Partagez | 
 

 [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Dim 29 Avr 2012, 23:32

Au moins, ce qu'il y avait de bien sur cette île, c'était que la mer était à deux pas de là où il logeait. Il n'avait pas eu la chance d'aller en vacances, plus jeune, près de la plage. Ses parents n'avaient jamais réussi à avoir une promotion, ou à avoir un autre travail, où ils gagneraient plus d'argent. Ce n'était pas pour autant qu'il n'avait pas passé de bonnes vacances avec eux, et qu'il s'était plaint de ne pas avoir plus. Le principal, ça avait été de s'amuser avec eux, et les quelques amis, qui n'avaient pas pu partir eux aussi en vacances avec leur famille.
Et forcément, à la rentrée, leurs autres amis leur racontaient gaiement les vacances qu'ils avaient passé à la plage. C'était dans ces moments-là qu'il se demandait ce qu'il y avait après tout d'aussi extraordinaire de passer des vacances, à la plage, avec sa famille. Qu'est-ce qu'elle avait de si bien, cette plage ? C'était seulement de l'eau salée, avec du sable. D'ailleurs, était-ce si agréable que ça d'enfouir ses pieds dans le sable, et aller après les tremper dans l'eau ? Et si l'eau était trop froide ? Voilà le genre de questions qu'il se posait, alors il se disait qu'au fond, peut-être valait-il mieux passer ses vacances chez soi.

Alors aujourd'hui, lors d'un soir, il s'était évadé sur la plage, mais resta un moment à l'observer, avant d'oser s'y aventurer. C'était vrai, elle était magnifique cette plage, et elle nous donnait envie de la rejoindre sans hésiter une seule seconde. Il fit un pas, puis un deuxième, et fut surpris que les grains de sable s'infiltrent aussi facilement dans ses chaussures. Ces petits veinards ne perdaient pas de temps... Il enleva ses chaussures, puis ses chaussettes, et s'émerveilla de la sensation que l'on pouvait ressentir en glissant ses pieds dans le sable. C'était... Agréable. Très agréable. Il essaya à les engouffrer encore plus dedans, et fit la moue en sentant qu'à un moment ça bloquait. Il allait falloir creuser s'il voulait aller plus loin, sauf qu'il n'avait pas amené de pelle avec lui. Tant pis. Il s'enterrerait un autre jour, et peut-être pourrait-il faire des châteaux de sable. Ce n'était pas parce qu'il avait vingt-cinq ans qu'il allait se priver de faire ce genre de choses sur la plage ! Il n'avait jamais eu la chance d'aller en vacances plus petit près de la plage, alors il allait rattraper ça, désormais qu'il habitait près de celle-ci.
En tout cas, tout content, il lâcha brusquement ses chaussures et chaussettes, et courrut un peu dans le sable. Il se mit à rire un peu, et se laissa tomber au sol. Il ne tarda pas à s'y allonger de tout son long, et s'amusa à rouler dedans. Puis, il s'arrêta en sentant quelques grains de sable s'infiltrer dans ses vêtements, et se releva en faisant la moue. ça, c'était moins plaisant... ça devait être l'inconvénient de la plage, que ceux-là puissent se mettre n'importe où dans leurs vêtements, des fois sans qu'ils ne s'en rendent compte, supposa-t-il. Puis, il haussa les épaules, en se disant qu'après tout, ce n'était pas si grave. Il était venu ici pour s'amuser, n'est-ce-pas ? Alors, il fallait qu'il continue, bien qu'il soit seul.

Depuis qu'il était arrivé sur cette île, il n'avait pas croisé grand monde, et n'avait pas pu faire connaissance avec les autres personnes ici. Malgré que pour diverses choses, il aimait être seul, à côté, le reste de son temps, il préférait le passer avec des amis. Donc, là, il se sentait seul, et rien qu'à cette pensée, il pensa automatiquement à son père. Mais il le chassa assez vite pour ne pas gâcher ce si bon moment qu'il passait, et se dit qu'il finirait par réussir à devenir ami avec certains, un jour.
Il faut dire aussi qu'il n'avait pas cherché à rencontrer des gens, car il se demandait sans cesse si c'était une bonne idée de s'approcher d'elles, alors que tous sont malades. Ne risquent-ils pas d'aggraver leur cas à chacun en s'approchant trop près l'un de l'autre ? Il restait donc méfiant, et ce, même s'il commençait à se sentir de plus en plus seul. Des fois, il avait envie de prendre son courage à deux mains, et s'en aller, sauf qu'il avait peur qu'on l'en empêche. On ne l'avait pas envoyé sur cette île pour rien, s'il était si malade que ça ? Alors, au final, il ne faisait rien, et il souffrait, encore plus, en silence.

Il s'avança jusqu'à la mer, et après avoir retroussé les pattes de son pantalon, il glissa ses pieds dans l'eau. Un long frisson le parcourut de la tête aux pieds, et il se crispa, car malheureusement pour lui, l'eau était froide. Et à part ça, la plupart des gens idolatrait la plage ? Lui, là, il avait juste très, très froid, même s'il n'y avait que ses pieds dans l'eau. Peut-être parce que c'était la nuit, et que pendant la nuit, la température chutait. Il sortit vite de l'eau, et s'accroupit en essayant de se remettre de cette horrible sensation. Il se promit de prendre son courage à deux mains, et qu'une fois rentré chez lui, il prendrait un bon bain chaud. ça ne changeait un peu rien par rapport à l'eau douce, d'ailleurs, alors que tant de gens lui avaient dit le contraire. Cette eau, elle était juste salée, et l'eau douce, elle était su... Non, l'eau douce n'était pas sucrée, elle était douce, tout simplement.
Mais cette eau salée ne lui avait pas donné bonne impression, et il avait un peu froid désormais. Il accourut auprès de ses chaussettes et chaussures, et souffla sur ses pieds pour les sécher, afin de mettre plus rapidement ces derniers-ci. Ceci fait, il respira quand même encore le bon air frais, et s'alluma une cigarette. Ne dit-on pas après l'effort le réconfort ? Lui, il voyait les choses de cette manière à cet instant précis, et son réconfort, c'était bien évidemment la petite cigarette entre ses lèvres.

Première impression de la plage ? Bien qu'entre l'eau et lui, ce soit une grande histoire d'amour, peut-être que ça le sera plus avec l'eau douce, plutôt qu'avec l'eau salée. Cette eau-là était-elle toujours aussi froide ? Peut-être pas... Mais il n'allait pas non-plus essayer de voir à quelle heure de la journée était-elle plus chaude. Par contre, le sable, lui, était à bénir. Alors au fond, il était content d'être venu se promener par ici, surtout qu'il faisait ni trop chaud, ni trop froid. On lui avait souvent dit qu'à la plage, il faisait toujours plus frais, et pourtant là, ce n'était pas le cas.


Dernière édition par Kurokawa Hiroyuki le Mer 21 Nov 2012, 21:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mar 01 Mai 2012, 13:43

Journée pourrie, une de plus parmi toutes celles qu'avait vécues Aki durant ses vingt-six ans de vie. Il avait dû bosser pour une vieille femme aigrie, l'aider dans son déménagement, sauf qu'il avait malencontreusement fait tomber un carton de vaisselle. La vieille femme n'avait pas du tout apprécié et voilà qu'elle avait remis en cause le garçon, mais surtout elle en avait très rapidement fait part à l'employeur d'Aki... qui s'était fait virer avec un grand coup de pied ; sens figuré évidemment.

Alors il était parti, crachant presque à la figure de ces gens. Ca lui prenait la tête ; déjà qu'il faisait des efforts pour trouver un peu de boulot, voilà que maintenant à la moindre bêtise involontaire on se faisait renvoyer. Il soupira, longeant les bâtiments de la ville. Le soleil commençait à décliner à l'horizon et il se dit que c'était finalement une bonne chose de ne pas être encore en train de bosser, il aurait sa soirée pour faire les quatre cent coups, seul ou avec de vieilles connaissances pas très conseillées de côtoyer. Lui il s'en moquait, et, avec un peu de chance, l'une d'entre elles viendrait, d'une manière ou d'une autre, à vouloir se battre. Aki pourrait se défouler et s'amuser un peu.

Continuant de pester et de maudire intérieurement le monde tout entier, le garçon rentra chez lui pour se changer. Il se doucha et attrapa ensuite des vêtements aussi sombres que ses esprits : un t-shirt noir avec une tête de mort imprimée en gris dessus, un jean noir troué au niveau des deux genoux et auquel il rajouta une chaîne en argent sur le côté droit, ainsi qu'une veste noir, en cuir. Il sécha ses cheveux blonds un peu à l'arrache, mais souligna ses yeux d'un trait de crayon... noir. Toujours être présentable, à sa manière.

Il fouilla quelques minutes dans ses placards, cherchant en vain de quoi se mettre sous la dent. Décidément, ce jour-là n'était pas un bon jour, il espérait au moins que sa soirée fût différente, bien plus intéressante et agréable. Rapidement, il abandonna ses recherches, attrapant un billet qui traînait par là, dans tout son appartement sans dessus-dessous et il claqua la porte, la verrouillant ensuite pour retourner à l'extérieur. Ca le rendait toujours morose d'être enfermé, tout seul, chez lui. Il se sentait différent et il se trouvait trop "mou" ; il ignorait pourquoi, mais c'était peut-être parce qu'il se laissait aller, qu'il ne courait pas dans tous les sens.

D'ailleurs, il songea à son cahier d'écriture, caché sous le matelas de son lit, parmi toutes sortes d'autres choses non identifiées. Il était très reconnaissant envers le psychologue qui l'avait pris en charge et qui lui avait conseillé d'écrire tout ce qu'il ressentait sur un livre. Aki ne le montrait jamais à personne, car il en avait finalement un peu honte. Honte se dévoiler comme ça, parce que tout ce qui se trouvait dans ce cahier, c'était la profondeur d'âme du garçon. Tout ses moments de faiblesse, comme il le disait, il ne les appréciait pas, mais les écrire le soulageait d'un poids énorme.

Akihiro marchait dans les rues, sans réel but particulier au fond, sauf celui de se dégoter quelque chose à se mettre sous la dent ; son ventre commençait à crier famine et le déménagement qu'il avait fait l'avait bien affamé. Il regardait toutes les petites boutiques qu'il longeait, pas spécialement emballé par l'une d'entre elles. Au bout d'un bon quart d'heure de marche, le blond s'arrêta dans un petit restaurant dans un croisement de deux ruelles. Il poussa la porte, salua le patron et s'installa à sa table habituelle.

Il était déjà venu ici une bonne dizaine de fois et le serveur savait toujours se qu'il commandait, alors il ne passait plus le lui demander. Et puis, la première fois qu'Aki avait mis les pieds dans cet établissement, ç'avait failli être l'émeute entre ce fameux serveur et lui. Après tout, ce n'était pas de sa faute si l'autre c'était plus ou moins ouvertement moqué de sa taille ; chose à ne jamais faire, sinon il partait direct et gare à celui qui se trouvait malheureusement en face.

Il soupira et se laissa légèrement glisser sur sa chaise. Il sortit son téléphone portable et tapa quelques messages, demandant à plusieurs personnes si elles étaient disponibles ce soir-là pour fêter un évènement quelconque. Aucune réponse jusqu'à ce que son repas arrivât, il remercia vaguement le serveur et lui donna le compte pour payer ; ce serait fait. L'autre le remercia à son tour et repartit au comptoir...

Le ventre rempli, il arpentait une énième fois les ruelles qu'il connaissait par coeur. Etant cloîtré sur cette île depuis tant d'années qu'il ne les comptait même plus, il se retrouvait davantage dans la ville que dans son propre appartement. Ca l'agaçait parfois, mais pas cette fois-ci, il en voulait pas y songer encore, pas se remémorer tout ce qu'il avait vécu ; il n'appréciait pas réellement cela.

Ses pas le conduisirent jusqu'à la plage, plage sur laquelle il n'allait d'ailleurs presque jamais. Il en avait honte, mais il avait toujours peur de trouver un crabe par là et que ce dernier vinsse le pincer. Ca ne lui était pourtant jamais arrivé, mais il en avait une peur bleue. Dans un sens, rien que le simple fait de voir un crabe, même mort dans son assiette, ça le sidérait et le stoppait net dans ses actions. Pourquoi ? Il l'ignorait, peut-être à cause des pinces de la bête...

Il demeura un moment planté devant le banc de sable qui s'étendait sur des mètres devant et de chaque côté de lui, les yeux perdus dans cette eau sombre à cause de la nuit qui était tombée depuis un moment maintenant. Il se sentait heureux, une bouffée de bien être s'était emparée de lui, mais à l'instar de sa peur, il ne savait pas ce qui lui arrivait. Il avait envie de sourire et de s'amuser, mais différemment ; ne pas frapper, juste rire et charrier les autres. C'était étrange, vraiment très étrange, car au fond de lui il n'était pas heureux comme ça, pourtant de la joie émanait de tout son corps.

Akihiro osa finalement bouger et il s'avança sur le sable, ses chaussures s'enfonçant doucement dans celui-ci. Peu à peu, ce sentiment de bonheur retomba, ou tout du moins était-il relativement moins présent. Le blond ne disait rien, il ne réfléchissait même plus, de toute façon, les phénomènes bizarres ça ne lui étaient pas vraiment inconnus.

Une dizaine de minutes passèrent avant qu'Aki ne remarquât une personne assise un peu plus loin. Un homme qu'il ne connaissait pas et c'était la première fois qu'il le voyait. Au début il ne lui prêta pas plus d'attention que ça, se disant que lui aussi avait eu l'idée de venir se perdre en ce lieu, mais finalement il l'intrigua. Aki ne s'approcha pas de lui, le regardant simplement de loin fumer sa cigarette. A chaque fois que le brun portait cette simple cigarette à sa bouche, le blond se sentait soulagé ; était-ce sa propre quasi-dépendance à ces sucettes mortelles qui se manifestait de cette manière lorsque quelqu'un fumait près de lui ?

Il frictionna sa chevelure blonde, légèrement perdu dans son esprit et ses pensées. Il se dirigea vers l'inconnu, mais dévia son chemin vers la mer. Les mains dans les poches, il se laissa bercer un instant par les petites vagues qui remuaient cette immense étendue d'eau. Il n'avait pas l'habitude d'accoster des gens "comme ça" et puis, qu'allait-il lui dire ? Ce qu'il pensait était d'une absurdité monstrueuse.

Ne pas se prendre la tête, c'était la meilleure des choses à faire. Aki se retourna et s'agenouilla devant le garçon brun, lui demandant :

« T'aurais pas une clope à me dépanner s'il te plaît ? »
Il le fixa plusieurs secondes et en remarquant son piercing à la lèvre, Aki eut un petit sourire ; il aimait ça lui aussi, les piercings. Cela pourra éventuellement faire un sujet de conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Dim 06 Mai 2012, 21:40

Peut-être Hiroyuki trouvait-il qu'il ne faisait pas plus froid parce qu'il était bien couvert. Il portait un pantalon noir à pattes d'éléphant, avec par-dessus une longue jupe noire à dentelles. Puis, en haut, un haut moulant pourpre, avec par-dessus une fine veste noire, à manches mi-longues. Et son cou était couvert d'un foulard noir. Pour une fois, il était habillé de façon très sombre, mais il n'avait pas pris le temps de réfléchir à s'habiller plus gaiement, ce matin. C'était surtout qu'il avait choisi là l'un de ses plus beaux ensembles, sûrement parce que dans sa tête, il savait déjà qu'il allait finir la journée en boîte.
D'ailleurs, il serait peut-être temps d'y aller, non ? Il regarda l'heure sur son portable, et décida de rester encore un peu sur cette plage. Dans l'eau, il ne s'y sentait pas encore bien, mais sur le sable, il y était bien. Il se sentait apaisé, et n'avait pas envie d'y partir pour l'instant. Il ferait mieux d'en profiter...

D'un coup, il se demanda s'il n'y avait pas de crabes sur cette plage, car sans pouvoir l'expliquer, il avait peur d'en approcher. Pourquoi ? Il n'avait jamais eu peur des crabes jusqu'à maintenant, et il adorait d'ailleurs en manger. C'était même l'un de ses repas favoris ! Quelle étrange sensation... Il posa la main sur son torse, au niveau de son coeur, et ramena ses genoux contre son torse, se recroquevillant presque sur lui-même. Ne trouve-t-on pas plus des méduses sur une plage ? Il parvint finalement à se calmer, et se gratta l'arrière de la tête. S'il se mettait à avoir peur des crabes désormais, il ne pourrait plus en manger, et sincèrement, cela le rendrait malheureux. En plus, un Japonais qui n'aimait pas les crabes, c'était peu courant, n'est-ce-pas ? Il secoua la tête de gauche à droite, et parvint à se convaincre que ce qu'il avait ressenti n'était qu'un mirage. Les crabes, ce n'était pas si méchant que ça qui plus était, et c'était l'un de ses plats favoris. Un point c'est tout !
Puis, il se sentit d'un coup beaucoup moins heureux qu'il ne l'était à l'instant présent, et il se demanda si ce n'était pas dû au fait qu'il avait pensé à son père un instant plus tôt. ça ne devrait pas être le cas vu qu'il a automatiquement arrêté de penser à lui juste après. Alors, pour quelle autre raison ? Il était vrai que pour de vrai, il n'était pas heureux, sauf qu'il s'était battu corps et âme pour l'être un minimum, et surtout le paraître. Donc là, à cet instant précis, il était heureux, alors pourquoi tout ce bonheur était parti ?
C'était à n'en rien y comprendre. C'était bien la première fois qu'il avait affaire à telles sensations... Etait-ce ça, la maladie ? C'était une maladie très bizarre des ces cas-là... Et ça faisait un peu peur. Il savait qu'il n'était pas normal, mais de là à avoir le droit à des phénomènes des plus étranges ! Il poussa un léger soupir, et s'étira les bras. Il n'aimait pas avoir affaires à des sensations, auxquelles il n'allait avoir à tous les coups aucune réponse. Peut-être allait-il les avoir, mais peut-être allait-il devoir attendre encore longtemps avant de les avoir. Et pour tout vous avouer, Hiroyuki n'était pas patient.
C'était bien là un autre de ses défauts, sans l'être au point qu'il en soit insupportable. Il n'avait jamais appris à l'être, et il était devenu encore moins patient après le décès de sa mère. Il aurait pu apprendre à l'être, grâce à son père, sauf qu'au contraire, ce fut bien à cause de lui qu'il le devint encore plus. Alors, attendre combien de temps ? Un jour ? Un deuxième ? Un mois ? Un an ? C'était encore plus insupportable, que d'avoir eu ces sensations incompréhensibles.

Puis, quelqu'un lui parla, et ne l'ayant pas entendu venir, il sursauta sur le coup, et laissa tomber sa cigarette dans le sable. ... Oops ? Il haussa les épaules, et l'éteignit. Ce n'était pas bien grave vu qu'il l'avait presque terminé, mais il était quand même un peu deçu. Pour la peine, il s'en ralluma une autre, et tendit ensuite son paquet à son interlocuteur. Pour être discret, celui-ci l'avait été...

« Servez-vous, je vous en prie. »

Répondit-il à sa question en lui offrant juste après un léger sourire. Toujours rester poli, quoiqu'il arrivait. Il ne lui en voulait pas d'être venu près de lui sans faire trop de bruit, car c'était plutôt lui, qui avait été trop dans ses pensées. C'était lui le fautif, qui avait donc tué sa cigarette un peu trop tôt. Paix à son âme.

Il regarda pendant un moment en tout cas le jeune homme blond à ses côtés, et se demanda subitement à lui-même pourquoi il l'avait vouvoyé, alors que celui-ci l'avait directement tutoyé. Peut-être tout simplement par politesse, et surtout parce qu'il ne le connaissait pas. Il le regarda de haut en bas, et sut à quel genre de personne il avait affaire... Ou presque. On lui avait appris à ne pas juger selon les apparences. Mais le fait qu'il l'avait tutoyé, ça donnait un peu plus une idée à Hiroyuki à quel genre il pouvait appartenir.
En tout cas, il lui tapa directement dans l'oeil à notre brun. Il était très mignon, et il eut du mal à regarder ailleurs. Cela faisait longtemps qu'il n'avait pas adressé la parole à quelqu'un qui lui plaisait automatiquement. ça le destabilisa un peu, seulement pendant quelques minutes. Puis, il le regarda à nouveau, sauf que cette fois-ci, ce fut pour une toute autre raison.

Cet homme, ne l'avait-il pas déjà vu quelque part ? Il avait l'impression de le connaître depuis déjà bien quelques années, et c'était très frustrant. Oui, très... Car au fond, il savait parfaitement que c'était la première fois qu'il le rencontrait. Tiens... Encore une sensation, à laquelle il n'avait aucune réponse. En tout cas, où l'avait-il déjà vu si ce n'était pas la première fois qu'il le voyait ? Peut-être par hasard rapidement dans un bar, ou dans un centre commercial, ou bien... Non, ce n'était pas possible, et quelque chose closait. Mais quoi exactement ? Et puis, il se voyait lui demander comme ça, tout joyeux, « Est-ce qu'on ne se serait pas déjà vu quelque part ? ». ça faisait en plus très clishé, provenant d'un film à l'eau de rose. Beurk... Qu'allait-il penser de lui juste après ça ?
Qu'allait-il penser de lui, tout court, qui le fixait intensément ? Il détourna le regard, encore une fois, et se renfrogna. Comme d'habitude, il s'y prenait très mal avec les personnes qui lui plaisaient, et ça, ça voulait dire qu'il n'allait rien se passer entre eux. Il dirigea son regard vers la mer, et se demanda si, malgré tout, le Blond allait rester près de lui, pour parler un peu. Il joua au passage un peu avec son piercing, s'arrêtant de le faire seulement quand il tirait un coup sur sa cigarette.

Quand s'était-il percé la lèvre déjà ? ça devait être à tous les coups le jour de sa majorité. Ce piercing, pour lui, c'était une chose précieuse à ses yeux. C'était ce qui représentait sa totale liberté. Même si ça pouvait avoir des conséquences sur la formation de ses dents, il n'en avait rien à faire, car il y tenait plus que tout. Il comptait bel et bien le garder encore pendant beaucoup d'années, et même quand il s'en séparera, il le gardera auprès de lui. ça pouvait paraître bête comme ça, mais après tout, chacun avait son petit bien précieux, auquel il ne se séparerait jamais. Ce serait comme un enfant avec sa peluche favorite. Si on la lui pique, le monde s'effoudrerait. Ce serait la même chose pour lui, car on lui aurait piqué sa liberté, en quelque sorte. Il n'en ferait pas non-plus tout un drame si on lui piquait son piercing favori, car après tout, ce n'était pas comme s'il n'en avait pas d'autres, mais il serait quand même un peu triste.
Et cet homme à ses côtés, aimait-il les piercings ? Il le regarda à nouveau, et sut rapidement quelle était la réponse. En voyant ses oreilles percées, ce n'était pas long de deviner que c'était le cas, alors il se demanda s'il en avait d'autres ailleurs. ça en faisait des questions à lui poser, mais alors pourquoi ne les posait-il pas ? Certaines, c'était sûr, il valait mieux qu'il évite de les poser, mais d'autres, ça allait. Comme celles sur les piercings.

