Partagez | 
 

 Danger, danger ; hight voltage - Emiko -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Lun 29 Aoû 2011, 14:51

    Vendredi soir ; si la plupart des nippons ont l’habitude de noyer le surmenage et trop plein de boulot dans l’alcool au début du week-end, c’était d’autant plus vrai sur l’île. En effet la population de ce bout de terre perdu dans l’océan a toujours eut une forte tendance à l’alcoolisme, sans doute la pression supplémentaire du à cette histoire de jumeau , et il ne faut pas l’oublier, de notre amie le Joker ! Tatsurô ne c’était pas spécialement posé de question quant à la consommation d’alcool sur cet îlot par rapport au Japon, mais il faisait un constat ; son bar marchait bien, plus les gens vont mal, plus l’alcool coule à flot. Notre jaune se frottait les mains d’avance toute la semaine, en attendant le rush du vendredi soir pour servir des litres et des litres d’alcool aux miséreux à moitié dépressifs. Et il s’en foutait, s’en contre fichait d’alimenter le malheur de ses abrutis ; ça lui remplissait les poches, ça le faisait rire en prime ! ha ha ! Bref, la soirée était déjà bien avancée , Tatsu’ restait sagement à son poste , derrière le bar, assit tranquillement sur son tabouret, en servant des verres aux clients s’installant en face de lui. Il ne quittait pratiquement jamais son perchoir, sauf pour aller aux toilettes ou en cas de problème, et notre jaune passe ces soirées à fumer comme un pompier en sirotant de la bière. Si bien qu’il n’est pas rare qu’à la fermeture du bar le grand patron soit dans le même état que ces clients ; minablement torché. Mais pas ce soir en tout cas, il avait les idées plus ou moins claires – dans la mesure du possible pour cet énergumène – et était quelque peu pensif ; en effet depuis une petite demi heure, il fixait une femme jeune de dos qui semblait déjà être un peu ... Joyeuse vu comment elle se trémoussait. Jusque rien, rien d’important, mais Tatsu’ avait l’impression de connaitre ce petit bout de femme, mais il n’en était pas sûr. Difficile de reconnaitre quelqu’un de dos, juste en ayant l’impression d’avoir déjà vu cette chevelure et cette chute de reins, mais plus notre jaune se concentrait pour savoir si cette personne était celle qui pensait, plus il avait bien peur que ce soir bien elle ! Il ne devait pas rester là, vieillement derrière son bar , mais il ne savait pas où aller d’autre pour autant ; sur un tabouret ? Non, ça ne le ferait pas. A une table ? Tout seul comme un con ? Non plus … Tout en réfléchissant à un endroit de repli, Tatsurô quittait lentement sa tanière et se glissait parmi ces clients, en essayant d’avoir l’air décontracté. Avant de faire l’idiot, le jaune se dit qu’il fallait d’abords être sûr et certain qu’il s’agissait bien d’elle, mais sans qu’elle ne le remarque ; il commença donc à déambuler dans la pièce, un peu n’importe comment en ajustant sa chemise. Après plusieurs tour de la pièce infructueux, le brun se résolu à passer devant elle, quitte à se faire voir ; c’était bien elle, ce que Tatsu’ craignait. Wakizaki Emiko, rencontrée quelques semaines plus tôt et à qui notre petite enflure à raconter un tas de bobards pour cacher ces activités de vicelard, vaillant bouffon du Joker. Le jaune ne se souvenait même plus de la moitié de ce qu’il lui avait dit, mais il ne pouvait pas faire machine arrière , il allait devoir s’enfoncer dans ces mensonges. Oh, il avait l’habitude ceci dit, sauf que c’était un peu plus tendu cette fois ci. En effet, il lui avait clairement dit n’avoir aucune relation avec le Joker, or dans ce taudis, tout le monde savait qu’il en était tout le contraire. Alors qu’il réfléchissait à un moyen de tourner cette affaire la plus convenablement possible, il leva les yeux vers elle ; elle l’avait vu et lui faisait un petit signe. Tatsu’ répondait en s’approchant, se disant que de toute façon, il ne pouvait se casser comme ça, alors … Autant sauter à pied joint dans la merde, il l’a rejoint ; « Ah , Emiko ! Qu’est ce qui t’amène dans ce foutoir ? » Bah oui, il ne l’avait jamais vu ici auparavant, ou ne s’en souvenait pas. Et d’ailleurs, il aurait bien voulu ne jamais la rencontré dans un endroit pareil, ou à tout moment ces millions de mythos peuvent tomber à l’eau en un claquement de doigt. Bon, au moins, elle était déjà éméchée, donc moins au taquet, c’est déjà ça de gagner se disait Tatsu’ … « Ah ah, alors … ça va bien ? » Il fit signe à une serveuse pour qu’elle leurs amène des verres, de n’importe quoi pourvu que ça cogne.


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »



Dernière édition par Yamada Tatsurô le Dim 25 Sep 2011, 03:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Mer 31 Aoû 2011, 20:07

Vendredi, la fin de la semaine. Emiko, à peine rentrée chez elle, se laissa tomber sur son canapé en soupirant d’aise. Deux jours de repos, à ne rien faire, ou plutôt, à pouvoir faire ce qu’elle veut. D’ailleurs, elle avait beau être fatiguée, elle n’avait strictement aucune envie de rester cloitrée chez elle ce soir. Mais sortir toute seule, c’était pas génial. Surtout qu’elle commençait à se lasser de son quartier. Toujours les mêmes gens, toujours les mêmes bars ... Elle attrapa son portable et fit défiler la liste de ses contacts. Devait bien en avoir un qui allait avoir le plan du siècle. Quelques messages plus tard, elle avait rendez-vous dans un bar, partie ouest de l’île. Elle ne connaissait pas trop ce quartier, n’ayant jamais vraiment l’occasion de passer par là. Une ou deux fois, elle avait dû aller dans leur forêt, c’est tout.

Quelques heures plus tard, on pouvait retrouver une Emiko totalement différente dans ce fameux bar. Fini le tailleur stricte et le chemisier serré, tenue que d’ailleurs elle n’appréciait guère. Elle avait revêtu une robe pleine de rubans et de dentelles, noire bien sûr, la faisant ressembler à une poupée de porcelaine. Elle avait également déjà bien bu et sans être complètement défoncée, elle était bien joyeuse. En somme, elle passait une bonne soirée en compagnie de connaissances. Des gens pas très intéressants, mais toujours là quand il était question de boire. Des camarades de beuverie, c’est toujours bon à prendre ... La jeune femme n’était pas une alcoolique, elle ne buvait pas souvent. Mais quand elle se lâchait, elle ne faisait pas semblant ... Un énième verre à la main, elle tourna la tête, regardant la foule qui se trouvait autour. Elle vit alors avec une surprise quelqu’un qu’elle connaissait. Tatsurô. Le nom de famille, elle ne s’en souvenait plus. Le lui avait-il dit au moins ? De toute façon, ce n’était pas intéressant. Elle l’aimait bien, même si elle ne le lui dira jamais. Ils avaient pas mal parlé la seule et unique fois qu’ils s’étaient vus et Emiko était contente de le voir. Elle lui fit un signe de la main en souriant.

« Salut ! Je profite de mon vendredi soir pour me détendre ... Comme les trois-quarts des personnes ici. »

A croire que les habitants de l’île n’avaient rien d’autre à faire que de se laisser tenter par l’alcool en ce début de week-end. Certes, elle aussi était là, mais comme dit précédemment, c’était rare. Et généralement les endroits où elle allait était moins bondés, c’était une des premières fois qu’elle voyait autant de monde réunit. Elle se rapprocha un peu du jeune homme, pour éviter de devoir hurler pour lui parler et couvrir le bruit ambiant.

