Partagez | 
 

 Kahane Tsubasa ♠ Icare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kahane Tsubasa
♠ Valet de Pique ▬
Ἴκαρος *Icare

Kahane Tsubasa

Messages : 23
Double-compte : Kei (Joker)
Avatar : Miya (MUCC)

Brièvement : 29 ans ; Spade ; connu par une majorité de Piques sous le pseudo "Icare".
Activité : Valet de Pique à plein temps ; barman dans un établissement chez les Trèfles où l'on ignore son statut.

Kahane Tsubasa ♠ Icare _
MessageSujet: Kahane Tsubasa ♠ Icare   Kahane Tsubasa ♠ Icare Icon_minitimeDim 03 Juil 2011, 21:02


Kahane Tsubasa's on You
feat. Miya (MUCC)



Identity ▬


Kahane Tsubasa ♠ Icare Tsubas10Nom : Kahane
Prénom : Tsubasa
Âge : 29 ans
Sexe : Masculin
Orientation sexuelle : Ne s'y intéresse pas
Surnom(s) : /
Pseudo(s) : Icare
Emploi/Activité : Barman
Groupe : ♠ Spades ▬
Rang : Valet

Kahane Tsubasa ♠ Icare Icon_t14 Kahane Tsubasa ♠ Icare Icon_t10



Health ▬

Poids : 54 kg
Taille : 168 cm
Groupe sanguin : A+
Particularité(s) : Insomniaque depuis la disparition de l'ancien As de Pique.
Sôseiji : Yusuke Ren



Informations ▬


Caractère : Tsubasa connaît-il lui-même son propre caractère… ? La réponse est sans nul doute négative. Depuis tout petit, il s’est habitué à revêtir en permanence le masque de l’indifférence, parce qu’il s’est vite rendu compte qu’elle le protégeait de toutes les attaques. Et puis se contrôler a quelque chose de jouissif : quand les autres sont déboussolés à la moindre petite émotion, lui reste impassible et maître de ses pensées.
Au fur et à mesure des années, il a dû apprendre à afficher des visages artificiels, lassé qu’on le qualifie sans cesse d’insensible ou de sans-cœur. C’est sûr qu’à l’accident mortel d’un professeur gentil et apprécié par tout le monde, il vaut mieux avoir l’air un peu affligé.
Créée pour se protéger, cette carapace d’impassibilité empêche toute mauvaise chose de l’atteindre ; mais il en est de même pour les positives. Il faut savoir faire des sacrifices dans la vie. Il réagit toujours de la même façon, imperturbablement, et regarde toujours de la même façon, froidement – sauf dans les cas extrêmes où il doit faire semblant de ressentir quelque chose, auquel cas il fait la démonstration de ses talents d’acteur. Puis au final, c’est peut-être cela, son vrai visage. Peut-être n’est-il pas capable de faire preuve de compassion ou d’humanité ; peut-être n’est-il pas digne d’être un humain. Il ressemble plutôt à une pierre, ou à un bout de bois mort. Et encore : l’écorce aurait sûrement l’air plus expressive que lui.
Mais l’(ex-)As de Pique lui a permis de découvrir qu’il savait encore sourire. Qu’il pouvait encore se sentir vivant, heureux. Une chose à laquelle il croyait ne pas avoir accès. C’était nouveau, fabuleux, merveilleux. Puis le Joker lui a prouvé qu’il était encore capable de pleurer.
Aime : Se sentir intouchable, être libre, l’eau, le froid, la musique, jouer de la guitare.
Déteste : Le mensonge quand il ne vient pas de lui, montrer à quelqu’un une émotion – quelle qu’elle soit – sans qu’il la contrôle, les gens qui ne prennent pas le temps de réfléchir avant d’agir, les gamins qui pleurent, que l’on essaie de le manipuler ou de l’aider, se sentir impuissant, être enfermé, le silence quand il est absolu et pesant, la chaleur, dépendre de quelque chose.
Style vestimentaire : Assez sobre. Tsubasa a tendance à rester dans des tons axés vers le noir, le gris et le blanc. Le plus souvent, il met un T-shirt par-dessus lequel il passe une veste ou une chemise, avec un pantalon type "regular" ou "slim".
Casier judiciaire : Vierge, et aurait de toute façon été vidé à l’acquisition de son statut.