« ... Vous aimez les piercings ? »

Et voilà, il était content, il avait réussi à poser une question au jeune homme mignon à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 12 Mai 2012, 13:34

Aki hocha simplement le visage en signe de remerciements et extirpa une cigarette du paquet qu'on lui tendait. Il fouilla ses poches pour trouver son briquet et parvint finalement à allumer cette sucette mortelle. Il s'assit sur le sable, les jambes allongées et son regard se perdit quelques minutes sur l'étendue d'eau devant les deux garçons.

Quelque chose dans ce cadre l'apaisait. Il ignorait si c'était ce léger vent agréable, cette eau qui bougeait doucement ou alors la personne assise juste à côté de lui. Quoi que ce fût en tout cas, le blondinet se sentait plutôt bien, ce qui était tout de même une chose qui ne lui était pas arrivée depuis un moment.

Il tirait sur sa cigarette en soupirant un peu, sentant des yeux l'analyser. Il n'aimait pas particulièrement ça et il aurait pu très mal réagir si ç'avait été quelqu'un d'autre. Il avait envie de lui lancer un "quoi ?" assez froid et distant, mais rien ne sortit de sa bouche, comme si... comme s'il ne voulait pas le mettre mal à l'aise, ou le faire s'en aller. Non, il souhaitait étrangement que ce jeune homme demeurât à côté, là, juste comme ça.

Alors à son tour, écrasant sa cigarette et la lançant plus loin, il s'autorisa à porter son attention sur lui. Il le détailla quelques minutes pour finalement en arriver à cette conclusion pourtant si simple : il était beau. Ses cheveux coupés tout de même bizarrement lui donnait un petit charme qui n'était pas à négliger, ses yeux semblaient profonds et mystérieux, sa bouche l'attirait secrètement avec ce piercing à la lèvre inférieure qu'il faisait bouger, et son corps n'avait pas l'air mal, lui non plus. Beau et sexy, tout bien réfléchi, furent les mots qui qualifièrent son interlocuteur dans l'esprit du blond.

Cependant, quelque chose qui n'était pas physique le dérangeait. Comme un sentiment de déjà le connaître, de le connaître réellement ; de tout savoir de lui, mais pourtant il aurait été incapable d'expliquer en quoi. Il avait déjà rencontré ce garçon, il lui avait déjà parlé ; il en était quasi-certain, mais il lui était impossible de se souvenir d'où il l'avait vu. D'ailleurs, n'était-ce finalement pas qu'une impression ? Aki n'en savait rien et se sentait légèrement perdu dans cette drôle d'histoire.

Le blond bougea pour s'asseoir en tailleur, attrapant du sable dans ses mains pour le faire glisser entre ses doigts et recommencer plusieurs fois. Il esquissa un sourire lorsqu'il entendit de nouveau le jeune homme lui parler. Pourquoi le vouvoyait-il alors qu'ils devaient certainement être aussi âgés l'un que l'autre ? Au fond, cela amusait Aki, alors il ne lui ferait aucune remarque concernant cela.

« Oui, répondit-il en montrant d'un geste évasif ses oreilles, j'aime ça. J'en ai eu d'autres, mais mon corps n'en a pas voulu. Et toi, t'en as ailleurs qu'à ta lèvre ? » lui demanda-t-il.
Il aurait parfaitement pu éviter la question, ce qu'il faisait généralement avec toutes ses autres rencontres, mais Aki voulait encore l'entendre parler, voir ses lèvres si attirantes remuer. Il se demandait comment ça faisait d'avoir ce genre de piercing ; lui en avait déjà eu un, mais comme il venait de l'expliquer à son vis-à-vis, son corps ne l'avait pas toléré, tout comme ceux sur son torse. Mis à part ceux-là, il en avait eu un au nez, qu'il avait sorti de lui-même, n'appréciant pas spécialement.

Il frictionna sa touffe blonde et, alors qu'il commençait à songer que la plage n'était peut-être pas si terrifiante qu'elle en avait l'air, il aperçut le sable bouger à seulement cinq centimètres de lui. Il se releva d'un bond et se recula de plusieurs pas. Son coeur tapait fort dans sa poitrine et ses yeux montraient timidement de la panique. Il déglutit, regardant tout autour de lui pour s'assurer que rien n'était près de lui. C'avait bougé, était-ce un crabe ?!

Voilà pourquoi il détestait la plage, rien qu'à l'idée de penser à un crabe, il s'arrêtait de vivre. Evidemment qu'il se sentait drôlement idiot, mais c'était comme ça ; c'était l'une des choses qu'il ne parvenait pas à contrôler. Cette peur terrible des crustacés, il ne les portait définitivement pas dans son coeur ceux-là. Pourtant, jamais ça ne lui était arrivé de se faire pincer.

Une fois plus ou moins certain que les alentours n'étaient pas dangereux, il fit un signe de la main au brun, comme pour lui dire de venir le rejoindre. A peine fut-il à sa hauteur qu'Aki sentit quelque chose le toucher sur la jambe. Il attrapa le bras de son interlocuteur en poussant un léger cri suraigu, pas réellement masculin.

Il rit nerveusement en se grattant la tête :

« J'ai... J'ai cru que c'était... euh, rien, se ressaisit-il en lâchant, pas forcément plus rassuré, le bras du brun, je crois que je vais y aller. Merci pour la clope ! »
S'il avait pu le faire, il se serait frappé lui-même. Quel imbécile, quel idiot ; il avait honte de sa réaction tout à fait puérile face à un simple crabe. Toutefois, son coeur cognait encore vite dans sa poitrine et il se dit que ça n'irait sûrement pas mieux avant de sentir du béton sous ses pieds. Il releva la tête et vit qu'il avait quand même quelques bons mètres à parcourir.

Il prit sur lui, se disant que bon, cette histoire resterait entre lui et le brun ; dans le cas contraire, il n'hésiterait pas à user de ses poings. Il ne voulait pas qu'on sache sa peur panique des crabes, ça risquait de se moquer de lui et sa petite réputation en prendrait un bon coup.

« Tu veux pas qu'on bouge là-bas ? contourna-t-il la question idiote qu'il avait en tête, allez ! » le pressa-t-il sans finalement trop lui demander son avis.
Autant parce qu'il avait envie d'encore discuter avec lui qu'autant pour se rassurer, Aki attrapa le poignet de son camarade et le tira doucement vers la terre ferme. Il fixait le sol qui défilait sous ses pieds, attentif au moindre signe de vie. Heureusement, les deux jeunes hommes ne tardèrent pas à sortir du sable et le blond ne se cacha pas de soupirer de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Lun 21 Mai 2012, 20:42

Il n'était pas très bavard ce jeune homme... Mais il ne fut pas surpris d'avoir un simple hochement de tête en remerciement. Il rangea son paquet de cigarettes dans sa poche, et fut ravi lorsqu'il s'installa près de lui. Peut-être avait-il eu tort de penser qu'il n'allait pas rester près de lui, car peut-être est-ce que ça allait être différent cette fois-ci. En tout cas, la soirée commencait bien, si on mettait de côté les sensations étranges auxquelles il avait été confronté.
Il commença à se se sentir à nouvea un peu mieux, alors un léger sourire alla orner ses lèvres. Au final, on y était bien sur cette île. De toute façon, il allait bien devoir s'y habituer un jour ou l'autre, car visiblement, il n'était pas prêt d'en partir. S'il pouvait au moins devenir ami avec la personne à ses côtés, ça lui convenait !

Soudainement, alors qu'il était en train encore de regarder le Blond, il se sentit gêné, et sur le coup, il grimaça en pensant que c'était encore l'une de ces sensations bizarres. Il regarda ailleurs, et décida de ne plus regarder son vis-à-vis, se sentant mal à nouveau. Y avait-il eu un simple revirement ? Avait-on voulu lui faire comprendre que ça ne se faisait pas de fixer aussi longtemps quelqu'un ? Il ne le savait pas, et ne comprenait pas. Il était un peu perdu...
Surtout que ce fut à son tour d'être observé, et sur le coup, lui, ça ne le gêna pas du tout. Au contraire, il était même content que cet homme le regarde. Cela fit rosir un peu ses joues si bien qu'il espéra qu'il ne le remarquerait pas. Il le regardait, et il semblait le faire avec beaucoup d'attention. Hiroyuki en avait de la chance... Il termina sa cigarette entre temps, et put ainsi jouer avec son piercing sans aucune encombre.

Il s'était bien qu'il ne le regarderait plus, n'est-ce-pas ? Il avait perdu. Le jeune homme avait bougé, alors il n'avait pas pu s'empêcher de le regarder. Il voulut rire en le voyant jouer avec le sable, mais se contenta de sourire un peu plus. Il était mignon, et il avait l'air d'un enfant de cinq-six ans, qui s'ennuyait un peu. Il se remit à rougir en le voyant sourire, et pourtant garder une certaine contenance, il regarda alors à nouveau ailleurs, en écoutant sa réponse.

« Non, juste un à la lèvre. Mais je pense à m'en faire un autre... Peut-être au nombril. »

Tout le monde lui avait dit que ça faisait mal, mais ce n'était pas ça qui allait l'arrêter. Pour l'instant, ce n'était juste pas l'une de ses grandes priorités, alors il y pensait sans plus. Un jour, il décidera juste comme ça d'aller chez le perceur pour se faire percer à cet endroit, un point c'est tout. En attendant, il se contentait de son piercing à la lèvre, et de ceux qu'il avait aux oreilles.

Et voilà que ça recommençait... Cette peur pour les crabes lui revint, alors il se recroquevilla un peu plus sur lui-même, tandis que l'homme à ses côtés s'était brusquement relevé pour ensuite reculer. Il le regarda, surpris, et regarda devant eux. Pourquoi avait-il l'air si effrayé, et s'était-il relevé de cette façon ? En tout cas, lui, il n'était plus très rassuré d'être cette plage, à cause des crabes. Il fronça à nouveau les sourcils en se demandant encore une fois pourquoi il en avait peur tout d'un coup, et soupira. Pourquoi s'affolait pour si peu de toute façon ?
Il vit une main tendue devant lui, et comprit qu'elle appartenait au Blond, qui l'invitait à le rejoindre. Il s'aida alors de celle-ci pour se relever, et eut du mal à ne pas sourire, content d'avoir eu un contact avec son vis-à-vis. C'était mieux que rien... Ce fut une fois qu'il fut à ses côtés que celui-ci poussa un cri suraigu en venant s'accrocher à son bras. S'il avait su qu'il tomberait presque dans ses bras aussi facilement... En tout cas, il était tout aussi effrayé que lui, et se demanda si en fait, celui-ci n'avait pas peur des crabes lui non-plus.
Il s'apprêta à le lui demander, mais le Blond se détacha de lui en brédouillant quelques paroles. Il haussa les épaules, et regarda ailleurs, dans l'attention de se rassoir dans la plage. En fait, il avait eu raison, il ne finirait pas la soirée avec cet homme. Et pourtant... Celui-ci décida tout seul de l'entraîner loin de cette plage, et lui, un peu comme un idiot, il se laissa faire, à nouveau surpris. Quand ils furent arrivés à destination, il glissa ses mains dans ses poches, et se pencha un peu vers lui, son visage à quelques centimètres du sien.

« Vous avez peur des crabes ? »

Oui, il continuait à le vouvoyer, mais tant que l'autre ne lui dirait pas d'arrêter et de le tutoyer, il continuerait. Il se sentait un peu mieux, ici, sur du bêton, et son coeur, qui battait vite contre sa poitrine, reprit un rythme normal. Il se passa une main dans les cheveux en se relevant, et regarda le ciel, un peu pensif.
Il avait envie de lui dire qu'à vrai dire, lui aussi en avait désormais peur, et que ça lui était venu d'un coup, aujourd'hui. Mais il avait peur que le Blond ne le croye pas, et se moque de lui. A force de penser aux crabes, en tout cas, voilà qu'il avait très envie d'en manger un, et maintenant. Il n'avait pas beaucoup mangé ce soir, alors aller au restaurant en manger un ne serait pas de trop. Malheureusement, il avait encore envie de passer du temps avec l'homme à ses côtés, et lui devait à tous les coups avoir déjà dû bien mangé. ça se voyait, il avait son petit bidou, mais c'était mignon, pour l'homme qu'il était.

« ... Est-ce que c'est indiscret... Si je vous demande votre nom ? »

Autant vous dire qu'il était autant poli, c'était à cause de sa mère. Il était vrai qu'avec le temps, il avait appris à faire la part des choses, et étant presque devenu un délinquant, si on pouvait dire ça comme ça, il ne devrait rien n'en avoir à faire de la politesse. Sauf que c'était comme ça, et il ne pouvait s'en empêcher. Qui plus était, est-ce que ça n'avait pas un certain charme d'être aussi poli ? Sincèrement, il l'espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 26 Mai 2012, 16:52

Les battements de son coeur se calmaient peu à peu ; plus de peur que mal en fin de compte ! Aki ne reviendrait certainement plus remettre les pieds sur une plage, il se demandait d'ailleurs quelle folie l'avait traversé pour qu'il vînt s'y perdre ce soir-là. C'était qu'il l'avait voulu, il l'avait senti que ça le rendait heureux de s'aventurer sur le sable, mais en temps normal, jamais il n'y serait allé. C'était étrange, vraiment étrange.

Lorsque son interlocuteur se pencha et s'approcha un peu de lui pour lui poser une question, le blond eut un soupir d'agacement.

« Me regarde pas comme ça déjà, tu me stresses, lui répondit-il, et pour les crabes, si tu tiens à ta vie, t'as pas intérêt d'en parler à qui que ce soit. Ca me ferait un peu chier d'user mes poings sur ton petit minois. »
Un petit sourire naquit au coin de ses lèvres, les choses avaient été mises au point et au claires très simplement, alors désormais c'était au brun d'utiliser judicieusement cet adorable conseil, débité avec délicatesse, ou presque.

Oh Aki ne lui ferait pas de mal, ça c'était certain, mais s'il le balançait, il n'y réfléchirait pas à deux fois, et aussi valait-il mieux lui éviter un "la violence ne résout pas les problèmes", ou autre connerie du genre ; car pour lui, c'était totalement faux. Il frappait, l'autre avait mal et on ne le dérangeait plus, ça fonctionnait très bien, pas besoin d'artifices inutiles autour.

Il soupira, passa une main dans ses cheveux et reporta son attention vers son interlocuteur qui venait de l'interroger de nouveau.

« Aki, lâcha-t-il, et arrête de me vouvoyer, on doit avoir le même âge ! T'es un type hyper stressant en fait... m'enfin. C'est quoi ton nom à toi ? » lui demanda-t-il à son tour.
Certes, le vouvoiement et la politesse de son vis-à-vis lui plaisaient, mais c'était aussi bien de les mettre un peu de côté. Aki lui ne démontrait jamais autant son respect envers les autres, un peu comme tous ses sentiments finalement. Seul son cahier caché sous son lit le connaissait dans les moindres détails ; et ça aussi, ça le stressait.

Toutefois, bien qu'il disait trouver le brun stressant, ce n'était pas spécialement lui, mais cette sorte d'atmosphère étrange qui planait au-dessus d'eux deux. Le blond ne savait pas comment définir ce qui se passait entre lui et l'autre garçon et c'était précisément ça qui l'agaçait, et le stressait. Devait-il s'enfuir et ne plus jamais revoir ce charmant jeune homme ou au contraire, rester davantage et apprendre à le connaître afin de réussir à cerner ce qui émanait de lui ? Il n'en savait rien, mais ça l'intriguait grandement alors la seconde option serait sûrement choisie.

Une drôle de pensée lui monta tout à coup à l'esprit et il fronça légèrement les sourcils en levant le visage vers son interlocuteur. Aki le regarda, sceptique, quelques secondes avant de se décider à lui parler de nouveau :

« T'as pas la dalle par hasard ? »
Lui avait déjà mangé, plus tôt dans la soirée, mais il ressentait un manque dans son estomac. Il voulait grignoter quelque chose, peu importe quoi finalement, juste manger un truc. Sauf que dans son esprit, il n'avait pas du tout faim. Était-ce l'autre qui l'influençait ? C'était un peu bizarre de songer ça, mais en même temps, comment expliquer cette envie subite de se nourrir ?!

Cette sensation, ce pressentiment de connaître ce que l'autre désirait, ce n'était pas la première fois qu'Aki le ressentait. Ca lui était déjà arrivé, quelques fois, peut-être deux ou trois, mais jamais à ce point là. Il avait sincèrement l'impression de savoir ce que son interlocuteur voulait. Etait-ce lui qui l'avait inconsciemment poussé à se rendre sur la plage ? Avait-il été heureux et avait-il transmis sa joie sans même s'en rendre compte à Aki ? Ca n'avait ni queue ni tête ! Ce n'était pas normal, ça n'avait absolument rien de rationnel !

Le blond trouva un banc non loin d'eux et préféra s'y asseoir quelques secondes pour remettre un peu ses idées dans le bon sens. Si le jeune homme devant lui lui assurait d'avoir vraiment faim, Aki se poserait d'incalculables questions, mais dans le cas contraire, il serait réellement soulagé, préférant se dire que ce n'était qu'une espèce de coïncidence ou autre chose de la même famille... même si ça paraissait quand même un peu gros à avaler.

Il ne savait plus trop penser ; quelle étrange soirée, vraiment. En relevant le visage vers le ciel, il le fixa un moment avant de simplement hausser les épaules et de songer que les évènements prochains l'aiderait probablement à y voir plus clair dans tout ça.

Il esquissa un sourire à son interlocuteur.

« Bon, on va se prendre un truc ? J'ai encore faim. » le relança-t-il en se remettant debout.
Du sucré, il avait envie de manger quelque chose de sucré. Des bonbons, une pâtisserie, ou autre chose dans le même registre ; en somme une petite douceur qui atténuerait toutes les questions qui s'entassaient dans sa tête. Il ne possédait pas encore les réponses et y réfléchir ne ferait que l'ennuyer. De plus, il avait secrètement envie de connaître davantage le beau jeune homme et cette envie s'ajoutait à la trop longue liste des choses étranges de ce soir-là.

Il lui fit un signe de la main, comme pour lui demander de le suivre. Au début, il marcha seul, ressentait plus ou moins une once d'hésitant de la part de l'autre garçon, mais finalement, il se fit rapidement rejoindre et ils se dirigèrent tous les deux dans les ruelles de la ville à la recherche de quelque chose à se mettre sous la dent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 26 Mai 2012, 22:37

Oh, le voilà qui soupirait d'agacement... Qu'avait-il fait de mal ? Heureusement pour lui, il savait se maîtriser si bien que la panique qu'il commença à ressentir, il la garda bien au chaud au fond de lui-même. Il avait toujours eu le don de ne rien laisser transparaître, sauf quand le moment était propice pour le faire. Sur ce point-là, il en avait de la chance, car au moins, s'il n'avait pas envie d'embêter certaines personnes, il ne les embêtait pas, et ainsi, quelque soit le contexte, il n'avait pas trop de problèmes après avec elles.
Visiblement, il était temps qu'il arrête de fixer trop souvent le petit homme à ses côtés, alors il décida de se forcer à regarder la plupart du temps ailleurs, sauf quand celui-ci lui parlait. Ce n'était pas poli après tout de ne pas regarder les gens, quand ceux-ci vous parlaient. Cela le déconcerta quand même un peu, car il ne pensait pas être aussi stressant, simplement en regardant autant quelqu'un. Jusqu'à maintenant, personne ne s'en était plaint, et ne lui avait fait la remarque. Pourquoi alors maintenant, et par cette personne ? Surtout qu'il avait un regard simple, et sans intérêt. Il ne comprenait décidément pas.
Et pour finir, il eut le droit à une réponse positive quant aux crabes, ce qui le figea totalement sur place. Cet homme aussi avait peur des crabes ? Devait-il alors réellement lui expliquer ce qu'il lui était arrivé, par rapport à ceux-là ? Il attendit qu'il finisse de lui répondre pour le faire, mais ne le fit finalement pas. Avait-il bien entendu ? Si jamais il en parlait à quelqu'un d'autre, le Blond userait de ses poings ? Premièrement, à qui allait-il bien en parler ? Il ne connaissait personne ici. Deuxièmement, il n'avait pas peur. Absolument. Résultat : Il se mit brusquement à rire, et eut du mal à se calmer.

« Je ne vois pas à qui je pourrais en parler, vous savez... Et puis, franchement, je n'ai aucunement peur de ce que vous pourrez faire si jamais effectivement je le ferais. »

Le sourire que fit son vis-à-vis le charma encore plus que le précédent, alors il fut tout simplement tout confus juste après, ses joues devenant encore une fois bien rouges. Son coeur s'emballa aussi un peu, mais il parvint à rester un tant soit peu calme. Cet homme avait déjà une très grande influence sur lui... Bonne ou mauvaise, il le découvrirait au fil de la soirée. En tout cas, il était un peu perturbé de réagir autant face à un simple sourire, puisque généralement, quand ça arrivait, il avait bu déjà bien assez. Là, il n'avait pas bu, alors cela voulait tout simplement dire que ce qu'il ressentait était bien réel. Et, ça lui faisait un peu peur.

Un autre soupir. Qu'avait-il donc encore fait de mal ? Sa panique s'intensifia, et il se demanda si cet homme n'allait tout simplement pas le rendre fou. Il enleva son foulard, et l'attacha à sa ceinture. Il faisait beaucoup plus chaud désormais, ou était-il simplement mieux, et plus à l'aise aux côtés de cette personne. Il ouvrit même sa veste, et comme à chaque fois qu'il se sentait un peu mal, il s'alluma une nouvelle cigarette.
Aki... Seulement Aki ? C'était court, mais ça lui allait bien. Et alors en plus d'être un type hyper stressant, il était bien trop poli. Qu'y pouvait-il ? Allait-il dénoncer sa pauvre mère défunte, à cause de qui il était trop poli ? Bien sûr que non, surtout que le Blond en avait sûrement rien à faire. ça ne le gênait pas de tutoyer Aki, mais ils se connaissaient encore à peine, qu'au fond, il se demandait bien pourquoi il s'était dit qu'il le tutoierait si celui-ci le lui demandait. Mais il allait le faire, pour faire plaisir à ce petit homme, et peut-être pour alléger l'atmosphère.
Il planait encore au-dessus quelque chose d'étrange, et d'indéfinissable... Aki avait peur des crabes, et c'était aussi le cas d'Hiroyuki désormais, qui, pourtant, avait très envie de manger un crabe, là, tout de suite. C'était assez marrant après mine de rien.

« Je... Je suis désolé... Je suis sincèrement désolé. »

Il s'inclina légèrement, et remarqua qu'il jouait encore l'homme bien trop poli. Il se releva alors brusquement, et s'empressa de tirer un bon coup sur sa cigarette. Il fallait à tout prix qu'il se calme, car sinon, ça allait partir en cacahuète.

« Je m'appelle Hiroyuki. Enchanté. »


« Enchanté. », le mot de trop. Il s'était encore montré trop poli, bien que cette fois-ci, il ne s'était pas incliné. Pourtant, même avec des personnes du même âge, il était normal au moins de s'incliner pendant les présentations, n'est-ce-pas ? Face à une telle personne qu'Aki, peut-être pas... Et si ça le rendait si stressant que cela, autant ne vraiment pas le faire, pour éviter que celui-ci finisse par le laisser. Il n'en avait pas envie, il passait quand même, là, un bon moment avec lui.

