Partagez | 
 

 [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 14:46


Murakami Rei
feat. Kamenashi Kazuya



Identity ▬


Nom : Murakami
Prénom : Rei
Âge : 19 ans
Sexe : Masculin
Orientation sexuelle : Aucune idée
Surnom(s) : //
Pseudo(s) : Zero
Emploi/Activité : Travailler dans un restaurant en tant que serveur. Renvoyé quand on à apprit son statut d'As.
Groupe : Spades / Pique
Rang : As




Health ▬

Poids : 60 kilos
Taille : 1m75
Groupe sanguin : B
Particularité(s) : Souffre encore des souvenirs de ce qui se passait à l'orphelinat, des cauchemars le hante assez souvent et lui provoque des insomnies.
Sôseiji : Aoki Ryûnosuke



Informations ▬


Caractère : Rei n'est pas une personne que l'on peut dire de forte. Son allure déjà n'effraie pas vraiment grand monde, il semble tellement fragile qu'il risquerait de se casser au moindre coup de vent. Mais il est vulnérable aussi psychologiquement. Déjà torturé et encore hanté par les souvenirs de son enfance, il ne lui en faut pas beaucoup pour avoir le sentiment d'être encore pris comme la Tête de Turc du coin. Il ne supporte plus qu'on puisse lui faire du mal en ayant déjà trop souffert avant. Surtout que maintenant qu'il sait que son Soseiji le protège, il ne veut pas le blesser plus qu'il ne l'a déjà fait. Paniquant rapidement, il ne sera pas du genre à vous agresser ou à riposter si jamais on l'attaque. Non, il se laissera faire surtout si on devient brusquement violent avec lui. Sa plus grosse peur est de faire peur ou du mal à Ryû. Il est craintif, les premières rencontres lui font toujours peur et il évite de se faire de nouveaux amis. C'est presque s'il essaye de ne frôler personne à l'extérieur de peur de faire un faux pas et de se faire réprimander. Un rien lui le terrorise ou le fait sursauter, ce qui peut être parfait pour lui faire une blague mais, à ne pas tester trop souvent si on veut lui éviter la crise cardiaque. Il n'est pas capable de prendre de décisions sur un coup de tête. Ça nous ramène à sa panique. Son cerveau se bloque et il n'arrive presque plus à bouger ni à réfléchir. Plus on le poussera à prendre un choix rapidement, plus il y aura des chances pour qu'il freine des quatre fers pour éviter les problèmes.
Cela amène au fait que Rei est quelqu'un de très réfléchit. Il ne fait rien sans un minimum de réflexion derrière. Quand il aura pris sa décision, il sera rare qu'il change d'avis à moins qu'on lui montre une preuve en béton pour qu'il fasse le contraire.

Ce qui peut effrayer les gens chez le jeune homme, c'est qu'il est quelqu'un de vide. On dirait un fantôme errant, seul au monde sans personne à qui parler. Et beaucoup se garde de l'approcher avec son statut d'As. Mais bien au contraire, quand on l'approche il a bien une réaction. Rare sont les réactions positives. Une seule personne en bénéficie: Ryû. Quand il voit Ryû, la chose que l'on surnomme « Zero » devient une personne souriante, très douce et gentille. Sa moitié lui remonte toujours le moral d'une manière ou d'une autre et sa moitié le rassure. Quand il angoisse, il pense à lui pour essayer de se calmer car il sait qu'il sera toujours là pour lui. Sa moitié est tout pour lui, et il a une confiance aveugle en lui. Il ferait n'importe quoi pour lui mais celui-ci le protège et lui évite tous les désagréments dont il est capable. Et pour ça Rei lui en est très reconnaissant. Quand Rei donne sa confiance en quelqu'un, il le croit pour tout et n'importe quoi. On pourrait lui dire que les extraterrestres sont des taupes mutantes, il serait bien capable de vous croire. Sinon il sera plutôt du genre silencieux, à s'enfuir dès qu'il vous verrait.
Pas rancunier, il serait presque capable de pardonner au Joker le fait qu'il est envoyé son jumeau et lui ici. Il ne lui en veut pas. Il pense qu'on fond... Le Joker est peut-être quelqu'un de très seul. Fou. Mais terriblement seul. Un peu comme il était avant de connaître Ryû.
Il est facilement gêné d'une situation et aura tendance à éviter la personne avec qui ça se passe. Ryû le taquine souvent et le fait rougir facilement. Mais bizarrement... Il aime ça. Parce que c'est Ryû.