« Ça va bien ... Je me demandais quand est-ce que tu allais réapparaître. »

Elle lui fit un petit sourire. A ce moment là, la serveuse amena une bouteille. Vodka. Nickel. Elle n’était pas vraiment fanne, mais dans l’état où elle se trouvait, tout ce qui était un peu fort la contentait amplement. Elle remplit deux verres du liquide et en tendit un à son interlocuteur. Avec lui, elle était plus souriante et plus amicale qu’avec la plupart des personnes. Et oui, elle sait être autre chose qu’une sale peste capricieuse. Mais généralement, il lui fallait quelques verres avant de se détendre à ce point.

« Alors, qu’est ce que t’as à me raconter ? »


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Mar 06 Sep 2011, 22:40

    En réalité, il ne lui demandait pas vraiment littéralement ce qu’elle faisait ici, mais plutôt foutre de merde, pourquoi elle était venu ici plus qu’ailleurs ? Ça ne l’arrangeait absolument pas. Surtout qu’il ne se souvenait pas l’avoir déjà vu dans son bar, et qu’il aurait bien voulu que ça dure. Il répondait à son sourire tout en essayant de se souvenir de toutes les saletés qu’il avait bien pût lui sortir l’autre soir pour, surtout concernant le bar. Tatsu’ n’était plus certain de lui avoir parlé de son bar, d’un éventuel job ou quoi que ce soit du genre ; plus il y réfléchissait, plus notre jaune se disait qu’il n’avait pas dû mentionner le bar. En effet, ce n’était absolument pas un secret que le patron du coin était dans la bande du Joker , on ne connaissait pas forcément son nom ni sa tronche, mais on connaissait le reste en général. Bon, c’était décidé, il ne lui parlerait pas du bar, il trouverait bien un truc à baratiner en cours de route. D’ailleurs, la discussion était engagée et se rapprochaient histoire de pouvoir parler avec plus d’aisance ; « Ça va bien ... Je me demandais quand est-ce que tu allais réapparaître. » Hahah, Tatsurô se pinçait les lèvre à cette réplique, c’est vrai, il ne l’avait pas recontacté depuis cette soirée il y a quelque temps déjà. Il n’était même plus sûr d’avoir eu son numéro, peut être que oui, que peu être que non... Il se souvient d’avoir bu largement trop ; « Haha, oui, je crois qu’on a bu beaucoup plus que nécessaire, forcément le lendemain … j’avais une de ces sales migraines ! Toi aussi d’ailleurs tu devais être pas mal hahah ! » Du peu qu’il se souvient de la fin de soirée, c’était pas beau à voir. Rapidement, on leur apportait de quoi boire, quelque chose de costaud comme Tatsu’ voulait. Autant Emiko était détendue et souriante comme une fleur, que notre petite enfoiré de bas étage était stressé et crispé, il faisait de son mieux pour le cacher, en différents hochements de tête & sourires.

    Le jaune se sentait con, il devait avoir l’air con en plus, si bien qu’une fois les verres posés sur la table, il les attrapa tout les deux et en tendit un à la brune pour le siffler de suite. Sans lui demander son reste Tatsurô tapa légèrement son verre contre celui d’Emiko pour trinquer & le bu aussi sec. Cela va se soit que vu le pourcentage de ce délicieux breuvage, l’oncle Yamada tira un peu la gueule, mais une fois il reposa rapidement son verre contre la table, victorieux. C’était son remède pour se relâcher un peu, histoire de pas avoir l’air totalement crispé et débile ! « Alors, qu’est ce que t’as à me raconter ? » Il fallait filtrer. Qu’est ce qu’il pouvait lui dire et qu’est ce qu’il ne pouvait pas, en bon magouilleur Tatsurô mentait des tonnes et des tonnes, mais étonnamment, il avait du mal a faire le trie posément face à elle. Mauvais, ça partait mal. « Oh bah tu sais, rien, depuis le temps que je pourrie sur cette île … il me reste plus grand-chose à faire haha ! » Eh oui, déjà une décennie que notre pourriture vit ici, mais ne nous attardons pas. L’unique verre qu’il avait bu n’allait pas suffire pour calmer les nerfs du jaune, c’est pour cela qu’il leva le bras et claqua des doigt pour rappeler la serveuse qui avait déposé les verres ; « Ramenez-en deux . .. Oh merde, la bouteille plutôt ! » elle tirait une sale tête d’ailleurs cette serveuse là ; en même temps elle ne devait rien comprendre… Pourquoi son patron la vouvoyait alors que l’habitude il était le premier à lui claquer les fesses au passage, mais docile, elle ne chercha pas spécialement à comprendre et fit demi-tour pour tour pour rapporter le dû. « Je ne compte plus les jours exactement, mais je crois que ce mois ci, ça fait exactement 10 putins d’années que je suis là … t’y crois ? J’me sens comme un lapin dans son clapier des fois. Oh c’est un peu comme si c’était mon anniversaire du coup … t’as un cadeau pour moi ? » Il parlait blahblahblah. En réalité il n’en avait plus grand-chose à foutre d’être ici plutôt que la bas, mais les personnes contentes d’être sur cette île sont plutôt rare et pour la pluparts, allié à l’autre débile en pyjama. Blahblahblahblah ; de toute façon Emiko avait l’air de bien l’aimer, alors il n’allait pas de priver, et c’était gentil comme remarque au final ! Le jaune souriait comme un con, et il était content, il était même, un peu moins tendu ; fallait de temps de commencer à s’enliser dans sa merde … et après ça passe. « Et toi ? »

    ( bouuh je suis lente ^o^, dis moi si je dois rallonger, je met pas bcp d'action et bcp de blahblah, je sais >o< ) )]


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »



Dernière édition par Yamada Tatsurô le Dim 25 Sep 2011, 03:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Sam 10 Sep 2011, 22:13

Oh oui, le lendemain elle s’était tapé une belle gueule de bois comme c’était possible. Elle avait passé la journée comme une larve, avec de l’aspirine à côté. Lorsqu’elle abusait de l’alcool, son corps ne lui pardonnait pas et lui faisait méchamment savoir qu’elle était allée trop loin. Elle grimaça à l’évocation de ces souvenirs peu sympathiques.

« Tu m’étonnes ... Je crois que c’est une des plus belles que j’ai eu le droit jusqu’à présent. »

Elle regarda son verre et ne put s’empêcher de sourire.

« Quoique demain ça risque d’être pas mal aussi. »

Mais elle s’en foutait. Demain c’était samedi, elle pourrait larver sans soucis. Heureusement pour Tatsurô qu’elle avait bu, sinon elle aurait sûrement remarqué qu’il n’était pas franchement à l’aise et qu’il semblait même tendu. Mais elle ne voyait rien, complètement aveuglée par la fatigue, l’envie de se foutre de tout, la lassitude. Tatsurô enchaîna sur le fait qu’au bout d’un temps, il n’y avait plus grand-chose à faire sur l’île. Elle ne pouvait qu’approuver. On avait vite fait le tour de quoi faire. La monotonie et le train-train quotidien prenaient rapidement une place dans la vie des habitants de l’île.

« Dix ans déjà ?! Ouah ... Déjà qu’au bout de cinq, j’en ai marre, respect. »

Parfois, elle réussissait à oublier le fait qu’elle allait finir sa vie là, mais c’était vraiment rare. Elle se sentait oppressée par cette foutue île et son bouffon de Joker ... Mais au moins ce dernier mettait un peu de piment dans la vie, même si ce n’était pas forcément de la meilleure manière qui soit.

« Désolée, je ne suis pas magicienne, je ne sors pas de cadeaux de mes poches. Mais si tu veux, je veux bien t’accorder une faveur. Après tout, dix ans, ça se fête quand même. Bon un truc raisonnable quand même hein, genre pas ‘fais moi sortir de cette île’ ... »

En temps normal, elle se serait rendue compte à quel point c’était dangereux de prononcer des paroles comme ça, surtout pour une jeune femme comme elle qui a horreur de toute autre autorité que la sienne. Mais c’était dit. Et le pire, c’est qu’elle honorerait sa parole. Même si elle n’était pas vraiment sûre de s’en souvenir le lendemain.

