Partagez | 
 

 Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Sam 20 Aoû 2011, 02:47

10h du matin. C'était l'heure à laquelle elle s'était levée, grâce au réveil intégré à sa montre qu'elle avait mit un long moment à s'acheter. Les deux chiens-loups autour d'elle, se partageant la chaleur corporelle entre eux, Omi ouvrit les yeux après une bonne nuit de sommeil. Il avait l’air de faire beau, de ce qu’elle voyait de lumière à travers les poils d’un des deux mâles qui lui tenaient compagnie à longueur de temps, un ciel dégagé et lumineux. Elle se redressa et s’étirant, les chiens se réveillant par la même occasion, s’ébrouant et tirant les pattes. Omi se mit debout sur les siennes, et se frotta les cheveux, avant d’aller fouiller dans la boîte en carton non loin, pour attraper des vêtements potables. Eh oui, aujourd’hui était un jour de travail au magasin de guitare, et elle allait sans doute devoir travailler un peu plus tard que d’habitude… Mais peu lui importait, ces heures supplémentaires lui étaient payées, au rabais certes, mais elle recevait une prime. Enfin bon, elle prit un jean déchiré par endroits et une chemise blanche dont elle ouvrit le col car il faisait tout de même un peu chaud.

Omi marcha alors, accompagnée des deux chiens-loups, des huskies précisément, jusqu’au magasin où elle travaillait, y arriver pour 14h. Avant, elle avait prit une douche rapide et s’était payé un petit-déjeuner pour elle ainsi que pour ses compagnons à quatre pattes. Puis, elle put entrer dans le magasin de musique où elle travaillait à mi-temps, en tant que vendeuse spécialisée pour le rayon guitares, et parfois, elle donnait des cours d’apprentissage qui étaient dispensés par le magasin de temps en temps. Le magasin était de taille moyenne et possédait un grand rayon de guitares, un autre d’à peu près la même taille pour les basses, qui était de l’autre côté, face aux guitares. Au milieu, il y avait des batteries et des pianos. Vers le fond, il y avait l’abri à amplis et têtes d’amplis. Et à côté de la caisse, il y avait plusieurs rayons qui étaient recouverts de livres en tout genre, avec également plus loin des accessoires comme les sangles. Derrière les deux caisses, il y avait les cordes et autres petits outils comme des métronomes et des accordeurs. Enfin, sur le bureau des caisses, il y avait une boîte de médiator de toutes tailles et de plusieurs coloris.

L’après-midi se passa plutôt bien, elle n'eut pas grand chose à faire et profita du temps disponible pour nettoyer les guitares et les basses également puisqu'elle avait largement le temps. C’était très calme. Tellement calme que le patron décida de sortir faire une course. Il annonça alors à Omi qu’il lui laissait la garde du magasin pendant deux-trois heures environ, et il partit. Elle restait là, habillée sur son tabouret, à sa caisse, à attendre de nouveaux clients. Il n’y avait pas grand monde aujourd’hui… C’était une journée calme, peut-être trop calme sans doute. Il n’y aurait pas beaucoup de bénéfices aujourd’hui, et Omi était payée avec un pourcentage de la recette des jours, alors son salaire était tout sauf stable. C’était d’ailleurs pour cette raison qu’elle s’était trouvé deux petits boulots. Sinon, avec un seul, elle était certaine qu’elle n’aurait pas réussi à se faire ces petits plaisirs et aurait du se nourrir toujours dans les poubelles… Enfin bon, elle avait plutôt une bonne vie pour sa situation, alors elle ne se plaignait pas. Elle pouvait vivre d’une manière qui lui plaisait. Ses yeux regardaient la boutique, toujours aussi désespérément vide. Elle aurait bien aimé aller dehors, voyant les deux huskies qui attendaient patiemment, se partageant un morceau de viande que l’un d’entre eux avait certainement dû aller chercher, pendant que l’autre restait à sa place. Ils étaient l’un à côté de l’autre, sages. Omi eut un petit sourire en les voyant comme ça, puis attrapa son médiator qu’elle prenait toujours avec elle, le faisant tournoyer entre ses doigts, passant le temps, s’ennuyant fermement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Mer 24 Aoû 2011, 10:57

Sasaki Akeko s'était réveillée tôt ce jour-là. Et comme toute journée qui commençait tôt chez elle, elle s'ennuyait déjà fermement. Elle avait pourtant déjà eu le temps de fumer 6 cigarettes, de partir à la recherche de vêtements propres éparpillés sur le sol - car oui, ils étaient partout sauf dans l'armoire prévue à cet effet. Et ensuite elle s'était même octroyée le luxe de se laver les cheveux et de les sécher au sèche-cheveux. La jeune as s'était même préparé un déjeuner pour midi alors que par habitude elle ne mangeait quasiment jamais le matin et à midi ; généralement elle s'envoyait des doses de sucres rapides durant l'après-midi avant de manger un repas complet le soir. Et malgré toute ces activités, elle avait maintenant la main sous le menton et le regard perdu dans le vide typique des gens qui ne savent absolument pas quoi faire.

Oui, décidément, se réveiller à 10h du matin n'était vraiment pas une bonne idée.

Son regard s'aventura dehors et elle remarqua qu'une belle journée s'annonçait. C'était peut-être là le signe qui lui intimait de sortir de chez elle - chose qu'elle n'avait pas faite depuis 2 semaine et demi - et d'aller respirer l'air extérieur et d'aller affronter à nouveau la réalité navrante et inintéressante. Extérieur dont elle se fichait pas mal et qui lui rendait bien vu que personne ne s'était soucié d'elle pendant son hibernation. Cependant, elle comprit qu'aujourd'hui, elle sortirait. Quitte à devoir regarder la réalité en face et à la trouver toujours aussi stupide ; elle s'ennuyait et elle avait envie de se promener.

Habillée d'un short et d'une chemise à carreau, elle attrapa son appareil photo, évita les livres étalés par terre qui cherchaient sans doute à la faire trébucher pour rappeler leur existence et elle se propulsa dehors.

Un soleil éclatant l'accueillit et machinalement, elle se dirigea vers le parc et vers la butte qui le surplombait. Endroit où elle aimait se prélasser à l'ombre des arbres ou alors allonger sur le dos à regarder le ciel. Cependant, à mi-course Akeko se stoppa et bifurqua vers la ville. Après tout si elle devait faire sa sortie mensuelle, autant qu'elle voit les autres trèfles. Comme ça, elle se dégoûterait de nouveau de l'extérieur et des autres et elle tairait pour quelques semaines l'envie de sortir de chez elle. C'est en marchant dans la rue qu'elle aperçut deux huskies magnifiques.