Aime : La musique, se sentir en sécurité, passer du temps avec Ryû, lire énormément, la Lune, regarder les étoiles le soir, le calme, qu'on s'occupe de lui, observer en silence, les autres AS, les ramens et yakitoris, se reposer après avoir trop réfléchis...

Déteste : Qu'on le touche pour n'importe qu'elle prétexte, qu'on lui fasse du mal, que Ryû souffre à cause de lui, d'être trop faible, les médecins, les piqûres, se retrouver seul trop longtemps, se retrouver enfermer dans le noir, les hôpitaux et tout ce qu'il y a à l'intérieur, l'Ijime. la méchanceté.

Style vestimentaire : Il est plutôt simple dans ses vêtements, mais ce n'est pas pour autant qu'il marque mal, il ne supporte pas donner l'image de quelqu'un de mal habillé ben qu'il soit tout de même vide d'expression. Chez lui, il s'habille comme il veut t-shirt ou Marcel peut importe. Mais à l'extérieur, il n'aime pas porter des hauts courts car on pourrait voir assez clairement ces cicatrices sur ses bras. Il aime beaucoup les chemises trouvant qu'il l'es porte assez bien.

Casier judiciaire : //




History ▬


Un visage impassible. Une jeune femme regarde son enfant avec une froideur qui donnait des sueurs aux infirmières. Elle le fixe un petit moment avant de rejeter sa tête en arrière contre son oreiller pour observer l'extérieur du bâtiment. Une infirmière qui n'avait pas la trentaine s'approchait donc du lit de la patiente avec douceur, elle regarda le poupon endormie avant de s'adresser à la dame. Ne voulait-elle pas le serrer dans ces bras ? Le toucher ? Le câliner ? C'était une réaction plutôt normale, non ?

« Non. »

Elle fit un geste las de la main pour inviter l’employée sous le choc à sortir rapidement de cette pièce. La demoiselle quitta rapidement la chambre en regardant le petit être dormir. Elle expliqua la situation aux autres femmes travaillant dans l'hôpital. Elles jetèrent un œil à cette mère n'accordant aucun regard à son propre fils. Leurs visages exprimant l'incompréhension mais aussi, de la colère. Un prénom. Elle n'en n'avait pas donné à l'enfant. Elles furent bousculer par des hommes qui entrèrent sans autorisation, un prit l'enfant dans ces bras doucement, deux autres calmèrent les infirmières en leur montrant quelque chose. Elles se turent rapidement. Le visage sombre. Le gouvernement et leur maladie. Un homme d'une carrure massive observa la génitrice qui ne réagit même pas quand on lui prit son marmot. Il demanda avec douceur le nom du bébé.

« Rei. »

L'homme s'inclina avant de prendre la tête du petit groupe, accompagné du nourrisson cette fois-ci. La femme n'eut aucune attention pour celui qui était sorti de son ventre. Elle contempla le ciel sans rien dire.

« Nee maman... Toi aussi, tu étais malheureuse ? »

Orphelinat de Nagoya. Il n'avait pas trois jours qu'il était déjà là-bas. Il grandit doucement ne montrant aucune particularité. Rei était du genre timide, il n'allait jamais vers les autres bambins. Il continua de grandir, sans rien savoir du monde extérieur. Il connaissait juste les murs froids du pensionnat, les sombres cris que l'on pouvait entendre entre les parois et, les canalisations des bâtiments lui donnaient des cauchemars. Et si la nuit il n'était pas perturbé par les hurlements d'enfants, la journée il était persécuté par les autres. Rapidement les autres enfants comprirent qu'il était une cible idéale. Pas du genre à se défendre mais plutôt à subir. Il n'avait pas cinq ans que les autres l'avaient dans le collimateur. Ils se jetaient pratiquement sur lui en le menaçant de lui faire mal s'il ne leur donnait pas son goûter. Et Rei, n'ayant pas une âme de combattant, il leur céder en tremblant comme une feuille. On le poussait à terre, on riait de lui avant de s'enfuir avec son quatre-heures. Et lui il mourrait de fin jusqu'au soir. Et s'il n'avait pas de chance, il ne mangeait pas plus au souper car d'autres venaient le persécuter pour avoir son dîner. La loi du plus fort pas vrai ? Mais les animaux qui régnaient en maître ici, c'était bien les adultes. Ces êtres immondes. Il voyait approcher ces gens de lui vicieusement avant de le trainer dans les sous-sols de l'orphelinat.
Il se débattait toujours un petit peu, une petite minute ou deux. Mais il était tellement frêle que ces coups ne faisaient rien à celui qui était chargé de l'emmener. Pourquoi ? Il pleurait à chaudes larmes quand on le trainait dans les entrailles du bâtiment. Pleurer. Il était seulement capable de faire ça pour le moment. La proie facile. Un enfant n'ayant pas de caractère. Mais qui pleurait sur son sort. Il avait mal. Tellement mal. Il ne voulait plus retourner en bas.
La journée, il ressemblait à une âme en peine. Un bambin sans vie. Qui ne se débattait même plus quand on lui demandait son repas ou quand on le battait pour le plaisir. Finalement... Ils étaient comme lui ces enfants. Ils avaient peur des adultes. Ils ne comprenaient pas pourquoi toutes ces tortures. Alors ils se vengeaient sur celui qui ne leur ferait pas peur.
Le soir il retournait en bas. Il pleurait silencieusement. Parfois crier quand c’était vraiment douloureux. Un soir quand il fut ramené dans sa chambre, on le poussa sans ménagement sur son lit. Il ne réagit presque pas. L'homme le regarda avant de dire, une phrase qui le marqua:

« Rei... Tu parles d'un prénom qui te convient ! Tu n'aurais pas dû naître si c'est pour être comme ça. »

La porte se referma violemment. Les yeux bien ouverts, les sanglots coulèrent sur le matelas, sans un bruit. Il n'arrivait même plus à sangloter comme quelqu'un de normal. Il s'endormit pour quelques heures.

« Nee maman... Tu crois au Paradis ? Moi, je pense que l'Enfer existe. J'y suis. »

Il n'avait pas onze ans, Rei était de plus en plus plonger dans son silence. On ne lui décrochait plus un mot. Il donnait sans protester ce que voulaient les autres enfants de lui. Quelque part, Rei leur faisait un peu peur. Pour eux, il ne ressemblait même plus à un humain. Ces gestes étaient lents, sans dynamisme. Chaque pas était une douleur. Chaque mot était une horreur. Chaque geste était une souffrance permanente pour lui. Se cachant toujours sous des t-shirt à manche longue ou des pulls même en été, pour certain, il était complètement taré. Donc on l'évitait. Il vous évitait. On lui parlait, il ne répondait pas. Sauf quelques élèves qui étaient très doux, eux aussi sûrement très seuls. Ils aimaient bien parler avec lui. C'était les seuls moments, où Rei apparaissait comme un enfant vivant. Et même s'il ne l'avait jamais dit, il aimait être avec eux. Il oubliait un peu... Juste quelques instants son enfer avec eux.
Et puis. Il y a eu ce fameux soir. On ne l'avait pas gâté. Trop longtemps qu'il n'y avait pas eu de réaction chez lui. Peut-être couvrait-il son double ? Lui ne savait même pas pourquoi il subissait tout ça. Mais il ne se demandait même plus les raisons maintenant. Et n'espérait même pas que ça s'arrête. Parfois il sentait un peu de courage s'insinuer en lui. Il ne savait pas d'où cela venait. Mais il s'en servait pour survivre. Car il ne vivait plus. Il subsistait depuis longtemps.
Écroulé au sol, il souffrait. Son bras droit... Il voulait qu'on lui arrache. Ça faisait si mal. Il voulait mourir. Vous imaginez penser cela à dix ans ? Il voulait que ça se stoppe. Il n'en pouvait plus. Il glissait sur une pente interminable. On le tuerait un jour ou l'autre. Alors pourquoi ne pas abréger ses souffrances lui-même ? L'idée devint plaisante.
Il espérait seul. Non il n'espérait même plus. Il voulait que ces yeux se ferment, pour ne plus jamais s'ouvrirent. Il gémissait, au contact froid du sol et l'interminable sentiment de solitude qui ne le quittait jamais. Ils revenaient... Ils allaient le tuer. Pourtant, il ne sentit aucune agression. Il se figea quand il vit un jeune garçon de son âge au-dessus de lui, se tenant son bras droit comme s'il le faisait souffrir atrocement. Il ne fallut pas beaucoup à Rei pour enfin comprendre. Il avait l'impression de connaître cette personne. C'était un enfant de l'orphelinat oui mais... Il ressentait comme... Si ça avait toujours été ainsi. Alors... C'est ça, un Sôseiji ?
Pour la première fois, quelqu'un pleura pour lui. Et pour la première fois depuis longtemps, le petit garçon pleura en union avec quelqu'un, en ressentant quelque chose. C'était à la fois douloureux mais aussi un bonheur. Il l'avait trouvé. Rei sentit son cœur battre fort depuis longtemps quand il fut contre Ryûnosuke. Long prénom certes mais il signifiait tellement de chose maintenant pour le pauvre Rei. Il subissait des atrocités depuis longtemps... Et Ryû le ressentait. Il s'en voulait. Terriblement. Il n'était pas assez fort pour le protéger un peu... Juste un tout petit peu. Il pleura davantage en écoutant les promesses de sa moitié. Il lui faisait confiance.
Chaque soir, la torture recommençait. Ce qui le faisait maintenant souffrir, c'était qu'il savait que son double ressentait tout lui aussi. Mais il tenait bon. Il tenait bon pour Ryû. Il ne fallait pas qu'ils soient découverts. Des années cette attente dura. Ne pouvaient-ils pas les laisser maintenant ? Mais le plus impulsif craqua. Il n'en pouvait plus. Rei en pleurait quand il le sentait s'approcher. Ils avaient quinze ans. Trop tard.