« Moi ? Ben ... Pas grand-chose non plus. Je vis, je profite de ma jeunesse ... Je supporte cette vie misérable en espérant avoir un peu mieux un jour. »

Elle dit cela sur un ton joyeux, en complet décalage avec ses paroles. Emiko pouvait avoir tous les défauts du monde, elle en avait bien un qui lui manquait : elle ne se plaignait pas. Elle se passa la main dans les cheveux, le souffle un peu court. Il y avait toujours autant de monde, trop de monde d’ailleurs à son goût. Et il faisait chaud.

« Ca te dirait pas de sortir quelques minutes histoire d’être plus au calme ? Je n’ai pas envie de m’égosiller toute la soirée. »

{Pas de soucis t'inquiètes. J'ai essayé de te donner plus d'éléments pour répondre, à toi de me dire si ça te va è.é}


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Dim 18 Sep 2011, 18:16

Le lendemain de leur dernière rencontre avait été douloureux et ils étaient bien parmi pour que ce soit la même chose d’ici la fin de soirée, mais qu’importe ! De toute manière, Tatsurô ne se rend même plus compte des quantités d’alcool qu’il ingurgite à longueur de journée, c’est quasiment un réflexe pour lui de se servir à boire dès qu’il n’a rien à faire , et d’enchainer tout au long d’une soirée .Il est ce que l’on qualifierait au pays d’alcoolique, mais ici, sur cette île, ça n’a aucune sorte d’importance ! Personne de viendra vous tirer les oreilles pour ça, vu qu’il n’y a pas vraiment d’autorité un minimum logique. Tatsu’ apprit qu’elle vivait sur l’île depuis un moment déjà ; « J’ai pas vraiment le choix haha ! Et toi, 5 ans ? c’est pas rien non plus, j’tai jamais croisé avant … pourtant c’pas plus grand qu’un mouchoir de poche ici ! Eh oui, 10 ans. » A ce moment, il remonta les manches de sa chemise et tendit les bras en face de lui « Tu rend compte, j’étais tout neuf, pas un seul tatouage ni rien … et là, je fais partie du mobilier haha ! » Des meubles oui, les chaises, les fauteuils et Tatsurô, cette idée le faisait sourire , ah quelle bonne marrade ! Crever ici et personne ne saura jamais rien des manigances de l’autre malade ,qu’est ce qu’on se marre sur cette île ! Tatsû rapporta ces bras vers lui et se passa une main dans le cou ; c’était vraiment une fournaise ici, il ne s’en rendait pas compte de son perchoir, mais ici … « L’enfer sur terre ! haha ! » Judicieuse remarque, quoi qu’il en soit, la serveuse qu’il avait appelé avant revenait avec la dite bouteille du poison russe, le brun l’intercepta et remplit son verre, mais sans le boire tout de suite. Il fallait y aller doucement, il devait absolument surveiller ces paroles. Par contre, la brunette quant à elle ne surveillait pas particulièrement ce qu’elle disait, elle proposa une faveur au jaune, juste une faveur à défaut de cadeau matériel. Un large sourire se dessina sur le visage du meuble humain, pour lui une faveur c’était plus qu’espéré, mais il devait réfléchir à bien choisir sa faveur et avant la fin de soirée… ce serait bête de gâcher cette chance ! « Une faveur, une faveur … un truc réalisable ici, attends, je vais réfléchir … » courir dans son appartement et y rester pour les six prochains mois, rien que tout les deux ? Oh ça lui plaisait bien. Le jaune se détendait tranquillement en sa présence. Même si Emiko lui apparaissait comme une fille sympa et rigolote – et oh sexy, il ne pensait qu’au genre de sous-vêtement elle pouvait bien porter sous cette robe en dentelle – Tatsurô sentait qu’il y en avait bien plus à savoir sur elle, en témoigne son spitch déprimant mais dit avec légèreté. Et, il voulait en savoir plus, il voulait tout savoir, tout. D’ailleurs, elle proposa de sortir ; « Oui, ça marche, c’est vrai qu’on étouffe ici ! » Il fouilla dans la poche de son jeans pour en sortir un billet et quelques pièces, qui couvrirait le prix de leurs boissons – de toute façon, il n’avait même pas à payer.

Shooter avalé, bouteille à la main ; ils pouvaient sortir prendre l’air, et encore il fallait réussir à se dépêtrer de tout ce monde par salve de pardon, excusez-moi, allo, bouges-toi ! Le bar était en effet plutôt étroit et petit, de ce fait, rapidement bondé, ça devenait vite la jungle. Une fois dehors, l’air froid caressant le visage était pour Tatsu’ une récompense rudement méritée ! Déjà qu’il avait l’impression que ces jambes allaient défaillir à cause de cette chaleur, la vodka tapant déjà bien, et bien sûr Emiko. La nuit était plutôt fraiche, mais une d’une fraicheur agréable pour le moment. Le brun souffla un grand coup en étirant ces bras « ça va bien mieux ici ! A leurs places, j’aurais fait ça encore plus petit à l’intérieur tient. » eh bah oui, on se demande vraiment qui tient ce trou à rat d’ailleurs ! Ils étaient un peu à coté de l’entrée du bar, mais le jaune reculait un peu pour être un peu au calme, et surtout s’éloigner de cet endroit maudit le plus possible. Il posa la bouteille à migraine sur le sol, et il sorti de la poche de sa chemise son paquet clope ; en deux temps et trois mouvement elle était à son bec et il tirait de grosse lattes dessus. Il tendait le paquet à la brune « Tu en veux ? Je ne sais plus si tu fumes … En vérité je me souviens de strictement rien de la dernière fois. » C’était plus ou moins faux, il se souvenait de quelques brides de cette soirée, mais il voulait qu’elle l’éclaire, histoire de ne pas faire de bourde « ça me fais un peu chier d’ailleurs, on c’est bien fendu la poire non ? Bref … Tu sais, t’as quand même du courage à profiter de tout ça ici, j’en connais pas mal qui se contentent d’attendre de sécher complètement . » blahblahblahblah. Tatsu’ tirait des lattes longues et espacées sur sa cigarette, il expirait à chaque fois un nuage épais de fumée blanche et opaque ; il prenait soin de souffler cette fumé de coté, sinon ce serait comme un voile entre lui et la brune. L’air frais devait lui remettre les pieds sur terre, sur un ton un peu plus grave il lui posa une question, soudainement, un peu comme un cheveux sur la soupe ; « T’as vie d’avant était différente de celle d’ici ? Enfin … pour sûre de toute façon, mais .. radicalement différente ? T..» En réalité, il allait lui demander si elle regrettait mais il se rétracta assez tôt. Bien sûre qu’elle regrettait, tout le monde de sain d’esprit ici regrette d’avoir un jour eut l’idée de parler de son problème. D’ailleurs Tasturô aussi un peu, au début mais c’était rapidement passé. Clope dans une main, il se baissa un peu pour prendre la bouteille ; il fallait s’embrumer l’esprit. Tatsu’ l’ouvrit et but un peu, une gorgée, deux gorgées, trois gorgée suivit d’une légère grimace à cause du goût, avant de proposer à Emiko de boire. Bah oui, ça l’arrangerait si elle était un peu dans le floue ; mais pas trop quand même, histoire que son projet puisse aboutir. « Et pis merde, c’est pas comparable , c’est juste pas possible de faire comme avant. » Prise de conscience soudaine, ça lui arrivait souvent. Dur la vie de junkie ! Sans crier garde, il caressa du dos de sa main la joue de la brunette, en terminant lentement sur son cou, changeant radicalement le ton de la soirée d’un coup « Impossible de profiter de ça sans se dire que c’est presque si je touchais une autre nana en même temps, qu’on plus vraiment d’intimité, qu’on a plus rien pour nous … » A cette échelle, l’autre ne risquait de rien sentir ou au mieux un petit coup de chaud très bref. Bien évidement, ça le démangeait de descendre encore sa main dans son corsage pour sentir la peau douce et chaude de son sein, mais il préféra la retirer tranquillement pour le moment. Une caresse incomplète rend les suivantes bien plus appréciables, intenses.