Sans vraiment s'en rendre compte, elle alla vers eux. Autant les hommes l'indifféraient, autnat les animaux ne pouvaient la laisser de marbre, un chien, un chat c'était quelque chose de tellement différent. Avec eux on se sentait bien, apaisé. Quand elle était dans le parc, de jeunes chats sauvages qui la connaissaient et étaient habitués à sa présence venaient souvent faire leur sieste ou jouer avec Akeko. Sans vraiment s'en rendre compte, elle aimait ça, elle aimait leur présence. Elle tendit la main et laissa le chien la renifler. Il recula la tête au moment où elle voulu le caresser, la jeune femme ne voulant insister, elle s'assit simplement en face d'eux et ne bougea pas. Elle les trouvait vraiment très beau, elle les prit donc en photo. Voyant l'expression curieuse des animaux suite aux cliquetis de l'appareil, Akeko se sentit sourire. Puis un des deux s'avança pour renifler l'appareil, le "clic" qu'il entendit juste après le fit sursauter et elle laissa un petit rire lui échapper.

Puis, elle vit à travers la vitrine de la boutique une femme la regarder. Certainement une vendeuse. Akeko s'arrêta de sourire et son expression neutre revint. Elle se fichait qu'on la regarde, mais ce n'était pas dans ses habitudes de sourire longtemps, la plupart du temps elle n'avait aucune expression sur le visage. Peu de gens avait réussi à la connaître au point de savoir tout de même ce qu'elle ressentait même si elle ne le montrait pas. Deux personnes.

La personne dans la boutique se détourna et l'as s'intéressa donc à la boutique, son œil fut immédiatement attiré par les guitares posées contre un mur, elle avait toujours aimé les formes de celle-ci ; puis par les rayons recouvert de bouquins. Personne n'était présent dans la boutique, elle se décida donc à y entrer. Elle prit un livre avec marqué "Gammes pour guitares - les bases" en gros dessus. Le feuilletant, et ayant déjà complètement oublié la présence de l'autre femme, elle dit pour elle-même :

- Je n'y comprend absolument rien...

Elle ouvrit ainsi plusieurs autres livres fascinée par les notes qui étaient si changeantes, si différentes. Elle observait un monde qu'elle ne connaissait pas et qui était présent partout dans cette boutique : la musique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Jeu 25 Aoû 2011, 15:43

Quelque chose lui fit relever la tête, alors qu’elle était tranquillement assise sur son tabouret, derrière sa caisse, à jouer de son médiator entre ses doigts. Elle avait entendu un grognement, et il venait probablement de ses compagnons à quatre pattes. Elle observa alors une scène assez particulière. Quelqu’un, une jeune fille ou femme, était en train de les regarder et les prit même en photo. La Louve fronça les sourcils, n’appréciant pas trop. Elle se demandait alors si c’était juste par envie de les prendre en photo pour une raison bénigne telle qu’aimer la beauté de ces animaux ou tout simplement car elle aimait les chiens. Ou alors, si c’était pour une raison malsaine, et cela, Omi ne laisserait sans doute pas passer une telle chose. Mais ils n’attaquèrent pas, ni ses huskies ni cette humaine, alors elle n’intervint pas. Elle n’en vit pas l’utilité profonde.

La demoiselle rentra alors dans le magasin, et elle l’observa, regardant ses faits et gestes. Elle était la seule cliente, et Omi était chargée de veiller au bien du magasin, alors il était tout à fait naturel qu’elle la surveille. Elle consultait les livres, les regardant simplement. Elle devait être une cliente comme une autre alors… Et comme elle consultait le rayon guitares, c’était son travail à elle qui était sollicité. Alors elle du descendre de son tabouret, la main toujours posée sur le comptoir, son regard tourné vers la jeune femme.


Une fois qu’on sait lire, ça n’a rien de compliqué, au contraire même.

Elle parlait par expérience. Et puis, il y avait toujours un début à tout, fort heureusement d’ailleurs, sinon la vie serait bien trop simple. Elle s’approcha de la demoiselle. Tiens donc… Son visage ne lui était pas inconnu quelque part… Elle avait une vague impression de déjà-vu, mais où ? C’était vraiment très étrange, elle avait beaucoup de mal à s’en souvenir, mais elle était sûre et certaine de l’avoir déjà croisée quelque part. Elle ne savait pas du tout pourquoi, ni où, ni comment, mais quelque chose en elle était complètement persuadé d’avoir croisé cette femme. Omi se mit à réfléchir alors qu’elle s’approcha d’un pas sûr, ses doigts serrant son médiator entre l’index et le majeur. Une fois juste à côté de la cliente, elle la regarda dans les yeux en penchant un peu la tête, la demoiselle étant plus petite qu’elle.

Je peux vous aider ?

Elle se força alors, devant s’incliner légèrement, par respect comme on dit. Même si elle ne comprenait pas pourquoi. Sans doute pour inciter les clients à revenir dans le magasin pour acheter, ou bien pour favoriser le bouche-à-oreilles ? Bof peu lui importait.

Omi entendit un jappement derrière elle, puis des grattements. Elle tourna alors la tête et eut un léger sourire doux, en voyant ses huskies japper, remuer la queue, en voyant leur amie et maîtresse. Elle émit un petit sifflement, et ils s’assirent, continuant tout de même de remuer la queue et tirer la langue de contentement. Tiens d’ailleurs… Cette petite entrevue avec ses compagnons animaux lui rappela ce qui s’était passé un peu plus tôt.


" Pourquoi vous avez prit des photos d’eux tout à l’heure ? Vous comptez en faire quoi ? "

Son regard devint glacial. Elle n’avait pas la moindre envie de se réveiller un matin, ses chiens disparus, et les retrouver plus tard en vêtements de fourrure ou tout simplement empaillés. Ses sourcils froncés, Omi montrait par son expression qu’elle n’était pas vraiment satisfaite d’avoir vu une telle chose. Elle attendait la réponse patiemment, sans ciller, son regard toujours fixé sur la jeune femme cliente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Dim 28 Aoû 2011, 21:37

Alors que Akeko feuilletait gaiement nombre de livres sans vraiment comprendre ce qu'il y avait dedans, la vendeuse vint lui parler. L'as releva alors difficilement la tête d'un enchevêtrement de notes qui avait l'air particulièrement compliqué, sortant du livre "Guitare à la perfection - professionnels". S'intéressant moyennement à ce qu'avait dit l'autre femme - elle l'avait déjà occulté quand elle avait commencé à regarder les livres. Akeko se força tant bien que mal à se concentrer, elle avait déjà remarqué que ne pas répondre aux gens était malpoli et qu'ils pouvaient se vexer drôlement vite.