Aki le regarda à nouveau, et ses joues rosirent encore une fois. Il fronça les sourcils, et félicita l'homme à côté de lui à l'intérieur de lui-même de lui faire un tel effet. Puis, il lui demanda s'il avait faim, et sur le coup, le Brun se demanda s'il ne lisait pas à peu près dans ses pensées, comme lui lisait dans les siennes. Non, c'était impossible, mais en même temps, ça pouvait l'être, d'où le fait de cette atmosphère des plus étranges qui planait au-dessus d'eux. En tout cas, il le regarda, surpris, et après avoir terminé sa cigarette, avec la main qui tenait celle-ci, il frotta légèrement son bras.

« Si... Effecti... Vement... »

Il le regarda aller s'asseoir sur le banc, et pencha la tête sur le côté. Était-il un peu perdu ? À vrai dire, lui aussi l'était un peu, encore plus depuis qu'Aki était à ses côtés. C'était bien beau d'avoir rencontré quelqu'un d'aussi mignon, avec qui tout se passait bien pour l'instant, mais il y avait quelque chose d'anormal dans toute cette histoire. Mais il ne savait pas quoi, et forcément, il fallait attendre, ce qu'il détestait plus que tout.
Après tout, peut-être devaient-ils simplement continuer à faire comme si de rien n'était, et aller alors manger un bon truc dans un restautant, ou un fast-food. Il préférait quand même un restaurant, pour pouvoir manger un crabe.

Le Blond regarda le ciel, puis lui, et se mit à sourire à nouveau, malheureusement. Et comme d'habitude, il prit les décisions tout seul, et lui, comme un idiot, il le suivait. Par contre, quand ils eurent rejoints le centre ville, il l'entraîna automatiquement dans un petit restaurant pas très cher. Ils se retrouvèrent tous les deux à une petite table, au fond, loin des regards indiscrets, et choisirent rapidement ce qu'ils voulaient. Du crabe pour Hiroyuki, et une pâtisserie pour Aki.
Quand son assiette fut devant lui, le Brun s'enthousiasma directement, et après avoir souhaité un bon appétit à son vis-à-vis, il commença à manger. Mh, que c'était bon ! Bien que cela fasse bizarre de manger du crabe, alors qu'il en avait tant eu peur sur la plage. Peut-être avait-il ressenti toutes ces choses-là simplement à cause du temps, ou une autre chose du genre. Il avait du se tromper, car il aimait toujours autant les crabes. C'était un peu bizarre d'en manger aussi tard, et surtout qu'il avait déjà dîné, mais ça allait malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Dim 03 Juin 2012, 17:34

Hiroyuki donc. Mais pour Aki, simplement Hiro serait retenu. Ce jeune homme, le blond semblait déjà bien l'apprécier. De drôles évènements se passaient entre eux deux, alors autant bien s'aimer non ? Et puis, très franchement, il n'avait pas à se plaindre, il n'était pas tombé sur le plus dégueulasse. A cette pensée, un léger sourire se traça sur ses lèvres.

La politesse dont il faisait preuve paraissait tellement naturelle, qu'au fond, Aki ne pouvait que s'en amuser. Enchanté, il l'était également, mais l'autre devait le deviner, c'était tout. Quant aux courbettes et tout le tralala, ça faisait bien longtemps qu'il n'en avait plus fait. Il se demandait d'ailleurs depuis quand... depuis ses précédentes aventures avant de débarquer sur l'île probablement et il ne s'y était pas réellement remis. Ça ne le dérangeait pas plus que ça non plus.

Lorsque le brun répondit par l'affirmatif à son interrogation, Aki demeura un instant perdu. Il avait, lui aussi, faim. Bien. Très bien. Une coïncidence, c'était obligé. Le blondinet préféra ne pas s'y attarder davantage, marchant les yeux dans les vagues et se laissant emmener dans un restaurant que Hiro choisit.

Installés tous les deux au fond de la pièce, à l'abri des regards trop indiscrets, un serveur les accosta et chacun commanda ce qu'il souhaitait. Aki prit un pâtisserie, mais en entendant la demande de son interlocuteur, son sang ne fit qu'un tour dans son corps. Du... crabe. Il ne dit rien, mais il ne faisait pas forcément le fier. Il déglutit, mal à l'aise, tentant tout de même de ne pas montrer sa crainte à Hiro. Il se sentait terriblement idiot.

Dès qu'ils furent servis, le blondinet ne toucha pas à son gâteau, ses yeux se plongèrent dans le plat du jeune homme en face de lui. Il mangeait ce crabe avec beaucoup d'envie et il semblait relativement adorer ça. Les yeux d'Aki s'ouvrirent un peu plus à chaque fois qu'il portait ses baguettes à sa bouche. Il eut un frisson qui le parcourut de haut en bas et ce fut grâce à cela qu'il sortit de son état.

Il recula un peu sa chaise et poussa sa pâtisserie plus loin de lui. Il n'en avait plus envie, rien que voir ce crabe mort dans l'assiette de Hiro ça lui coupait l'appétit et alors ne parlons même pas de l'odeur qui s'en émanait. Un véritable calvaire... Ses mains tremblaient légèrement, il grogna un peu et les enfouis au fond de ses poches. Son regard se détourna de son camarade, balayant la salle d'un coup d'oeil furtif et complètement désintéressé. Se calmer et ne plus y songer, il souhaitait juste faire cela.

Sauf qu'il n'y arrivait pas réellement. En soupirant, il s'adressa au brun, sans pour autant se retourner vers lui.

« Tu fais quoi dans la vie Hiro ? Je veux dire, t'as un job ? »
Faire la conversation fut l'unique chose qu'il trouva à faire. Il aurait parfaitement pu retirer l'assiette du garçon, piquer un scandale, paniquer comme un beau diable ou bien encore partir dehors en courant, le coeur tapant à mille à l'heure, mais non, lui il tapait la causette. C'était pas normal, parce que dans un sens, c'était comme si... comme si lui aussi il était heureux de manger ce crustacé répugnant. Pourtant il en avait une peur bleue, même mort et dépiauté de cette façon.

Il en vint finalement à penser à cette histoire de "double", de "jumeau", qui ressentait la même chose que la personne à laquelle il était relié. Si Aki était sur cette île, il savait parfaitement que ce n'était pas pour rien et que, quelque part, quelqu'un était en quelque sorte connecté à lui alors... était-ce Hiro ce fameux jumeau ? S'étaient-ils trouvés ? Ça paraissait être la seule explication, mais cela effrayé toutefois le blond qui ne se trouvait pas forcément près à posséder les sentiments de l'autre.

Prenant sur lui car voulant à tout prix résoudre cette affaire qui commençait légèrement à l'inquiéter, Aki respira un bon coup et reporta son regard sur Hiro. Il déposa son coude sur la table pour appuyer sa tête sur sa main. Il le regardait terminer son plat, un petit sourire perché au coin de ses lèvres.

« Hiro, j'suis content de te voir manger, lâcha-t-il en fronçant les sourcils ensuite car surpris de sa propre phrase qui venait de sortir sans prévenir, ouais t'en fais pas, moi aussi j'trouve ça bizarre. », ajouta-t-il en ramenant, tout bien réfléchi, son gâteau devant lui.
Clairement, Aki ne savait plus réellement où il en était avec toute cette histoire étrange. Il ne se prenait jamais la tête pour quoi que ce fût, mais là, là c'était différent. C'était assez important et il avait envie de connaître la raison à tout cela. Les coïncidences, il aurait pu y croire, mais elles étaient déjà bien trop nombreuses ce soir-là.

De deux doigts il attrapa un bout de son gâteau pour le porter à sa bouche. Il mit un moment avant de l'avaler pour finalement le repousser de nouveau. C'était pas bon, il n'en avait plus du tout envie, il avait vraiment l'impression de manger du crabe... C'était infecte et il ne réprima pas une grimace de dégoût. Il tendit la pâtisserie à son voisin, signalant plus ou moins que s'il la voulait, il pouvait se faire plaisir et y aller d'aussi bon coeur qu'avec le crustacé déjà engloutit.

« La prochaine fois, évite de bouffer ta saloperie devant moi, reprit-il en glissant sur sa chaise et en croisant les bras sur sa poitrine, mais tu me plais bien, alors je vais être sympa avec toi. »
En vérité, même s'il se gardait bien de le lui avouer (et de se l'avouer lui-même), il le trouvait attachant. Ses gestes, ses paroles, sa politesse, ses traits, son visage, son piercing... Un charmant jeune homme en somme envers lequel il avait envie de porter son attention, du moins cette soirée-là. Les évènements futurs prouveraient si oui ou non Aki avait eu raison de s'attarder un instant sur Hiro ; et il espérait secrètement que ce serait le cas !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Ven 29 Juin 2012, 22:02

Il n'empêche que même si les sourires d'Aki avaient un tel impact sur lui, lorsque Hiroyuki y repensa, il se dit qu'ils avaient un peu quelque chose de malsain. Soit était-ce tout simplement du au caractère du concerné, ou soit avait-il des idées derrière la tête... Au fond, il ne le saurait jamais, n'est-ce-pas ? Et puis, au fond, peu lui importait, puisque cet homme souriait pour lui. À penser cela, il se demanda sincèrement s'il ne commençait pas à en être amoureux, de ce petit blond, et en rit intérieurement, avant de se figer.
Non, lui, amoureux ? Il jeta un regard discret au concerné, et déglutit. Il ne pouvait pas tomber amoureux, cela briserait toutes les barrières qu'il a construit avec tant de mal autour de lui. Il devait se tromper, certainement, ça devait être autre chose, surtout pour qu'il se soit passé autant de choses en ce si peu de temps. Il régnait d'ailleurs toujours quelque chose d'étrange au-dessus d'eux...

Il n'eut pas de réponse à son « Enchanté. », mais cela ne le surprit même pas. Après tout, il avait pu à peu près constater comment était Aki, et ça devait en être de-même pour ce dernier, envers lui-même. Il aurait quand même aimé avoir le droit à une réponse, mais il se contenterait de ce petit silence. Il devrait déjà être heureux d'avoir fait la connaissance d'un tel homme, et d'avoir le droit qu'il lui prête un peu d'attention.

Quel était donc ce nouveau silence qu'il installa quand il lui avoua avoir faim lui aussi ? Il n'eut pas de réponse, puisque ce fut à ce moment-là qu'il se fit entraîner en ville pour qu'après, lui-même entraîne Aki dans le restaurant, où tous les deux se trouvaient à présent. Mais il était sûr qu'au fond, il y avait quelque chose d'anormale dans cette histoire, et son impatience allait finir par prendre le dessus si ça continuait.
Elle était, là, blottie dans un coin, au fond de lui-même, et attendait sagement son accord pour exploser. Il avait envie de savoir ! Que se passait-il donc ? Était-ce là, la maladie qu'il avait ? On le lui avait à peu près expliqué après tout... Ce serait donc lui ? Il eut soudainement envie de partir, et de fuir ses questions sans réponses. Lui aussi, il était complètement perdu.

Soudainement, il se sentit mal après avoir passé commande, et bien qu'il se régala avec son plat, il sentit comme un mal à l'aise en lui. Allons donc, que se passait-il encore ? Il regarda à nouveau discrètement le petit blond, et se demanda si ce n'était pas la maladie qui faisait effet. Ce dernier ne se sentait-il donc pas mal rien qu'à la vue de ce crabe mort dans son assiette ? Il déglutit, et se passa une main sur le visage en regardant ailleurs.
Oh, il aurait très bien pu croire qu'il était donc lié à cet homme, mais en fait, déjà, rien qu'après avoir entendu ce qu'il avait de la bouche du médecin, il n'y avait pas cru. Alors encore maintenant, à cet instant précis, il n'y croyait pas au fond de lui, et pensait plutôt qu'il avait du manger quelque chose qui devait lui jouer tous ces sacrés tours. Il avait autre chose à faire que de croire à de telles sornettes sérieusement !
Pourtant, à cause de cette sensation, malgré tout, il eut du mal à manger le crabe dans son assiette, bien qu'il n'en fit que deux bouchées. Que lui arrivait-il donc sincèrement ? Il posa les baguettes sur son assiette, ne l'ayant pas encore terminé, ses mains tremblant légèrement, et fixa avec un regard vide un point au sol. Se calmer, et se vider de tout, c'était la seule solution.

Il sursauta légèrement en entendant la voix d'Aki, et le regarda. Avant de lui répondre, il se dévêtit de sa veste, et la mit soigneusement sur le dos de sa chaise. Il s'y câla de manière confortable de nouveau, et eut soudainement envie de fumer. Pourquoi avait-on interdit la cigarette dans les restaurants ? Il fronça les sourcils, et pour se couper cette envie, il attrapa son briquet dans sa poche pour s'amuser avec. Ce n'était pas franchement une bonne idée, puisque rien qu'à sa vue, il en eut plus envie, sauf que c'était un sale tic. Briquet était égal à cigarette, et son vis-à-vis finirait par le comprendre.

« Je suis bibliothècaire. Et toi ? »

Hop dans un sens, hop dans un autre. Il s'amusait avec son briquet de manière naturelle, et ne l'avait pas fait tombé une seule fois depuis qu'il était entre ses mains. C'était quelque chose qu'il avait l'habitude de faire, et à force de s'entraîner, si on pouvait dire ça comme ça, il avait appris à le manier pour qu'il puisse rester toujours dans sa main. Il le faisait juste pour couper son envie de fumer, non pour impressionner Aki, car il savait que de toute façon, il en fallait plus pour impressionner l'homme qu'il était. Il se mit à sourire tristement en pensant que lui, il n'avait absolument pas de quoi l'impressionner.
Il croisa ses jambes, et ne se rendit pas compte qu'au fond, il avait pris une pose assez provocante. C'était tout naturel chez lui, il avait toujours été comme ça. Quelques fois, cela lui avait bien causé des problèmes, mais il avait toujours su s'en sortir. Alors si ce soir, cela lui causait des problèmes, ça devrait aller, n'est-ce-pas ? Et puis, cela lui avait permis aussi de passé de bons moments.

Son ventre grogna un peu, et il comprit qu'il était peut-être temps de finir son assiette. Il se remit face à celle-ci, et reprit ses baguettes en se demandant s'il allait pouvoir la finir, à cause de cette fichue sensation. Il n'en eut aucun mal, et à cet instant précis, le petit blond déposa son coude sur la table pour appuyer sa tête sur sa main, et le regarder finir de manger, un sourire ornant ses lèvres. Il fut un peu gêné d'avoir à nouveau le droit à autant d'attention, mais il sut encore une fois garder son calme.
C'était impressionnant quand même cet effet qu'Aki avait sur lui, et cette fois-ci, lorsqu'il reposa ses baguettes sur son assiettes, ses mains tremblaient car il était nerveux de ne pas savoir comment s'y prendre. Pourquoi réagissait-il de cette manière ? Il commençait à être un peu épuisé de se poser des questions, auxquelles il n'avait pas encore de réponse, et au point que cela le mette autant sur les nerfs. Mais il devait garder son calme, pour passer encore du bon temps auprès de son interlocuteur.

« Heu... Hein ? »

Le Brun n'avait pas tout à fait compris ce qu'Aki venait de lui dire, et l'observa pendant un moment, intrigué. Ensuite, il regarda à nouveau ailleurs, car sinon, il allait encore peut-être se prendre des reproches. Il rangea son briquet dans sa poche, n'ayant plus trop envie de fumer, et s'amusa à la place encore avec son piercing. Il se dit qu'après tout, le principal, c'était de passer du bon temps, et d'avoir mangé un bon plat. Il passait une bonne soirée, et c'était tout ce qui comptait.

Il se sentit à nouveau mal, mais il ne put y prêter attention que son vis-à-vis poussait sa pâtisserie vers lui, après en avoir mangé un petit bout. Pourquoi donc ? Il comprit vite que celui-ci n'en avait plus envie, et qu'il pouvait la manger s'il avait encore faim, sauf que ce n'était pas le cas. Il n'y toucha donc pas, et fixa plutôt de nouveau le point sur le sol auquel il avait prêté tant d'attention avant, jusqu'à ce qu'Aki reprenne la parole.
Pardon ? Avait-il bien entendu ? Ses joues rosirent, et son coeur refit des siennes. Il lui plaisait, lui ?! Il n'avait pourtant pas fait grand-chose, alors il ne comprenait pas. Il ne tarda pas à se calmer, en repensant à ses premiers mots. Plaît-il ?

« Pourquoi devrais-je éviter de manger ce que je souhaite manger pour ton bon plaisir ? Ces... Ces crustacés t'effraient-ils autant ? Je ne pensais pas que ça pouvait arriver. Mais... Soit. J'éviterais la prochaine fois. D'ailleurs... Que tu parles déjà d'une prochaine fois m'étonne, vu qu'après tout, nous ne connaissons pas encore l'issue de cette soirée... Ou bien ai-je tort ? »

Demanda-t-il en posant son regard sur Aki, un sourire malicieux aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Jeu 05 Juil 2012, 21:09

Bibliothécaire ? C'était pas vraiment le genre de métier qu'Aki aurait imaginé pour Hiro... mais en y réfléchissant quelques secondes, il était vrai que ça lui ressemblait. Le calme, comme il y régnait toujours dans ces lieux, des livres partout remplis de secrets et de mystères... Le blond voyait un peu son interlocuteur de cette manière : un livre tout fin, perdu parmi les autres, qu'on frôlait du bout des doigts sans jamais vraiment le saisir. Un bouquin à la couverture un peu abîmée et, si on daignait oser l'ouvrir, qui cachait quelque chose. Mais quoi ?

Cela Aki l'ignorait et au final, ça ne lui déplaisait pas. Lui, irait-il attraper ce fameux livre ? Hésiterait-il ou non avant de le saisir et de l'ouvrir ? Se hasarderait-il à y lire chacune des lignes, chacun des mots qui le remplissait ? Ça non plus, il n'en savait strictement rien dans l'immédiat, mais ça l'intriguait, il l'intriguait, Hiro. Toutefois quelque chose le dérangeait, cette atmosphère trop étrange autour de lui, autour d'eux peut-être ? Ou alors c'était autre chose, autre chose de plus rationnelle qu'il se refusait de voir.

« De l'intérim, répondit-il à son tour, jamais rien de fixe, j'aime pas ça et ça m'ennuie. »
Il se gardait cependant bien de raconter au brun qu'il s'était précédemment fait renvoyer de son job. Ce n'était pas de la honte, il n'en possédait nullement, mais il jugeait tout simplement pas nécessaire de lui en faire part. Après tout, qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire ? C'était pas comme s'il allait lui filer un nouveau travail... et Aki se voyait mal bosser à côté de ce garçon. Il le perturbait, beaucoup trop à son goût d'ailleurs, et il ne savait pas vraiment si c'était une bonne ou bien une mauvaise chose.

En entendant le cliquetis d'un briquet, il tourna un peu son regard vers le jeune homme. Ses yeux se perdirent quelques instants dans les mouvements qu'il faisait. C'était hypnotisant cette histoire... Allait-il y avoir un évènement qui leur permettrait de se sentir mieux ? Il avait envie de savoir, mais de savoir quoi ? Il avait besoin de réponses à ses questions, sur le champ. Il se demandait comment il était parvenu à tenir si longtemps sans craquer et littéralement tout dévaster sur son passage. C'était idiot, mais quand il s'enlisait ne serait-ce qu'un doigt dans une situation de la sorte, il frappait. Il frappait n'importe qui, n'importe quoi, juste il frappait. Et ça le soulageait.

Là... Là il était bizarrement bien trop calme. Était-ce la présence de Hiro qui le rendait presque aussi docile qu'un agneau ? C'était ridicule, absolument ridicule... Cependant il ne trouvait rien d'autre à penser et, au moins l'une de ses questions recevait une réponse, même la plus insensée possible. Il possédait ce besoin de savoir ce qui le hantait et le harcelait, c'en devenait agaçant.

Ce fut uniquement lorsqu'il rangea son briquet que le blond sortit de ses pensées. Il devait absolument cessé de se poser autant de questions, il pouvait très bien faire comme d'habitude, juste observer, les yeux dans le vide, sans réellement se préoccuper de ce qui se passait autour de lui. Être cette personne finalement un peu imbécile qui n'attendait qu'un mot plus haut que l'autre ou un geste déplacé pour cogner. Mais c'était comme ça qu'il avait vécu toute son adolescence, c'était grâce à cette espèce de carapace qu'il avait pu s'échapper de l'appartement malsain de sa mère dans lequel il avait vu trop de choses.

Il aurait pu pleurer toutes les larmes de son corps, s'enfermer dans un endroit et ne plus bouger, se faire tout petit, vouloir disparaître, ou mieux, n'avoir jamais voulu vivre. Il aurait parfaitement pu tenter de se suicider, ou se suicider tout court ; mais non, il avait préféré poursuivre sa route, se relever peut-être pas de la meilleure façon qu'il fût, mais il était toujours là. C'était quand même ça le plus important à ses yeux, et il n'avait pas envie de s'en aller, pas encore, pas maintenant... surtout moins depuis cette dernière rencontre.

Aki soupira et passa une main dans sa chevelure blonde qui ne revendiquait plus une quelconque coiffure. Un sourire s'inscrivait sur son visage au fur et à mesure que son interlocuteur lui répondait. Il était amusant, car il avait rougi comme une pivoine à peine cinq secondes auparavant avant de débiter de tels mots. Que recherchait-il au juste ? Il voulait jouer, rire un bon coup ? Soit. Le blond était plutôt bon pour ça, alors rentrer dans son jeu n'était pas bien difficile.

« Pourquoi ? J'en sais rien Hiro... Pour pas que je m'en aille, ça te va comme réponse ? s'amusa-t-il en revenant poser ses bras sur la table, et puis pour la soirée, presse pas les choses... »
Ou alors, juste un peu, mais c'est moi qui m'en charge, continua-t-il pour lui-même, souriant de plus belle. Il s'interrogeait beaucoup, beaucoup trop même, sur ce beau brun, et il l'avait trop fait. Désormais il fallait un peu se bouger et ne pas rester à se regarder ainsi dans le blanc des yeux jusqu'à... jusqu'à en être lassé. Mais si Aki s'aventurait un peu plus dans toute cette histoire, c'était parce qu'il en avait l'envie ; sinon il aurait d'ors et déjà débarrassé le planché, dès son retour sur la terre ferme après cette peur monstrueuse d'avoir crû apercevoir un crabe bouger dans le sable. Rien que d'y repenser d'ailleurs, un léger frisson le parcourut de la tête aux pieds.

Il se mit à fixer Hiro et même malgré les lumières tamisées de la salle, Aki put aisément distinguer le visage du jeune homme. Son visage et ses lèvres... extrêmement attirantes. Il n'arrêtait pas de jouer avec son piercing accrochée à sa lèvre inférieure et à ça, le blondinet ne restait pas de marbre. C'était terriblement tentant d'aller s'en emparer... sauf qu'il n'osait pas. Pourquoi ? Pour Hiro. Parce qu'il avait un respect hors du commun et une politesse incroyable également. Rien que pour ça, Aki la brute, ou presque, lui portait du respect, même si ça ne se voyait pas directement.