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »



Dernière édition par Yamada Tatsurô le Dim 25 Sep 2011, 03:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Ven 23 Sep 2011, 21:36

Elle se contenta de sourire à sa remarque. C’est vrai qu’au bout de cinq ans, on se disait avoir fait le tour et on pensait qu’il ne nous restait plus qu’à crever dans notre son coin, tranquillement. Mais parfois, des choses intéressantes nous avaient échappées, comme Tatsurô pour Emiko, par exemple. Elle regrettait un peu de ne pas être venue plus tôt dans ce quartier, peut-être aurait-elle pu croiser l’homme et avoir cette discussion avant, trouver un soutien et une raison de sortir. Elle avait réussit à vivre sans lui bien sûr, mais l’avoir trouvé était rafraichissant et lui donnait envie de continuer à vivre comme si elle n’était pas enfermée sur cette putain d’île, comme si sa vie ne tenait pas à la décision d’un crétin absolu qui avait cru que reconstituer un jeu de carte allait être amusant. Quelle bouffon ce Joker ... Mais elle n’avait pas envie de penser à ça ce soir. Elle aurait tout le temps de lui cracher dessus un autre jour. Elle se contenta de le suivre dehors, profitant du sillage qu’il formait à travers les gens.

L’air frais lui fit du bien, la sortant de la légère torpeur dans laquelle l’avait plongé l’alcool et la chaleur. Emiko passait par plusieurs phases lorsqu’elle buvait, l’une d’entre elles consistait à l’endormir, ce qui n’était pas franchement agréable. Le moment où il fallait commencer à se poser des questions quant à la dose d’alcool qu’elle avait ingurgité, c’était quand elle se mettait à polémiquer sur un sujet et devenait agressive si on la contredisait. Elle s’étira un peu, détendant les muscles de son dos noués. Avoir assez d’espace pour pouvoir bouger sans cogner personne était vraiment appréciable. En effet, l’intérieur était vraiment petit ... Le barman devrait franchement penser à l’agrandir. A moins qu’il soit trop radin pour cela et préfère les voir serrer comme des sardines et suer comme des porcs dans cette atmosphère. Elle secoua la tête lorsque Tatsurô lui présenta son paquet.

« Non merci, je ne fume pas. »

Bizarrement, elle ne supportait pas l’odeur de la cigarette et cela la gênait un peu qu’on fume à côté d’elle. Pourtant, elle-même avait fumé durant sa période je-la-joue-rebelle, juste pour emmerder ses parents, mais elle n’aimait franchement pas ça et elle n’avait eu strictement aucun problème à arrêter. Elle préférait largement un bon verre, voire même un joint, même si cela ne lui arrivait pas souvent.

« Et bien ... On dirait que t’as vraiment été assommé la dernière fois pour ne pas te rappeler de ça. »

Elle ne se souvenait pas non plus précisément, mais elle était sûre de lui avoir déjà fait part de sa vision de la cigarette, comme quoi ça sentait mauvais, c’était dégueulasse et qu’en plus, ça jaunissait les dents. La jeune femme l’écoutait parler, se contentant d’hocher la tête. Elle ne voyait pas ça comme du courage, seulement comme de la résignation. Elle n’allait pas non plus rester enfermer à pleurnicher dans son appartement. Autant tirer profit de cette situation ... Après tout, si les règles du jeu changeaient un jour, elle n’était pas sûre de comment cela allait se finir. Elle fronça les sourcils à sa question, se demandant s’il était sérieux. Peu de personnes devaient préférer la vie qu’ils menaient à présent par rapport à celle qu’ils vivaient avant. Emiko essayait le plus possible de penser à toutes les choses qu’elle n’avait pas faite et qu’elle ne ferait certainement jamais, sauf si quelqu’un se mettait en tête de venir les sortir de cette île. Chose peu probable d’ailleurs ... Elle prit la bouteille que lui tendait le jeune homme, mais ne but pas tout de suite.

« Oui, c’était différent ... J’étais une princesse avant, maintenant je vaux autant que le clochard étendu dans rue. Mais le pire ... C’est de savoir qu’il ne sert à rien d’espérer ou de rêver, car cela est tout à fait inutile. »

Elle soupira, haussa les épaules et lui sourit.

« Exactement, ça ne sert à rien de penser à ça. »

Elle porta la bouteille à ses lèvres, laissant le liquide lui couler dans la gorge. Elle ferma quelques secondes les yeux et sentit la main sur sa joue puis dans son cou. Elle rouvrit les paupières et le regarda, passablement étonnée. Elle frissonna au contact de ces doigts sur sa peau brulante. En temps normal, elle l’aurait dégagée direct, avec une belle phrase perfide en prime. En temps normal. Il n’y a plus de normalité. Son corps ne lui appartenait même plus, elle le partageait avec une autre conscience. Elle se contenta de croiser les bras.

« Autant ignorer tout ça ... Te dire que la personne en face de toi est seule et que personne ne dépend en partie d’elle ... De toute façon, notre vie tient qu’à un fil. Il suffit que notre jumeau ait un accident pour mourir. »

Elle releva la tête et lui sourit.

« Autant vivre pleinement et ce, sans se faire d’état d’âme. »


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Dim 25 Sep 2011, 03:11

Elle n’avait pas fumé la dernière fois et ne fumais jamais en fait ; il s’en souvenait vaguement maintenant. En plus de ça, Emiko lui avait parlé de ces raisons ; on pue la fumer froide tout le temps, les dents jaunissent et tout le tralala. En effet, ça ne rendait pas service la clope ; mais Tatsu’ n’était pas à une saloperie près et il ne se voyait pas spécialement agir de façon raisonnable pour ne pas choper un vieux cancer. Mourir vieux sur cette île ? Quelle horreur, personne n’a envie de vieillir ici, on ne fait pas de vieux os. Il rangea son paquet dans sa poche et ne lui en proposerait plus, cette fois-ci ce serait marqué dans son esprit plus profondément. Aux dires de la brune sur sa vie d’avant, Tatsurô se disait qu’il n’avait pas dû être facile pour elle d’accepter tout ce qui lui été tombé à la gueule ; lorsqu’on est habitué à un certain style de vie confortable, à une certaine… notoriété en quelque sorte, retomber à zéro fait perdre le nord a plus d’un. Dont le brun , sauf qu’il n’avait jamais eut à se séparer de son petit rôle de parasite élitisme, être le roi des looseurs lui permettait de se sentir encore un peu supérieur par rapport à la masse. Il ne se comportait absolument pas de la sorte avec la jeune femme, mais le jaune n’hésitait pas en général à jouer de ces petits avantages. Et ne le cachons pas, même si la plupart des habitants de l’île crachent sur les bouffons du Joker et autre cockers assassins, ils n’osent pas pour autant se mettre les figures à dos. Sauf Emiko , elle avait tout a fait l’air d’être capable de s’opposer publiquement au Joker , Tatsu’ sentait tout de même qu’il devait faire attention même si l’atmosphère se détendait entre eux deux. « Une princesse .. une Princesse ? J’étais aussi un petit prince là bas ; les choses ont bien changées. » au lieu de se faire servir, il servait sagement en ramassant un peu de profit.