Pendant ce temps la vendeuse s'était levée et arrivée à son niveau lui avait gentiment proposé son aide. Ou du moins c'était comme cela que l'interprétait notre trèfle, qui - comme à son habitude - était légèrement décalée par rapport à la réalité. La jeune as la dévisagea. Si l'autre personne avait pu lire ses pensées, elle aurait certainement trouvé rien de plus que Dis donc, cette femme a de drôle de cheveux blonds. C'est marrant. Akeko semblait occulter tout ce que lui disait les gens, il était difficile de capter son attention qui se focalisait souvent sur des détails inutiles et superflus. A partir de là, il était compliqué, voire même exaspérant de parler avec elle car elle était complètement ailleurs.

Si nous partions dans l'ailleurs d'Akeko, c'était les cheveux blonds de la femme qu'elle était convaincue d'avoir vu dans un autre endroit qui la préoccupait, sans pourtant réussir à s'en rappeler. Illustrant parfaitement bien le fait qu'elle n'avait absolument pas de mémoire. Le ton glacial de la vendeuse ne l'atteignit pas. En effet, elle se concentrait tellement fort que de la fumée aurait pu s'échapper de son crâne. Mais elle estima que le plus simple était de demander. Ce qu'elle fit sans attendre :

- On ne s'est pas déjà croisée ?

Akeko ne parlait jamais beaucoup. Préférant les phrases simples, s'expliquant clairement, parfois trop franchement sans s'en rendre compte. L'air froid qui précéda la surprise sur le visage de la blonde l'étonna. Avait-elle manqué quelque chose ? Comme on l'a dit précédemment quand l'As pense à quelque chose, difficile de la faire revenir sur terre et à nos propres interrogations. Si l'on voulait savoir il fallait réussir à communiquer à sa façon.

Cependant Akeko vit les chiens-loups qui regardaient par la vitrine, leurs langues pendant et l'air joyeux. Et avant même que l'autre femme puisse rajouter un mot, elle se retourna vers elle et dit simplement :

- Ces chiens sont magnifiques. Ça se voit qu'ils sont aimés.

Akeko ne souriait pas en prononçant ces phrases, Akeko ne souriait presque jamais face aux hommes ; le fait que la vendeuse l'ait vu sourire était exceptionnel. Cependant, elle était sincère, et cela pouvait se sentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Lun 29 Aoû 2011, 12:46

Croisées ? Si… Ou pas. Elle n’en savait rien en fait. Mais puisque cette fille en parlait, peut-être que oui en réalité, peut-être qu’en effet elles s’étaient déjà rencontrées… Mais où ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Sûrement en se creusant la tête, elle allait bien finir par trouver. Etait-ce réellement le bon moment que de se casser le crâne à chercher une éventuelle rencontre, aussi furtive soit-elle, au fin fon de sa mémoire ? Est-ce que ça valait vraiment le coup, surtout ? Bof. Au pire, de toute façon, ça pourrait toujours l’occuper l’espace d’un ou plusieurs instants, en attendant que le patron ne revienne. Alors oui, ce n’était pas une si mauvaise idée que ça en fin de compte.

" Possible. Mais j’en sais rien du tout. "

Ca pour sûr… Si ça se trouve, elles s’étaient juste croisées dans la rue, l’espace d’un regard et puis plus rien. Si c’était le cas, Omi n’allait certainement pas s’en souvenir. Il fallait mieux se creuser la tête en profondeur pour réussir à découvrir où avait eu lieu leur rencontre, aussi furtive et silencieuse fut-elle. Mais c’était loin d’être une partie de plaisir, et encore moins gagnée d’avance.

Elle fut sortie de ses réflexions par une nouvelle phrase de la demoiselle, qui commentait la beauté des deux huskies qui attendaient sagement la fin du travail de leur maîtresse. Ils devaient avoir une réelle envie de jouer pour être aussi contents de l’entrevoir à peine. OuI… Ca ne pouvait être que ça, Omi s’en souvenait très bien. Chaque fois qu’ils jappaient de cette façon, c’était pour pouvoir jouer, courir partout et faire les fous tous les trois ensemble. Mais ce n’était guère le moment. Il y avait plus urgent à faire, surtout pour que leurs petits estomacs soient remplis d’un bon steak cru et saignant. Enfin bon, retournons le regard sur la petite demoiselle qui n’était qu’à un mètre à peine de la louve aux cheveux blonds platine.


" Ils le sont. "

Aimés, choyés, et magnifiques. Ils étaient surtout heureux, vivant sauvagement, dans l’insouciance, et au jour le jour. Ils ne se posaient pas de questions, ni même l’essentielle qui était de savoir s’ils allaient être en vie le lendemain ou même l’heure suivante. Ils s’en fichaient totalement, ce n’était pas du tout dans leur esprit.

Soudain, un éclair fit lumière dans la mémoire d’Omi. Voilà où elle avait rencontré cette fille ! Et c’était grâce à ses huskies qu’elle s’en souvenait. Oui… Elle s’en rappelait parfaitement à présent. Elle leur en avait parlé, elle avait dit à ses chiens, le soir en sortant de la boîte, qu’elle avait vu une fille qui avait l’air bizarre, et qui avait un comportement vraiment étrange dans le bar le soir. Ca y est… C’était elle dont l’attitude avait fait hausser le sourcil de la jeune louve.


" Le bar. "

Elle tourna les yeux vers la demoiselle. Elle ne devait pas avoir compris, et quoi de plus normal après tout.

" C’était dans le bar de Yamada Tatsurô. Y'a trois jours. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Lun 29 Aoû 2011, 19:22

" Ils le sont. "

Ah, c'était donc les siens, cela expliquait bien des choses. Notamment pourquoi elle l'avait regardé quand Akeko avait pris les photos et essayé de les caresser. Elle avait fait cela sans mal mais même elle comprenait que son geste pouvait être mal interprété. Ce qui expliquait aussi son air froid voir plutôt glacial de tout à l'heure. Il ne fallait pourtant pas s'en inquiéter outre mesure, Akeko ne parlait à personne et personne ne voulait généralement parler à Akeko, elle ne pouvait donc rien faire de ces photos et n'en avait pas la moindre envie. Photographier ce qu'elle aimait était une des ces passions et il ne fallait pas voir plus loin que ça.

- C'est pour ça que je les ai pris en photos. Je prend ce que j'aime en photo. Et je ne vois aucune utilité à les marchander. De toute façon, personne ne voudrait marchander avec moi. Ils sont juste beaux.