History ▬


Le Joker chantonne ; Tsubasa ne peut pas fermer les yeux.


Tsubasa ne se souvenait pas de beaucoup de choses.
Ni où il était né, ni exactement quand il était né, pas plus que le visage de ses parents. Sa mémoire lui faisait défaut, elle était complètement vide.
S’il n’avait pas de papiers d’identité, il aurait sûrement oublié sa date d’anniversaire.

Sa véritable existence sembla commencer lorsqu’il fit la connaissance de cet homme ; mais dans un même temps, quand celui-ci disparut, tout parut s’arrêter.

Il ne pouvait même plus penser son prénom tant il le faisait souffrir. Il ne voulait plus dormir, tant les larmes coulaient à son réveil, alors qu’il avait une fois de plus rêvé de son visage, de son sourire, de son rire.
Il aurait préféré être son Sôseiji, et crever avec lui.


« Tu t'envoles d'un monde détruit, pour retrouver l'amour sans amour … ♪ »


Tsubasa n’avait jamais été très extraverti, ni démonstratif. Il était toujours calme, de sang froid. Il ne criait pas, il ne s’énervait pas. Il était l’indifférence.
L’indifférence était la meilleure des armes.

Le réconfort dans l’impassibilité. Elle le protégeait de la douleur. Si rien ne l’atteignait, il ne pouvait pas souffrir. Personne ne pouvait le blesser.
C’était mieux quand les adultes s’empotaient après lui. Ils n’arrivaient jamais à le faire pleurer. Ils n’arrivaient jamais à lui faire mal, même s’ils le frappaient. Ils étaient complètement impuissants. Ils n’avaient en face d’eux qu’un regard imperturbable, dans lequel le trouble ne se lisait jamais. Et ils finissaient tous par lâcher "Ce gosse est insensible, on ne pourra jamais rien faire de lui !" d’un air désespéré.
Le petit garçon n’était pas comme ça pour rien. À la maison, il valait mieux être ainsi si on voulait survivre aux incessantes attaques verbales que se lançaient ses parents. Son vrai visage, il devait le ravaler, l’absorber en lui-même, et en afficher un faux pour avoir la force de vivre avec eux. Mais ça, c’était le passé, et Tsubasa ne s’en souvenait pas.

Le présent, c’était cette Île.


« … Malheureusement le ciel est gorgé de pluie … ♫ »


Il ne se rappelait pas vraiment quand il avait embarqué pour l’Île du Joker – quand il avait la vingtaine peut-être ? – mais sa mémoire commença réellement à faire son travail lorsqu’il fut nommé Valet. Ce qui marqua le début d’un changement dans sa vie.
Son Roi semblait vivre ailleurs ; dans un autre monde, dans une autre époque. Tsubasa ne le voyait pas beaucoup, mais ça n’était pas nécessaire. La Dame était plutôt singulière ; elle n’avait pas l’air de savoir elle-même qui elle était. Cependant, ça n’était guère surprenant, surtout pour une Figure d’un tel groupe de Cartes.
Et il y avait lui. L’As.

Il y a de ces personnes que l’on rencontre, et qui, sans qu’on les connaisse, nous intriguent fortement, nous attirent.
L’As de Pique a été pour Tsubasa l’une de ces personnes, et la seule qu’il rencontra.

