de la trousse de secours posée sur la table que le garçon en avait fait de même avec toutes ses blessures.

Un sentiment étrange vint l’envahir. Mélange de bien-être et d’appréhension ? Allait-il lui réclamer autre chose en échange de ses bons services ? Allait-il jouer les bons samaritains pour ne lui demander de rembourser sa dette que plus tard ? Ou pire, avait-il seulement joué un rôle pour pouvoir par la suite lui faire du mal ? Mille et une hypothèses vinrent se confondre dans l’esprit embrumé d’Iwako. Appuyée sur son bras, elle sentit le petit animal tourner autour en ronronnant et en faisant le dos rond. Elle le caressa prudemment, avec douceur. La petite bête semblait apprécier le geste, car les « ronrons » prirent de l’ampleur. Un mince sourire s’étira sur le visage doucereux de la dame de carreau. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas connu un instant d’insouciance comme celui-ci, c’était vraiment agréable. Soudain, alors qu’elle levait les yeux vers le côté de la pièce qu’elle n’avait pas encore remarqué, son reflet vint lui cracher au visage son apparence mal en point. Iwako déjà très blanche de peau était désormais livide malgré le fait que son état était sans doute plus convaincant que celui qu’elle avait affiché dans la ruelle. Le bandage autour de son cou était mal fait, mais la maladresse de l’exécution ne rendit cette dernière que plus attendrissante. Un sourire encore. Ce type pouvait bien être le pire des salauds, il lui avait tout de même porté secours et s’était appliqué pour…

Un ange passa tandis que devant son reflet la jeune femme venait de réaliser la disparition de ses vêtements ainsi que l’apparition de vêtements d’homme à la place. La chemise qui la couvrait était noire, trop grande mais elle ne nageait pas dedans non plus. En une seconde, les belles pensées qu’elle avait eu pour le garçon s’envolèrent, et son calme avec, puisque dans la seconde qui suivit elle se dressa sur ses pieds et sortit de la pièce, une arme bien préparée à la main.

Difficile de se repérer dans une maison qui n’est pas la sienne. Par chance, Iwako entendait très distinctement les bruits d’un jeu vidéo qu’elle suivit donc jusqu’à arriver au salon.
Par chance, confortablement installé dans son canapé, son hôte lui tournait le dos, concentré sur l’écran, et ne vit donc pas venir le coup.
Un bon coup d’oreiller écrasé de toutes ses forces sur la tête du garçon, tandis qu’au même moment, la voix de la jeune femme retentissait dans la pièce en même temps que le « tilt » annonçant que le jeu avait été mis sur pause.


« Espèce de pervers ! »

Abasourdi, le jeune homme se leva et vint rejoindre la furie qui venait de le tirer de son loisir. Iwako manqua un battement. Ok, il était chez lui, mais il aurait pu se couvrir en la sachant ici… Là c’était vraiment…Gênant ! D’une parce qu’elle se retrouvait dans une tenue déjà bien trop légère devant un homme qui, de toute évidence, l’avait déjà vue dans son intégralité, et de deux, parce que mine de rien, il était vraiment beau. La reine se permit d’apprécier les nombreux motifs qui ornaient le corps de son protecteur, tandis que ce dernier se rapprochait. Le voyant faire, elle rattrapa d’une main le coussin qu’elle avait utilisé pour le frapper et recommença sous le regard moqueur de Naru.

- « Qu’est-ce que tu m’as fait ?! Même si ça partait d’une bonne intention t’avais pas le droit de me faire ça ! T’avait pas le droit de me… »

Alors qu’elle s’acharnait à punir son bienfaiteur à coups de polochons bien inutiles, la tête lui tourna de nouveau. Son mouvement donna à son corps un élan qu’elle ne pouvait supporter. Lâchant ce qu’elle tenait, perdant l’équilibre, elle se retrouva planté au creux des bras du garçon avant même d’avoir réalisé ce qui venait de lui arriver.
Cette soudaine proximité ne semblait pas le gêner le moins du monde lui, mais elle rappela à Iwako avec quelle gentillesse il s’était appliqué à la remettre sur pieds. Certes, elle détestait l’idée qu’il ait pu la voir presque nue, mais après tout, vu l’état de ses vêtements lorsqu’elle s’était évanouis, il aurait vraiment fallu manquer de bon sens pour les lui laisser, au moins par égard pour les draps blancs du lit. Un peu honteuse, elle baissa les yeux, et reprit d’une voix plus douce.