Il soupira doucement, poussa sa chaise et se releva. Il passa de l'autre côté de la table et vint s'asseoir à la place libre juste à côté de ce garçon. Ce crabe qu'il avait mangé ça lui retournait encore les tripes, mais c'était bien la première fois que ça semblait effrayé quelqu'un d'autre que lui. Est-ce que Hiro s'amusait à copier ses peurs pour le déboussoler ? Ça ne pouvait pas être possible. Aki avait ressenti un tel bonheur lorsqu'il était sur la plage alors que pourtant il la détestait, lui ne s'amusait pas à copier les émotions des autres, il en était d'ailleurs bien incapable, mais il soupçonnait ouvertement le bonheur de Hiro de l'avoir atteint. C'était étrange, mais bel et bien réel, il fallait apparemment commencer à l'admettre.

Le blondinet hésita quelques instants, puis finit par relever le menton de son camarade de sa main pour le regarder dans les yeux. Plus il l'admirait, car ça aussi il l'admettait désormais, plus il le trouvait charmant. Il avait un petit plus très attachant, outre son physique plus que désirable, surtout dans la position dans laquelle il s'était trouvé plus tôt. Aki l'avait bien évidemment remarqué, et heureusement qu'il avait été le seul à le voir d'ailleurs... Il aurait pu être jaloux.

« Hiro... reprit-il en lâchant son visage, t'es là pour cette foutue maladie toi aussi, pas vrai ? lui demanda-t-il finalement, je crois que c'est ça. C'est... nous. »
Ce dernier mot fut à peine murmuré. Difficile à croire, mais Aki ne voyait plus que ça. A chaque cigarette que Hiro avait porté à sa bouche durant cette soirée l'avait quasiment rassasié lui-même, son bonheur en mangeant, en étant sur la plage... Ce sentiment de s'être déjà vu, de se connaître déjà, ça ne pouvait pas être autre chose, Aki en était persuadé, Hiro et lui étaient liés.

De nouveau il se permit de reposer sa main sur lui, mais plus haut cette fois-ci ; il la posa sur sa joue, la caressant du bout de ses doigts. Il ne se reconnaissait pas dans ce geste, mais qu'est-ce qu'il se sentait bien comme ça. Calme, posé... comme lorsqu'il avait terminé d'écrire ses maux sur son cahier. Mieux, que lorsqu'il avait terminé d'écrire ses maux sur son cahier. Cette sensation il n'avait rien pour la qualifier. Il l'appréciait juste, même s'il avait l'impression de ne pas agir de cette manière.

Un timide soupir s'évada de ses lèvres quand il quitta la peau douce du bibliothécaire. Il planta son regard dans le sien, interrogateur ; et maintenant ? Qu'étaient-ils sensés faire ? Étaient-ils réellement liés comme le ressentait terriblement Aki ? Tellement de questions encore une fois...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mar 10 Juil 2012, 13:46

Ne laisser transparaître aucune émotion, c'était ce qu'Hiroyuki avait appris à faire au fil des années. Quand il avait su que son père arrivait à lire en lui comme dans un livre ouvert, il avait tout fait pour que ce ne soit plus le cas, et n'avait mis que peu de temps à réussir. Il n'avait pas le choix, sinon, son père aurait continué à le maltraiter, et peut-être... Peut-être n'en aurait-il pas survécu. D'ailleurs, il possédait encore, malheureusement, sur son corps quelques marques de ses coups, et c'était bien difficile chaque jour de les cacher.
En tout cas, il était devenu quelqu'un d'impassible, et qu'à force, les gens avaient quand même du mal à supporter. Mais il ne voulait plus qu'on lise en lui aussi facilement, et rien qu'à voir qu'il ne pouvait lire chez Aki non-plus, il comprit vite que celui-ci avait du vivre beaucoup de choses effroyables. Pourtant, Aki, lui, devait réussir parfaitement à lire en lui en ce moment, car il avait beaucoup de mal à se contenir. Au fond, cet homme l'effrayait...
C'était comme s'il était presque prêt à lui obéir au doigt et à l'oeil, et il en avait horreur. Se faire manipuler si facilement, après tant de temps à faire en sorte que ce ne soit pas le cas, c'était frustrant, et effrayant. Est-ce qu'Aki avait senti l'effet qu'il lui faisait ? S'en amuserait-il ? Encore des questions sans réponses... Et dire qu'aucun des deux ne connaissait l'issue de cette soirée.

Il ne fut pas étonné d'apprendre ce que faisait Aki, et se demanda si cela se passait bien. Etait-ce un bon travailleur ou pas ? Cet homme semblait juste avoir envie de liberté. Mais avait-il ne serait-ce qu'un rêve ? Rester toute sa vie en intérim devait finir par rendre les gens fous, surtout que ça ne rapporte pas plus que cela. C'était assez triste mine de rien, mais il se contenta de garder tout cela pour lui. ça ne le concernait pas après tout, et il préférait se l'entendre dire, que ce soit plutôt qu'Aki qui lui dise.

Il sentit que quand il s'était amusé avec son briquet, Aki l'avait regardé faire, et en fut assez fier d'avoir encore attiré son attention. Il pouvait l'être tout court, fier, puisque généralement, il n'arrivait jamais à rester aussi longtemps avec les personnes qui lui plaisaient. Il était chanceux, et il fallait qu'il en profite. ça ne durait jamais bien longtemps...
Son briquet rangé, son repas terminé, son regard vide vers ce petit point imaginaire, sa pose provocante, et son piercing avec lequel il s'amusait... S'il avait vraiment envie d'en profiter, pourquoi ne parlait-il pas un peu plus ? Pourquoi n'essayait-il pas de draguer un peu plus son interlocuteur ? Après tout, il le savait, qu'inconsciemment, c'était ce qu'il faisait. Il était lui-même quand même, il se connaissait par coeur. Mais il avait l'impression que cela n'avait aucun impact sur le Blond, et c'était peut-être pour ça qu'il ne faisait rien.

Aki soupira, et passa l'une de ses mains dans ses cheveux. S'ennuyait-il ? Il mordilla un peu plus son piercing, et espéra que ce n'était pas le cas. Il laissa de côté le dit point, et le regarda, en rougissant de plus belle au fur et à mesure qu'il parlait. Non, ça ne devait pas être le cas, surtout pas avec ce qu'il venait d'entendre. Et ce sourire... Cet homme était si charmant. Il regarda à nouveau ailleurs, et essaya de se calmer. Même s'il sentait qu'Aki ne lui ferait pas de mal, il ne voulait pas être aussi facilement manipulé, et devait faire en sorte que ça tourne aussi à son avantage. Il acquiesça seulement pour répondre à ses paroles, et continua à jouer avec son piercing jusqu'à ce qu'Aki vienne s'installer à ses côtés.
Il sentit ses tripes se retourner encore une fois, et grimaça légèrement en baissant un peu la tête. Il ne voulait pas que son vis-à-vis croit qu'il n'avait juste pas supporté qu'il vienne à ses côtés. Au contraire... Il en était ravi. Sans qu'il ne s'y attende, le Blond attrapa son menton pour redresser un peu sa tête, et ancrer sn regard au sien. BAM. Il se perdit dans le sien, et ne put s'en détacher, surtout qu'ils étaient encore plus proches l'un de l'autre cette fois-ci. Et cette main sur son visage... Mais que cherchait-il à le regarder de cette manière, au juste ? En tout cas, il était toujours autant figé, et avait laissé son piercing tranquille.

Aki le relâcha, et lui parla de cette fichue maladie. Il ne répondit pas directement, ses paroles lui montant trop lentement au cerveau, et quand ce fut fait, il mit du temps à les assimiler. Ce serait donc ça... Tous les deux seraient donc liés. Il regarda soudainement ailleurs, et se passa une main sur son visage. Devait-il vraiment y croire à cette histoire ? Même si mine de rien, ça collait ? Mais, il avait peur. Il n'était pas prêt à être lié pour la vie à quelqu'un d'autre, et surtout à Aki, qui était si différent de lui. ça ne collait pas... Pas du tout.

« ... Tu crois vraiment que c'est ça, toi ?... Et tu y crois tout court à cette maladie ?... Mais... Mais c'est vrai que ça expliquerait beaucoup de choses... Sauf que moi, j'ai beaucoup de mal à y croire. ça me surpasse... »

Il se mit à rire nerveusement, et mordilla sa lèvre inférieure. Quand Aki posa cette fois-ci sa main sur sa joue, il ne le regarda pas automatiquement, mais ne tarda pas non-plus à le faire. Mais après tout, il n'en avait rien à faire pour l'instant de cette maladie. Il laissa son regard se poser sur les lèvres du Blond, et comprit que ce qui l'intéressait surtout, c'était d'embrasser cet homme.
Il n'avait pas envie simplement de sa main dans la sienne, ou encore de sa main sur sa joue... Il avait envie de beaucoup plus, et pour une fois, ça, ça le dépassait. Il avait honte, il se sentait ridicule d'avoir de tels pensées, alors que tous les deux se demandaient sincèrement s'ils étaient liés. Bien évidemment, il n'en dit rien à Aki, mais s'ils étaient bel et bien liés, celui-ci le sentirait, n'est-ce-pas ? Il s'empressa de penser à autre chose, et surtout, de regarder encore une fois ailleurs.

Le Blond soupira à nouveau, et enleva sa main de sa joue. Quant au Brun, il laissa un sourire espiègle s'afficher sur son visage, et regarda encore une fois son interlocuteur.

« En tout cas, je ne te pensais pas aussi doux. Tu avais pourtant l'air d'être un petit plus maladroit dans tes gestes, comme si tu étais quelqu'un de... Violent. »

Dit-il en glissant doucement un doigt sur son haut. Oui, il le provoquait à nouveau, alors qu'il s'était dit qu'il ferait mieux de ne pas le faire. Mais, c'était plus fort que lui, et forcément, il se remit à s'amuser avec son piercing. C'était juste parce qu'au fond, il tremblait de peur, et agir ainsi le calmait. Il avait besoin, surtout avec cet homme, et peut-être qu'il ne se ferait pas rembarrer après tout.
Il approcha un peu trop près son visage du sien, et le recula en riant. Il s'amusait, et cela lui faisait énormément de bien. De toute façon, s'ils étaient liés l'un à l'autre, ils n'avaient pas le choix de le supporter désormais, et ne pouvaient rien y faire, alors autant continuer à vivre comme ils le faisaient habituellement. Ils seraient juste liés maintenant, et c'était tout. ça allait être assez difficile de s'y faire, mais peut-être qu'après tout, ça allait leur faire du bien à chacun. Il l'espérait, sincèrement.

Peut-être qu'après tout, ce qui lui faisait le plus peur, c'était que tôt ou tard, il allait devoir parler de son passé à Aki. Il avait fait en sorte de toujours garder cette histoire pour lui, alors en parler à quelqu'un lui semblait impossible, surtout un inconnu. Est-ce que son vis-à-vis serait patient ou pas ? Comme lui... Est-ce qu'il le serait ? Mais, peut-être allaient-ils pouvoir garder ça chacun pour eux, sauf qu'Hiroyuki avait tendance à y penser un peu trop souvent. Quand ça arrivait, il se plongeait dans un total mutisme, duquel il avait beaucoup de mal à en sortir.
Mais, tous les deux, ils ne pouvaient le savoir, et allaient devoir se contenter d'attendre, et de voir comment aller se dérouler leur avenir. Ils allaient devoir être patient... Le Brun ne l'était pas du tout, mais peut-être qu'Aki l'était, et allait lui apprendre à l'être. Après tout, ils allaient devoir s'en sortir ensemble maintenant.

Il replaça l'une de ses propres mèches de cheveux derrière son oreille, et regarda ailleurs, toujours en souriant. Il espérait juste qu'Aki ne détruise pas totalement les barrières qu'il avait dressé autour de lui. Il acceptait de parler qu'à une seule personne, et c'était tout. Pour le reste, il devait rester ce livre fermé qu'il était, surtout pour son père puisqu'il le voyait encore quelques fois. Il n'avait pas le choix après tout, car il était son seul et unique enfant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mar 10 Juil 2012, 22:53

Oui, je le suis, violent, en temps normal, aurait-il voulu répondre à ce jeune homme provocateur. Sauf qu'il n'y parvint pas. Pourtant, il ressentait au fond de lui ce besoin de ne pas se canaliser comme il était en train de le faire... inconsciemment finalement. C'était Hiro, tout était absolument de sa faute, Aki ne se reconnaissait pas à ses côtés, il n'avait pas l'impression d'être vraiment lui, d'être vraiment le même. Était-ce finalement une bonne chose ? Le blond était-il meilleur, de quelle façon que ce soit, ainsi ? Bon ou mauvais... Ça faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas interrogé sur ces deux notions. Elles étaient tellement vagues, si difficiles à définir. Il n'avait pas envie de s'y pencher car la seule chose qui l'attirait irrémédiablement à elle s'avérait être un magnifique brun.

Il voulait encore le toucher, sentir sa peau sous ses doigts, chaque grain, la moindre parcelle... Ce rapprochement si brusque l'avait complètement déboussolé. Il ne savait plus comment réagir, quoi faire, pour ce sortir de cette espèce de transe dans lequel son interlocuteur venait de le plonger. Il l'admirait en train de rire, c'était comme si son rire se répercutait dans sa tête, coulant le long de son corps, le pénétrant entièrement, comme pouvait le faire une drogue. Mais celle-ci... celle n'était pas nocive pour sa santé, celle-ci lui causait du bien sans rien demander en retour. Aussi improbable que cela puisse l'être, Hiro le rendait heureux. Il n'osait pas y croire, il hésitait à se l'ancrer dans l'esprit, mais la vérité était pourtant belle et bien là.

C'était comme s'il guettait le moindre de ses gestes, chacune de ses respirations semblaient lui-même l'oxygéner. Il se sentait vivre à l'intérieur de ce brun provocateur, il ne doutait plus du fait d'être lié à lui ; comment expliquer cet étrange sentiment qui l'habitait déjà sinon ? Il n'y avait aucune explications à donner, il devait l'admettre et apprendre à gérer tout ça aussi dur que cela s'avérait s'annoncer.

Sauf qu'il avait l'impression d'être bien trop à découvert, d'être trop vulnérable. Après tout, il ne connaissait pas du tout Hiro, voilà à peine quelques heures qu'ils se côtoyaient et même si cette connexion, ce lien, paraissait si fort, si... indestructible, Aki n'avait pas forcément dans ses envies de tout donner, de tout offrir, de tout partager avec ce garçon. Pas maintenant, peut-être plus tard, probablement plus tard, mais pas encore. C'était trop tôt pour livrer ses maux, livrer ses blessures à... un parfait inconnu finalement.

Ce fut grâce à un serveur qui brisa un verre au sol que le blond revint sur la terre. L'eau se déversait par terre, s'infiltrant entre les lattes du parquet en bois. Pas de chance, il allait devoir essuyer et faire sécher tout ça s'il ne voulait pas que son patron le vire. Aki se retrouva un peu dans ce serveur maladroit, lui-même avait eu un poste dans le même genre il y avait désormais plusieurs mois de cela. Et il avait cassé une assiette. Par par mégarde, loin de là, par complète volonté ; qu'avait-elle cette fille hideuse, refaite de la tête aux pieds, à le charrier sur sa petite taille pour un homme ? Il se souvint encore de son visage défait quand elle était sortie en courant de table pour courir se réfugier dans les toilettes.

Une vermine, à l'instar de sa mère, voilà ce qu'elle était. Aki ne portait pas les femmes dans son cœur, elles le révulsaient ; sans doute était-ce à cause de sa propre mère. Durant toute son enfance, et son adolescence, il avait vécu avec cette femme malsaine, prostituée dans son appartement où elle vivait avec son fils et droguée pour la plupart du temps. Elle s'était souillée et n'avait possédé apparemment aucune gêne à l'égard de son enfant. Ne jamais l'avoir désiré, était-ce un bon motif pour lui faire subir tant de choses désagréables ? Et son père alors, Aki avait toujours ignoré où il se trouvait. Il l'avait abandonné lâchement, mais le blond ne le détestait pas, même si c'était la plus grande des choses qu'il espérait faire, le haïr pour ne s'être jamais occupé de lui, le haïr pour n'avoir jamais été le papa qui apprend comment faire des avions en papier, comment jouer au football... Tout ça. C'était agaçant d'y songer.

« Tu me saoules. »
Il avait lâché ces trois mots. Pour Hiro ? Pour son père ? Ou bien pour lui-même ? Il aurait été bien incapable de répondre à cette question et il préféra donc couper net ses pensées destinées à ses parents. Enfin, ces derniers ne possédaient que le titre de parents, Aki n'était pas encore parvenu à les consacrer comme tel et il n'y arriverait peut-être jamais. Il ne le déclarait jamais, mais c'était parce qu'il avait vécu plus de quinze ans sans figure paternelle, ou même parentale tout court, qu'il était devenu ce genre de personne... Froide, agressive, bagarreuse. Mais il n'avait pas un mauvais fond, au contraire, il suffisait juste de creuser en profondeur...

Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres, il bougea quelques secondes sur sa chaise, un peu mal à l'aise en fin de compte et ne sachant trop comment gérer son envie de toucher encore son interlocuteur. Allait-il le brusquer s'il passait encore une fois sa main sur son visage ? Ou bien, dans ses cheveux ? Ils avaient l'air doux, soyeux et Aki avait horriblement envie de sentir son odeur. Comment faire pour ne pas se faire envoyer balader ? Pourquoi pensait-il ainsi alors que d'habitude il n'hésitait jamais à faire ce qu'il souhaitait faire ? Il se gifla intérieurement, mais cela ne résolvait pas son problème.

Hiro ne le regardait pas, alors pouvait-il juste... frôler sa main de la sienne ? Du bout de son doigt seulement, uniquement ressentir un contact, aussi léger soit-il. C'était affreux pour Aki de se trouver dans une telle impasse, agir ou non. Il ignorait si cela blesserait le beau garçon, s'il le repousserait ou bien si... si ça lui plairait. Aimerait-il renouer un lien plus physique avec le blond ? Était-ce donc ce pressentiment qui l'habitait ? A peine, juste passer tout près et...

« Putain, lâcha-t-il en se relevant subitement, une main empoignée dans sa chevelure, arrête Hiro, j'te jure, arrête tes conneries. », l'accusa-t-il en abattant ses deux mains sur la table, juste à côté du brun.
Arrête de me donner l'impression d'être perdu, arrête d'être aussi présent en moi, arrête de me faire ressentir ce que toi tu désires, arrête de me contrôler et de me faire perdre la tête, arrête d'être aussi beau, arrête d'être comme ça... Ou laisse-moi te gérer, abandonne-toi à moi, juste quelques instants, laisse-toi aller dans mes bras, juste comme ça...

Aki planta ses yeux dans les siens, le dévorant littéralement sur place. Pourquoi cela se passait-il donc de cette manière ? Cela ne pouvait-il donc pas être bien plus simple ? Une clope, un sourire, un baiser, une nuit passée ensemble ; point final, retour à la ligne. Il se compliquait la tâche, il le savait parfaitement, mais il voulait prendre soin de Hiro. Oui c'était absolument ça, il avait envie de faire attention à lui pour la première fois de toute sa vie et ce lien étrange qui les unissait... le changeait certes, et l'aidait à prendre conscience de tellement de choses en si peu de temps...

Il fallait qu'il cesse également de jouer avec son piercing. Le cœur du blond ratait un battement à chaque fois que son regard se portait sur cette bouche si attirante. Y goûter, oui, c'était parfaitement ça qu'il attendait. Et il ne se contiendrait pas davantage.

Il glissa doucement sa main le long du cou de son beau brun pour remonter et la placer derrière sa nuque. Il s'approcha légèrement, l'amenant aussi au plus près de lui. Ce nouveau contact l'électrisait sur place, il n'avait pratiquement plus conscience de tout ce qui les entourait, pour lui, l'unique personne qu'il y avait ici, c'était lui, c'était Hiro. Tant pis s'il se faisait jeter, il s'en moquait désormais, il avait juste extrêmement besoin de sceller ses lèvres aux siennes.

Son corps tout entier était en émoi, comme s'il réclamait de par lui-même ce geste. Une vague de chaleur étrangement bienfaisante le berçait comme si elle était déjà là pour le consoler si jamais son cœur se fendait suite à ce baiser. Il devait le faire, là, maintenant, il l'exigeait.

Ses iris croisèrent furtivement ceux de son brun ne s'y arrêtant pas à l'instar des minutes qui venaient de s'écouler. Il l'attira un peu plus à lui et il lui vola un baiser. Rapide, volatile, il avait juste pressé ses lèvres contre les siennes pour le relâcher ensuite et esquisser un sourire en coin. C'était pas comme d'habitude, c'était... magique. Peu à peu il se hasardait à pousser ses gestes de plus en plus loin, profitant de cet espèce de consentement dont faisait preuve Hiro. Se priver alors qu'il semblait d'accord ? En aucun cas. Il faisait simplement plus attention et il y allait pas à pas. Cette sensation était... exquise.

Mais Aki n'était pas du genre à batifoler aussi facilement. Il avait encore envie de jouer un peu afin de savoir si cette folle envie parcourait également son interlocuteur.

« Je bouge, lui apprit en remettant sa veste sur son dos, dehors. », ajouta-t-il à l'égard de Hiro.
La porte claqua derrière lui et il s'appuya contre le mur, le visage levé vers le ciel étoilé. La nuit semblait s'être installée depuis un moment déjà. Allait-il être rejoint ? Il le voulait, si bien que s'il ne venait pas de lui-même, Aki se sentait parfaitement capable de retourner le chercher à l'intérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mer 11 Juil 2012, 14:18

Il le ressentait... Ses paroles, ses gestes, avaient eu un fort impact sur Aki, et lui, il le ressentait. Il n'aurait jamais pensé qu'au fond, lui aussi lui ferait un tel effet, et était ravi, d'un certain côté, que ce soit réciproque. Le pire étant qu'il semblerait que le Blond ne comprenne pas réellement pourquoi il était dans cet état-là, à cause de si peu. Il le comprenait, et il aurait voulu le lui dire, mais en le voyant plongé de manière aussi profonde dans ses pensées, il n'eut aucune envie de le déranger.
Il aurait alors aimé le lui faire comprendre par une simple sensation, puisqu'après tout, ils étaient liés, sauf qu'il ne savait pas comment faire. Il se contenta donc juste de ne rien dire, et de rester impassible, bien qu'à l'intérieur de lui-même, il ressentait parfaitement ce qu'était en train de vivre Aki. C'était étrange, et il avait encore du mal à s'y faire. Et puis... Comment allaient-ils se retrouver, tous les deux, à ressentir pour la fin de leur vie deux fois plus ? Est-ce que ça n'allait pas les détruire un jour ou un autre ?
Sa peur commença à reprendre le dessus, mais il parvint à en faire abstraction. À quoi est-ce que ça allait lui servir d'avoir peur sans cesse en pensant aux répercutions que ça pourrait avoir ? De toute façon, Aki, ainsi que lui, étaient pris dans ce piège à jamais. C'était assez triste mine de rien, mais ils allaient devoir faire avec.