Wouah, la jeune as en aurait presque eu la bouche sèche. 5 phrases et de suite même pas réparties dans l'heure, question communication, elle allait finir par s'améliorer. Mais c'était sûrement parce qu'elle avait déjà croisée la jeune femme quelque part et que cela lui donnait l'impression de la connaître. C'était stupide mais les gens qui la marquait étaient considérés comme personnes connues et potentiellement abordables. Ce qui revenaient à peu de gens, puisque les gens en général, et même ceux qui la marquait avaient tendance à la fuir.

On était un as ou on ne l'était pas. De plus, les rares personnes qui ne connaissaient pas encore le statut d'Akeko finissaient par la fuir à un moment ou à un autre. Et c'était certainement dû à la savante combinaison de son caractère un peu trop étrange et de la découverte de l'ordre sur l'île et du rôle qu'elle y jouait. Mais elle s'y était toujours bien acclimatée, n'en ayant pas grand chose à foutre que les gens disparaissent soudainement de sa vie avec des excuses plus ou moins bidons. Elle préférait que les choses soient comme cela. Les seules relations de longue durée, qu'elle avait eu avec les gens qui s'étaient accrochés, avaient fini par lui faire ressentir des choses bizarres lors de leur fin. Et comme tout avait une fin elle préférait donc que ce soit rapide.

Mais soudainement, la femme en face parla brusquement, la faisant sursauter. De quoi le bar ? Yamada Tatsurô ? C'était qui ? ... Elle essayait vainement de faire un effort de concentration, se forçant à réfléchir. C'est vrai qu'elle n'était pas tout à fait restée 2semaines et demi toute seule chez elle. Une des seules personnes dont elle aurait aimé se faire oublier était venue la chercher pour la trainer dans un bar sous prétexte de la faire sortir, ou pour une autre raison obscure - alors que soyons clair, Akeko n'en avait pas envie. Cependant cédant à la facilité plutôt qu'à un combat de longue haleine contre quelqu'un de particulièrement borné ; elle s'était laissée entrainer là-bas.

Et dans ce bar, elle y avait vu une étrange jeune fille aux cheveux blonds qui l'avait particulièrement marquée. En fait, c'était quasiment la seule qui l'avait percuté puisqu'elle avait cherché à s'éclipser discrètement quand l'autre mec ne la voyait pas - ce qui était difficile puisqu'il était collant. Et qu'elle était tombée nez à nez quasiment avec cette femme avant de partir.

- Ah ! Le femme blonde de l'autre fois !

Akeko adorait les hasards bien que cela ne lui arrive pas souvent. Mais s'étonnait de la voir travailler ici. Ne travaillait elle pas au bar ? Enfin après tout, ce n'était pas son soucis. Les gens menaient leur vie comme ils leur semblaient, et souvent elles étaient bien différentes de celle de la jeune femme qui n'avait rien besoin de faire pour vivre car au château, elle était logée et nourrie et cela lui suffisait pour vivre.

- C'est drôle, d'habitude, les gens s'arrangent pour ne jamais me croiser deux fois.

Cependant, sans pouvoir se l'expliquer, elle était heureuse de croiser une personne qui l'avait marqué une deuxième fois et d'avoir la chance de lui parler. Même si elle savait que cela n'allait pas durer. Et que si elle lui parlait, c'était sûrement qu'elle ne connaissait pas encore bien l'île ainsi que tout ce qu'il s'y passait. Mais elle finirait bien par le savoir. Tant pis pour Akeko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Lun 29 Aoû 2011, 19:47

Voilà. Tout le mystère était donc bel et bien élucidé. C’était donc bien elle. Mais pourquoi l’avait-elle donc marquée, si on pouvait le dire comme ça, bien entendu… Bonne question. Sans doute son comportement pour le moins étrange. Mais pas désagréable. Pourquoi ? Parce qu’Omi ne s’y attardait pas en fait. Pas plus que ça. Voire pas du tout. Enfin bon bref. Elle s’en fichait royalement. Ca lui passait au-dessus de la tête, et bien haut.

Mais par contre, ce que cette fille lui dit ensuite, s’avéra être bien étrange et attirer particulièrement l’attention de la jeune louve. Elle se posait des questions sur cette fille maintenant. Et des questions qu’elle avait envie de lui poser. Mais l’assaillir de ces questions-là serait peut-être un brin trop direct… Direct ? Etait-ce là le problème ? Non pas du tout. C’était juste que si elle en posait beaucoup trop, notamment d’un coup, elle risquait de ne pas avoir toutes les réponses, et peut-être même pas la moindre réponse si cette fille qui lui faisait face se rebutait. Alors autant y aller doucement, c’était beaucoup plus simple pour avoir un minimum de réponses.


" Pourquoi ? T’es dangereuse ? "

Elle eut un petit rire amusé à sa propre question. Dangereuse… Mouais. Ca ne devait pas être suffisant, notamment ici, pour faire partir les gens. Et puis, elle, ça la faisait bien rire. C’était plus attirant qu’autre chose, ce qui était dangereux. Elle adorait jouer avec le feu, quitte à se brûler, depuis sa plus tendre enfance. Alors pourquoi se stopper si tard et si tôt à la fois ? Omi haussa un sourcil, réfléchissant à comment préciser plutôt un degré de dangerosité. Si c’était vraiment un truc du genre qui faisait fuir les autres.

" T’as tué des tas de gens ? "

Ouais ! Ca c’était un cas où les autres pouvaient la fuir. Mais sinon, il n’y avait rien qui devait être suffisant pour justifier un tel comportement vis-à-vis d’elle. A part son étrangeté ? Non… Encore moins suffisant que de tuer une seule personne. Omi, malgré sa forte ignorance de ce qui se tramait ici, pour la simple et bonne raison qu’elle n’en avait rien à faire et que la plupart des informations entraient par l’une de ses oreilles avant de sortir par l’autre, savait qu’un simple meurtre était chose courante par ici. Alors quelle idée de fuir quelqu’un qui tuait une personne, même si c’était juste pour s’amuser ? Aucune raison, et pour la jeune louve droguée principalement à l’adrénaline, c’était plus intéressant en réalité.

Mais elle devait attendre la réponse de son interlocutrice qui lui faisait face, surveillant quand même en jetant un coup d’œil derrière elle, si son patron n’était pas revenu. Ou si un client n’arrivait pas… que ce soit pour acheter ou pour avoir un cours. Il valait mieux éviter de perdre le moindre client, sinon, c’était la porte assurée. Avec un patron aussi vénal et énervant, mieux valait éviter le moindre faux pas si elle voulait continuer à manger d’aussi bons steaks avec ses chiens… Puis elle reporta son attention sur la demoiselle qui n’avait toujours pas bougé d’un pouce, ni même ses lèvres pour répondre à la question.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Lun 29 Aoû 2011, 20:41

La dernière phrase qu'elle avait prononcé semblait avoir fait tilter son interlocutrice en face. Elle semblait soudainement beaucoup plus attentive, plus alerte et plus intéressée. Comme si la présence d'un quelconque danger en la femme en face d'elle semblait l'exciter et la faire vibrer. Elle aimait ce qui pouvait être dangereux, elle semblait apprécier effleurer le danger et s'y risquer entièrement.