- « Désolé… » Désignant le bandage à sa main du regard, elle le remercia de l’avoir soignée. Pas très démonstratif comme élan de reconnaissance, mais pour le moment sa gêne et sa colère ne pouvait lui permettre de faire mieux. Le sourire en coin de Naru lui donnait un air provoquant. Elle se plut à penser qu’il s’agissait, à peu de choses près, du même que celui que Takeru aimait à aborder avant de la punir amicalement, puis chassa ce souvenir. Quoi que cela lui coûte, elle devait se laisser border par cet inconnu, et surtout, se montrer plus douce. Après tout, jusqu’à présent, lui avait bon sur toute la ligne. Elle ne pouvait pas en dire autant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeSam 26 Jan 2013, 18:08

Naru était dans son jeu, complètement plongé dedans. Il en avait même le dos courbé, bougeant en même temps que la manette ou bien le personnage. Comme si appuyer plus fort sur le bouton ou l’encourager allait changer quelque chose ! Mais il était comme ça et se donnait à fond, se battant pour sa survie. Il ne voyait pas passer le temps. Mais c’était toujours comme ça quand il était dans son petit monde de folie, à tuer pour de faux, à sauter par-dessus des ravins ou faire des voyages intergalactiques. Tout ce genre de choses qui permettaient de s’évader de ce monde cruel, où la vie et la mort sont dirigées par quelqu’un dont on ne sait rien, à part son penchant plus que manifeste pour les jeux et la manipulation. Le Joker qu’on l’appelle… A croire qu’il aime les jeux de cartes ce type, pour donner tous ces noms-là. Roi, Dame, Valet, As. Trèfle, Carreau, Cœur, Pique. Un jeu de cartes géant… A en foutre des frissons dans le dos quand on y pense !

Mais revenons au salon où était Naru. Il releva brutalement la tête, un cri l’ayant sortit de sa léthargie. Mouais, plutôt de cette bulle qui avait du coup éclaté. Il avait juste entendu une voix, et à peine distinctement les mots qui avaient été prononcés, bien que pourtant ils furent proches de lui.

« Nié ? »

Avant qu’il ne commence à tourner la tête, il reçut un coup d’oreiller, qui fit un simple pouf sur sa tête dure. Il avait mit pause sur le jeu, en même temps, on ne sait jamais si un trou du fion d’ennemi venait se promener par là et lui chercher des crosses. Il se redressa, se mettant debout face à… ah. Adamantine.

« Ah salut. T’es bien reposée? »

Mais vu la façon dont elle tenait l’oreiller, elle n’était pas là pour lui dire qu’elle allait bien. Naru haussa un sourcil, avant d’avoir un petit sourire amusé par le comportement de cette belle demoiselle. Ben oui, elle est belle quand même ! Aaaaaaah ! D’accord ! Il comprenait maintenant ce qui n’allait pas. C’était parce qu’elle était pu avec ses habits. Oui mais les lui avoir laissés n’aurait pas été cool ni confortable. Et encore moins aisé pour la soigner entièrement. Au moins pour sa peau… Parce que pour les lésions internes hein… Il allait pour se rapprocher mais se prit de nouveaux coups d’oreiller, alors Naru se stoppa, recevant les coups avec calme. Ce n’était qu’un oreiller, et utilisé par une femme qui était encore bien faible. Alors ça ne faisait pas mal… Surtout que maintenant, vu son boulot et son passé, il avait le corps plus résistant.

« Calme-toi Adamantine. Je t’ai rien fais, d’accord ? J’dois faire peur avec mes tatouages et mes piercings, mais j’suis pas ce genre de mec. Alors t’inquiète. »

Mais il se demanda après si la jeune femme avait bien entendu, vu qu’elle manqua de s’évanouir. Dans un réflexe altruiste, Naru la rattrapa et la serra dans ses bras, pour qu’elle ne tombe pas au cas où elle perdait à nouveau conscience. Mais contre toute attente, elle finit par se calmer. Il comprit à son désolé, et sourit encore plus, amusé par la réaction assez enfantine, mais très typiquement féminin, de la Reine de Carreau.

« Pas grave. C’est la première fois que j’me fais frapper par une femme, ça me change. Ha ha ! Mais n’empêche, t’aurais pu trouver une meilleure arme qu’un oreiller pour me faire mal. Non vraiment. Y’a des chaussures, ou alors ma lampe à lave, ça fait très mal ça j’pense. Ou au pire, t’aurais pu passer discrètement par la cuisine et prendre une poêle à frire. Sans me l’abîmer par contre s’il te plait, j’ai envie de continuer à manger des crêpes. »

Il le prenait à la légère, un peu comme tout en fait. Il évitait de tout prendre au sérieux, comme il faisait autrefois. Ca lui avait juste bouffé l’esprit et la santé. Il souleva la jeune femme, la portant dans ses bras, pour aller la poser sur le canapé. A peine l’eut-il mise sur le canapé qu’un chat arriva, sautant sur le dossier, miaulant en regardant Naru.