Emiko n’avait pas mal réagit à sa caresse, elle était tout au plus étonnée mais rien de plus. Signe que la tournure de cette soirée lui plaisait ? Tatsu’ ne voulait pas être son pote ou quelque chose d’amical du genre, elle lui bouffait trop les tripes pour ça. Il l’a salement dans le collimateur le petit ! Mais bien différemment des autres. Malgré tout son orgueil, le roi se sentait affreusement impuissant soudainement ; à un fil, tout ne tenait qu’à un ridicule fil invisible tissé au hasard entre deux personnes . Mourir prématurément à cause des imbécilités de l’autre ne le dérangeait pas plus que ça, c’était surtout le fait de ne jamais être seul qui l’inquiétait. « Faire comme si rien n’était ? » question qui n’appelait pas de réponse ; c’était la seule solution pour espérer profiter de la vie ici. La brunette avait bu un coup de la bouteille et l’avait toujours en main ; le niveau baissait difficilement. Il fallait de l’aide ; Tatsu’ passa sa main sur la sienne rapidement pour lui prendre la bouteille et travailler à sa descente. Force de vodka commençait à lui taper sur le système, il ne pouvait s’empêcher d’en rajouter une couche sur leur situation incroyable « des pantins, des foutus pantins ! Et comme tu dis, tout semble … inutile, vain. » un peu plus et il commencerait vraiment à se sentir sérieusement étranglé par ce foutoir. Mais râler aussi était inefficace de toute manière.

La cigarette de Tatsurô commençait à s’écourter dangereusement ; il tirait quelques autres lattes dessus avant qu’elle ne se termine toute seule. Emiko semblait résignée, mais il y avait certainement d’autre moyen de supporter la situation ; « Au contraire, je pense qu’on devrait accrocher encore plus fort à nos rêves tu sais. Même si ça nous parait impossible de profiter paisiblement des petits rien ici, on devrait se forcer. J’sais pas, imagine toi cette putin de maison avec un jardin, tes clébards qui courent et des affreux marmots bavants sur ta pelouse. Bien sûr que ce maudit Joker finira par faire un coup de pute, mais, ça en vaut peut être la peine. » Allez savoir si c’était ce que le jaune désirait au fond de lui. Peut-être, mais ce devait être bien enfoui sous ces nombreuses obsessions maladives, ou alors c’était une autres de ces élucubrations pour faire croire qu’il faisait encore partie de ceux débectant ce jeux. Le jaune ramena la bouteille de poison russe à sa bouche pour en boire encore un peu. Il n’avait pas l’habitude de parler de ce genre de chose si ouvertement, même s'il ne pensait sans doute pas tout ce qu'il disait, mais de ça Emiko n’en savait rien. De toute façon, qu’est-ce que ça pouvait bien changer, il c’était trop bien emmêlé dans les cracks pour revenir sur ces dires. Il voulait juste profiter de cette soirée avec cette elle, cette fille avec qui étrangement il n’arrivait pas à faire son bulldozer et à exprimer clairement ce qu’il voulait d’elle. Peut-être bien parce qu’il ne savait pas vraiment ; ça aussi, ça l’angoissait. D’habitude dans ce genre de situation d’homme à femme, ces pensées se tournaient vers un seul but. Pas ici, pas vraiment. Suffisamment de liquide brûlant pour le moment, il la reproposa à la jeune femme d’un geste de la main. En même temps, sa clope qui avait finit par se consumer seule lui brûlait un peu les doigts, c’était le filtre qui commençait à prendre. Il l’a jeta d’un claquement de doigt ; ces deux mains étaient libres à présent. Ils n’avaient pas bougés, pourtant la brune lui paraissait trop loin pour qu’il puisse le supporter encore longtemps. « J’ai bien envie d’en profiter, de justement faire comme si rien n’était, si nous étions normal , dans un endroit normal tout ça … » & il n’avait pas envie de se contenter de froissement de peau. Une fois de plus, le brun prit les devant ; il passa doucement l’une de ces mains sur son visage pour en écarter une mèche, son autre main se plaça sur le coté de son cou. Sans attendre d’assentiment de sa part ces deux mains se remontait sur ces joues pour lui saisir le visage et l’approcher du sien ; il l’embrassa du bout des lèvres , cherchant une réponse il l’embrassait plus intensément en laissant glisser ces mains sur sa poitrine et progressivement sa taille ; sans pour autant la ploter sévèrement, c’était dans une sorte de chasteté timide.

( que de blahblah inutile, ahlala je suis vraiment une tapette sentimentale ! Je peux te rajouter un paragraphe si tu veux plus de matière pour continuer )



« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Ven 30 Sep 2011, 21:35

Une princesse tombée de son piédestal depuis bien longtemps, mais qu’il ne l’avait jamais avoué. Qui n’avait jamais voulu y croire. Voila tout ce qu’elle était. Un imposteur. Elle jouait un rôle qui n’avait strictement plus aucune valeur sur cette île. Il suffisait qu’elle voit la réaction des gens ... Avant, on lui obéissait, elle venait d’une famille influente. Elle avait tout ce qu’elle voulait, mais quand elle ne le méritait pas. Mais maintenant ... Plus rien. Au bout de cinq ans, elle n’y était pas encore faite. Mais elle commençait petit à petit à se rendre compte de la situation et cela lui donnait encore plus envie de ne rien y comprendre et de rien y voir. Elle soupira. Toute seule, elle n’allait pas pouvoir faire grand-chose, et elle ne connaissait personne capable de la suivre dans ses idées révolutionnaires, quelqu’un capable de crever pour des idéaux, même s’il sait bien que c’est sans espoir. Son regard se posa sur son interlocuteur. Et lui ? Il était bien différent des autres. Mais était-ce réel ou seulement pour l’impressionner ? Allait-il être un lâche comme tous les autres, qui pourrissent dans leur coin ? Elle ne le connaissait pas encore assez pour pouvoir se faire une opinion.

Oui, faire comme si de rien n’était. Profiter, s’en foutre complètement, supporter les états de son jumeau et le lui rendre. De toute façon, ils étaient peu probable qu’ils connaissent un jour leur jumeau et surtout qu’ils l’apprécient, alors à quoi bon l’épargner ? Au contraire, Emiko voulait lui faire sentir qu’elle était vivante et qu’elle ne comptait pas s’arrêter pour le préserver. Et tant mieux si la personne partageant ses émotions et ses sentiments réagissait aussi comme ça. Au moins, elle saurait qu’elle n’était pas liée à un mollusque, mais plutôt à un battant. Mais un problème restait : le Joker. Celui-ci renforçait cette sensation de n’être qu’un pantin entre les mains du destin, que tout échappe à son contrôle, que tout ce qu’elle fait est vain. Elle aura beau tenté avoir la vie qu’elle veut, il détruira toujours tout.

« A quoi bon ? Tu t’emmerderas à faire tout ça et l’autre bouffon viendra tout détruire, avec ses larbins. Il déteste voir les autres accomplir leur rêve ? On dirait un vrai frustré ... Et les Figures ne sont pas mieux. Ils devraient tous crever, ça nous fera des vacances. »

Ronchonner n’était pas une solution, mais au moins, elle disait ce qu’elle avait sur le cœur et cela lui faisait du bien. Elle pensait complètement ses paroles et ne regrettait pas de les avoir dites dans un lieu où n’importe qui aurait pu les entendre. Tant pis si demain les As venaient l’exécuter, au moins elle serait enfin en paix. Elle n’était pas résignée à mourir, mais elle n’avait pas de super pouvoir et savait bien qu’il y avait certaines personnes sur cette île qui étaient supérieures à elle et que cela n’allait pas changer. Certes, elle était peut-être un peu injuste envers les Figures, elles n’avaient pas choisis de le devenir. Mais pour Emiko, on a toujours le choix, même si la deuxième solution n’est pas forcément la meilleure pour sa survie. Tatsurô réussit quand même à lui arracher un sourire avec sa description. Ils n’avaient pas les mêmes rêves apparemment. Elle attrapa la bouteille et but, ayant juste l’impression de ressembler à une ivrogne. Tant pis. Au moins, ils étaient deux à sentir la vodka. Elle haussa un sourcil, se demandant ce qu’il voulait dire. Mais en le voyant s’approcher, elle comprit. Elle ne bouge pas, se laissant caresser et embrasser. La bouteille glissa entre ses doigts et tomba sur le sol tandis que ses mains se posèrent sur le torse du jeune homme. Ses pensées étaient confuses. Etait-ce ce qu’elle voulait vraiment ? Elle en doutait fortement. Mais en même temps, elle ne pouvait nier que Tatsurô était ... Charmant dans son genre. Et comme d’habitude, elle aimait se sentir désirer. Non. Elle se détacha de lui, le repoussant doucement, reculant de quelques pas en secouant la tête.