La question qui vint après arrêta Akeko. Oui, elle aussi se posait la question. Était-elle vraiment dangereuse ? Tout dépendait.

Il n'y avait pas trop de danger en la personne d'Akeko. Sauf évidement quand on lui désignait une victime. Ce qui revenait à devoir éliminer la personne concernée et dans ce cas-là, elle n'avait plus aucune chance de survie. Et c'était là que l'on pouvait réellement mesurer la dangerosité de l'as. Mais sinon, dans la vie réelle, elle était plus douce et passive qu'un agneau. Et Dieu sait ce que cela pouvait perturber et énerver les gens en face d'elle. Sa passivité était exaspérante.

Mais cela avait l'air de faire rire la vendeuse. Elle ne savait pas si c'était de l'absurdité de sa question ou d'autre chose. Elle semblait avoir tout un tas de questions à lui poser tout en ne sachant pas vraiment comment s'y prendre. Tandis que la jeune femme trouvait ça bizarre qu'au lieu d'être sur la réserve maintenant, elle ait plutôt envie d'en savoir plus, de se frotter encore plus au danger. C'était un concept à l'opposé de la passivité. Quand on était passif et qu'on avait envie de rien, on ne se frottait ni au danger ni à quoi que ce soit. C'était dur de comprendre les autres. Et Akeko n'en avait pas vraiment envie. Elle décida donc d'abandonner ses réflexions là-dessus.

Est-ce qu'elle tuait des gens ? On se rapprochait de la vérité. Cependant, les meurtriers ne font pas fuir les gens parce que généralement, on ne sait pas qui cela peut bien être. Et les meurtres étaient loin d'être spécialement rares. De plus, les gens mourraient toujours à deux à cause de la malédiction. Qu'est ce qu'elle était exactement ?

- Un chien. Moi aussi j'en suis un.

Elle vit une lueur d'incompréhension passer dans le regard de la blonde. Elle ne savait donc vraiment rien à ce qu'il se passait sur cette île ? Elle devait pourtant intimement s'en douter, personne ne l'ignorait même si l'on était jamais vraiment au courant de tout.

- Un chien du Joker. Je tue les gens qu'il aime pas ou que mon roi n'aime pas.

Pas besoin maintenant de préciser pourquoi les gens la fuyaient plutôt deux fois qu'une. Elle était le symbole de mort suprême pour tous ceux qui savaient son statut. Même si on savait qu'elle ne tuait jamais sans raison, on la rejetait par principe. Et le pire c'est que cela n'avait pas l'air de la déranger outre mesure.

- Je suis Shi, le quatrième as. Je suis la mort. Et si ça se trouve demain, on pourrait me demander de te tuer.

La brune ne disait même pas ça dans le but de la provoquer. C'était une simple constatation. Oui, ça pouvait très bien arriver. Et même si parfois les as protégeaient des victimes. Personne ne devait le savoir.

Son manque d'expression était traduit par un manque de sentiment. Pour eux, elle était un assassin en liberté. Elle était la mort froide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Mar 30 Aoû 2011, 07:01

Elle avait enfin sa réponse à sa question. Mais la réponse fut pour le moins déconcertante. Un chien ? Pourquoi donc se qualifiait-elle de chien ? Va savoir… L’étonnement était plus que visible sur le visage de la jeune louve, et apparemment, il ne passait pas le moins du monde inaperçu aux yeux de la jeune femme qui lui faisait face. Celle-ci précisa d’ailleurs sa réponse.

Joker… Roi… As… Où avait-elle déjà entendu parler de ces trucs qu’elle qualifiait de bizarroïdes ? Hm… Ses yeux tombèrent dans le vide, la réflexion prenait place en son esprit. Elle essayait de se souvenir de tout ce dont elle avait eu vent dans la rue à propos de ces mots qui faisaient penser à un jeu de carte. Et elle comprit. C’était donc ça… Ce fameux Joker, l’esprit de Dieu fou de cette île comme quelques rares personnes l’appelaient. Et avec en-dessous de lui, quatre figures : le Roi, la Dame, le Valet, et l’As. Elle ne savait pas les rôles que ceux-ci avaient, et de toute façon, cette idée ne lui avait tout simplement jamais traversé l’esprit. Mais apparemment, elle comprit que les As semblaient être des messagers de mort, obéissant au Roi et au Joker. Pourquoi les ? Tout simplement car elle venait également de se souvenir qu’ici, il y avait des quartiers qui avaient un nom plutôt interpellant… Pique. Cœur. Carreau. Trèfle. C’était un vrai casse-tête tout ça. Elle qui voyait la vie comme une partie d’échec, ici, il semblerait que ce soit plutôt un jeu de cartes… Et en toute logique, il devait y avoir quatre Rois, quatre Dames, quatre Valets, et quatre As. Avaient-ils tous le même rôle ? Ou bien était-ce différent ? Cette fille… Peut-être pourrait-elle lui en apprendre davantage… Qui ne tente rien n’a rien.


" Comment tu me tuerais ? "

Non… Ce n’était pas ça la question à poser ! Pourquoi fallait-il toujours que le danger et son adrénaline insatiable fassent surface en premier ? Omi lui tendit la main avant qu’elle réponde, avec un petit sourire, à la fois joueur et froid, mais plutôt amical en fin de compte.

" Omi Kimura. "

Elle ne la fuyait pas, bien au contraire. Elle avait envie de connaître cette fille qui semblait côtoyer la mort de près. De très près même, bien plus que la jeune louve ne pourra le faire dans toute sa vie. Peut-être… Qui sait après tout. Nul ne sait de quoi est fait le lendemain, et elle se fichait que cette fille à qui elle comptait serrer la main et avec elle désirait faire connaissance, la tue demain, alors qu’elle ouvrirait les yeux une dernière fois.