« Sois pas jalouse, Niki. »

Il sourit et caressa la tête de la femelle chat, qui se mit à ronronner, avant de descendre du dossier. Elle se coucha à côté de la jeune femme, sans la toucher, comme si elle ne voulait pas que son maître ait cette fille trop proche de lui.

« Tu veux manger un truc, Adamantine ? Tes fringues doivent être secs maintenant par contre. Ils sont dans la salle de bain. Si tu veux une bonne douche ou bain, vas-y, hésite pas. Fais comme chez toi, mais sans rien m’casser hein. J’te referai tes bandages après, si tu vas te prendre un bain. Tu peux y rester une bonne heure aussi, si tu veux, ça m’dérange pas. »

Naru était très calme. Il s’installa sur le canapé, reprenant sa manette.

« La porte se ferme à clé. Comme ça, t’auras pas peur que je fasse mon pervers, même si j’en suis pas un. J’ai pas l’air comme ça, j’sais, mais j’ai du respect pour les femmes. »

Comment un humain qui pouvait autant aimer les animaux pour avoir une demi-douzaine de chats chez lui, pourrait être capable de faire du mal aux autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeDim 27 Jan 2013, 01:19

Et ben, pour ce qui était de la parlotte, elle n’était pas tombée en reste. Cela rassura la jeune femme : Naru était du genre à parler beaucoup, ça comblait au moins le vide des blancs qu’elle était si pro à laisser s’installer. Par où commencer ? S’excuser, elle l’avait déjà fait, même si c’était peu probant. Elle n’osa pas rire de sa blague lorsqu’il lui assura que l’arme qu’elle avait choisie contre lui n’était pas à sa hauteur. C’était drôle pourtant, mais elle avait tellement honte d’avoir agi ainsi au préalable que la bonne humeur du garçon ne parvint pas à la dérider sur le moment.
Soudain, ses pieds quittèrent le sol, et en moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, elle se retrouva, certainement pour la deuxième fois en l’espace de quelques heures dans les bras chaleureux de celui qui n’était pourtant qu’un inconnu.

Un inconnu plus attentionné que ne l’avait été tous ceux qu’elle avait connu jusque lors. A bien y réfléchir, Takeru lui-même n’était pas si dévoué, enfin… Ce n’était pas le même type d’homme non plus. Naru lui demanda alors si elle avait faim, si elle souhaitait prendre un bain ou une douche, mais ce qui interpella le plus la jeune femme fut le nom qu’il employa. Adamantine. C’est vrai, elle ne lui avait toujours pas révélé son véritable nom, et si au moment de leur rencontre ça lui avait paru normal, et une bonne initiative, à présent qu’elle lui était si redevable, force était d’admettre qu’elle avait merdé. Lui faisait soudain tout pour elle qu’il ne connaissait pas, elle pouvait bien avoir au moins l’honnêteté de lui révéler son nom.
Elle aurait voulu le lui dire de suite, mais alors qu’il finissait de parler, les mains du jeune homme reprirent possession de sa manette et la seconde qui suivit, le jeu se relançait.

Silencieuse, elle ne bougeait pas. Ne parlait pas. Se demandait même si effectivement elle avait faim ou besoin d’un bain. A en juger par le nombre de plaies qui devaient la recouvrir et par le vol plané que les sbires du Joker lui avait fait subir pour la jeter dans cette ruelle sale et inondée par la pluie, ce ne serait vraiment pas un luxe, mais rien à faire, elle ne parvenait à se décider.
Hypnotisée par les mains de Naru, elle les regardait s’agiter sur les boutons et le petit joystick.
Il lui fit remarquer, certainement face au silence qu’elle laissait planer que la salle de bain se verrouillait de l’intérieur, et donc qu’elle n’aurait pas à craindre la venue du pervers qu’il n’était pas de toute évidence. Un fin sourire traversa enfin son visage. Se rapprochant de lui, elle commença enfin à se détendre, et se permit même un ton bien plus léger.


- «De toute façon, au point où on est, tu n’aurais plus grand-chose à découvrir »

Naru fit pause de lui-même. Encore. La regarda. Elle ne sut déceler s’il avait été surpris par ses paroles bien plus « je-m’en-foutistes » ou simplement par le fait qu’enfin elle ouvrait la bouche, mais au moins cela sembla lui plaire. Profitant de cette occasion, la jeune femme se présenta enfin dignement.