Vivre à l'intérieur d'un autre... Pouvait-on ainsi qualifier leur maladie ? Et que s'était-il donc passé pour que cela arrive ? À ses yeux, ça paraissait surnaturel, et il avait encore beaucoup de mal à y croire. Pourtant, c'était bel et bien ça, et ce qu'il ressentait en plus, c'était toutes les émotions de son vis-à-vis. Il n'aurait jamais cru que cet homme était ainsi à l'intérieur de lui-même, et se demandait si lui pensait la même chose à son égard.
En fait, il y avait encore mieux comme qualification : En découvrant désormais qu'ils étaient liés, c'était comme ce qu'il avait pensé un peu plus tôt, ils pouvaient désormais lire chacun dans l'un et dans l'autre, comme dans un livre ouvert. Ils étaient deux livres en proie à une confrontation hors du commun, et qu'ils ne savaient pas encore gérer. Ils se sentaient mal, et à la fois bien, car ils étaient tous les deux attirés l'un vers l'autre comme des aimants.
Mais chacun n'avait aucune envie de se livrer encore l'un à l'autre, et c'était ça qui leur faisait le plus peur. Comment allait-il protéger ce qui leur tenait à coeur, maintenant qu'ils étaient à découvert ? Le Brun sentit que là-dessus, Aki non-plus n'était pas encore prêt à tout avouer, et ça aussi, il le comprenait. Après tout, ils ne se connaissaient encore qu'à peine... Pour lui, lui qui avait gardé tapi au fond de lui tout son passé, ça n'allait pas être facile d'en parler, de tout dire comme ça. Peut-être qu'au fond, ils allaient juste en parler au fur et à mesure tout simplement, ou pas du tout. Peut-être qu'au contraire, ils allaient apprendre à encore plus protéger leur passé, et apprendre à vivre avec plutôt ce qu'ils vivent en ce moment même.
Il espérait que ça se passerait ainsi, car après tout, ce serait beaucoup plus simple pour eux deux. Qui savait... Ils allaient peut-être mettre plus d'une année à s'habituer à être lié, et d'ici là, lui, il savait parfaitement que leur relation serait un peu tendue. Après, il n'en savait rien, et si ça se trouvait, ça allait se passer d'une autre manière. En attendant, lui, même en ayant appris que c'était Aki avec qui il était lié, il était encore tout autant perdu, puisqu'il ressentait encore plus parfaitement ses émotions. C'était à rendre limite fou...

Ce verre, qui se brisa sur le sol, permit aussi à Hiroyuki de revenir à la réalité, et ce fut un retour assez brutal pour lui. Le serveur n'attira pas son attention, contrairement à Aki, ce fut plutôt les débris du verre brisé qui l'intéressa. À travers ces bouts de verre, il repensa à ce qu'il avait été après le décés de sa mère, et se demanda s'il ne l'était pas encore : Brisé. Il avait changé, il avait grandi, mais était-il réellement mieux ? N'était-il pas encore quelqu'un détruit, et ne le serait-il pas à jamais ? Il avait fait beaucoup d'efforts pour avancer, et être heureux un minimum, mais après tout, ne lui avait-on pas dit qu'un jour que « ça ne marche pas comme ça. » ? Se voiler la face, tout le monde le savait, c'était si facile à faire...
Il aurait voulu se mettre à pleurer, car il savait parfaitement que c'était ce qu'il faisait, se voiler la face. Certes, il avait avancé, mais seulement de quelques pas. Il avait encore beaucoup de chemin à faire, et peut-être n'y arriverait-il jamais. Il savait même qu'avec quelqu'un, il ne pourrait parcourir tout ce chemin. S'il avait vraiment envie d'avancer, d'aller jusqu'au bout, il devait briser en lui ce petit quelque chose qui s'était installée après la mort de sa mère. Mais, lui, il en était incapable.
Il en était incapable depuis que son père s'était mis à boire, et l'avait accusé de la mort de sa mère. Ce père l'avait davantage brisé, et souillé, au lieu d'essayer de lui montrer le bon exemple : Celui d'essayer d'avancer. Le Brun avait du apprendre tout seul, ce que son père n'avait pas été capable de lui apprendre, tout en s'occupant de ce dernier, ce qui s'était avéré une tâche très difficile. Il ne savait pas encore aujourd'hui, comment il avait réussi à survivre avec ce grand homme, et pourquoi il n'avait pas essayé de s'ôter la vie. Ce n'était pas à cause de ce petit quelque chose, car même avec ça, il aurait été capable de se suicider, alors pourquoi ? En y pensant, c'était peut-être là, sa plus grande question au plus profond de lui, et à laquelle il n'aurait jamais de réponse.

Il sursauta en entendant la voix de son interlocuteur, et ne sut s'il pouvait comprendre ou non le sens de sa phrase, tandis qu'il posait son regard sur lui. En tout cas, il se mordilla à nouveau la lèvre inférieure, et se sentit soudainement très mal. N'était-ce pas plutôt au fond de sa faute ? De toute façon, à cause de ce lien, il le savait, Aki était tout autant perdu que lui, et avait pensé négativement. Il se sentait mal, et ressentir en plus ses émotions ne l'aidaient pas.
Il s'apprêta à poser sa main sur son bras, mais la ramena brusquement contre lui en l'entendant soupirer. Non, il ne pouvait rien faire, à part le regarder agir. Il se sentait inutile, et son envie de pleurer refit surface. Ce n'était pas le moment pour le faire, surtout devant cet homme charismatique à ses côtés, et dans un endroit avec beaucoup d'autres êtres humains.
Il regarda encore une fois ailleurs, et enfonça inconsciemment ses ongles dans son poignet, discrètement. Que dire, à part qu'il savait parfaitement ce que ressentait le Blond à cet instant précis, et inversement ? Et pourquoi ne se bougeait-il pas ? Lui aussi, il aurait pu se bouger après tout, mais une petite voix au fond de lui lui disait qu'il devait laisser faire son vis-à-vis. Alors qu'attendait-il ? Pourquoi avait-il peur ? Hiroyuki ne dirait rien, et le laisserait faire, car il en avait tant envie. ça le démengeait, et attendre était un supplice. Il avait besoin de sentir cette peau encore contre la sienne, ou son souffle sur ses lèvres, comme lorsqu'il avait rapproché très près son visage du sien. Quelle torture... Ils étaient juste en train de se compliquer la vie.

À nouveau, il sursauta, car on pouvait dire qu'Aki venait de craquer. Quelques regards s'étaient tournés vers eux pendant quelques secondes, mais aucun d'eux deux n'y firent attention. Son regard à lui, il le posa sur le Blond, comprenant ce qu'il voulait lui dire par là. Mais qu'y pouvait-il ? Rien du tout. Il fronça les sourcils, et voulut à son tour s'énerver contre lui. Après tout, lui aussi vivait la même chose, alors il n'avait pas à s'énerver de cette manière. Bien évidemment, il ne fit rien, et se contenta de rester, encore, silencieux.

Quand Aki ancra son regard au sien, il se figea sur place, arrêtant ainsi de se faire du mal, et se mit à rougir. C'était bien la première fois qu'on le dévorait du regard de cette manière, et ça aurait pu lui faire peur, mais ce n'était pas le cas. Au contraire, il en fut encore plus envoûté.
C'était son regard qui l'attirait, alors que pour Aki, c'était ses lèvres. Ses lèvres avec son piercing... Il continuait à jouer avec depuis tout à l'heure, et savait parfaitement que son interlocuteur allait finir par craquer. C'était ce qu'il attendait le plus, et c'était pour ça qu'il continuait ce qu'il faisait.
Il continuait encore et encore, et lorsqu'Aki glissa sa main dans son cou, il se mit à sourire intérieurement, satisfait d'avoir réussi. Il frémit, et se perdit encore plus dans ce regard, qui continuait à le manger tout cru. À l'intérieur de lui-même, son coeur battait fort contre sa poitrine, et il était en ébullition. Plus rien n'importait, à part cette personne à ses côtés, qui, rien qu'avec sa main contre sa nuque, lui procurait toutes ces sensations. Il était encore plus surpassé que lorsqu'on lui avait dit quelle était sa maladie.
Puis, le Blond posa ses lèvres sur les siennes, et lui offrit un rapide baiser. Mais quel baiser unique... Jamais il n'avait eu le droit à de tels simples baisers. Ce lien... Ce lien leur permettait de ressentir tout plus fort, et c'était magique.

Il aurait très bien pu continuer à penser encore plus profondément sur ce baiser, mais Aki lui apprit qu'il bougeait dehors. Il le regarda partir, interloqué, et regarda devant lui. Cela signifiait-il qu'il n'y aurait rien de plus ? Il était persuadé que non, alors à son tour, il enfila sa veste pour pouvoir le rejoindre dehors. Mais avant tout, il se dirigea vers le comptoir, et paya l'addition.
Ceci fait, il glissa une cigarette entre ses lèvres, et sortit son briquet de sa poche, en se dirigeant vers la sortie. Il se l'alluma quand il fut à l'air frais, et se rapprocha du Blond. Il tira un coup sur ce qu'il appelait sa drogue, et recracha la fumée dans son visage. Tout le monde savait ce que signifiait ce geste...

« Alors... Qu'est-ce que tu attends ? »

Il mit sa cigarette de côté, avec sa main, et glissa ses lèvres à l'oreille de son vis-à-vis pour pouvoir mordiller son lobe. Il pouvait bien se permettre un tel geste, en attendant qu'Aki se bouge, et ose enfin prendre totalement les choses en main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Jeu 12 Juil 2012, 22:49

Ce lien... Ce lien était une terrible malédiction et Aki se demandait pourquoi on s'acharnait tant sur lui. Ne posséder aucune famille sinon un père inconnu à ses yeux et une mère prostituée et droguée par la même occasion, se débrouiller comme il le pouvait dans la vie, s'être fait interner sur cette île, et maintenant le voilà en possession des sentiments d'un autre ! C'était à n'y rien comprendre... mais peut-être le prenait-il dans le mauvais sens ? Ce lien n'était-il donc pas comme une seconde chance qui s'offrait à lui ? Une seconde chance pour recommencer sa vie, sa vie liée à une autre personne, pour se protéger, pour s'entraider mutuellement... Aki se ressentait parfaitement des blessures vivre enfouies dans le cœur de son beau brun, il ne les connaissait pas, pas encore, mais il se doutait affreusement qu'elles étaient là, tapis quelque part et qu'elles le faisaient atrocement souffrir. Lui-même ayant les siennes, il n'ignorait pas le ravage qu'elles pouvaient causer sur leur passage. Tout balayer d'un coup de vent, elles s'emparaient de tout et ne laissait que le mal. Invivable.

Soupirant doucement, ses yeux n'avaient pas quitté une seule seconde ces jolis points lumineux dans le ciel. Il n'arrêtait pas de songer à cette histoire ; il ne parvenait pas à faire autrement et il souhaitait plus que tout au monde que Hiro vienne le rejoindre. Il le voulait à lui, tout près de lui, tout contre lui. Il avait simplement besoin de respirer, il avait tellement l'impression d'étouffer, là, tout seul. Il désirait cet homme si attirant, et en posant un doigt inconsciemment sur ses lèvres, il ne put que frémir en se rappelant ce contact si rapide. Il l'avait à peine frôlé, mais ça lui avait suffit finalement.

Son cœur tambourinait dans sa poitrine et une vague de chaleur vint le submerger. Il avait chaud, tellement chaud et il s'impatientait de ne pas voir son camarade venir vers lui. Ça l'énervait, il se sentait si... impuissant de ne pas parvenir à se contrôler, d'être si déboussolé à ce point, qu'il eut soudain très envie de frapper le mur le plus proche. Il savait qu'il s'éclaterait probablement la main contre, mais au moins ça l'aurait soulagé... ou peut-être pas complètement tout bien réfléchi.

Ce fut en entendant la porte du bar claquer qu'il tourna le visage et toute sa colère emmagasinée sembla s'évaporer, s'échapper et s'élever là-haut dans le ciel à l'instar de la fumée de la cigarette que Hiro portait si sensuellement à sa bouche pulpeuse. Aki se retenait, il se retenait tellement qu'il dut cacher ses mains au fond de ses poches pour dissimuler ses légers tremblements. Le retoucher, encore, ravoir de nouveau cette sensation magique lorsqu'il sentait ne serait-ce qu'un de ses cheveux sur son visage.

Il le vit arriver vers lui, une démarche digne d'un mannequin, un corps d'une élégance sans pareille. C'était bien la première fois qu'Aki trouvait autant de magnificence en un être humain. D'ordinaire, ses relations amoureuses se résumaient aux coups d'un soir. C'était agréable de changer de partenaire chaque nuit, certes, mais là... Là il voulait Hiro, et plus aucunes informations n'atteignaient son cerveau ; c'était comme s'il s'était bloqué sur une seule et unique idée : posséder ce beau brun qui ne cessait de le provoquer.

Il ne répondit pas à la question qu'on lui posait et dût retenir un gémissement entre ses lèvres lorsque Hiro vint mordiller son oreille. Il aurait pu tellement mal réagir... D'abord se faire souffler de la fumée en pleine figure, ça ne lui plaisait pas, et ensuite se retrouver dans cette position de quasi-soumission à ses yeux, il détestait ça... Et la belle créature qui se pavanait si fièrement sous ses iris de mâle affamé allait s'en rendre compte peut-être plus rapidement que prévu.

D'un geste habile, car plutôt exercé, il repoussa un peu son brun et lui vola sa cigarette des mains pour en tirer une latte et la jeter finalement par terre, un sourire peint sur ses lèvres. Le blond attrapa son interlocuteur par sa veste et le plaqua assez violemment contre le mur le plus proche. Étant plus petit, en taille, que lui, il dut se grandir sur la pointe des pieds et attirer le visage de Hiro tout près du sien. Cette fois-ci, il n'attendit pas aussi longtemps que lorsqu'ils étaient dans le bar pour s'emparer de ses lèvres si tentantes.

Il l’embrassait avec retenue, profitant un maximum de ressentir son piercing contre sa bouche. C’était la première fois qu’il embrassait quelqu’un avec ça… et c’était extrêmement agréable et excitant. Il en voulut toutefois rapidement davantage et demanda l’accès à Hiro, qui semblait parfaitement consentent. Derrière ce baiser échangé, Aki souriait, il appréciait cet échange et tout le désir qu’il avait accumulé tout au long des dernières minutes paraissait recevoir ce qu’il attendait si ardemment.

Il ne souhaitait pour rien au monde le laisser, le quitter comme ça. Ca pouvait paraître idiot et lui-même n’en revenait pas de posséder de tels sentiments, mais il pressentait qu’il ne pourrait plus jamais se passer de lui. Ils devraient être ensemble, tout le temps, pour toujours. Et Aki n’était plus effrayé, il se sentait prêt à avoir une telle responsabilité. En la présence de Hiro, il était tellement bien, apaisé… Il était son petit cocon cotonneux dans lequel il avait le droit de tout dévoiler, d’être la personne qu’il avait finalement toujours été dans son âme.

Sa langue jouant avec la sienne, ce piercing frottant tout contre ses lèvres, il en voulait encore, encore plus. Ses mains vinrent se balader dans les cheveux de son beau brun, les caressant doucement, puis les tirant un peu plus pour l’attirer davantage à lui. Il ne libérerait pas ses lèvres, pas maintenant. Il aimait passer ses doigts dans la chevelure douce et brillante du plus grand, les mêler timidement à ses cheveux tandis que leurs deux respirations se rencontraient également.

Il n’avait jamais connu quelque chose d’aussi puissant, c’était comme si tout son système avait cessé de fonctionner. Il ne comprenait rien, rien du tout, il savait seulement qu’il devait abreuver ce désir, le satisfaire pleinement. Il savait également que ça lui faisait du bien, un bien si parfait, si incroyable, qu’il se trouvait perdu dans une tout autre dimension. Chaque contact avec Hiro le rendait presque fou, il en redemandait encore et toujours plus. Posséder ses lèvres ne lui suffisait plus, il souhaitait autre chose, le posséder lui, tout entier.

Avec peine, il rompit le baiser, essoufflés ils se regardèrent quelques secondes. Ca y était, Aki s’imprégnait totalement de ses yeux, il lisait son envie à lui aussi de continuer ce qu’ils venaient tout juste d’entreprendre. D’aller encore plus loin. Et cela n’eut pour effet que de l’emballer davantage. Un désir réciproque était né entre les deux garçons, et il fallait à tout prix le rassasier ; du moins cette nuit-là, car probablement vivrait-il longuement en eux…

Le petit blond revint à la charge, coinçant un peu plus le corps de son brun contre le mur et lui. Ses mains glissèrent le long de son torse, le caressant, le frôlant en surface, au-dessus de ses vêtements. Il ne devait pas ressentir grand-chose… à moins que si. Ce fut comme une véritable décharge électrique qui s’abattit sur Aki quand il kidnappa furtivement une nouvelle fois ses lèvres. Pourquoi étaient-elles si… divines ?!

Il saisit la main de Hiro, entremêlant ses doigts aux siens et l’entraîna d’un pas rapide à sa suite. Il l’emmenait chez lui, son appartement n’était qu’à quelques maisons de là.

La nuit semblait s’être bien plus installée, on pouvait voir plusieurs passants se rendre dans des restaurants, en ressortir ou bien se diriger vers des boîtes de nuit. Aki aimait la nuit, elle était secrètement celle qui veillait sur lui, celle qui ne lui avait jamais fait de mal. La nuit on ne voyait pas ses plaies, la nuit il était celui qui se battait, qui buvait à n’en plus finir et qui couchait avec le premier damoiseau qui passait sous ses yeux. Mais cette nuit-là s’annonçait différente. Excitante.

La main de Hiro dans la sienne l’aidait à ne pas craquer et à continuer de se poser des milliers de questions. Ces dernières attendront, il n’en voulait pas.

Il fouilla dans ses poches, sortit son badge, ouvrit la porte de sa main libre et s’attaqua aux marches de l’escalier. A peine furent-ils montés, Aki prit son brun par la taille et l’attira de nouveau à lui pour mordiller la peau blanche de son cou. Un délicat parfum vint enivrer tous ses sens, les bousculant encore plus. Il le dévorait littéralement, il était sa proie et il n’avait pas le droit de s’échapper. De toute façon, son propre désir se voyant multiplier par deux, il se doutait bien qu’il n’était pas le seul à en attendre davantage.

La porte de son appartement claqua, le blond s’en moquait et il se contenta de pousser Hiro sur son lit. Il lui retira en très peu de temps sa veste ainsi que son t-shirt. Celui-ci dévoila un torse imberbe, raffiné et qui était en parfaite corrélation avec son propriétaire. Aki fut légèrement déçu de ne trouver aucun autre piercing ; il aurait apprécié en découvrir un nouveau placé à un endroit précis.

« T’es magnifique… », murmura-t-il en venant plaquer sa bouche contre ce torse aguicheur.
Il n’avait encore jamais dit ça à qui que ce soit, car il ne l’avait jamais pensé aussi fort qu’à cet instant-là. Hiro représentait un homme parfait à ses yeux, son caractère lui plaisait, cette façon de jouer qu’il avait rendait les choses encore plus intéressantes.

Le couvrant d’abord de doux baisers, il en vint rapidement à le mordiller un peu partout. Lui faire de jolies marques, peu profondes, mais qui resteraient visibles quelques jours avant de disparaître. Il l’entendit alors gémir timidement et cela le poussa à lui offrir le meilleur de lui-même. Tout son corps était en émoi, il se sentait prêt à exploser à tout moment.

Tout à coup, il se stoppa. Plissant un peu les yeux, il leva sa main pour toucher d’un de ses doigts une sorte de… cicatrice ? Son visage remonta jusqu’à celui de son beau brun dominé et il l’interrogea du regard. Que s’était-il passé pour qu’une si horrible chose soit gravée à jamais sur son corps à l’allure si pur ? En vérité… il ne voulait pas savoir. Pas là, et quand il vit les lèvres du jeune homme commençaient à remuer, il s’en empara à nouveau pour le faire taire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 14 Juil 2012, 13:59

En fait, ce lien était un fil, ou du moins, Hiroyuki le voyait comme ça. Lui l'avait attrapé d'une main, et Aki de l'autre. Soudainement, ils s'y étaient tous les deux emmêlés, et prenant peur, ils avaient essayé tant bien que mal de s'en détacher... En vain. Peu à peu, le fil s'était raccourci, comme s'il y avait quelqu'un au milieu qui arrivait à le couper petit bout par petit bout, et à le relier juste après. Puis, Aki et Hiroyuki avaient fini face à face, et comprirent ce qu'il en était.
N'étaient-ils pas de parfaits opposés ? Mais fort heureusement, on dit aussi que les opposés s'attirent, et c'était ce qui s'était passé. Il avait fallu que ce soit ainsi, et pas autrement. Et même sans ce lien, le Brun était persuadé qu'un jour ou l'autre, il aurait rencontré Aki. Après tout, ce n'était pas parce qu'ils étaient liés qu'ils devaient forcément finir par en arriver là. Il devait donc y avoir autre chose. Quelque chose de plus fort.

Comment expliquer dans ces cas-là, ce que tous les deux ressentaient l'un près de l'autre ? Il était déjà, lui, dans tous ses états, alors savoir qu'Aki l'était lui aussi. Il était encore moins patient qu'auparavant, pour toutes ces questions qu'il avait pu se poser, et ce, pour un simple désir. Mais en était-ce un simple ? Non. Après tout, pour eux deux, c'était bien plus, et bien qu'ils ne se soient encore rien passés, là, l'un en face de l'autre, à l'intérieur d'eux-mêmes se livrait une grande bataille, plus forte, et plus horrible que celle que les fous livrent chaque jour.

Hiroyuki se demanda de quelle façon le Blond le voyait, vu les regards qu'il lui lançait. Après tout, lui, il le voyait d'une bien drôle de manière, et sûrement très différente des autres. Était-ce du au lien ? En tout cas, il aimait cette façon qu'avait son interlocuteur de le regarder, car il semblait plus qu'il n'était à ses yeux. Cela l'excita un peu plus, et il en fut fier. Pourtant, il savait, au fon de lui-même, qu'il n'était pas comme Aki devait se le prétendre. Ce n'était qu'une image, à laquelle, ivre de vouloir à tout prix cet homme, il ne pouvait rien faire dans ces moments-là.
C'était une force inconnue qu'il ne savait pas encore maîtriser, bien que cela fasse déjà quelques années qu'il en avait recours. Quand il avait absolument envie d'une personne, il usait de tous ses charmes, et généralement, ça avait un effet positif. Apparemment, il tiendrait, bien évidemment, cela de sa mère. C'était son père qui le lui avait une fois, alors qu'il était à peu près sobre. Il lui avait dit clairement qu'il ressemblait en tout point à sa mère, et qu'il lui enviait ses traits fins et doux sur son visage. Après avoir entendu toutes ces paroles, le Brun n'avait jamais cessé de se demander si son père ne lui en voulait pas, après tout, d'avoir tant hérité de son épouse défunte.