" Tu m’expliques c’est quoi les règles du jeu ici ? "

Qu’est-ce que ça pourrait être à part un jeu à grandeur humaine ? Une divine mascarade ? Une incroyable comédie ? Peu importe, le danger était à chaque coin de rue ici, et c’était plus que parfait. Une vie sans danger est une vie ennuyante et qui ne vaut pas le coup d’être vécue. Et apparemment, celle d’Omi allait devenir encore plus intéressante après cette rencontre. Voilà peut-être la raison que cette fille avait attiré son attention au bar, quand elles s’étaient croisées l’espace d’un bref instant ? L’odeur de la mort qui empreignait son aura avait du séduire l’âme même de cet animal à corps humain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Sam 10 Sep 2011, 15:55

La jeune as voyait la vendeuse en face d'elle réfléchir intensément. Si elle avait pu voir dans son cerveau, elle aurait certainement pu y voir une femme entrain d'essayer de trouver les bonnes pièces d'un puzzle pour le reconstituer tout en enlevant les pièces inutiles. C'était vrai que si on était pas plongé dans le cœur du système, cela pouvait sembler plus que nébuleux à saisir et à comprendre, surtout si elle n'avait pas demandé plus d'informations que ça en arrivant. Enfin, c'était peut-être les gens qui s'étaient refusés à lui en parler aussi. On avait toujours peur d'attirer le regard du Joker sur soi, alors on évitait le sujet le plus possible, ainsi que la présence de ses agents, pour avoir l'impression de vivre presque normalement. Mais on ne pouvait s'empêcher d'y penser.

La femme lui posa une question des plus étranges. Comment la tuerait-elle ? C'était une excellente question. De toute façon elle n'y réfléchissait jamais avant ; elle les s'occupait d'eux de la manière la plus appropriée qui soit. Sans états d'âme. Rapide et efficace. Comme ça, elle pouvait aller se recoucher plus rapidement. Mais Omi - maintenant elle connaissait son nom - l'avait arrêté avant qu'elle n'ait eu le temps de lui répondre. Parce que oui, elle lui aurait répondu ; si elle le demandait c'était bien que ça l'intéressait, non ? Et elle commençait à comprendre que la blonde aimait le danger et tout ce qui s'en rapprochait, c'est pour cela qu'elle ne l'avait pas fui. Elle voulait mesurer le danger que représentait Akeko car elle aimait se sentir si proche de ce qui représentait la mort.

- Sache juste qu'après, tu ne penseras plus qu'à ça. Ça fera parti de ta vie.

L'as se tut. Elle était fatiguée. Depuis quand parlait-elle autant ? Surtout à une personne vivante et humaine ? Tant pis, maintenant qu'elle avait commencé, elle ne pouvait pas s'arrêter. L'explication serait plus ou moins longue selon si la femme en face était vive d'esprit ou non. Elle pria pour que oui, elle le soit.

Elle contourna Omi, et alla s'asseoir sur un des tabourets près de la caisse. Libre à la jeune femme de venir l'y rejoindre ou de rester debout. Elle s'était retournée pour voir Akeko s'asseoir. Celle-ci décida de commencer à raconter et si l'autre le souhaitait, elle viendrait.

- Ici, tout est un jeu de carte. L'île est divisée de sorte à donner une part égale à chaque catégorie de cartes : au Nord, les carreaux vivent, c'est l'endroit dynamique où se trouve le port, ensuite à l'autre bout, au Sud, ce sont les Piques, il n'y a pas grand chose chez eux mais ça leur convient. Ensuite les cœurs habitent à l'Est, c'est un endroit réputé pour être très vivant, la nuit notamment, mais pas que. Puis chez nous à l'Ouest comme notre caractère parait-il, où l'on a le plus de divertissement artistique. On est apparemment réparti selon nos caractères. Et on a tout de même le droit d'aller chez les autres, même si la plupart du temps, il y quelques tensions entre certains caractères bien précis. Mais tout ça, tu devais déjà probablement le savoir.

Akeko ferma les yeux. Par où continuer ? On aurait dit un guide touristique.

- Ah oui, le centre de l'île est là où je vis. Le château est à cet endroit avec le Joker et les figures. J'en viens donc à ce point. Comme dans un jeu de cartes, se retrouvent à une place spéciale les rois, les dames, les valets et les as. Les rois sont les seuls à avoir vu le Joker et il peuvent décider de tuer quelqu'un juste par envie comme ça, ils ont le pouvoir et souvent en abusent. Mais ils en ont entièrement le droit. Ils transmettent à la Dame le nom de la personne en tort et elle décide de la sentence sauf quand le roi souhaite la mort de la victime. Puis le valet nous transmet l'information et nous, nous exécutons les tâches demandées. Quand le roi nous donne une victime sans passer par le valet, c'est juste que l'ordre ne vient pas de lui mais du Joker. C'est tout ce je sais de l'organisation interne.

Ça y est. La brune était vidée. Si elle avait su que aujourd'hui, elle se ferait rattraper par son mutisme des deux dernières semaines... Omi ne réagissait pas encaissant probablement les informations et laissant son cerveau les traiter. Elle devait certainement être entrain de se faire ses propres réflexions et avis sur le sujet. Elle voyait au dehors les gens passer, un bon quart d'heure s'était écoulé depuis le début de son explication. Cette île était vraiment trop compliquée à expliquer. Elle décida de prendre les devants.

- Ne me demande pas pourquoi le Joker a décidé d'élever des gens à ce niveau, au lieu de tous nous considérer comme de simples cartes, je ne sais pas et je m'en fiche. Par envie de respecter le jeu de carte, simplement parce que c'est moins ennuyant comme ça. Je sais pas.

Elle attendait juste une simple réaction de la part de la vendeuse. Mais d'un autre côté, elle était tentée également de la laisser à ses réflexions et de s'en aller. Car oui, il fallait le dire, Akeko mourrait de faim. Parler et communiquer plus que d'habitude lui donnait l'impression d'avoir un trou noir à la place de l'estomac.

- J'ai faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Jeu 15 Sep 2011, 10:45

Omi regarda la jeune fille, celle qui se dénommait Shi. Son regard ne quittait pas son corps, suivant ses moindres mouvements, comme si elle pourrait déceler la moindre information qui lui aurait échappé. Mais elle finit par aller s’asseoir sur un tabouret ? Serait-elle épuisée ? Ou serait-ce là un geste, un acte qui démontrerait alors tout le sérieux des révélations qui allaient sans doute suivre, prouvant alors à Omi que tout ce qu’elle dirait ne sera pas à prendre à la légère et que tout ne sera que vérité ? Peut-être.