« Alors c’est ça que tu veux ? Pas de discussion jusqu’à pas d’heure autour d’une bouteille ? Pas de on-refait-le-monde qui ne servent à rien mais qui nous soulage ? Je pensais que tu étais différent des autres, que ton but, c’était pas de me foutre dans ton lit. »

Elle s’adossa contre le mur et croisa les bras. Pour une fois qu’elle avait pensé trouver un homme qui s’intéressait à elle pour ce qu’elle avait dans la tête, qui l’appréciait pour ça, elle s’était fait avoir. A croire que sur cette île, tout le monde était attiré par le vice et peu par la raison. Normalement, c’était elle qui manipulait les autres et qui leur faisait croire ce qu’elle voulait, mais là, ça avait été le contraire. Pourquoi avait-elle eu confiance en lui ? Et pourquoi avait-elle pensé ça de lui ? Sa franchise était-elle seulement factice ou bien y avait-il quand même une part de réel là-dedans ? A moins qu’il n’ait dit tout ça seulement parce qu’il savait que cela allait lui plaire.

« Putain. »

C’est tout ce qu’elle fut capable de dire, la colère prenant trop le pas. Il s’était bien foutu d’elle et ça, elle allait avoir du mal à le digérer. De toute façon, elle n’avait plus rien à faire avec lui. Avant de lui laisser le temps de réagir, la jeune femme se décolla du mur, lui lançant un regard déçu et tourna les talons, prête à rentrer chez elle. Allait-il tenter de la retenir ? Si oui, il avait intérêt à être convaincant, sinon il allait s’en prendre une à coup sûr.


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Mar 04 Oct 2011, 00:51


( Merci Haru ö/ )

Un refus. Un putin de refus. Tatsurô avait du mal à y croire ; non pas qu’il pensait que toutes les nenettes du coin rêvent de se faire prendre par le Roi, mais parce qu’il avait été sincère avec Emiko. Enfin sincère … à sa manière quoi. Le jaune ne se rend même plus compte qu’il ment à force, pour lui ça fait par entière de sa personnalité de raconter des cracks à longueur de journée. Quoi qu’il en soit, ça le blessait plus que d’habitude. La brune le repoussait après avoir accepté à demi ces caresses, en lui assenant une petite morale pour la peine ; il recula sagement d’un pas ou deux, tête baissée en serrant les poings. Putin , elle n’avait pas le droit de lui faire ça, il n’était foutrement pas d’accord, elle se trompait sur toute la ligne ; mais comment lui expliquer ? Oui comment lui dire qu’à ce moment précis il n’agissait pas comme d’habitude, comme il le faisait avec les autres. Tatsu’ se sentait au dessus du monde en général, qu’il avait le pouvoir de maitriser les gens aux grès de ces envies… mais là, tout ce pouvoir futile lui échappait. Face à la jeune femme, il n’était plus ce Roi que l’ont craint par peur de finir prématurément défenestré, il était au même stade qu’elle, un pantin. Plus rien. Cette sensation dégoûtante et nouvelle traversa tout son corps d’un coup ; il ne s’en était jamais rendu compte. Tatsurô recula encore un peu , en titubant presque une main sur le front ;la vodka aidant, il était à deux doigts de vomir tant ce qu’elle lui avait fait sentir le répugna. Faiblesse, inutilité, et le pire dans tout cela ‘ être comme les autres’, des sentiments qui lui étaient inconnus il y a quelques secondes à peine. En tant normal, le jaune n’aurait pas chercher midi à quatorze heure, il aurait continuer ses avances jusqu’à qu’elle s’aide ou aurait tout bonnement profiter d’elle vite fait. Sauf que là, comme Emiko l’avait dit plus tôt, rien n’était normal. Le jaune bougeait ses jambes , ces chaussures étaient trempées la bouteille c’était brisé juste a ces pieds , il fallait réagir maintenant . Le brun avait juste envie de lui cracher à la gueule qu’elle gâchait tout, ç’aurait pût être merveilleux si elle avait accepté sans se poser de question. Sauf que … Cette fille là n’avait rien à voir avec les autres filles qu’il avait pût fréquenter, elle n’allait pas être docile avec lui. Tatsu’ la laissait parler ; il subissait en silence comme un gosse qu’on engueule. Ouai c’était ça … avec elle, le jaune avait juste l’impression d’être un gamin ; il ne comprenait pas grand-chose, tout lui échappait et il ne pouvait strictement rien faire.

C’était terminé ? … Un dernier relent de colère lui éclatait à la gueule puis les talons de la jeune femme claquaient nerveusement contre le sol. Elle se cassait . Tatsurô se redressait lentement, enlevant la main de son visage ; il avait le choix, la laisser partir et retourner à ses activités où par chance il avait l’impression de maitriser quelque chose ou la rattraper. Blessé à vif, il serait volontiers aller se réfugier dans son bar en s’enfilant une dernière bouteille pour s’anesthésier fatalement , mais ce serait gâcher la seule chance qu’il avait de ressentir ses douloureuses sensations qui lui étaient alors inconnues. C’était peut être en faire beaucoup pour si peu ? Mais si Emiko avait été une princesse dans le passé, Tatsu’ n’avait pas encore dépassé ce stade. Il était clair qu’elle allait lui donner du fil à retordre et lui faire du mal ; mais il en avait envie. Follement envie ! Ces poings se desserraient et il commença à la rattraper, en effet il avait était long à la détente sur ce coup, trop assommé. Le jaune n’avait aucune idée de ce qu’il fallait lui dire pour sauver la situation, mais qu’importe il trouverait déjà en chemin. Le brun dû courir un peu pour arriver à son avis ; il l’attrapa parle bras pour la forcer à s’arrêter ; ça n’allait sans doute pas lui plaire, il risquait la tarte mais tant pis. C’était juste pour attirer son attention, pour qu’elle se tourne vers lui et l’écoute parler ; « … » Il avait ouvert la bouche mais aucun son n’en était sortit ; Tatsurô ne savait pas quoi dire pour qu’elle revienne sur sa décision. Il lâcha son bras, se passa une fois de plus la main sur le visage pour mettre en arrière les mèches qui lui tombaient dans le visage avant de cracher le morceau ; « Tu … Tu te trompes. » Bien évidement, le roi recalé au rang de marionnette voulait en dire plus, mais il ne savait foutrement pas quoi. Son pied gauche tiquait nerveusement contre le sol pendant qu’il cherchait désespérément quoi lui répondre. Tout ce temps il avait gardé sa tête baissée, fuyant son regard accusateur – à juste de titre ? Mais après quelques secondes-siècles interminables le brun finit par relever la tête pour la regarder dans les yeux ; « T’as raison, je vaux sans doute pas mieux qu’un autre, j’en sais rien au final. » à son propre procès, Tatsu’ était foutu de plaider coupable. D’un coup une évidence le frappa ; il n’avait rien à dire pour sa défense car Emiko avait foutrement raison ; il brûlait d’envie de la foutre dans son pieux. Non pas seulement parce qu’elle était une jeune femme atrocement belle et désirable, mais parce qu’elle était différente. Et c’était la seule manière que Tatsurô connaissait pour être en osmose avec une femme . Les relations voyez-vous c’était pas son fort, pour lui baiser ça résumait tout, tant en bien qu’en mal. Le regard toujours planté dans le sien, résigner à ne plus faire de discours inutiles il se contenta d’une dernière phrase ; « Je veux continuer à cracher sur cette vie de merde avec toi, de faire tout ce que tu veux ça me conviendra… Si t’as encore le cœur à m’accorder une faveur, laisses-moi une chance. Je suis désolé … » Il ne l’avait pas quitter du regard , se pinçant les lèvres il espérait que cela suffirait à la calmer. Inquiet, il passerait volontiers du joueur au jouer se pliant a ses quatre volontés, du moment qu’il pouvait avoir une place conséquente dans son univers.