En tout cas, en ce lieu, près d'Aki, oui, il ne cessait de profiter de ses atouts, et de provoquer ce dernier, sauf que pour une fois, c'était différent. Il le faisait volontairement, et de la bonne manière : Celle qui prouve que dans ses faits et gestes, il était sincère, et qu'il n'avait pas juste envie d'un coup d'un soir, qu'il voulait bien plus. Était-ce ainsi que les choses s'étaient passées entre ses parents ? Ou bien est-ce que ça avait été différent ? De loin qu'il s'en souvienne, sa mère lui avait raconté comment elle avait rencontré son père, mais sans qu'il ne puisse l'expliquer, il avait oublié. Est-ce que son père lui en parlerait si jamais il le lui demandait ?

Il ne put s'empêcher de sourire lorsque son vis-à-vis inversa les positions pour prendre les choses en main. ça commençait enfin à devenir intéressant ! Il avait fallu quand même qu'il lui fasse comprendre qu'il n'attendait que ça, qu'il le fasse, et surtout qu'il le pouvait. Désormais, chacun n'allait plus se retenir, et tout ce qu'ils gardaient au fond d'eux-mêmes allait exploser. Pas au grand jour, et où dans ces cas-là ? Il ne le savait pas pour l'instant...
Il laissa Aki le repousser, et le regarda tirer un coup sur la cigarette qu'il lui avait piqué pour terminer par la jeter par terre. Là-dessus, il n'était pas très content, car déjà, les cigarettes, ça coûte cher, et qu'en plus, il avait été si content de pouvoir enfin fumer. Voir sa cigarette au sol, presque ruinée, il ne le supporta guère, sauf qu'il n'avait pas envie de gâcher la soirée pour une chose si futile. Il savait, qui plus était, qu'il pourrait fumer quand ils en auraient terminé.
De toute façon, il ne put penser davantage là-dessus puisque l'homme charismatique à ses côtés attrapa sa veste, et la plaqua violemment contre le mur, ce qui ne le surprit pas. Au contraire, cela le rendit encore plus toutes choses, et il se demanda comment tenir encore un moment. Puis, du haut de sa petite taille, le Blond s'empara à nouveau de ses lèvres, et lui, fit de son mieux pour prolonger ce baiser.

Ce baiser en était un comme les autres, même pour Hiroyuki, bien qu'il lui procure un milliers de frissons de la tête aux pieds. C'était surtout à cause de la manière qu'avait Aki, de s'amuser avec son piercing. On aurait dit que c'était la première fois qu'il embrassait quelqu'un avec un piercing, et il était ravi d'être le premier avec qui il vivait l'expérience. Son vis-à-vis adorait les piercings, tout comme lui, et rien qu'à sentir comment il s'amusait avec, il songea à celui qu'il voulait se faire au nombril. Si c'était en plus pour faire plaisir à cet homme, il ne tarderait pas à aller le faire dans ces cas-là.
Le baiser s'approfondit, et leurs langues partirent ensemble dans une belle danse tumultueuse. Elles semblaient danser si gaiement, l'une contre l'autre, et de temps en temps, elles se taquinaient. Chacune était fourbe, et voulait toujours avoir le dernier mot. C'était exquis. Et pendant ce temps-là, les mains d'Aki se balladait dans les cheveux d'Hiroyuki, qui glissa les siennes le long de son cou. Et leur baiser durait... Durait... Ils avaient encore du souffle, et les gens, qui auraient assisté à la scène, se seraient demandé comment cela aurait été possible. Ce devait être peut-être encore une magie du lien, ou tout simplement parce qu'ils pouvaient tenir aussi longtemps.
Et ils étaient censés y mettre fin ? Le Brun n'en avait pas envie, et se laissait faire lorsque son interlocuteur l'attirait de plus en plus vers lui. Qu'est-ce que ça allait être après qu'ils aient passé l'acte ? Déjà que pour un simple baiser, ils avaient du mal à se séparer, alors après être allé jusqu'au bout, ce serait encore pire. Il commençait un peu à comprendre ce que signifiait exactement ce "lien".

Le baiser prit fin, et leurs regards se croisèrent à nouveau. Tous les deux savaient parfaitement qu'il fallait absolument rassasier ce désir immédiatement. Ils ne pouvaient plus attendre, et devaient se dépêcher d'aller à l'abri des regards, où ils seraient tout à fait capable de le faire ici-même. Hiroyuki en était convaincu, mais il n'avait pas très envie non-plus de faire ça ici tout de-même. Il fallait se dépêcher, et vite.
Sauf qu'Aki était si bien parti qu'il lui offrit quelques caresses, et un nouveau baiser, son corps collé contre le sien. Il frémit une nouvelle fois, et voulut attraper ses mains pour qu'il fasse sous ses vêtements. Mais le Blond attrapa la sienne avant, et l'entraîna chez lui.

Ses doigts entremêlés aux siens, son regard sur son dos, ainsi, avec cet homme, il avait l'impression d'être un couple de jeunes lycéens, qui allaient le faire pour la toute première fois. Il était tout à fait d'accord de se qualifier de jeune midinette, accompagné de son beau et ténébreux petit-ami. Généralement, leur première fois se passait dans un love hôtel, mais là, c'était encore mieux puisqu'il serait chez Aki. Il avait envie de s'amuser un peu, et de glousser comme ces jeunes adolescentes, si heureuses de passer enfin à l'action. Bien évidemment, il se retint, mais s'il aurait été un peu saoul, il l'aurait automatiquement fait. Ces filles étaient si niaises, ce qui n'était pas son cas, alors il se demanda si c'était une bonne chose qu'il accepte de se qualifier ainsi. Mais en y pensant, les garçons n'étaient guère mieux. Il rit intérieurement, et arrêta d'y penser, car il finirait par faire un geste, ou un bruit de trop, ce qui pourrait inquièter le Blond sur son état, malgré le lien.

Sauf qu'il eut quand même de plus en plus cette impression quand l'homme à ses côtés l'attrapa par la taille, et mordilla la peau de son cou. Il se retint d'émettre le moindre gémissement, préférant attendre d'être dans sa chambre, sur son lit, pour se laisser aller. N'était-il pas pris au piège de cette manière ? Mais cette fois-ci, il n'en eut pas peur, et était prêt à confronter tout ce qui allait se passer par la suite. Être pris entre les griffes d'Aki, peu lui importait, car au contraire, c'était ce qu'il désirait. On pouvait le définir comme masochiste, mais ce n'était pas comme si on allait lui faire du mal.

Il se retrouva rapidement torse nu, et ses joues redevinrent rouges pivoine. Pour une fois, entendre un tel compliment lui fit plaisir, et ne le fit pas craquer. Auparavant, à peine entendit-il de tels mots qu'il piquait une crise, à laquelle personne n'avait réussi à prendre le dessus, ou à calmer. Pourquoi détestait-il entendre ces mots-ci ? C'était une longue histoire, à laquelle il préférait ne pas y penser pour l'instant. Il n'y avait que les lèvres d'Aki sur son torse qui importait, et les gémissements qui sortaient de sa bouche. Ses gémissements s'intensifièrent lorsque le Blond décida de mordiller sa peau, et il se cambra légèrement.
Les préliminaires étaient quelque chose que, généralement, il adorait. Mais, cette fois-ci, il avait envie de passer outre, sauf que ça ne semblait pas être le cas de son vis-à-vis. Il n'en fit donc rien, et se contenta d'apprécier ce plaisir qu'il lui procurait.

Puis, forcément, Aki tomba sur l'une de ses cicatrices, et l'interrogea du regard. Fallait-il vraiment en parler maintenant ? Heureusement, au lieu d'attendre sa réponse, il vint capturer à nouveau ses lèvres, ce qui lui permit de se soulager. Il en profita un peu, car il ne devait pas non-plus laisser tout le plaisir à l'homme à ses côtés.
Il fit en sorte que celui-ci se retrouva à califourchon sur lui, et se redressa un peu. Doucement, il glissa ses mains son haut, et du bout de ses doigts, il traça des lignes sur son torse. Son t-shirt finit par le gêner, alors il l'enleva. Il ne s'attarda pas à la contemplation de son torse, et reprit ce qu'il était en train de faire avant. Il ancra son regard à celui du Blond, et effleura ses lèvres avec les siennes. Lui, il ne laisserait pas de marques sur sa peau, mais plutôt, une sensation qu'il ne pourrait oublier. Combien d'hommes lui avaient redemandé de tracer encore et encore des lignes sur leur torse ? Dans ces gestes, il voulait juste faire comprendre le désir profond qu'il ressentait, et qui ne tarderait pas à exploser, d'où le fait, que pour une fois, ses lignes étaient droites, mais un peu en zig-zag.
Cela prouvait qu'il était aussi perturbait, car il ne savait pas comment réagir, et pas comment s'y prendre. C'était frustrant, alors il laisserait vite Aki reprendre le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mer 18 Juil 2012, 15:50

Les caresses que procura Hiro sur son torse le transcendèrent totalement. Il se sentait emporté ailleurs, sur une autre planète, dans un autre monde, tant cela lui plaisait. Il ne comprenait pas pourquoi ce sentiment là était si fort, si puissant, mais il devait bien admettre que cela n'était pas pour l'ennuyer, au contraire même. Peut-être était-ce la manière qu'avait son beau brun de le faire qui lui retournait tous ses sens ? Certes, et surtout c'était à cause de ce lien, il n'en doutait plus désormais, c'était lui, c'était Hiro, son jumeau.

Lorsque les doigts habiles du jeune homme se retirèrent de sa poitrine, Mao recouvra un peu ses esprits, partiellement dirons-nous, et il n'acceptait pas de ne plus avoir de contact avec le brun, outre le fait qu'il fût assis sur lui évidemment. Alors il eut un sourire en coin et il revint s'emparer des lèvres de son partenaire. Il ne s'en lassait pas de cette bouche si... parfaite. Mon Dieu, quelle horreur de devoir la lâcher, de ne pas pouvoir en profiter davantage. Son souffle ne lui permettait pas de s'éterniser des heures durant sur cette partie de son corps, et contrairement à lui, peut-être que Hiro en avait assez. Aki sentait qu'il souhaitait autre chose, qu'il voulait bien plus ; et il n'était pas du tout le seul dans cet état là.

Ses mains glissèrent le long de son torse jusqu'à arriver à sa ceinture et déboutonner rapidement les boutons de son pantalon qui, lui, ne tarda pas à tomber au sol. La température semblait être montée d'un cran, aussi bien dans leurs corps que dans la pièce. Ça avait le don de le pousser un peu plus à agir, il n'en pouvait plus... C'était comme si... comme si quelque chose réclamait cela dans son cœur, dans son âme. Il devait obligatoirement le faire pour s'en sentir au moins soulager, pour être peut-être plus serein, par la suite.

En quelques secondes ils se retrouvèrent nus tous deux et une nouvelle vague de désir vint engloutir le blond, faisant se serrer son cœur dans sa poitrine. C'était terriblement... excitant. Plus il se contenait, ne serait-ce que d'effleurer la peau douce de son brun, plus cette envie s'intensifiait. Son désir et ce besoin de le faire se mêlaient vraisemblablement à ceux de Hiro. Aki savait qu'il devait agir, tout simplement parce qu'il ne pourrait pas tenir ainsi indéfiniment, mais il voulait tenté de voir jusqu'où il était capable de résister... Quoi que, peut-être se renseignerait-il là-dessus une fois prochaine.

Son bas-ventre le brûlait atrocement, ses mains tremblaient légèrement sous l'effet du désir, alors il cessa ses caresses pour déposer un baiser au niveau de l'aine de son bel amant. Il le souleva ensuite un peu, et n'hésita pas réellement à ne faire plus qu'un avec lui. Un petit cri rauque s'échappa de ses lèvres tant il avait attendu cet instant lorsqu'il s'insinua en Hiro. D'abord ses mouvements se firent lents, mais rapidement ses mouvements de rein s’accélèrent au fur et à mesure qu’il prenait de plus en plus d’assurance, qu'il apprenait à connaître ce corps.

Comme s'il eut été drogué, Aki n'avait plus rien d'autre à l'esprit excepté ce garçon et cet acte charnel. Le blond ne songeait plus à rien, se laissant totalement habiter par ce plaisir qui grandissait considérablement en lui. Il aurait pourtant crû qu'au contraire, en ne faisant plus qu'un avec le jeune homme son désir se calmerait, mais l'effet inverse semblait se produire. Plus il faisait de vas et viens en lui, plus son corps en réclamait ; encore et encore, toujours et toujours plus. Une véritable drogue, très addictive. Mais... était-ce l'une de ses drogues qui les détruirait, Hiro et lui ? Il n'en savait rien, il ne le pensait pas ; et ça ne le préoccupait définitivement pas dans l'immédiat.

Il devait rassasier ce besoin, se laissait complètement aller et ne pas penser au reste. Il n'y avait rien d'autre en cet instant dans son esprit : juste Hiro, ce lien et ce désir insatiable qui l'habitait au plus profond de ses tripes.

Leur vitesse de croisière semblant être trouvée, les ondulations d'Aki devinrent plus régulières, plus puissantes également. Il se sentait de plus en plus à l'aise et il adorait dévorer des yeux son brun durant cet échange. Il était magnifique, il le lui avait dit, mais le voir ainsi le rendait deux fois plus sexy, attirant, merveilleux. C'était la première fois qu'il ressentait tant de bonheur en faisant l'amour comme ça. Etait-ce dû à son partenaire ? A son expérience ? Ou bien à ce lien ? Ce lien que finalement Aki ne voyait peut-être plus complètement à l'instar d'une malédiction à ce moment-là.

Est-ce que ce lien ne devait pas, au contraire, être perçu comme une nouvelle chance ? Ou bien, tout simplement une chance supplémentaire de faire changer sa vie dans le sens bon sens cette fois-là ? Il dépendait de Hiro, il ne pouvait plus faire autrement. Tous ses choix, tous ses sentiments, il allait devoir tout, absolument tout, partager et cela qu'il le veuille ou non. C'était comme ça, alors il allait également devoir faire de gros efforts pour ne pas rendre Hiro malheureux ; il ne souhaitait que lui donner du bonheur... Pour quelles raisons ? Pourquoi espérait-il cela alors qu'ils venaient tout juste de se rencontrer ?

Parce qu'il ressentait cette tristesse portée dans son cœur et, de quelle source qu'elle fût, il devait la lui retirer ; ou tout du moins tenter d'y parvenir par tous les moyens qui étaient en sa possession. Il était comme ça Aki, plutôt froid aux premiers abords, mais dans son âme... se cachait une personne très douce. Très peu de monde avait pu s'en rendre compte depuis son arrivée sur cette île. En vérité... seuls ses cahiers planqués sous son lit pouvaient en témoigner.

C'était peut-être idiot de penser cela, car finalement même si leur désir était partagé, peut-être bien que Hiro se montrerait réticent quant à la sorte de « protection » qu'il comptait lui offrir. Alors il ne lui dirait pas, il conserverait cela en lui, mais il serait toujours là, derrière, au cas où... Imbécile ; il aurait pu se gifler. Avant, il aurait pu.

Il renversa son visage en arrière pour faire décoller ses cheveux accrochés à son front à cause de la sueur. Il avait tellement chaud, mais c'était si... agréable ! Il ne voulait pas encore se laissait totalement aller, il avait besoin d'avoir plus de ce brun, de passer plus de temps avec lui, en lui. Il se sentait atrocement bien.

De légers gémissements s'évadant timidement de ses lèvres, son bassin accéléra tout à coup, sachant pertinemment qu'il ne durerait pas indéfiniment, qu'il ne parviendrait pas à se contenir de trop longues minutes supplémentaires, même si c'était l'un de ses plus grands souhaits.

Son corps tout entier était en émoi, complètement en transe. A ce rythme là, il avait de grande chance de devenir totalement fou. Il ne voulait pas se retirer de ce corps qui l'accueillait si chaleureusement... Il s'y sentait parfaitement à l'aise et se mouvoir au-dessus d'un si beau jeune homme ne faisait qu'accroître cette satisfaction d'être tombé sur un magnifique soseiji.

Aki vint caler son visage dans le cou de Hiro et il ne retint pas un râle de bien-être qui s'échappa de sa gorge quand il relâcha toute la pression accumulée. Il mit cependant un petit moment avant de se retirer de son compagnon, un peu déboussolé de ce qui venait de se passer. Il ne comprenait pas réellement ce qu'ils avaient fait ; ses sens paraissaient complètement échangés, perturbés, dérangés.

Il remonta rapidement à son visage, capturant de nouveau ses lèvres pour lui offrir un baiser des plus fougueux, entremêlant sa langue avec la sienne, jouant avec son piercing qu'il appréciait tellement. A ne songer à rien de cette manière là, n'était-ce pas quelque chose de fabuleux ? Juste profiter de l'instant présent ; cela faisait tellement longtemps que ce n'était pas arrivé à Aki qu'il tentait inconsciemment même de le faire durer encore et encore.

Reprenant sa respiration, il sortit de cet échange un sourire vissé sur ses propres lèvres. Il appuya son coude sur le matelas et à l'aide de son autre main il vint tracer différentes formes sur le ventre de Hiro. Rien de particulier dans son geste, juste avait-il envie de toujours le toucher, le caresser. Pire qu'une drogue tout bien réfléchi.

En soupirant, il se releva pour fouiller dans sa table de nuit et dénicher un paquet de cigarettes ainsi qu'un briquet. Il s'en alluma une pour ensuite tendre le tout à son précieux hôte. Aki recouvra la plupart de ses songes, et passant une main dans sa chevelure blonde en bataille, il soupira une nouvelle fois, d'agacement devant son impuissance face à toute cette situation. Il n'avait rien choisi, mais même s'il était très bien tombé, il ne savait pas pourquoi ça lui était arrivé à lui, à eux, finalement.

Et puis il se trouvait tellement ridicule de vouloir protéger Hiro de cette façon... Il avait envie de se tenir près de lui et que rien de mauvais ne lui arrive. Sauf qu'ils ne se connaissaient qu'à peine. Ca n'avait absolument rien de rationnel ; alors devait-il se noyer la cervelle à dénicher des explications ?

Où était passé cet homme froid, voire arrogant ? Où était passé ce garçon au coeur de pierre qui n'attendait qu'une seule et unique chose chaque jour : frapper sur le premier qui oserait l'ennuyer ? Où était passé cette personne appréciant sa solitude plus que sa propre vie même ? Où était passé tout ça ? Où était-il passé lui-même ?

Il tira une latte sur sa sucette mortelle avant de l'écraser dans le cendrier le plus proche et de se retourner vers son interlocuteur qui semblait aussi en train de se creuser la tête. Aki s'approcha de lui et lui attrapa le bras sans pour autant fixer ses yeux. Il l'attira juste à lui et l'enlaça.

Il serrait quelqu'un dans ses bras. Depuis... C'était la première fois.

Et il ne se sentait ni idiot, ni imbécile, ni quoi que ce soit d'autre.

Il se sentait juste... bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 04 Aoû 2012, 21:33

Quel plaisir ce fut lorsqu'il ressentit que ses douces caresses rendaient totalement fou Aki. Il aurait pu continuer encore longtemps comme ça, juste parce que les émotions de cet homme étaient encore plus que celles de ces autres êtres humains à qui il en avait offert. Mais il ne voulait pas s'attarder sur les préliminaires, et avait plutôt hâte qu'ils passent enfin à l'acte final. Vu comme c'était parti, tous les deux allaient sûrement se revoir, et le refaire, alors peut-être qu'à ce moment, ils se préoccuperaient plus des préliminaires. Petit à petit, peut-être qu'ils chercheraient à se découvrir plus... Pour l'instant, il fallait juste à tout prix rassasier ce désir.
Il s'arrêta, et retira ses doigts de sa peau en ancrant son regard au sien. Son sourire le fit fondre sur place, alors que juste après, il prolongeait un énième baiser. Cela ne le gênait pas que le Blond ne soit concentré surtout que sur cette partie de son corps, au contraire, il en était fier. Il savait qu'il avait, là, une arme à laquelle son souseiji ne pourrait résister.

Rapidement, ils se retrouvèrent tous les deux nus, et la température monta d'un cran. Dans cette chambre plongée dans le noir, il aurait aimé quand même qu'il y ait un peu de lumière pour mieux apercevoir le visage d'Aki. Il ressentait toutes ses émotions après tout ? Alors là, maintenant, il savait exactement dans quel état il était, et c'était pour cela qu'il regrettait l'absence de lumière.
Il continuait à le combler de baisers, et lui de gémir sans cesse. Il devait se régaler lorsqu'il prononçait son prénom de manière aussi sensuelle, et lui, pour une fois, ça ne le gênait pas. Lui, qui avait pourtant l'habitude d'être au-dessus des autres. Il venait de faire abstraction à sa fierté, juste pour cet homme, qu'il connaissait encore à peine. Mais, peu lui importait, même si au fond, il se demandait s'ils échangeraient les rôles. Un peu de changement ne fait jamais de mal, disait-on.

Aki le souleva, la dernière ligne droite était tracée. Il entra en lui, tandis qu'il fermait les yeux et mordillait sa lèvre inférieure. Ses mouvements se firent d'abord lents, puis il accéléra. Ses cris de plaisir emplirent toute la pièce, et même les yeux fermés, il sentit qu'Aki le dévorait du regard. Cela ne dura pas éternellement, mais pour eux, si. C'était encore mieux que les fois précédentes, ou peut-être pas. Hiroyuki se demanda s'ils n'allaient pas en devenir trop addictifs...
Il rouvrit les yeux pile au moment où le Blond rejetait la tête en arrière, et eut du mal à se contenir face à ce geste. Là, l'un contre l'autre, ce dernier en lui, ils étaient bien, et ils mirent plus de temps que prévu à mettre fin à cet instant. Que Aki vienne enfouir sa tête dans son cou, il trouva ce geste adorable, alors qu'il glissait une main dans ses cheveux, en essayant toujours d'y mettre un peu du sien.

Il avait chaud, encore plus que toutes les autres fois, et il avait l'impression qu'un moment ou à un autre, son coeur allait lui exploser. Il était dans tous ces états, c'était le cas de le dire, et il avait peur. Très peur. C'était des émotions nouvelles, qui ne lui faisaient que du bien, mais peut-être un peu trop. Il réussit à se rassurer tant bien que mal, et referma les yeux. Il passait quand même un très bon moment, surtout parce que c'était avec cet homme.

Puis, ne pouvant plus se contenir, ils atteignirent l'orgasme, et se relâchèrent. Il remarqua qu'il tremblait lui aussi, et à cause de cela, lui non-plus ne bougea pas d'un pouce. Il avait les idées très claires, mais tout ce qu'il avait pu ressentir le bloquait totalement. Mais, quand Aki vint l'embrasser, il gigota légèrement, tout en prolongeant encore une fois le baiser.
Et il se bloqua à nouveau, jusqu'à ce que son vis-à-vis vienne faire différentes formes sur son ventre. Là, il était sur le cul ! Avoir le droit à de telles caresses de la part de cet homme le surprenait à un plus haut point, mais il resta silencieux et le regarda faire, en frémissant.

Il regarda ailleurs lorsqu'il se détacha complètement de lui, et se perdit un peu dans ses pensées. Ce ne fut pas long, puisqu'il revint automatiquement à lui quand le Blond lui présenta son paquet de cigarettes. Rien de mieux qu'une cigarette après avoir fait l'amour, il l'avait toujours dit, sauf que pour une fois, il avait presque oublié. Il se l'alluma, et se remit totalement des événements grâce à sa drogue. Quel plaisir de pouvoir fumer pour de bon... Jusqu'à ce qu'Aki le prenne contre lui.