« Nee maman... As-tu eu quelqu'un pour te protéger ? »

Ils arrivèrent sur cette île. L'ambiance était la même qu'à l'orphelinat. Mais maintenant, Ryû pouvait le protéger. Ils pouvaient se soutenir. Il adoptait un peu le même caractère, il n'allait pas vers les gens et avait une peur bleue qu'on le touche. Mais ce n'était pas grave. Son ami était là. Dès qu'il angoissait, il essayait de se calmer en pensant à son Sôseiji. Le seul capable de le rassurer, de prendre soins de lui. Pardon Ryû, il était faible. Mais il se jura à lui-même de faire tout ce qu'il pouvait pour alléger un peu le poids qu'il était. Et puis... Le Joker s'en mêla.
Quand un valet toqua à sa porte, les battements de cœur de Rei et même ceux de Ryû s'accélèrent ensemble. Quoi ? Il resta quelques minutes sans rien dire une fois que le valet fut partie... Lui ? Un As ? Il venait d'être nommé As de Pique. Son surnom était : Zéro. Le Joker avait un humour vraiment bien à lui. Quand il comprit enfin ce qu'un As était, il s'effondra en larme à terre. Comment allait-il annonçait cela à Ryû ? Il allait le détester... Quand sa moitié le retrouva au sol, il mit quelques minutes à se calmer. Il laissa l'autre parler d'abord. Ils étaient As. Tous les deux. Ils n'avaient pas le droit de ce voir. Est-ce que... Ryû allait obéir ? Il se traita d'imbécile quand il se rappela de la promesse de son jumeau. Non. Jamais il ne le laisserait tout seul.
Des missions ? Quelques-unes. Pas mal d'avertissements à donner à des gens. Il dû mettre deux ou trois personnes en prison aussi pour une raison qu'il ignorait. Mais il pliait l'échine. Il ne cherchait surtout pas à savoir. Tant qu'on lui demandait ça. Juste ça.

Pendant une période, il sentit bien que Ryû n'allait pas bien. Et le problème, c'est que Rei ne savait pas pourquoi. Ça le torturait. Mais il répondait avec douceur à ses sourires quand ils se voyaient. Il ne voulait embêter Ryû avec ces questions débiles. Un jour peut-être...
Maintenant, il vit avec son statut d'As. Voyant souvent clandestinement son jumeau avec un plaisir partagé. Il ignorait les rumeurs sur Ryû, un des As les plus effrayants. Ils mentaient. Il connaissait Ryû. Ce n'était pas quelqu'un d'abominable. Et il contredisait intérieurement ses dires. Pas publiquement bien sûr. Ils ne se côtoient pas normalement entre As.
Rei se fit sa place dans le cercle des Cartes. Le Roi de Pique semblait ne pas le tenir dans son cœur sûrement à cause de son caractère effacé et faible, la Dame de Pique lui donnait la chair de poule... Et le Valet était un ami. Il est au courant pour lui et son jumeau, As de Carreau. Et il le protège. Pour ça, il lui en est très reconnaissant.
Maintenant avec un allié, peut-être pouvaient-ils tous s'en sortir. Il n'en voulait pas au Joker. Au fond... Peut-être que ce dernier était juste très seul ? Mais lui non. Et il ne tomberait pas dans la même folie que lui.