- « Au fait, puisque je te dois presque la vie… » Elle se coupa quelque secondes, puis mit fin à ses incessantes hésitations.« Je m’appelle Iwako. Iwako Nakamura. Ne m’appelle plus Adamantine, c’est vraiment gênant en fait : un nom si supérieur utilisé par quelqu’un qui vous a si bien secouru, vraiment ça le fait pas. »

Son sourire commença à s’élargir.

- « Merci de m’avoir secouru. Je ne pensais pas que ce genre de chose était encore possible sur cette île. Tu es vraiment quelqu'un de rare tu sais»

Distraitement, elle se passa les mains dans les cheveux. Oui, ça paraissait presque insensé ce genre de choses. Sur cette île où l’on vivait déjà à deux, le partage et l’entraide n’était pas de mise. Naru était un véritable don du ciel en soit. De ce fait, elle se permit de déposer un léger baiser sur sa joue avant de se relever et de le prévenir que, comme il le lui avait proposé, elle allait prendre un bain.
Elle trouva seule le chemin de la salle de bain, et finalement, se sentait assez en confiance désormais pour ne pas pousser le loquet. C’était un peu gênant de profiter de son hospitalité, de faire « comme chez elle » dans une maison qui ne lui appartenait pas. Pourtant, si ça avait été quelqu’un d’autre que lui, elle n’aurait certainement rien accepté, par correction, par pudeur, et tout simplement, pour ne pas avoir à être redevable. Mais elle s’en fichait à présent. Déboutonnant un à un les boutons du vêtement noir, elle découvrit alors avec honte les ecchymoses ornant son corps. Une nausée passagère la traversa à la vue des bleus, des sutures fraiches, des nombreux pansements dont certains étaient déjà imbibés de sang.
Intérieurement, elle se rabaissa, se disant que finalement ça ne l’étonnait pas que Naru n’ait rien tenté de déplacé envers elle. Déjà parce qu’il était quelqu’un de bien, certes, mais surtout parce que la vue de ce corps amoché aurait retourné l’estomac à n’importe quel mec aussi bien foutu que lui.

Ses joues s’empourprèrent vivement. Merde, que venait-elle de penser là ?! Finalement, elle pouvait bien parler de lui, elle était bien la moins innocente des deux ! Se claquant mentalement, chassant définitivement les images de son hôte torse nu, elle laissa couler l’eau, puis s’y glissa en douceur. La chaleur immédiate que lui procura l’eau était un pur délire. Les yeux clos, la tête calée contre le coussin de bain, elle laissa ses muscles se détendre, sa peau se relâcher. C’était si bon…
Elle n’avait pas de baignoire chez elle, juste une douche. Des bains elle n’en prenait que dans les bains publics, ou chez Takeru qui s’était offert le luxe d’une baignoire à remous. Celle-là n’en était pas doté, mais bon sang ce qu’elle s’en foutait à présent. De Takeru. Du Joker. De son corps endolori, de ses idées noires, de son boulot arasant, tout. Elle se foutait de tout, et ne voulait désormais plus qu’une seule chose : vivre. Vivre dans l’excès. Ne plus connaître la peur, ne plus se faire enserrer par elle. Elle voulait danser, transgresser la loi, essayer des produits interdits. Effacer toute trace de la fille sage qu’elle avait été jusque lors et qui ne lui avait pas vraiment réussit.
Le temps passa. Quand l’eau lui sembla redevenue trop fraîche, elle acheva sa toilette avec précaution avant de sortir de l’eau. Et en bonne idiote elle avait oublié de demander au jeune homme où il pouvait bien mettre les serviettes.

Trouvant un peignoir noir devant elle, elle le décrocha de son portique et l’enfila. Il portait l’odeur de son propriétaire. Une odeur agréable, chaleureuse, tout comme lui. Assise au bord de la baignoire, elle laissa la chaleur du vêtement éponge la recouvrir avant de reprendre ses vêtements qui effectivement étaient comme neufs. Si le pantalon passait encore, elle grimaça lorsqu’il fallut passer le haut qui frottait trop les plaies découvertes. Elle hésita, puis reprit la chemise du garçon qui, étant trop large, l’effleurait à peine. Une caresse de tissu sur sa peau mutilée. La chaleur lui avait tourné la tête, alourdissant ses paupières. Lorsqu’elle revint au salon, Naru n’avait pas bougé d’un pouce, et était toujours si concentré dans son jeu. L’air de rien, elle revint donc s’asseoir à ses côtés sans dire un mot. Elle ne voulait pas le déconcentrer.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeDim 27 Jan 2013, 04:18

Le silence ‘était revenu, plus pesant. Il n’avait pas le choix de parler pour deux apparemment. Mais il s’en fichait, il aimait bien parler de toute façon. Peut-être était-ce une façon pour lui de rattraper toutes ces années de silence. Naru se mit à sourire, et même à rire quand elle lui dit qu’il n’avait plus grand-chose à découvrir.