Il aurait bien fumé une deuxième cigarette, mais il n'allait pas en avoir le plaisir. Au fond, n'était-il pas mieux contre lui ? Mais... Mais qu'est-ce que c'était un vrai câlin ? Il resta contre lui le temps qu'il semblait juste, et se retira de ses bras. Il sentait que le Blond n'avait pas non-plus l'habitude, et cela le rendait davantage mal. Il n'était pas très affectif, et même si c'était là, son souseiji, ça allait mettre beaucoup de temps à venir.
Depuis quand n'avait-il pas reçu d'affection exactement ? Ou depuis quand ne supportait-il plus ça ? Il savait que ça avait rendu malheureux certains qu'il refuse toute affection, et c'était rien par rapport à ses crises quant aux compliments. Lui, magnifique ? Non, c'était faux. Comment un être aussi abject tel que lui pouvait l'être ? Il ressemblait à sa mère ? C'était faux ça aussi. Il ne pouvait pas ressembler à quelqu'un d'aussi chaleureux, et sublime que sa mère. Il prit sa tête entre ses mains alors que toutes ses mauvaises pensées l'assaillaient tout d'un coup. Pourquoi ? Il avait après tout accepté ce compliment sans aucun souci tout à l'heure.
Il fallait penser à autre chose... Mais à quoi pensait-il déjà pour se calmer, dans ces moments-là ? Il alla vers le fond du lit, dos à Aki, et se mit à respirer plus lentement. Il ne fallait pas que ça aille plus loin, surtout pas aux côtés de son souseiji.

Calmé, il s'enroula dans l'un des draps, et regarda Aki.

« Il est encore tôt. Tu es fatigué, toi ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Sam 15 Sep 2012, 20:34

Ce câlin avait un étrange goût amer. Outre le fait qu'Aki l'eut apprécié, il semblait y avoir un malaise entre Hiro et lui. Il n'avait pas l'habitude de donner de l'affection à quelqu'un, ni même d'en recevoir d'ailleurs, alors peut-être s'était-il trompé et avait-il mal fait ? Cela était bien possible, cependant, il ressentait qu'il y avait autre chose ; peut-être bien qu'Hiro n'en avait pas non l'habitude, des câlins. Et lorsque que l'étreinte de se rompit entre eux, Aki eut l'impression de sentir son cœur se serrer, pas de bonheur cette fois-ci comme quelques minutes auparavant, mais d'un sentiment bien différent, qu'il ne pensait pas (encore) connaître ; il goûtait à l'instant même à cette nouveauté, mais sans doute n'était-ce pas une chose dite bonne.

Il ne bougea pas et laissa le beau brun se tourner et ne plus lui faire face. Il ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait, ce qu'il leurs arrivait au final. Dans son esprit à lui, il vacillait entre le désir de connaître la raison pour laquelle Hiro agissait de la sorte et le désir de ne pas chercher quoi que ce soit. Ils venaient de passer un bon moment, était-il tout bien réfléchi le seul ? Il rencontrait une part d'égoïsme en son interlocuteur ; c'était comme s'il lui avait remis des sentiments non-désirés, car trop incompréhensibles, sur le dos, dans la tête, dans le cœur. Il lui en voulait de ne pas savoir gérer ses émotions et les faire ressurgir à n'importe quel instant.

Aki eut un long soupir, agacé et blasé, il se releva pour enfiler un bas de pyjama, faisant plusieurs pas de long en large dans sa chambre, jetant de petits coups par intermittence au garçon face contre le mur. Était-il si magnifique à contempler celui-là ?! Le blond ne possédait nullement l'envie de frapper Hiro, à vrai dire il n'en savait trop rien. Peut-être que si finalement, ou peut-être pas. Perdu et énervé, contre Hiro ou contre cette malédiction ?

A la question, qui lui parût posée si innocemment, de son soseiji, le jeune homme revint vers lui et l'obligea de force à le regarder dans les yeux. Il tenait son menton dans sa main et son regard s'ancra dans le sien. Ce n'était pas de l'interrogation qui pouvait se lire à l'intérieur, mais pas non plus un regard noir et profond. Il le fixait fermement, avec conviction, sans jamais répondre à sa question verbale. Il ne lui donnerait d'ailleurs aucune réponse, car il le relâcha, se relevant à nouveau pour reprendre son paquet de cigarettes et son briquet avant d'ouvrir la fenêtre pour sortir sur le petit, et unique, balcon de son appartement.

Il partit s'appuyer contre la rambarde, passa une main dans ses cheveux en bataille et leva la tête vers le ciel. Il ferma les yeux un court instant, respirant une longue bouffée d'oxygène pour se changer un peu les esprits et oublier ce qu'il venait de se passer, il faisait du mieux qu'il le pouvait j'en conviens bien. A la base sortit pour manger rapidement quelque chose et aller se défouler avec - sur - ses « amis », il était revenu bien accompagné chez lui. Un jeune homme mystérieux aux réactions plutôt étranges par moment et toute une histoire de soseiji sur le dos. Pour une fois qu'Aki ne cherchait pas d'ennuis, voilà qu'il s'en revenait avec de beaux soucis flambants neufs.

Il avait envie de parler avec Hiroyuki, en vérité, il devait lui parler, lui poser d'incalculables questions qu'il se posait lui-même ; peut-être aurait-il la réponse lui ? Mais cette sensation qu'il avait ressentit à peine quelques minutes plus tôt, ce sentiment de bien-être subitement arraché et remplacé par quelque chose qu'il ignorait, mais qu'il présageait comme mauvais, lui avait complètement lessivé le cerveau. Il se sentait si aisément manipulable, contrôlable ; et il n'aimait pas ça, pas ça du tout. C'était lui qui devait contrôler et savoir quoi faire, quand, mais désormais, il se doutait bien qu'il allait pertinemment devoir se plier aux émotions de son compagnon, et cela le déstabilisait grandement. Partager une chose si forte avec une personne qu'il ne connaissait qu'à peine - certes apprendrait-il à la connaître au fur et à mesure que leur relation avancerait - lui donnait cette idée de perdre les pétales et il ne parvenait pas à bien cerner tout ce qui se passait dans son esprit, dans son corps.

Rouvrant les paupières, le jeune intérimaire laissa un soupir s'échapper de ses lèvres à demi-closes. Il fixa quelques secondes le paquet de cigarettes qu'il tenait dans sa main et il n'y toucha pas, il n'en avait franchement pas envie et il doutait que cela l'aiderait à aller mieux, à savoir comment gérer tout ce qui lui tombait dessus si soudainement. Ce fut en entendant des bruits derrière lui qu'il se retourna pour se retrouver nez-à-nez avec Hiro et Aki ne prit pas quatre chemin pour l'empoigner fermement par le bras et le coller contre la fameuse rambarde en acier.

« Tu vas m'écouter maintenant Hiro, OK ? Je suis peut-être pas le meilleur soseiji, ou même celui dont tu rêvais, mais voilà, manque de chance, t'es tombé sur moi et va falloir faire avec, déclara-t-il en le regardant droit dans les yeux, va pas falloir que tu me refasses un coup comme là et me dis pas que tu comprends pas, ça va me gonfler et je peux partir direct. J'ai l'impression d'être dans un gros délire, un gros délire où t'es aussi dedans, alors me complique pas la tâche tu vois ? continua-t-il en le relâchant finalement, je veux pas te faire de mal, mais m'en fais pas toi non plus. Si t'as besoin de parler, je t'écoute, mais fais pas ton égoïste Hiro, je supporterais pas longtemps. »
Les choses étaient bien mises au clair, et peu lui importait qu'Hiro soit d'accord ou pas. Ils avaient l'obligation de partager leurs sentiments, leurs émotions, toutes et sans distinctions possibles, alors autant faire de leur mieux pour ne pas trop se perdre et oublier qui ils étaient indépendamment l'un de l'autre.

Aki n'étant pas non plus une personne ignoble, esquissa un léger sourire, se voulant rassurant, attrapa la main du brun et y colla son paquet de cigarettes avec son briquet tandis qu'il retourna à l'intérieur. Il se servit un verre d'eau, le but et en prépara un pour son camarade. Il ne revint pas tout de suite le voir, préférant le laisser lui aussi réfléchir à tout ce qui se passait d'irrationnel depuis qu'ils s'étaient rencontrés cette soirée-là. Il le regardait de dos, admirant sa silhouette agréable, avant de se décider à revenir sur le balcon.

« Tiens, lui dit-il en lui tendant le verre d'eau fraiche, ça te fera du bien. »
Il n'ignorait pas le fait qu'Hiro devait très certainement du avoir un passé difficile, mais le sien non plus n'était pas des plus faciles à porter. Il n'en était vraiment pas fier et parfois, en y pensant à nouveau, il ne portait que de la haine dans son cœur. De la haine envers sa mère, envers son père inconnu, mais également envers lui-même. Il se pencha dans le vide, mais n'aperçut rien ni personne qui traversait la rue. Il n'y avait absolument rien, que le silence de la nuit, Hiro et lui. Juste ça, juste eux.

« Ça fait longtemps que t'es sur l'île toi ? l'interrogea-t-il, brisant alors ce silence, ça fait dix ans pour moi... »
Il eut un drôle d'effet en prononçant cela. Dix ans, déjà dix ans - seulement dix ans ? - qu'on l'avait débarqué sur cette île étrange ; sauf si c'était les gens qui y habitaient qui la rendait étrange.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Dim 16 Sep 2012, 12:07

Quand il sentit enfin les répercussions que le fait qu'il se soit détaché d'Aki eut sur lui, il s'en voulut, et eut encore plus de mal à avoir le courage de se retourner face à lui. Mais, après tout, qu'y pouvait-il ? S'il était resté dans ses bras, il aurait fini par se sentir encore plus mal, et cela aurait rendu encore plus mal son souseiji. Autant penser comme ça, autant se dire, qu'au fond, il avait bien fait. Malheureusement, cela ne le convint pas assez, surtout parce que désormais, sa vie avait pris un autre grand tournent, avec toute cette histoire.
Maintenant, il n'était plus tout seul. Maintenant, il devait faire encore plus attention à ses faits et gestes. Sinon, ça n'irait pas, et tous les deux n'allaient pas réussir à s'entendre. Or, ce n'était pas ce qu'il voulait ! Au contraire, il voulait s'entendre à merveille avec Aki, et pouvoir apprendre à le connaître, ainsi que lui parler de ce qu'il était, lui. Peut-être étaients-ils trop différents... Est-ce que ça irait ? Voilà que sa peur refaisait surface...
Cette peur allait tous les deux les bouffer s'ils ne faisaient rien, aucun effort. Mais, c'était plus facile à dire qu'à faire. Devoir dire à chaque fois ce qui ne va pas revient à raconter directement chacun leur vie privée. Ou du moins... Seulement pour lui. Il regarda le Blond, se demandant comment il faisait, lui, pour rester aussi "neutre", si on pouvait dire ça comme ça. Il l'enviait. Au moins, il pouvait encore lui cacher son passé.

Oh, il le sentait. Il le sentait de plus en plus, tout ce que son comportement soudain avait pu éveiller en Aki. C'était assez effrayant mine de rien, peut-être surtout après ce qu'ils venaient de faire tous les deux. Alors, il avait tout gâché ? Ce si bon moment n'en était plus un, car la suite se passait mal ? Il eut envie de s'excuser, mais une boule s'était formé au creux de sa gorge, l'empêchant de parler. Rester silencieux, et souffrir en silence, encore, encore plus. « Je suis désolé... », pensa-t-il, ses yeux se perdant dans le vague.
Un soupir. Un soupir qui en disait long. Non... Non, pourquoi avait-il fallu qu'il réagisse ainsi ? Il avait vraiment tout gâché, et maintenant, Aki était énervé contre lui. Et il ne pouvait rien faire... Il était faible. Trop faible. Penser faire des efforts ne le bougeait pas, mais il avait l'impression que quelque chose le retenait sur place. Il était cloué au lit à cause de sa peur, et le découvrir enfin, le fit déglutir.
Pendant ce temps-là, il sentit qu'Aki bougeait à ses côtés, alors il lui jeta quelques coups d'oeil discrets. Cette expression sur son visage... Il y lisait tout ce qu'il avait pu ressentir en lui, toutes ces émotions tristes et colèriques. Tout ça par sa faute...

« Agis ! Agis ! », pensa-t-il à nouveau, mais rien à faire, il était complètement bloqué. Il n'avait vraiment que des défauts. Aucune qualité, rien. Rien du tout. Comment pouvait-on le supporter ? Comment pouvait-on aimer un homme comme lui ? Les larmes lui montèrent aux yeux, et il eut tout juste le temps de les ravaler. « Un homme ne doit pas pleurer. Un homme qui pleure est un bon à rien. »

Ce ne fut seulement qu'après qu'Aki vienne le regarder droit dans les yeux, son menton entre sa main, qu'il parvint à calmer peu à peu toutes ses émotions néfastes, le débloquant. Ce regard ancré au sien... Il s'y perdit, et mis du temps à s'en remettre, même après que son souseiji soit parti sur le balcon. Là, il gigota un peu, pour se remettre de ce qu'il venait de se passer, et regarda de loin, cet homme qu'il voyait de dos. Il en avait quand même de la chance d'être tombé sur lui, et pas un autre.
Et puis, après tout, ils avaient quand même passé de bons moments avant, alors celui-ci n'y changera rien. Il réussit à se convaincre à peu près que ça allait finir par s'arranger. Si Aki ne se bougeait pas, lui, il se bougerait.
Il continua à l'observer, et comprit que ce serait lui qui viendrait le voir, pas le contraire. Ses faits et gestes venaient de le confirmer, alors c'était peut-être pour ça qu'il était encore assis au bord de son lit. Il attendait sagement. Ressentant encore de nouvelles émotions de la part de son souseiji, et comprenant pourquoi il était en colère contre lui. Avant qu'il ne se détache de lui, celui-ci contrôlait tout, et désormais, par sa faute, il avait perdu le contrôle. Il n'était donc bien que quand les choses allaient à son rythme ? Il aurait du donc rester dans ses bras ? Surtout, que lui, ça ne le gênait pas d'être aussi aisément manipuler. Au contraire, il avait été rassuré que ce soit Aki qui prenne les choses en main. Il l'avait laissé faire, conscient. Pourquoi avait-il donc changé la donne ? Mais il comprenait un peu plus pourquoi il attendait, ici, pour que le Blond reprenne véritablement les choses en main. Tout allait bientôt être remis en ordre.

Pourtant, entendre Aki soupirer à nouveau le fit se lever pour qu'il aille se placer derrière lui. Il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit qu'il se retrouvait plaqué contre la rembarde. Elle était froide cette dernière, mais cela lui fit du bien. Ce fut un peu comme une douche froide. Il écouta sagement les paroles de son souseiji, le laissa déverser toute sa colère sur lui, et baissa automatiquement la tête quand il eut terminé.
Il avait raison, il avait fait son égoïste. Mais ce n'était pas nouveau. Il était égoïste, ou il le jouait depuis bien longtemps, sauf que ça n'avait pas marché longtemps avec Aki. Désormais, il allait devoir aussi penser à lui, il le savait, et donc, voilà où ils en arrivaient. Il devait lui dire pourquoi il s'était ainsi senti aussi mal, et cela le bloqua un peu à nouveau. Parler... Se confier... Il ne l'avait jamais fait. Pourquoi ? Parce qu'il n'avait jamais jugé utile de le faire. Parce qu'il pensait que ça ne regardait que lui. Alors pourquoi devrait-il quand même en parler, même si le Blond ressentait ses émotions ? Il secoua la tête, et parvint à se dire que de toute façon, il n'avait pas le choix, qu' il allait bien devoir lui en parler à un moment ou à un autre.

Il releva la tête, prêt à parler, mais avant qu'il ne le fasse, il eut le droit à un sourire de la part d'Aki, et celui-ci plaça son paquet de cigarettes et son briquet dans sa main. Quelle douce attention de la part d'un homme qui était à la base violent... Il le remercia d'un signe de tête, et le regarda retourner à l'intérieur. Il se retourna face à la rembarde, et s'alluma une cigarette. Il contempla le ciel le temps que le Blond revienne auprès de lui, avec un verre d'eau. Il le but, alla le poser dans sa chambre, sur sa table de chevet, y mettant au passage le paquet de cigarettes et le briquet dont il n'avait plus besoin, et rejoignit Aki.
Il termina sa cigarette, la savoura, et regarda ce dernier faire. Il fut surpris d'apprendre que cela faisait aussi longtemps qu'il était sur cette île, alors que lui, ça ne faisait que quelques mois. Alors il y en avait qui vivait ici depuis tellement longtemps ?

« Moi... Moi, ça ne fait que quelques mois. »

Et donc, maintenant, il devait lui raconter la vérité, n'est-ce-pas ? Il prit une grande inspiration, s'appuya contre la rembarde, et rejetta la tête en arrière. Il pouvait déjà commencer par lui raconter juste pourquoi il avait agi ainsi.

« Tu... Tu vas peut-être trouver ça... Etrange ?... Bête ?... Je ne supporte pas l'affection... Disons... Les câlins surtout... Et... Et... Je ne supporte pas les compliments. Tout ça... Tout ça me fait perdre la tête, et généralement, quand ça m'arrive, je fais de violentes crises. Pourquoi ? Eh bien... Ma mère est morte quand j'étais au collège. ... Puis, tout s'est écroulé. »

Écroulé. Détruit. Plus que deux personnes. Plus que ce père fou et alcoolique. Et plus que lui, complètement détraqué.

« ... Je ressemble énormément à ma mère... Mais je ne l'accepte pas. Je n'accepte pas qu'on puisse me comparer à une telle femme. »

Il le regarda, et se mit face à lui. Il glissa une main sur son torse, et ses lèvres à son oreille. Et en plus d'être détraqué, cet homme commençait à le rendre fou. Était-ce de l'amour ? Ou autre chose ? Il ne savait rien, et il n'avait jamais été amoureux. En tout cas, être auprès de lui devait l'apaiser pour qu'il ait réussi à se calmer aussi facilement l'instant d'avant. Aki était peut-être la solution à tout...

« Je suis détraqué... Et je... Je suis en train de devenir fou à cause de cette histoire... »

Il se détacha de lui, ancra son regard triste au sien, et baissa la tête en retournant s'appuyer contre la rembarde. Il se laissa glisser tout le long, pour se retrouver assis par terre, et prit sa tête entre ses mains. Puis, il explosa en sanglots. Ses larmes coulèrent à flots le long de ses joues, alors qu'il glissait ses mains sur sa gorge, comme prêt à s'étrangler lui-même. Cette boule le bouffait. Il ne s'était pas passé grand-chose, mais assez visiblement pour qu'il craque. Parler de son passé avait peut-être ravivé grandement sa douleur... Pourtant, il y pensait assez souvent à ces choses-là. En parler était peut-être différent... Et cela faisait combien de temps qu'il n'avait pas pleuré ? Une éternité. Il avait honte de pleurer ainsi devant son souseiji... Il était si faible. Il se recroquevilla un peu plus sur lui-même, et essaya de se calmer, en vain.

Est-ce qu'Aki pourrait réellement le sauver ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Ven 21 Sep 2012, 23:52

Quelques mois à peine que se trouvait Hiro sur cette île tandis qu'Aki en possédait bien une dizaine au compteur. Le temps lui avait paru à la fois si long et si court... Long dans le sens où ses premiers mois "d'adaptation" ne furent pas des plus faciles, et court car finalement il avait grandi ici, en si peu de temps... Il en était bien à penser que sa vie sur cette île maudite avait été peut-être meilleure que celle qu'il avait vécu précédemment. Après tout, le blondinet avait eu un père absent, il ne l'avait jamais connu, et une mère qui se prostituait sous ses yeux d'enfant à l'époque. Il avait commencé par haïr son père de n'avoir pas eu le courage de se montrer, de l'élever et d'aider sa mère à ne pas tomber dans la débauche, puis il avait haï toutes ces personnes qui passaient sur le corps de sa génitrice sans le moindre scrupule et finalement, elle aussi il l'avait haï. Elle était incapable de s'occuper de lui, elle n'avait jamais remarqué ses besoins, ses envies. La seule chose à quoi elle était bonne, c'était venir le chercher au poste de la police lorsqu'il s'entraînait dans des histoires pas nettes avec sa bande d'amis. Il ne lui devait absolument rien, il était parfaitement conscient que même s'il ne le montrait pas, au fond de lui il y avait ce mal être qui vivait et qui lui chuchotait secrètement que c'était cela qu'il lui manquait à sa vie... mais c'était ainsi, et puis c'était tout. Il n'y avait aucune raison de fouiner pour dénicher une quelconque réponse à tous les questionnements qu'il avait pu se poser ; il n'en avait désormais plus grand-chose à faire, et puis, il se doutait bien qu'il lui était impossible de quitter cet endroit mystérieux. Partir d'ici pour aller où... Son chez lui c'était sur cette île à présent, il devait s'y faire.

Il passa une main dans ses cheveux, tournant son visage vers son interlocuteur, l'écoutant sagement parler. Il n'acceptait donc ni les marques d'affection, ni les compliments. Dans un sens cela ne gênait pas plus Aki que cela, car lui non plus n'en était pas particulièrement friand, même si, parfois, il lui arrivait de se montrer un peu câlin et doux avec ses copains. Il comprit ainsi pourquoi Hiro n'avait pas spécialement apprécié son geste quelques minutes plus tôt. C'était une raison comme une autre, certes, et un sentiment envahi tout à coup le blond. Blessé fut l'unique mot qui lui monta à l'esprit pour désigner son camarade. Il ressemblait à un animal blessé, craintif vis-à-vis de tout ce qui l'entourait à cause d'une mauvaise expérience de la vie. Un animal qui osait à peine pointer le bout de son nez pour respirer l'air frais.

La main du brun sur son torse le fit légèrement frissonner et il soutint son regard durant plusieurs secondes, silencieux quant à ce qu'il venait de lui déclarer. Cela ne devait pas être simple pour lui de se livrer de la sorte, mais si cela pouvait les aider tous les deux à aller mieux, à réussir à mieux gérer étrange relation qui les liait, alors qu'il continue de le faire, Aki était totalement prêt à l'écouter des heures durant. Le faire parler de son passé, le libérer d'un espèce de poids invisible qu'il semblait porter sur ses épaules ; voilà ce qu'il espérait parvenir à faire. Evidemment, cela était dans son intérêt à lui pour ne pas ressentir trop les émotions de son soseiji, par peur finalement de ne pas savoir se contrôler lui-même, mais cet égoïsme certain n'en était peut-être pas entièrement un car cela permettrait à Hiro de se sentir mieux. Chacun y trouvait son compte tout bien réfléchi.

En l’espace d’une fraction de seconde, une étrange paix s’instaura dans son cœur, comme jamais il n’avait ressenti cela auparavant. Il se sentait terriblement bien, un peu trop même, et cela ne lui paraissait pas réel. Quelque chose se préparait, on lui soufflait des mots à l’oreille, ça n’allait pas poursuivre. Après le calme, vient la tempête et, en effet, cela fut le cas. Ses sentiments se firent à nouveau chambouler, pousser, dévaster. C’était puissant, si puissant qu’il en eut mal au cœur et tandis qu’il tentait de ramener ses battements cardiaques à un rythme normal, le brun se baissa, sanglotant durement. Aki inspirait et expirait de grosses bouffées d’oxygène, faisant de son mieux pour ne pas céder sous ces émotions qui affluaient en masse dans son esprit, dans son corps. Tout le mal présent chez son compagnon, il lui parut alors se le prendre de plein fouet. Son passé lui causait-il autant de douleur ? Comment était-ce possible de parvenir à les contenir depuis tant de temps ? Le blond n’en pouvait déjà plus, il allait craquer.