La regardant toujours, elle l’écouta faire son discours. Mais rester loin d’elle, était une forme d’impolitesse. En avait-elle quelque chose à faire ? A vrai dire non. Elle s’en fichait totalement. Mais elle avait envie d’écouter ce qu’elle lui disait, et surtout, de ne pas en perdre la moindre miette. Alors la jeune louve s’approcha et s’installa à son tour, sur l’un des tabourets. Son coude sur le bureau, sa main soutenant sa tête, son regard était plongé sur le visage de Shi, buvant chacune de ses paroles. Tout cela était terriblement fascinant. Alors tout ce qui se déroulait ici était semblable à un jeu de cartes ? Le Joker, les Rois, les Dames, les Valets, les As… et ces noms que l’on donnait aux quartiers. Les Piques, les Cœurs, les Carreaux, les Trèfles… Tout ceci n’était qu’un immense jeu de cartes, où les règles étaient pareilles à un jeu d’échec. Le but du jeu était de survivre alors… Un jeu auquel Omi jouait depuis sa naissance, se brûlant de nombreuses fois, mais se relevant toujours, bravant la mort et les interdits. Et ici… les règles semblaient plus dures, mais surtout plus cruelles.

Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres. Elle vivra avec ça dans la tête oui, mais cela ne faisait que la fasciner davantage. Ce jeu avait toujours était intéressant, une raison pour laquelle elle avait choisi de rester en vie, au lieu de mourir ou de se laisser mourir les fois où elle avait été sauvée de justesse à l’hôpital, alors qu’elle n’était qu’une enfant. Ici, la vie prenait un tout autre sens, elle n’était pas qu’entre nos mains, mais apparemment entre les mains de cinq autres personnes également, peut-être même plus, qui pouvaient alors faire ce qu’elles voulaient de la vie de la personne qui avait eu le malheur de leur plaire… ou de leur déplaire.


" C’est une vision de la vie… qui donne envie de vivre. "

Et non plus de simplement survivre. Les choses prendraient un goût différent pour Omi, ça, elle en était persuadée. Peut-être également que le fait de côtoyer l’un de ces « bourreaux » faisait partie de ce jeu, peut-être même en avait-elle côtoyé de près d’autres, qui sait.

Mais elle fut tirée de ses pensées en entendant la plainte de l’As. Elle avait faim ? Hm… Problème. Omi n’avait rien prit à manger, elle avait mangé avant de venir au travail… Et elle n’avait rien du tout ici… Quant à l’idée de s’absenter pour aller chercher à manger, il valait mieux qu’elle l’oublie, au risque de perdre son travail et donc la possibilité de se payer un repas frais de temps en temps. Non, elle n’avait pas d’idée.

Ses yeux tombèrent par hasard sur ses chiens, toujours sages, à attendre, et alors un petit sourire se dessina sur ses lèvres. Elle avait eu une idée. La jeune louve se leva de son siège, et sortit du magasin, allant juste voir ses chiens qui se mirent à japper, remuant la queue avec vigueur, lui sautant dessus. Omi riait doucement, leur frottant la tête. Ils étaient les seuls à être capables de la faire rire de bon cœur, mais surtout joyeusement. Ils finirent par se calmer, et Omi attrapa la tête de l’un d’eux, lui mordillant l’oreille. Le chien secoua sa tête, et s’assit, langue pendante. Elle lui parla alors, et le chien se leva, avant de partir en courant. Elle retourna dans le magasin, caressant une dernière fois la tête de l’autre huskie.


" J’espère que t’aimes les biscuits. "

En effet, quelques minutes plus tard, le huskie était revenu, un paquet de gâteaux entre les crocs. Il gratta à la porte vitrée, et Omi alla ouvrir. Elle prit le paquet, et donna un biscuit à chacun, avant de retourner dans le magasin. Elle posa le paquet devant Shi, puis s’installa sur le tabouret sur lequel elle était juste avant. Ce paquet devrait peut-être caler un tant soit peu sa faim. Et non, ce n'était pas des aliments pour chiens, mais bien pour humains.

" Bon ap. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Sam 24 Sep 2011, 16:56

La phrase qu'avait prononcé Omi montrait bien à l'évidence son attrait pour le jeu, le danger ainsi que la mort. Tout ce qui était dû au hasard, qui pouvait arriver n'importe quand sans qu'on le veuille et qu'on puisse le contrôler. Elle allait certainement bien s'amuser sur l'île maintenant. Surtout si elle commence à fréquenter les personnes qui lui donneront cette dose d'adrénaline dont elle avait l'air d'avoir tant besoin.

Alors que Akeko écoutait son estomac transmettre à son cerveau par des longues plaintes qu'il fallait le nourrir expressément sous peine de représailles ; elle vit Omi bouger. Celle-ci semblait vouloir aller chercher quelque chose, la jeune vendeuse sortit du magasin et alla voir les huskies. La brune venait de comprendre pourquoi Omi en avait parlé comme ceci tout au début de la conversation : en fait, c'était donc ses chiens. Ceci expliquait cela. Quand elle la vit, jouer avec eux, rire de bon cœur ; un très léger sourire se ficha sur ses lèvres. Oui, les animaux étaient vraiment aimés par la jeune louve. L'un des deux, après avoir calmement écouté sa maîtresse, partit dans la direction inverse du magasin.
L'expression neutre habituelle revint sur son visage avant que la jeune femme ne revienne dans le magasin. Si elle aimait les gâteaux ? Tout à fait, bien sûr, entièrement, complètement , énormément, manger, miam. Mais Akeko ne répondit pas, estimant que la réponse se donnait d'elle-même. Elle laissa le silence s'installer. Cela ne la dérangeait pas, bien au contraire. Elle aimait le silence surtout qu'elle ne parlait généralement que quand il fallait vraiment répondre à une question ou quand elle estimait nécessaire ce qu'elle allait dire. Autrement dit, elle parlait très peu.

Elles n'eurent cependant pas le temps d'attendre longtemps que le chien ne revienne. Ce fut très rapide. Au moment où il revint ; Akeko occulta tout ce qu'il y avait autour d'elle mis à part le paquet de gâteaux présent dans la main d'Omi. Elle entendit à peine celle-ci quand elle lui qu'elle pouvait commencer à manger. Elle prit le paquet sans regarder dessus ce que c'était, et mordit avec conviction dans un morceau.

- Trop bon.

Tout en disant cela, elle avait relevé la tête avec un sourire fiché dessus. Chose qui n'arrivait jamais et pourtant c'était la deuxième fois aujourd'hui qu'elle voyait quelque chose qui la faisait sourire. En effet, ces gâteaux étaient au citron, et c'était le péché mignon de la jeune femme. Elle l'aimait sous n'importe quelle forme et ici d'autant plus que l'acidité du fruit était mélangé avec la sucrerie du biscuit, deux choses qu'elle adorait réunies en un même aliment. Le bonheur. Remarquant qu'elle souriait, elle reprit une expression neutre sans pour autant manquer d'engloutir les trois-quart des biscuits qui restaient avec une rapidité impressionnante.
Elle glissa les derniers biscuits vers Omi en gage de remerciement. Elle ne savait absolument pas quoi dire à partir de maintenant. Elle se demandait si la jeune femme avait encore d’autres choses à lui dire ou si elle souhaitait maintenant que l'as prenne congé et s'en aille et surtout, ne revienne plus jamais la voir. Ce serait sûrement ce qui se passerait la prochaine qu'elle se croiserait, elle l'ignorerait probablement. Mais Akeko s'en fichait.