« Crois pas. C’est juste ce qu’il y a sous tes sous-vêtements qu’est pas à voir. Surtout que j’vois pas pourquoi ça te gêne que je t’aie vue en petite tenue, alors que quand tu vas à la plage, si t’y vas, tu dois bien être en maillot de bain non ? »

C’était vrai que c’était bizarre ça… Les femmes s’offusquaient d’être vues en sous-vêtements mais se trimballaient avec fierté dans des bikinis. C’était tout sauf logique !

Il l’écouta et sourit quand elle se présenta entièrement. Il la trouvait plutôt attendrissante en fait. Ca devait être ce genre de femme qui voulait être forte mais qui malheureusement était fragile et cassable en milles morceaux, avec aisance.

« Moi c’est Naru Yamiko. Et moi, j’suis qu’une p’tite carte de carreau, ha ha ! Mais j’m’en fous, j’vis ma vie. Comme si j’étais que moi, moi et moi seul. De toute façon, j’connais pas la personne à qui ma vie est liée. »

Il n’avait pas encore rencontré son ou sa sôseiji. Ca lui importait peu quelque part, il avait toujours vécu d’une certaine façon, alors il n’allait pas changé sa vie.

« Et de rien. J’pouvais pas te laisser crever non plus. Et crois-moi, y’en a plus que tu l’crois, des gens cool. Sans mentir. »

Naru pensait à son amie qu’il s’était faite au boulot. Une louve comme il l’appelait, et vu son surnom, c’était vraiment bien approprié. Mais bon, peu importe. Il se replongea dans son jeu, sentant du mouvement à côté de lui peu après. Le baiser sur la joue le surprit et il en resta stoïque pendant un moment. Il secoua la tête après quelques secondes, avant de se mettre à rire un bon coup.

« Fais gaffe ! J’pourrais croire que j’ai une touche, ha ha! »

Il tira la langue avec un clin d’œil. C’était vrai qu’il plaisantait, mais il avouait tout de même qu’elle était vraiment belle cette femme. Et de ce qu’il en avait vu, elle avait l’air d’être sacrément bien foutue. Naru avait vu qu’elle était du genre fine et avec des courbes bien prononcées mais pas trop. Une sacrément belle femme quoi !

Il resta à la regarder, et hocha la tête en signe qu’il avait compris, quand elle lui dit qu’elle allait se prendre une bonne douche. C’était une bien bonne idée que de faire ça ! Il la regarda partir, se surprenant à la… mater ? Ouais en gros. Mais bon, dur de pas regarder une belle femme hein ! Il entendit l’eau se mettre à couler et sourit. Elle allait sans doute se faire du bien, après ce moment sous la pluie froide, dans la rue.

Il se leva après un moment, et alla se prendre une bonne bouteille de vodka, la vidant devant son jeu, ainsi que quelques cigarettes. Ca faisait un moment qu’il n’avait pas fumé, alors autant en profiter. Il en profita également d’être un peu seul, pour utiliser son ordinateur et faire ce qu’il savait faire de mieux. Son autisme avait été à double –tranchant. Il avait eu une vie sociable très diminuée, carrément inexistante même, ce qui lui avait laissé un caractère enfantin. Mais ses crises lui faisaient tout observer autour de lui, développant une capacité d’analyse hors du commun. Du coup, il était capable d’utiliser un ordinateur comme personne. Pendant qu’Iwako n’était pas là, Naru utilisait ses connaissances pour faire un petit travail pour lequel il avait été récemment contacté. C’était grâce à ça qu’il pouvait se payer tout ce luxe, et pas avec son simple travail de videur. Il était un hackeur également, et de génie. Skull. C’était son pseudo.

Mais soudain, il entendit du bruit, la poignée de la salle de bain. Il reposa alors son ordinateur portable, fermant l’écran, avant de se replonger dans son jeu. Il revint vite à fond, ne s’arrêtant que pour boire un coup de whisky, ayant fini la bouteille de vodka qui avait déjà était pratiquement vidée. Il y avait déjà trois cigarettes finies dans le cendrier. Lorsqu’il la sentit s’asseoir à côté de lui, Naru eut un petit sourire.