Sans savoir ni comprendre exactement pourquoi, il s’en rapprocha. Il le soutint contre la population qui ne pouvait supporter cet exécuteur de l’ombre, ce "Chien de Joker", et passa le plus clair de son temps à ses côtés. Une complicité, un lien s’étaient créés entre eux ; une forte amitié partagée, un temps que Tsubasa n’oublierait jamais et qu’il aurait aimé voir se poursuivre jusqu’à la fin de ses jours. Ils ouvrirent un bar ensemble, vécurent ensemble, dans un bonheur pur et simple, et ce malgré les chaînes de leurs statuts qui les emprisonnaient.
À ses côtés, son masque d’indifférence s’estompait un peu. Les sentiments passaient mieux dans ses yeux, l’As parvenait à les lire. Tsubasa avait acquis un nouveau bien, un bien inestimable, que les gens mettent toute leur vie à chercher : la sensation d’être heureux.
Il se sentait si léger, si invincible, rien ne pouvait l’atteindre ; comme si l’As lui avait donné des ailes.


« … Et quand tu remarqueras que tu as perdu tes ailes … ♪ »


Tsubasa ne s’y attendait pas. Personne ne s’y attendait. Le Joker avait surpris tout le monde. Jusqu’ici, tout avait été calme, rien n’annonçait ce trouble. Mais c’était arrivé, ce soir-là, cette nuit-là. Tous les As avaient disparu. Et lui aussi.
Il l’avait cherché, pourtant. Loin, longtemps. Il ne pouvait pas se volatiliser ainsi, il devait bien être quelque part. Il refusait d’admettre ce qui s’affichait de force à ses yeux, ce que tout le monde semblait avoir assimilé sans grande difficulté, ce qui leur paraissait normal. C’était un jeu, et les As venaient de perdre tous ensemble, en même temps.
Il attendait désespérément qu’il revînt. Ici, dans ce bar qui avait été son petit paradis à lui tout seul. Mais non. Non, c’était fini, il le savait, tous le savaient.
Ça n’était pas possible. Il ne voulait pas y croire, c’était juste une plaisanterie. N’est-ce pas ? Il allait revenir, il n’allait pas l’abandonner ainsi. Pas comme ça…
Les nuits devenaient de douces souffrances. Il était là, avec lui. Tout était bien, peut-être pas dans le meilleur des mondes possibles, mais au moins il allait bien. Puis, il sortait en premier du bar ; Tsubasa le suivait et, arrivé dehors, il n’était plus là. Seule sa voix, seul un cri qui empestait la douleur résonnait dans les rues vides. Là-bas, sur un mur, une ombre s’était mise à rire. C’était l’ombre du Joker – comme il se l’imaginait, à la fois ensorcelante et à la fois des plus cassées.
Il savait que c’était sa faute. Tous le savaient, personne ne le disait. Tsubasa était allé voir son Roi, pour tenter d’obtenir des informations ; il avait montré les crocs et l’avait chassé.

Il est là. Il est là, il sourit, il rit. Son visage est beau, il resplendit. L’éclat de ses yeux reflète le bonheur qu’ils partagent. Ils sont là, sereins. Ils sont là, ensemble.
Puis Tsubasa se réveillait. Encore enfoncé dans un demi-sommeil, il tendait la main pour rattraper ce rêve. Vainement.