- Si je devais te tuer, je pense que je le ferais avec une arme à feu. Certainement un silencieux. Tu es trop sauvage et instinctive pour être tuée avec du poison, de plus, tes chiens le renifleraient peut-être. Puis tu m'as l'air assez forte en bataille, je ne t'attaquerais surtout avec avec une lame et risquer un corps à corps. Non, avec un vrai silencieux. Sans bruit. Avant que tu ne puisses réagir. Rapide et efficace.

Et oui, elle y avait quand même réfléchit depuis qu'elle lui avait posé la question. Elle venait de dire ça avec une voix neutre, mais cependant on sentait derrière l'esprit réfléchi de la jeune femme. Le côté qu'elle avait développé en tant qu'as. En tant que tueuse. Elle savait comment tuer et cela se sentait.

- C'était pour répondre à ta question. Si tu en as d'autres, n'hésite pas.

Elle leva la tête vers Omi et la regarda simplement dans les yeux. Peut-être qu'elle n'aurait pas du être aussi franche. Ou peut-être que si. Mais bon, après tout, c'était bien elle qui avait demandé tout à l'heure ; une partie d'elle voulait donc bien le savoir. Akeko espérait alors qu'elle serait satisfaite de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kimura Omi
♣ Chiisana Karto ▬
† Wolf Demon †

avatar

Messages : 342
Avatar : Omi [exist†trace]

Brièvement : 23 ans # Club # Homosexuelle
Activité : Guitariste (dans un bar la nuit, en prof le jour)
Autre : N'aie pas peur... Je mords juste à sang.

MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   Lun 03 Oct 2011, 12:19

Eh ben ! Quel appétit ! Omi ne se retint pas d’afficher un petit sourire au coin de ses lèvres en voyant Shi manger autant, et avec autant d’enthousiasme surtout, les petits gâteaux que l’un de ses chiens avait apportés. Apparemment, il avait eu la patte heureuse. Mais ils étaient à quoi d’ailleurs ? Elle n’avait pas pensé à regarder, et donc, attrapa le paquet, alors que l’autre s’était servie. Elle regarda et vit alors ce que c’était. Des petits gâteaux au citron… Mouais… Il avait du prendre au hasard ce grand benêt.

Shi lui proposa des gâteaux, en en poussant vers elle, mais Omi les lui repoussa, les ramenant vers l’autre femme. Elle fit un non poli de la tête, pour dire en gros qu’elle n’en voulait pas. La jeune louve n’aimait pas le citron, sauf en assaisonnement pour certains plats, sinon, elle ne trouvait pas ce goût très appétissant. Elle préférait les pommes. Ca, c’était son fruit préféré. Une bonne pomme bien juteuse et croquante sous la dent. Un vrai délice. Une touche de douceur fruitée et acide, pour compenser avec la dureté et le goût viandeux des steaks et autres entrecôtes. C’était délicieux oui, mais un peu ennuyant à force de ne manger que ça. Et puis, elle était humaine après tout, donc omnivore et non carnivore. Ses deux huskies aussi aimaient bien manger quelques légumes ou fruits, mais crus eux. Sinon, ça restait collé à la dent. Oui, elle ne leur donnait pas de croquettes, ou alors, quand il n’y avait plus d’argent… Et elle ? Ben elle mangeait les croquettes aussi… Ca faisait glauque dit comme ça, mais quand on a rien d’autre à manger, on se contente de ce qu’on a. Et on se régale en retrouvant des aliments frais et goûteux.

Soudain, elle l’entendit parler à nouveau. Omi tourna la tête vers elle, la regardant d’un air étonné. De quoi parlait-elle… ? Ah oui ! Elle lui avait demandé comment elle la tuerait. Apparemment, elle y avait réfléchi, car tout ça semblait bien élaborer. Mais elle se contenta de soupirer, avant de pousser un léger rire, presque inaudible, mais qui se voyait surtout à son expression faciale.


" Quel déshonneur pour moi. Mourir sans m’en rendre compte… Je préférerai mourir au combat, après m’être bien battue. Une mort digne, et pas stupide comme celle que tu viens de dire. Mais merci d’avoir répondu à ma question, ça m’aide. "

Et surtout, ça lui faisait comprendre que cette fille savait exactement ce qu’elle faisait. Mais c’était vrai que c’était vraiment dommage… Omi préférait largement mourir dans une bonne bagarre, après s’être battue corps et âme, jusqu’à son dernier souffle. Une mort de guerrière, comme l’animal sauvage qu’elle était devenue au fond d’elle. Mais à en croire les explications de Shi, ça devait se lire sur son visage qu’elle était ce genre de personne. Dommage, elle ne pourra pas cacher son identité bien longtemps. Mais bon, ça devait être ça qui attirait les demoiselles dans son lit aussi. Même sûrement, vu qu’elle jouait de son androgénie et de son apparence sauvage pour charmer les jeunes femmes.

" J’en ai une autre en effet. Et elle vient juste d’arriver dans ma tête. "

Mais Omi se releva d’abord, faisant signe d’attendre à Shi. Elle alla dans les toilettes réservées au personnel, et sortit avec une bassine remplie d’eau fraîche. Elle l’amena dehors, vers les chiens, qui furent bien heureux et qui allèrent rapidement laper l’eau fraîche, alors que leur maîtresse leur caressait doucement la tête. Elle revint ensuite à sa place, se réinstallant sur le tabouret.

" J’ai entendu des histoires de jumeaux ici. Déjà avant d’arriver, j’entendais des trucs comme ça. J’aimerais avoir des précisions sur ça. C’est quoi cette histoire ? C’est vraiment réel ce fait d’avoir quelqu’un avec qui on partage sa vie, émotions et sensations ? Et c’est vrai que si on crève, il ou elle crève aussi ? Si c’est vraiment réel tout ça… comment on reconnait cette personne ? Et comment on sait si on en a ? Enfin, si tu peux m’éclairer là-dessus. J’ai que des bribes d’informations, mais rien de concret. Alors je voudrais satisfaire ma curiosité. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t38-kimura-omi-100#79 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t40-kimura-omi-rp-open#86 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t41-kimura-omi-links-of-a-demon-wolf#89
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un art bien particulier. [Sasaki Akeko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joker's Island ▬ ジョーカースアイランド :: 
Partie Ouest ▬ Clubs
 :: Zone de loisirs "artistiques"
-