« Ca t’a fais du bien ? »

Il avait mit son jeu en pause, pour pouvoir lui parler sans problème et sans perdre le fil de son jeu. Non pas qu'elle le dérangeait ou autre, mais il trouvait ça plus respectueux de se concentrer et de regarder la personne à qui il parlait.

« Si t'as faim, hésite pas. J'suis pas un mauvais cuistot. Faut bien, quand on vit seul après tout. J'suis pas un cordon bleu, mais j'me démerde pas mal. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeDim 27 Jan 2013, 21:50

Retournant son attention vers Naru, la jeune femme répondit à sa question d’un simple hochement de tête accompagné d’un sourire. Si effectivement ce bain lui avait fait un bien fou, elle n’aimait pas vraiment cette sensation d’endormissement lié à la chaleur dans laquelle elle était restée trop longtemps. Elle se sentait lourde, épuisée, il fallait qu’elle se réveille pourtant.
Quand le jeune homme lui reproposa de manger quelque chose, à nouveau elle ne lui répondit qu’un mince « non merci» en hochant la tête. Autant elle avait besoin de se laver, autant pour ce qui était de s’alimenter, elle ne s’en sentait pas le moindre courage. La seule idée d’avaler le moindre aliment consistant lui donnait la nausée, alors autant ne même pas lui parler de passer à l’acte.

Soudain, son regard se posa sur quelque chose de brillant au pied du canapé. Une bouteille vide. En se penchant pour l’observer, une odeur piquante de tabac vint lui titiller les narines. Mince, qu’avait-il fait pendant son absence ? Lentement, elle releva les yeux vers lui pour juger de l’état du garçon.
Il ne pouvait quand même pas avoir descendu une telle quantité d’alcool à cette heure-là, et surtout en si peu de temps quand même ? Non, il devait ne rester qu’un fond c’est tout. Et puis qui était-elle pour lui faire la morale ? La phrase lui brûlait les lèvres pourtant. Un court « tu ne devrais pas faire ça » moralisateur qu’en temps normal elle lui aurait tendu sans hésiter. Mais ses pensées dans la salle de bain lui reviennent en tête. Profiter de la vie. Cesser de se modérer, d’être sage.
De toute façon, elle ne reverra jamais plus son père, ni Takeru d’ailleurs, alors qui pourrait encore venir la punir ? Certainement pas son sauveur qui semble tellement libre.

Elle pose alors les yeux sur les tatouages ornant son torse, dépassant très vite la honte d’être prise pour une voyeuse, et demande alors d’une façon nonchalante en désignant les motifs des yeux pour qu’il comprenne de quoi elle parle :


- « Ça fait mal ? »

En lui posant cette question, elle se souvient de ce que disait son père des tatouages. Lui trouvait cela affligeant, disait qu’aucun être humain normalement constitué mutilerait ainsi le corps que Dieu lui avait donné. C’était pourtant loin d’être moche, elle pouvait même affirmer que cela rehaussait le charme de son protecteur. Et pourquoi pas après tout ?
Toute sa vie elle avait été sage, et que cela lui avait-il amené au final ? D’être reniée par son propre père, d’être désignée coupable au même titre que l’assassin de sa mère. Elle inspira profondément : les effluves de tabac vinrent se mêler à l’haleine alcoolisée de Naru lui répondant.

Alors qu’il finissait de lui répondre en ce qui concernait les tatouages, elle le regarda à nouveau avec insistance, comme troublée. Un sentiment étrange l’étreignait lorsqu’elle le regardait : et si, contre toute attente, c’était lui la solution qu’elle attendait. Et s’il était l’échappatoire qu’elle désirait tant ?
L’idée germa, fit son chemin dans son esprit.
Elle ne voulait plus rester cloitrée dans son petit appartement à ne travailler qu’à temps partiel et pour le Joker. Si elle souhaitait prendre un véritable tournant, cela commencerait par là. Elle le questionna donc :


- « Au fait… ça va peut-être te sembler assez précipité comme demande, et je sais bien que je te dois déjà beaucoup mais… en vue de ma situation je risque de devoir me trouver un nouveau travail dans les jours à venir. Tu n’aurais pas un éventuel tuyau pour moi ? »

Elle avait hésité à lui parler aussitôt de sa maladie et du fait qu’elle ne pourrait pas faire de métier trop physique, mais là encore, il était hors de question de continuer à se morfondre dans sa faiblesse. Au contraire de bien des gens, elle grinçait désormais à peine des dents lorsque ses os venaient à se briser. Cette douleur innommable était une partie de sa vie, et de toute façon, elle n’était atteinte que partiellement par cette déficience, alors elle voulait tenter, tenter n’importe quoi, le premier métier qu’on lui proposerait et auquel elle n’aurait jamais pensé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamiko Naru
♦ Chiisana Karto ▬
Skull ₪