« Nee Ryû...Le bonheur, ça existe pas vrai ? »




See You Soon ▬


Comment avez-vous connu le forum ? Par Aoki Ryûnosuke ♥
Présence : 7/7, une connexion par jour.
Autre chose ? Excusez mes fautes d'orthographes >< Je vais faire de mon mieux pour éviter la crise cardiaque de certains >o
Code du règlement :
Spoiler:
 



Dernière édition par Murakami Rei* le Mer 14 Sep 2011, 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 14:52

J'inaugure les fiches de présentations de toutes mes femmes \O

Chaton Tu sais ce que j'en dit de ton histoire ? Que je l'aime ! Et puis les fautes, roh, ça va vite te passer éwè Et moi ça me dérange pas de te corriger 8D

Au contraire, comme ça j'ai les histoires en avant première /SBAM/

Mwhouhahahaha Dès que t'es validée je te réserve un R.P de la mort qui tue tous les ... Tous les vilains Bakanishi qui osent dire "KAT-TUN, à 6" alors que l'année d'après ils se tirent tiens ! (Oui y a plusieurs Bakanishi... cherche pas...)

ROH ! Tu me fais plaisir ! Et tu as très bien arrangé la partie que j'avais trouvé louche *O* Je te ferais des enfants tu sais ? /SBAM/ (Je vais me retrouver avec une équipe de baseball moi TwT)

Hâte de te voir validée donc *w*
Revenir en haut Aller en bas
Yamada Tatsurô
♣ Roi de Trèfle ▬
S *Salopard
[Administrateur]

avatar

Messages : 363
Double-compte : Shinozuki Maki
Avatar : Hakuei

Brièvement : 29 ans, roi ♣ dit S , hétérosexuel.
Activité : Gérant d'un bar

MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 15:41

    Avant toute chose, BIENVENU ! ! Te fais pas de bile pour les fautes, on est pas des monstres ( j'en fais tout le temps alors je me permets pas de faire des remarques ... mais j'me soigne, j'ai tout le temps un dico et un beschrelle à coté de moi LOL. )

    Tout me semble bon pour ta fiche, donc tu es validé et tu peux commencer à faire tes différentes fiches, à te mêler à la teuf du flood, de la CB et du rp !

    En espérant que tu te plaises ici ö/ ( faut ramener encore des gens voyons ... haha)


« P. est en vit maintenant. Oui tout de même.
Et ce n'est pas rien, n'est-ce pas ?
Tu parles Charles ! »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar


MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 15:48

Mercii beaucoup ♥

Oui moi et les fautes... C'est catastrophique, heureusement Ryû me corrige =D (Et après ca va en L hein ? /BAAAAM/)

Merci pour cette validation o/
Revenir en haut Aller en bas
Sasaki Akeko
♣ As de Trèfle ▬
四、死 *Four, death

avatar

Messages : 257
Avatar : Mikki (Ulzzang)

Brièvement : 18 ans ; Club ; Shi
Activité : Ne va plus au lycée.
Autre : Sono sora ippai no kamihikouki kurai ni natte~

MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 16:04

Bien vendu en retard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.org/t25-shi-sasaki-akeko http://souseijinonoroi.forumactif.org/t32-sasaki-akeko-shi http://souseijinonoroi.forumactif.org/t33-sasaki-akeko-shi#72
Kei
x Joker ▬
敬 *Veneration
[Fondateur]

avatar

Messages : 234
Double-compte : Kahane Tsubasa & Iwagami Seishirô
Avatar : Miyavik (Deviantart)

Brièvement : Je suis l'ombre qui rit derrière vous et vous manipule, sans aucun scrupule, pour passer le temps. Et ça marche.

MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   Mer 14 Sep 2011, 20:35

Haha, t'imagines même pas à quel point je suis heureux que ce PV soit pris... Enfin un copain pour Tsubasa \o/
J'ai enlevé l'étoile de ton pseudonyme (fais gaffe à la prochaine connexion) après suppression de celui qui l'occupait, et je t'ai ajouté ton rang.
Sur ce, je te souhaite la bienvenue, et j'espère que tu te plairas parmi nous !


Why so serious ?
I will eat you ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Terminée]Murakami Rei ▬ State Zero.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AfterAfter ▬ 後 :: 
Archives
 :: Présentations
-