( encore une fois beaucoup de blahbalh & peu d'action si jamais ça te ne suffit pas, tu sais quoi faire ha ha )


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Ven 28 Oct 2011, 12:18

{J'ai l'impression que c'est aussi minable que la première fois xD si y'a besoin que je change/rajoute quelque chose, fais moi signe.}

Elle s’éloignait d’un pas rageur, furieuse contre Tatsurô, contre elle-même, contre le monde entier. Quand Emiko s’énervait, elle ne faisait pas semblant. Tatsurô parce qu’il lui avait fait croire qu’il l’appréciait pour autre chose que son apparence que son apparence physique. Contre elle-même car elle n’avait pas été capable de voir qu’il se foutait de sa gueule et qu’elle aurait dû le stopper directement, lui faire comprendre que ce n’était pas ça qu’elle voulait. Contre le monde entier qui était peuplé d’illusions et où même une manipulatrice habituée arrivait encore à se faire avoir. Des pas dans son dos, mais elle ne ralentit pas, attendant qu’il arrive, lui saisisse le bras, l’oblige à s’arrêter. Elle se retourna, prête à se dégager, à le frapper, à passer sa fureur sur lui, quitte à ce qu’il lui rendre ses coups. Lui faire comprendre qu’elle savait se défendre. Il ouvrit la bouche et elle retint son geste, attendant qu’il s’excuse. Quel mensonge allait-il encore lui sortir ? Un « je suis désolé, ce n’est pas ça que je voulais » ? « Non, je ne suis pas comme les autres » ? Des perfidies qui sonneraient clairement fausses ? Mais non, seul le silence sortit d’entre les lèvres du barman. Emiko s’apaisa un peu. C’était déjà ça.

« Quoi ? T’as perdu ta langue ? Ou alors tu réfléchis ? Quoique je ne sais pas si t’es capable de faire ça. »

Il lâcha son bras et elle les croisa devant elle, le visage toujours aussi froid et impassible. L’homme devant elle semblait perdu, comme s’il ne savait vraiment pas ce qu’il voulait dire. Elle se trompait d’après lui. Mais en quoi ? Où s’était elle trompée ? Mais que voulait-il à la fin ? ... Surtout qu’il n’était pas franchement convaincant, à bégayer comme ça. Finalement, il sembla abandonner la partie, et lui donna raison. Mais Emiko se rendit compte que non, il n’était pas comme les autres. Car les autres n’auraient pas dit ça. Ils auraient tenté de paraître différent, juste pour lui plaire. Or lui ... Il avouait la vouloir dans son lit, il avouait qu’elle ne s’était pas trompée. Et ça, ça valait toutes les excuses qu’il aurait pu tenter de faire. Alors allait-elle continuer à jouer la femme frustrée ou ouvrir les yeux sur le fait que okay, sur certains points, il était exactement sur les autres, mais que sur d’autres points, il était juste unique ? Il suffisait de voir comment est-ce qu’elle arrivait à parler avec lui. Elle n’était pour l’instant pas arrivé à créer une vraie relation avec quelqu’un, mais avec lui si. Elle ne savait pas précisément comment elle le voyait, mais ce qui était sûre, c’est qu’elle tenait à lui. Trop pour l’envoyer bouler à cause d’une simple embrouille, il fallait savoir mettre de l’eau dans son vin parfois. Même si c’était dur. Elle le laissa finir, juste pour voir ce qu’il avait à dire, ses yeux toujours fixés sur les siens. Puis un petit sourire étira ses lèvres, preuve d’un début de pardon.

« Tu vois, en une phrase, tu m’as prouvée que je me trompais. Si tu étais vraiment comme toutes les autres ordures qui peuplent cette île, et même ce monde, alors tu aurais continué à nier. Mais non. Et rien que le fait que tu avoues ... Ca change tout. »

En fait ... Elle avait peur du changement. Elle s’en rendait compte maintenant. Elle ne voulait pas que sa relation avec Tatsurô change. Pourquoi ? Aucune idée. Et c’était plutôt gênant de ne pas savoir pourquoi, parce qu’elle ne pouvait donc pas expliquer son comportement. Et elle ne savait absolument pas quoi faire, ne s’étant jamais retrouvée dans une situation aussi délicate. Elle ne s’était jamais attachée à quelqu’un au point que l’idée de coucher avec lui la dégoûte. Quoique le mot ‘attacher’ est encore un peu fort, ils ne se connaissent pas encore vraiment, mais voila quoi.

« Tu sais ... J’ai juste ... Pas envie que ça change. Certes, dit comme cela, ça fait un peu ridicule, mais t’es la seule personne avec qui je parle autant. Et cela me manquerait vraiment. Car ... Je ne suis pas du genre à avoir des relations ambigües avec quelqu’un. C’est soit l’un, soit l’autre. Tu n’as pas à t’excuser car j’aurais peut-être dû te prévenir ou que sais-je ... Mais maintenant, c’est à toi de choisir. »


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Jeu 16 Fév 2012, 00:02


La franchise avait fonctionné. Putin . Tatsurô qui avait l’impression de sentir son corps s’affaissait face à tout ses reproches se redressait un peu ; ce n’était pas gagné mais il avait réussi à sauver la bride de cette relation. Honnêtement ; il avait eu peur, sacrément peur même . Elle le foutait en vrac avec trois fois rien, alors qu’il ne c’était même encore rien passé ? Et visiblement, ce n’est pas ce soir qu’il se passerait quelque chose, elle était bien trop énervée et sur ses gardes pour quoi que ce soit – dommage, plus les relations sont houleuses et mal tournées plus c’est bon en général … - . Il ne fallait pas trop en demander, elle ne le regardait plus avec du dégout, c’était déjà ça de gagner se disait-il. Même si son corps se détendait après toute cette pression soudaine, Tatsu’ n’avait pas la force de soutenir son regard planté dans le sien, il baissait les yeux comme pour se défaire une fois de plus d’un poids . Même s’il lui avait avoué tout ça, il se sentait encore coupable ; l’envie restait la même, elle resterait inassouvie. Outch . Son tyran se mettait aux confidences elle aussi ; apparemment le changement ne lui plaisait pas, elle faisait partie de ce genre de personne ayant besoin de point de repère immuables , à défaut de sentir perdue dans ce monde beaucoup trop grand. C’était d’autant plus vrai sur cette île ; il était pratiquement impossible de savoir qui travaillait pour qui, dans quel but … Un seul mot de travers peux vous envoyez au trou, un aller simple. Dans des conditions pareilles, il parait impossible de se confier au premier con venue, vous en conviendrez. De plus le Tatsu’ avait une raison de se sentir mal , oh que oui vu qu’il conspirait sans cesse contre elle en quelque sorte vu son rang. Oh, qu’il se sentait mal, l’étau allait se resserrer de plus en plus apparemment. Le jaune avait l’impression de suffoquer, même si son corps n’en avait aucun symptômes ; il ouvra le premier bouton de sa chemise, pour se libérer le cou. Que pouvait-il lui répondre ? Pas grand-chose sans se condamner une fois de plus, il se contenta du minimum syndicale ; « ça me va . »