Yamiko Naru

Messages : 97
Double-compte : Kimura Omi
Avatar : Naru (BIOSPHIA)

Brièvement : 26 ans, Carreaux, Skull, Bi, Célibataire
Activité : Videur d'une boîte de nuit # Hackeur

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeDim 27 Jan 2013, 23:41

Naru fut sorti de son jeu par la douce voix d’Iwako. Il mit pause et tourna les yeux vers elle, avant de les baisser vers son tatouage. Ah… C’était de ce ça dont elle parlait. Si ça lui avait fait mal ? Naru se mit à sourire en repensant à ce moment qu’il avait passé dans cette chaise.

« Ca dépend des endroits. Et aussi, ça dépend des personnes. Tu sais, certains sont moins sensibles à la douleur que d’autres. Et certains endroits, chez les gens, sont plus ou moins sensibles. Moi ça va. Faut dire que j’étais assis tranquillement sur une chaise, et puis, j’avais un bon tatoueur. Il a bien prit son temps pour que j’ressente le moins de douleur possible. Et puis bon, il avait tout son temps, il a bloqué son après-midi pour moi. »

Vu la taille de son tatouage, on pouvait s’en douter.

« J’l’ai fais en plusieurs fois. J’ai pas eu le choix en même temps. »

Il avait un crâne sur le pectoral, et tout celui-ci était tatoué, jusqu’à son épaule. Ca allait aussi tout le long de son bras, mais en moins compact. C’était sur le côté droit en tout cas. Il ne savait pas pourquoi il l’avait fait de ce côté, sur le coup, il avait trouvé ça plus cool.

« Pourquoi tu demandes ça ? »

Voulait-elle s’en faire un ? Peut-être. En tout cas, si c’était le cas, il ne pourrait pas lui indiquer l’adresse de ce tatoueur. Il était mort. Naru ignorait pourquoi. Sans doute à cause des sôseijis et tout ça. Va savoir.

Il commença à retourner dans son jeu, mais il du bien vite refaire à nouveau pause, car elle se remit à lui parler. Ca ne le dérangeait pas de devoir s’arrêter autant, il arrivait à ne pas perdre le fil de ce qu’il faisait. Et puis, c’était bien plus poli de discuter droit dans les yeux plutôt que d’avoir les yeux rivés sur l’écran et donc avoir une attitude de « j’en ai rien à foutre de ce que tu m’dis ». Non, ça l’fait vraiment pas. Encore moins face à une femme !

« En quoi c’est précipité ? Ah je sais ! T’as pas confiance en toi, c’est ça ? Bah t’inquiète va. J’vais pas t’bouffer. J’suis pas encore cannibale. Pas dans ce sens-là en tout cas. »

Il lui fit un clin d’œil, pour appuyer sa blague, avant de reprendre bien vite.

« Ca dépend de c’que tu veux faire, et surtout de c’que tu peux faire. Y’a pas mal de différents boulots par ici tu sais. Moi, j’en ai deux. L’un est très simple, y’a toujours besoin de main d’œuvre, vu que les serveuses tournent assez rapidement. Ce sont surtout des gens qui ont besoin d’un p’tit boulot pour se faire du blé, tu vois l’genre. On est peu à avoir prit ce taf en définitif. Du moins, jusqu’à c’qu’on crève ou qu’on s’fasse virer, ou encore qu’on parte de nous-même. J’pourrais tenter de te recommander là-bas, si ça t’intéresse de bosser dans un bar. »

Il avait pas mal d’amis là-bas, ils pourraient tous faire connaissance. Mais sûr qu’il allait garder son identité secrète, à moins qu’ils savent déjà ou que Adamantine n’avait rien contre qu’on sache qui elle était en réalité. A part son amie, eux deux, ils se disaient tout. Ils étaient très unis, bien plus que de simples collègues de boulot. Non, ils étaient pas ensemble ni rien du tout de ce côté-là. C’était impossible, vu que son amie était une lesbienne jusqu’au bout des griffes !

Naru entendit un petit bip provenant de son ordinateur. Un petit sourire mesquin se dessina au coin de ses lèvres, avant qu’il ne pose sa manette et vienne devant son ordinateur.