Ce matin-là, il pensait avoir presque atteint ses limites. Ça n’était plus possible, il ne pouvait plus continuer comme cela, il devait savoir, il devait comprendre. Et pour cela, une seule solution : aller voir le Joker en personne. C’était risqué, il était au courant. Il n’avait pas le droit d’entrer dans cette salle. Seuls les Rois en avaient la permission. Mais là, c’était un cas de force majeure.
Ce fut d’un pas décidé qu’il se rendit devant cette porte qu’il n’avait jamais ouverte. Il toqua.
- Je peux entrer ?
Aucune réponse. Mais il était sûr qu’il était là. Il arrivait en quelque sorte à sentir sa présence, de l’autre côté du mur. Il toqua plus fort et éleva un peu la voix.
- Je peux entrer ?
Et là, un rire. Ce rire. Ce même rire qui hantait ses rêves – ou plutôt ses cauchemars – ce même rire sadique, qui débordait de cruauté, de malveillance ; ce même rire sournois, machiavélique. Il commença doucement, mais atteignit Tsubasa au plus profond de lui-même, qui s’enflamma un peu.
- Ouvrez-moi !
Mais plus il se répétait, plus le rire devenait fort. Plus il disait cela avec énergie, plus il frappait la porte de ses poings, plus le rire gagnait en intensité.
- Ouvrez-moi…
C’était un ton suppliant, il avait baissé la tête, le front appuyé contre la porte, si froide. Les larmes coulaient – encore – sur ses joues. Il était entre rage et désespérance. Puis il l’entendit. Une voix. Moqueuse. Terriblement moqueuse et amusée.
- Alors, Tsubasa, c’est donc cela ton vrai visage ? Tu me le montres enfin ?
- OÙ EST-IL ?! DITES-LE MOI, OÙ EST-IL ?!
- Des traits et une âme déformés par le désespoir ? C’est mignon.
C’était trop. Il se laissa glisser jusqu’au sol. Il entendit des pas approcher ; il l’entendit s’accroupir ; il l’entendit lui murmurer doucereusement à travers la porte :
- Mais qu’as-tu fait des ailes qu’il t’avait données… ?
Tu me les as prises. Tu me les as prises, enfoiré. Et tu le sais. Et ça t’amuse.
Tsubasa ne pouvait plus rien faire. Le Joker était atroce. Il lui avait arraché ses plumes, une à une, ces si belles plumes qui formaient ses ailes, prêtes à se déployer vers un avenir heureux. Mais là, ce n’était plus qu’un petit enfant, recroquevillé devant une porte, pris de sanglots, incapable de s’arrêter, de se relever, de partir. La Dame arriva en silence du bout du couloir, le prit dans ses bras, le porta jusqu’à sa chambre, le déposa sur son lit, contempla cet homme misérable d’un regard navré, puis partit. Tsubasa resta seul.
De toute façon, il allait être seul pour toujours.


« … Tu ne pourras plus voler librement … ♫ »


Il ne pouvait pas se lamenter longtemps. Il fallait qu’il reprît du service. Sinon, c’était lui qui allait disparaître. Quoique, après réflexion, ça aurait peut-être été mieux.

Non, il devait se relever. Il devait se relever, parce qu’il y avait Rei. Le nouvel As. Qu’il devrait plutôt s’habituer à appeler "Zero".
Il avait plusieurs possibilités. Soit il se fermait complètement à ce jeune homme, en refusant qu’il prenne sa place. Soit il le laissait se débrouiller, après tout son rôle officiel n’était que de lui transmettre le nom des personnes dont il devait s’occuper. Soit il l’épaulait.
Au départ, son fidèle masque reprit le dessus. Il le mit au courant de sa situation d’un air impassible, comme si ce qu’il disait était tout à fait normal et n’allait pas à l’encontre des mœurs. Mais il ne put s’empêcher de le mettre en garde, en lui conseillant de ne faire confiance à personne, surtout pas aux Figures, surtout pas aux Piques. Il ne voulait pas qu’il connût le même sort que lui.
Alors il le prit finalement sous son aile fondue.


« … Et tout trempé, tu disparaîtras dans la nuit profonde ♪ »


Mais à présent, il n’était plus ; il était mort ; il n’allait jamais le revoir. Et Tsubasa ne pouvait plus dormir.




See You Soon ▬


Comment avez-vous connu le forum ? On se le demande.
Présence : Autant que Kei, donc à priori 7/7.
Autre chose ? Non.
Code du règlement :
Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t34-kahane-tsubasa-icare http://souseijinonoroi.forumactif.org/t36-kahane-tsubasa-icare http://souseijinonoroi.forumactif.org/t35-kahane-tsubasa-icare
 

Kahane Tsubasa ♠ Icare

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: CharactersCharacters ▬ 人物 :: 
Fiches de Présentation
 :: Validées
-