Il tiquait un peu sur le suite . Emiko était catégorique, elle n’aimait pas être dans le flou et entretenir des relations dites ‘ambigües ‘ . Il levait les yeux vers elle en souriant légèrement ; tous ça s’annonçait compliqué . Tatsurô commençait à se dire de plus en plus qu’il allait devoir de contenter de peu, et ça ne l’enchantait pas vraiment. Peut-être en avait-il espérait trop à la base, alors qu’il n’y avait rien ? Il n e savait pas. Le brun se demandait vraiment s’il ne c’était pas exciter pour rien. Des excuses, et apparemment c’était à lui de choisir, mais quoi ? Partir de suite ou se contenter de peu, le peste ou le cholera ; une marrante. Il ne fallait rien laisser paraitre et caresser sagement ses idées ; « Non, tu n’avais pas à t’expliquer je pense, même si ça aurait évité quelques malentendus … c’est pas grave. » uso ! il se bouffait le sang depuis qu’elle lui avait dit ça ; tant pis, il fallait être sage. « C’est juste dommage de tout mettre d’un coté ou d’un autre… Tu penses vraiment qu’on soit fait pour correspondre à des …schémas ? C’est plus compliqué que ça . » être soit mauvais, soit bon, soit ami ou amant de façon nettement délimité lui paraissait impossible. Elle avait beau se cacher derrière d’éventuels schéma préfabriqué, ça ne fonctionne pas ; les hommes ne sont pas comme ça, simple et facile. Même si de l’autre coté, il pouvait la comprendre … Tatsurô fonctionnait aussi de manière entière ; soit tout ou soit rien. Il s’enivrait des gens de manière totale, les bouffant de tout son être, jusqu’à en vomir .. soit il les haïssait. Mais c’était autrement plus compliqué pour cet homme là ; sa soif de possession entravait ses jugements. Il restait estomaqué cependant ; « A moi de choisir ? » Il l’avait supplié de le reprendre comme une loque, croyait-elle vraiment qu’il ferait machine arrière ? Soudainement il passa sa main vivement sur son bras, un geste amical suivit d’un sourire tendre ; le genre de sourire que l’on adresse pour signifier que les réponses sont trop évidentes pour être dites. La réponse, elle la connaissait, pas besoin d’en dire plus. « C’est pas ridicule. Pas ici du moins ou plus rien n’a ni queue ni tête … Partons de cette endroit glauque. »

En effet depuis tout ce temps ils se crêpaient le chignon à coté d’une porte dégelasse et de deux poubelles. On a fait mieux ! La nuit était encore longue et claire, ils avaient de quoi en profiter, malgré tout… Sans annoncer la destination, Tatsu’ ouvra la marche en passant rapidement sa main dans son dos pour qu’elle avance à coté de lui ; mais il ne pris pas le risque de la tenir par les épaules. Marcher aller le détendre certainement , à une allure tranquille, il quittait rapidement la rue étroite dans laquelle ils se trouvaient pour une rue bien plus large, donnant presque l’impression d’être dans un quartier comme un autre du Japon ; « Ils se sont donné du mal quand même pour qu’on ait l’impression d’être sur l’île. Quand j’ai débarqué ici, au début, j’ai mis plusieurs mois à comprendre que c’était pas vraiment le Japon ici … » Il espérait ouvrir le dialogue sur leurs venues respectives à chacun, changer de sujet et profiter… Que cette nuit soit longue, même s’il n’y avait rien à en retirer, pitié.


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wakizaki Emiko
♥ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card
[Administratrice]

avatar

Messages : 262
Avatar : Miko (exist†trace)

Brièvement : 25 ans | Coeurs
Activité : interprète
Autre : Laisses-moi devenir ton bourreau, laisses-moi jouer de ton corps et de tes sentiments, laisses-toi emmener par tes fantasmes. Viens dans le piège que forme mes bras et je te promet des heures de souffrance devant mes yeux rieurs.

MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   Sam 28 Avr 2012, 21:43

Elle avait peur du changement, peur de perdre de pied. Elle tenait son monde en ordre et n’acceptait pas les éléments perturbateurs. Comment vivre si on n’a pas tout sous contrôle ? Cela semblait totalement impossible pour elle. Elle avait besoin de tout connaître, sinon elle se sentait perdue. Sur cette île, elle n’était pas la force dominante et cela la gênait assez, elle n’allait pas non plus laisser le chaos s’installer dans sa vie ... Sinon c’était un chemin direct vers la folie. Ces cinq dernières années, qui étaient en réalité un cauchemar, lui reviendrait dans la gueule pour la faire fléchir. C’était hors de question. Elle était trop jeune pour perdre la tête.

Elle avait un peu menti sur les relations ambigües. Elle ne les appréciait pas plus que ça, mais cela ne la gênait pas parfois. Cependant, elle avait préféré poser une limite avec Tatsurô. Plus tard, peut-être qu’elle changerait ... Mais pour l’instant, elle avait besoin de ce repère. Elle baissa les yeux.

« Pas à des schémas prédéfinis, mais à ceux que j’impose dans ma vie. Je sais bien que c’est compliqué, qu’il est toujours difficile de définir ce qu’est une personne pour soi-même. Mais ... »

Mais quoi ? Mais en fait tu crèves de peur à l’intérieur de toi-même que cet homme, différent des autres par son caractère et son attitude, prenne possession de toi et te manipule comme un pantin ? Qu’il devienne ton tortionnaire et que tu rampes à ses pieds pour retrouver ta liberté, quitte à accomplir le moindre de ses désirs ? Plutôt crever. Pour Emiko, il y avait toujours un dominé et un dominant dans une relation, et elle n’était pas prête à perdre sa place. L’égalité n’existe pas dans son esprit. Bref. Cela restait quand même un moment assez étrange et la jeune femme était mal à l’aise.

Elle fut soulagée de quitter la ruelle pour une rue plus éclairée et plus vivante. Elle marchait tranquillement à ses côtés. Elle ne s’en rendait pas compte pour l’instant, mais elle était quand même bien dégueulasse avec Tatsurô, à jouer les prudes. Peut-être allait elle le regretter plus tard ...

« Ils sont très forts pour jouer la comédie ... Mais je ne comprend pas pourquoi ils se donnent tant de mal. Se réjouissent-ils de nous voir essayer de vivre une vie normale ? »

Sa voix se tentait d’amertume. Elle ne savait pas qui « ils » étaient, mais elle les détestait. La fatigue, l’alcool et l’émotion aidant, sa langue se délia.

« Un jour, tout ceci arrêtera. Les gens peuplant cette île en auront assez de jouer aux pantins et se rebelleront. Le Joker tombera. Je n’aimerais vraiment pas être une de ces putains de Figures quand cela arrivera. Ils méritent de crever pour avoir jouer le jeu de l’autre psychopathe. »

C’était dangereux mais elle s’en foutait. Lorsqu’elle se sentait mal, elle avait besoin de déverser sa bile sur quelqu’un. Pas de chance, une de ces Figures se trouvait à côté d’elle sans qu’elle le sache. Parfois l’ignorance peut être une belle chose ... Même si dans ce cas là elle jugeait des personnes qui n’avaient pas forcément fait quelque chose et surtout, qui ne cautionnait pas dans tous les cas les agissements du Joker.

« Bon, on va chez toi ou chez moi ? »

Ils n’allaient pas finir la nuit dans la rue ...


« Il y a tant de pensées que j'aimerais te raconter à toi mon cher,
Je bats des ailes de toute mes forces vers l'endroit de notre rendez-vous,
Parce que depuis ce jour, j'ai le corps si léger,
Sans pour autant me libérer des menottes à mes chevilles. »
exist†trace, « JUDEA »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t28-wakizaki-emiko#64 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t30-wakizaki-emiko-ouvert#66 http://souseijinonoroi.forumactif.org/t31-wakizaki-emiko#68
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Danger, danger ; hight voltage - Emiko -   

Revenir en haut Aller en bas
 

Danger, danger ; hight voltage - Emiko -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joker's Island ▬ ジョーカースアイランド :: 
Partie Ouest ▬ Clubs
 :: Bars & restaurants
-