« J’te laisse y réfléchir. J’t’oblige pas, rassure-toi, j’te donne juste ce tuyau. »

En attendant, il s’alluma une nouvelle cigarette et se mit à pianoter avec une rapidité incroyable sur les touches de son clavier. Il n’y avait écrit que des codes et un écran noir. En fait, il était en plein hacking. Il avait une nouvelle commande, c’était tout. Et vu qu’il était disponible, autant y répondre non ? Naru était concentré, son visage était plus sérieux et comme voilé d’une part d’ombre en cet instant. Ses yeux défilaient devant l’écran, ne cessant de bouger. Il n’ôtait ses doigts du clavier que pour fumer ou attraper sa bouteille de whisky qu’il buvait au goulot.

« Bois un coup, si t'as soif. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nakamura Iwako
♦ Dame de Carreau ▬
金剛 *Adamantine

Nakamura Iwako

Messages : 68
Brièvement : Adamantine, 24 ans :: Dame de Carreau

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitimeLun 28 Jan 2013, 13:41

Décidément, Naru avait vraiment le chic pour mettre le doigt où ça faisait mal. Evidemment qu’elle n’avait pas confiance en elle, il ne fallait pas être devin pour le deviner, mais par-dessus tout, peu importe combien elle souhaitait changer, ça ne se ferait pas en une journée. On n’oublie pas une vie en un claquement de doigts après tout. C’est d’ailleurs pour la même raison qu’elle ne put s’empêcher de rougir en entendant le sous-entendu du jeune homme à propos du cannibalisme.
Enfin, ce dernier lui proposa une opportunité de travail. Serveuse. Le boulot résonna dans sa tête pendant une seconde : elle n’était tout de même pas sortie diplômée de Todai pour finir serveuse quand même ? De toute façon, en serait-elle capable ? Pouvait-elle vraiment accepter un travail aussi physique que celui-ci ? Car on avait beau dire, serveuse signifiait rester debout durant tout son service, porter de lourds plateaux, quitte à choisir un nouveau job, autant que ce dernier ne la conduise pas directement aux urgences.

L’idée fit son chemin, fut tournée et retournée. Par chance, Naru lui avait laissé le temps de réfléchir à sa proposition : mais avait-elle seulement d’autre choix ? Et puis, si elle venait à décrocher ce travail, elle serait avec lui. Il la protégerait, elle en était certaine. Bizarrement, à ses côtés, elle se sentait happée à la fois par un sentiment d’insécurité mêlé d’une impression protectrice. Du noir et du blanc en somme.

Elle chassa de son esprit tout cela, et quand une bouteille de whisky à la main, il lui permit de boire si elle avait soif, elle n’hésita pas à enrouler ses doigts autour de la bouteille et de porter l’alcool à ses lèvres. Deux gorgées auxquelles suivit une grimace prononcée. Merde, elle n’avait vraiment pas l’habitude !

En peu de temps la tête lui tourna, et sa pudeur s’envola dans le même temps. Se penchant au-dessus de son hôte, elle survola l’écran des yeux avant de s’exclamer avec joie en reconnaissant l’activité qu’il pratiquait. Il parut étonné lui-même de la savoir si calée sur le sujet, après tout, ce n’était vraiment pas écrit sur son front.
Alors que la cigarette au bout de ses lèvres se consumait, arrivait sur sa fin, elle l’attrapa, tira sa première taffe, puis écrasa le mégot dans le petit cendrier en verre. La démarche sembla amuser le jeune homme qui semblait ravi de la voir se détendre enfin un peu.
Déconcentré par la jeune femme derrière lui, il fit une erreur de frappe dans son codage qu’elle s’empressa de corriger en se moquant de lui. Ainsi se termina la journée, dans la bonne humeur générale des deux jeunes gens.

Le temps passa. D’un simple inconnu contre lequel elle s’était braquée, Naru devint un ami, un allié. A daté de ce jour, elle ne revint que très peu chez elle, préférant le canapé et la joie de vivre du jeune homme à la solitude amer qui hantait désormais son appartement. Peu à peu, elle apprit à changer, à se libérer. Elle qui n’avait jamais perdu son temps passait désormais des heures à jouer aux jeux vidéo avec lui, à regarder des films avec lui. Elle rattrapa en sa présence toute une jeunesse qui n’avait pu se faire. Cinémas, sorties jusqu’au petit jour, premières cuites, elle osait enfin. Et puisque personne n’avait désormais assez d’intérêt envers elle pour l’en empêcher, elle ne s’arrêterait pas de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] _
MessageSujet: Re: I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]   I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako] Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

I just died in your arms tonight [PV Naru & Iwako]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joker's Island ▬ ジョーカースアイランド :: 
Partie Nord ▬ Diamonds
 :: Zone commerciale
-