Détraqué. Evidemment qu’il l’était, mais il était loin d’être le seul.

Aki secoua le visage pour remettre un peu toutes ses idées en ordre et il reporta son attention sur un Hiro pleurnichant. Compatir ? Hors de question. S’il compatissait à son chagrin, Aki savait pertinemment que le jeune homme ne ferait que s’apitoyer encore davantage sur son sort. Il devait le secouer, lui prouver que ce n’était pas en déversant toutes les larmes de son corps que les choses bougeraient. Il s’agenouilla donc à sa hauteur et attrapa avec une certaine force, une certaine conviction, cette tignasse brune pour la tirer en arrière.

« Tu comptes chialer comme ça longtemps ? »
Il esquissa un semblant de sourire.

« T’as l’intention de me faire partager toute ta merde ? Je veux bien que tu me parles, que t’aies un passé difficile, mais arrête quoi. Sincèrement, arrête. C’est… C’est même pas de la pitié que j’ai pour toi, c’est d’la honte Hiro. »
Il se radoucit et le relâcha, tiquant, agacé. Aki se releva, croisant les bras sur sa poitrine, il inscrivit son regard dans le sien, lui communiquant aisément son énervement. Il fallait réellement qu’il soit ainsi, le blond ne le supporterait pas longtemps. Il faisait de gros efforts pour tenter de le comprendre au moins un minimum, histoire de faciliter cette sorte de « cohabitation sentimentale » forcée et lui se permettait de laisser vagabonder ses émotions à son aise. La colère du blondinet semblait revenir au triple galop, n’ayant aucunement l’envie de perdre son temps à jouer à la nourrice en consolant l’autre garçon.

« T’es un homme à c’que je sache non ? reprit-il sans ciller, alors tu sèches tes larmes et tu te bats. Te laisses pas bouffer comme ça. »
Non Hiro, te laisses pas bouffer comme ça, car moi aussi je finirais par être bouffé également. Et il ne le souhaitait pas. Lui tenait les cartes de sa vie en main depuis quelques années déjà et il ne pardonnerait pas à ce brun charismatique s’il venait tout saccager, même s’il le faisait sans en avoir conscience.

Pleurnicher ne lui servirait à rien. Il fallait agir et ne pas se laisser abattre par les évènements qui arrivaient, aussi difficiles qu’ils puissent l’être. Cela Aki l’avait parfaitement compris, peut-être même un peu trop d’ailleurs, et sa coquille s’était formée de cette façon là. Il préférait ne rien l’atteindre plutôt que de ne pas savoir comment contrôler ses émotions ; à l’instar du moment présent. Il perdait complètement pieds et ignorait ce qu’il pouvait faire. Il prévenait certes Hiro, mais timidement ce message s’adressait tout autant à lui-même.

Ses mots pouvaient passer comme durs, mais il s’en moquait. Il voulait le faire réagir, qu’il ait un déclic qui lui ferait prendre conscience qu’il n’avait pas de raison de se pourrir la santé et la vie à ressasser tout ce qu’il détestait. Ce qui était terminé, était terminé, on n’allait pas chercher midi à quatorze heures.

« Frappe-moi. »
Aki déclara tout à coup cela, son regard planté sur son soseiji toujours assis au sol, des larmes perlant encore sur ses joues. Quelle vision pathétique... pourtant.

« T’es magnifique, Hiro. » débita-t-il.
Le provoquer pour le bouger un peu, voilà la seule idée qui avait germé dans ses songes. Il ne savait pas encore si cela fonctionnerait, mais cela ne lui coûtait rien de prendre la peine d’essayer. Hiro avait le droit de frapper Aki, autant qu’il le souhaitait, même si lui aussi ressentirait la douleur des coups. Le soulager, lui montrer qu’il n’avait pas le droit de faire remonter toutes ses mauvaises choses que ce soit là, ou plus tard. Un homme ne pleure pas, un homme se bat ; c’était ainsi que le blond voyait la vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mer 31 Oct 2012, 20:54

En fait, il était arrivé en début sur cette île, alors que la neige faisait encore ravage presque partout au Japon. Il avait comme seul souvenir d'avoir trouver le sable beau sous la neige, et de l'avoir contemplé un long moment, un léger sourire aux lèvres. Il avait pensé qu'ici, il pouvait recommencer sa vie, puis il s'était traité de lâche. Au fond, ce n'était pas ce dont il avait réellement envie, recommencer sa vie... Il avait juste envie de retrouver sa mère, sauf qu'elle n'était plus de ce monde, et lui, il n'avait jamais eu le courage de mettre fin à sa vie. Peut-être par peur que son père en fasse autant après, alors qu'il le déteste déjà depuis tant d'années. Qui savait ce qui pouvait arriver aussi au delà du ciel et de ses innombrables nuages...
Alors, au final, il avait juste suivi le conseil du médecin en venant sur cette île. On lui avait dit qu'il était malade, et qu'il devait partir au plus vite là-bas, alors soit, il avait accepté automatiquement. Il savait qu'il l'avait fait pour fuir son géniteur, pour sa propre sécurité, alors à bien y repenser, il était à tous les coups pire qu'un égoïste. Il se demandait encore quelques fois si son père était encore en vie, et malgré tout, il l'espérait. Lui, désormais, il ne vivait pas forcément une vie plus paisible qu'il ne vivait à Tokyô, mais il s'y sent quand même un peu mieux. Peut-être était-il simplement en train de croire qu'être ici le guérissait, et qu'un jour ou un autre, il rentrerait.

Aki l'avait écouté, sagement, sans rien dire, alors, tandis qu'il continuait à pleurer comme un pauvre enfant de six ans, il se demanda s'il n'aurait pas mieux fait de lui déballer tout son passé douloureux. Ainsi, il n'aurait eu plus rien à lui dire par la suite, mais il ne savait pas s'il était capable de le faire à cet instant précis, surtout dans l'état dans lequel il était. Peut-être serait-ce mieux d'attendre encore, d'attendre que son souseiji lui pose lui-même des questions. Il lui répondrait, il ne pourrait pas ne pas lui répondre. De toute façon, plus les minutes passaient, plus il se sentait mal, et même si l'air frais lui fit du bien, il avait du mal à reprendre une respiration correcte. Il inspira, il expira quand même, car après tout, peut-être que le Blond allait prendre cette réaction mal.
Il se devait d'aller mieux, car il avait senti qu'à ses côtés, son souseiji s'était baissé puisqu'il devait à son tour se sentir mal, après avoir ressenti toutes ses émotions. Il voulut s'arracher les cheveux, crier, et s'excuser un millier de fois pour tout le mal qu'il lui faisait, sans même le vouloir. Bien évidemment, il ne bougea, et essaya plutôt de continuer à se calmer. Il s'excuserait après, et peut-être qu'Aki lui pardonnerait...

Ce lien... Ce lien était quand même une mauvaise chose.

Aki ne mit que peu de temps à se remettre de tout ce qu'il avait ressenti à cause de lui, et attrapa ses cheveux pour les tirer en arrière pour qu'il puisse ancrer son regard au sien. Qu'il réagisse ainsi ne l'étonna pas, mais cela lui fit quand même mal. Il n'eut pas aussi mal que la douleur présente à l'intérieur de lui, alors au fil des minutes qui passaient, cette autre douleur s'estompa. Il le regarda, renifla de façon élégante, et détourna finalement le regard en se mordillant la lèvre inférieure. Oh, il lui en voulait... Il le sentait, alors sur le coup, il se crispa légèrement.
Des mots. Des mots vulgaires. Ceux-ci, il se les prit de plein fouet, et eut beaucoup de mal à ne pas se mettre à pleurer encore plus. Pleurer encore plus serait donner raison à son souseiji, et ça, il ne le voulait. Il reporta son attention sur lui, et soutint cette fois-ci son regard, même si ce fut avec beaucoup de difficultés.
Comment avait-il osé craquer ? Comment avait-il osé laisser tout ça ressortir alors que tous les deux se connaissaient à peine ? Il venait de faire souffrir cet homme pour qui il éprouvait déjà un bon nombre de sentiments inconnus. Comment allait-il réparer son erreur ? Qu'allait-il faire pour se faire pardonner ? Le supplier ne suffirait pas ! Pour un tel homme tel qu'Aki, il en fallait beaucoup, voir énormément, et ce semblant de sourire le confirmait. Il déglutit, et s'apprêta à lui répondre, mais referma la bouche lorsqu'il le relâcha.

Il garda son regard sur lui jusqu'à ce que le Blond lui communique encore plus son énervement. Oui, il avait compris qu'il avait fait une erreur, et il ne recommencerait plus. Quelle drôle de situation quand même... Là, il avait juste eu l'impression d'être davantage un enfant, et Aki son père. Il en aurait bien ri, mais l'ambiance ne le lui permettait pas.
Un homme... Il sourit de manière ironique, et sécha ses joues, car ses larmes avaient enfin cessé de couler. Il voulait bien se battre, mais avec quelle force ? Il était faible, et l'avait toujours été. Il avait essayé maintes fois d'apprendre à être fort, mais, malheureusement, ça n'avait pas marché. Faible un jour, faible pour toujours. Pourtant, n'allait-il pas devoir apprendre à l'être pour de bon avec le Blond ? Il le regarda à nouveau, et répondit positivement à sa question dans sa tête. Peut-être qu'après tout pour cet homme, il en serait capable.
A penser de cette manière, il allait finir par croire qu'il était réellement tombé amoureux d'Aki, mais pour l'instant, il ne préférait pas y croire. Le lui dire, qui plus était, serait sûrement de trop pour lui. Il ne voulait pas devenir un poids pour lui, déjà qu'il l'était en ce moment même. Il ne le serait plus pour très longtemps, car il avait bien fini par réussir à se calmer, alors bientôt, il irait mieux.

« Frappe-moi. », lui dit Aki, alors il braqua totalement son regard sur lui, presque choqué. Mais il le fut encore plus lorsqu'il osa, cette fois-ci, lui faire un nouveau compliment. Pourquoi faisait-il cela ? Qu'espérait-il en le provoquant ? Hiroyuki n'était pas sûr que cela l'aide en quoi que ce soit... Son coeur lui fit à nouveau mal, et malheureusement pour lui, tous ces mauvais souvenirs remontèrent encore à la surface. Non, non. Il n'était pas magnifique. Il était d'une mocheté execrable !
Il se releva, et plaqua le Blond contre la rembarde. Il ne le regarda pas, commençant à son tour à bien être énervé que son souseiji ose le provoquer, et pourtant, il savait que c'était pour le faire réagir. Pour lui faire du bien. Mais il ne voulait pas faire de mal à cet homme, il lui en avait déjà fait assez. Mais est-ce qu'il saurait se contrôler ? Il attrapa sa tête entre ses mains, et sentit que sa colère s'accroitrait. Aki aurait du mesurer ses paroles... Il détestait qu'on le voit de cette manière.

« Pourquoi... Pourquoi tu me provoques de cette manière ?! Je t'interdis ! Je t'interdis de me dire de tels mots ! Je t'ai déjà fait assez de mal... Es-tu stupide ?! »

Un premier coup, mais c'était parti tout seul. Il avait mis un violent coup de poing à Aki au visage, et voir sa lèvre s'ouvrir, et se mettre à saigner le cloua sur place. Il ressentit lui aussi la douleur, mais il eut surtout mal d'avoir lui-même mis un coup à son souseiji. Il aurait très bien pu se remettre à pleurer, mais il se retint, et frappa plutôt à la place Aki. Il s'énerva fortement contre lui, criant de temps en temps, et le traitant encore d'être humain stupide.

« Je me plains, je pleure, et alors ?! Qu'est-ce que ça peut faire qu'un homme tel que moi pleure ?! Tu as honte, c'est ça ? Alors il ne fallait peut-être pas venir me parler finalement... Car oui, moi, je suis un homme faible. Je ne ressemble à rien, je ne suis qu'un pauvre bibliothécaire. Mais tu t'attendais à quoi, hein ?! Il ne fallait pas rêver non-plus... Je ne suis même pas capable de faire ce que je veux vraiment faire. Mes rêves... Tout est parti en fumée... Et toi après, tu me dis que je ne suis pas un homme ?! EH OUI JE N'EN SUIS PAS UN ! »

Et un autre coup. Il se recula, se mit à rire nerveusement, et s'accroupit en reprenant sa tête entre ses mains.

« Je raconte vraiment n'importe quoi... Tout ça pour me faire passer pour quelqu'un de bien... Je suis pitoyable... Mais tu sais... Moi, je t'aime bien... Tu es quelqu'un de bien... »

Murmura-t-il. Il se redressa, le regarda, et lui mit quand même un dernier coup. Il était encore énervé, mais il se sentait quand même, désormais, mieux. Il cria un bon coup, et s'étira les bras. Il avait mis Aki dans un sale état quand même, et il se demandait comment il allait réagir maintenant. Il n'osa pas le toucher à nouveau, de peur de lui faire encore plus mal. Pourtant, au bout de quelques minutes, il glissa son doigt sa lèvre, et y enleva le sang qui avait coulé. Puis, il s'approcha de lui, et l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Murasaki Akihiro
♦ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 29
Avatar : Mao (Sadie)

Brièvement : 26 ans, carreaux, Aki, homosexuel, célibataire
Activité : En intérim

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Dim 11 Nov 2012, 23:37

Le complimenter pour le provoquer, c’était exactement cela le plan du blond. Il avait très vite compris que le brun n’aimait ni les marques d’affection, ni les compliments ; alors rien de mieux pour le faire réagir et le bouger un peu. Il lui avait dit de le frapper, comme ça, catégorique, mais Aki ne s’était pas réellement attendu à cette réponse-là et bien qu’il fut surpris de se retrouvé plaqué contre la rambarde de son balcon, il se sentait fier d’être parvenu à faire monter la tension d’un cran entre eux deux. La colère du brun semblait démesurée et le coup suivant ses paroles n’étonna cette fois-ci pas tout à fait l’intérimaire.

Un sourire étira même ses lèvres et ce fut grâce à cela qu’il sentit sa lèvre qui saignait. Cela lui picotait un peu, mais il avait plutôt bien encaissé ce premier coup, se préparant aux prochains, car il y en aurait obligatoirement d’autres vu la lancée dans laquelle était parti Hiro. Celui-ci avait compris que son sôseiji avait cherché à le provoquer ; et cela avait fonctionné à merveille. Etait-ce pour cette raison que sa colère ne faisant que croître tant et plus ? Il devait savoir qu’Aki avait raison de ce qu’il lui avait dit plus tôt, mais il n’en faisait qu’à sa tête, ne cherchant en rien à se sortir de ses maux.

Aki se fit de nouveau frapper, accueillant les coups sans broncher, comme s’il n’eut été qu’une vulgaire poupée en chiffon que l’on pouvait manier à sa guise. Il bouillonnait également en son for intérieur, se demandant comment quelqu’un avait pu en arriver au stade du brun. Tous les mots qui sortaient de sa bouche percée n’étaient que des insultes envers lui-même. Si Aki avait honte de lui ?... La question ne devait pas se poser ainsi, mais plutôt : Hiro n’avait-il pas lui-même honte de la personne qu’il était ? Il déclarait tout d’abord être un homme, faible, certes, mais un homme, pour finir par se contredire et hurler qu’il n’était pas un homme. Alors qu’était-il ? Le savait-il au moins ? Ou pour cela aussi était-il perdu ?

Néanmoins, son énervement paraissait aller decrescendo. Il avait probablement un certain seuil, un pic, et cela allait mieux désormais. Et voilà un énième coup qui s’abattit sur lui, un énième et dernier. Le brun se recula et Aki le laissa faire, voyant jusqu’où il comptait aller, mais ses lèvres se déposant sur les siennes une nouvelle fois fut réellement de trop. Il se défit rapidement de l’étreinte de son camarade, le repoussant sans ménager sa force, peu lui importait qu’Hiro se cogne quelque part ou tombe. Le blond passa le dos de sa main sur sa bouche qui saignait encore un peu, revenant vers son sôseiji.

« T’es pas un homme tu dis ? Alors me touche pas et évite de m’embrasser. Je déteste les femmes, elles me répugnent, déclara-t-il en revenant s’appuyer contre le balcon, et puis ouais, t’as peut-être raison tu sais. T’es qu’un bon à rien qui sait que gémir comme un gosse ou s’égosiller comme un porc qu’on égorge, poursuivit-il en fixant l’horizon devant lui, et si tu tiens tant à tes rêves que tu le prétends, vas-y jusqu’au bout. Idiot. », termina-t-il avant de tomber dans le silence.

Il se mit alors à songer que le jeune homme n’avait pas été de main morte pour le cogner. Evidemment, il avait connu bien pire au niveau de la douleur, aimant se battre dès qu’il en avait l’occasion, mais cette fois-ci semblait différente des autres. Il avait comme l’impression que le brun venait de toucher des parties vitales à son corps… C’était relativement étrange, mais ses blessures physiques lui étaient moins douloureuses que celles qu’il avait emmagasinées dans son esprit depuis toutes ces dernières années. Ou bien était-ce tout simplement à cause de tout ce que lui refoulait Hiro… Cela n’était pas impossible, car il n’avait jamais songé de la sorte.

Lui être une personne bien ? Hiro l’aimait bien ? Il n’en avait belle et bien rien à faire. La notion du bien et du mal, il y avait belle lurette qu’elle lui avait échappé et il ne s’en portait apparemment pas plus mal. Il savait qu’il y avait des règles, partout, à respecter ou non et cela s’arrêtait à ça. Les personnes biens se font rares et il n’en faisait certainement pas parti. Et puis, finalement, qu’est-ce qu’être une personne bien ? Cela différait pour chaque individu, n’est-ce pas ? Un peu comme les goûts et les couleurs. Et quant à se faire apprécier de son sôseiji, son objectif n’était pas focalisé là-dessus. Il souhaitait simplement trouver le meilleur terrain d’entente possible pour vivre une vie plus ou moins paisible ; du moins comment avait-il envie de vivre.

Il pensait se contrôler depuis quelques temps, savoir dans quel sens sa vie allait à présent, mais à ce moment-là, il se mit à douter de ce qu’il avait pu penser. Les temps étaient incertains sur cette île qui réservait de trop nombreuses surprises… S’était-il déjà préparé à être lié de la sorte avec une personne qu’il ne connaissait, au départ, pas le moins du monde ? Ah… Effectivement, en y revenant dessus, il avait peut-être oublié de le faire.

Ecrire des choses sur des cahiers n’avait peut-être pas servi à grand-chose, sinon à le soulager durant une période. Il doutait de la réussite de cette méthode désormais. Il n’avait plus écrit depuis plusieurs mois, et cela ne lui manquait pas. Il n’avait plus rien à dire à ces feuilles blanches qui s’étendaient sous ses yeux. Passer du temps à traîner sur l’île avec des connaissances douteuses lui suffisait et était apparemment un meilleur remède pour ne pas ressasser les années passées.

Un long soupir s’évada de ses lèvres blessées ; il avait besoin de se retrouver seul, mais non pas pour se poser et réfléchir sur tout ce qui était arrivé ce soir-là, juste pour dormir de longues heures en oubliant tout le reste. Une certaine forme de lâcheté en soit, mais il n’ignorait en rien que la réalité le rattraperait aussitôt réveillé et qu’il devrait bien finir par mettre tout ça au clair dans sa tête, dans sa tête et sans aucun doute avec le beau brun aussi. Plus tard cela lui convenait, mais pas maintenant. Il en avait assez et cela devait se terminer sur-le-champ.

Sans prévenir, il fit volte-face et saisit en deux-temps trois-mouvements le poignet de son camarade, le traînant sans ménagement à l’intérieur. Là il le lâcha, ramassant tout aussi rapidement ses affaires pour presque les lui jeter à la figure.

« Tu dégages maintenant, fous-moi la paix. J’ai besoin d’être seul. »

Le blond se laissa tomber sur son lit, autorisant un râle de douleur à s’échapper de sa gorge. Au final, peu lui importait si Hiro s’en allait ou pas, mais s’il restait, il n’avait pas intérêt à l’ouvrir une nouvelle fois sinon il n’hésiterait pas à réellement le mettre à la porte, à se montrer plus convainquant. Il n’avait pas envie dans l’optique de blesser davantage ce garçon fragile, sauf que cette faiblesse commençait vraiment à lui prendre la tête au petit blond. Un gamin qui se lamentait sur son triste sort, voilà l’image qu’il avait de lui et il n’avait aucune envie de jouer au parent. Il ne pensait pas qu’il soit quelqu’un de mauvais, bien au contraire, mais il ne supportait pas – plus ? – de le voir pleurnicher ainsi devant lui. S’il voulait faire cela, la porte de sortie lui était désormais grande ouverte et qu’il ne compte pas sur lui pour lui courir après.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://souseijinonoroi.forumactif.com/t177-murasaki-akihiro#2144 http://souseijinonoroi.forumactif.com/t203-murasaki-akihiro http://souseijinonoroi.forumactif.com/t179-murasaki-akihiro-a-kind-of-badboy
Kurokawa Hiroyuki
♠ Chiisana Karto ▬
小さな カート *Little Card

avatar

Messages : 26

MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   Mer 21 Nov 2012, 21:05

Bien évidemment qu'il était idiot, et qu'il ne cherchait pas vraiment à s'en sortir, mais il avait ses raisons. Il avait passé trop de temps à essayer de remonter la pente, et il n'y était pas arrivé. Seul, c'était beaucoup trop dur. Il avait tendu la main, et personne ne l'avait attrapé. En larmes, souillé, brisé, détruit, personne n'était venu à son secours, alors il était resté au fond de ce gouffre sans fin. Il avait appelé à l'aide, y avait perdu sa voix, et cela non-plus n'avait pas fonctionné. À bout de forces, il avait donc laissé tomber, et voici donc où il en était désormais.
Il aurait voulu pouvoir le dire à Aki, mais à quoi cela aurait-il servi ? Il ne l'aurait sûrement pas cru, alors il garda ses mots au fin fond de son être. Après tout, c'était entièrement de sa faute s'il avait arrêté, alors c'était à lui seul d'essayer de s'y remettre. Là, peut-être que s'il lui tendait la main, Aki l'attraperait. En y pensant, les larmes lui revinrent aux yeux, mais il les retint, et se contenta de continuer à regarder le ciel, tout en supportant les réactions de son souseiji, qui commençaient à affluer.
Il avait peur de ce qu'il allait lui dire. Il allait se faire jeter, il le pressentait.

En tout cas, il devait être content, Aki. Il avait réussi à l'énerver, et à obtenir ce qu'il voulait, ou du moins à peu près. Après tout, Hiroyuki l'avait juste frappé, et avait fini par lui dire ce qu'il pensait de ce qu'il était lui. Et ça, ça allait moins lui plaire, il en était persuadé, d'où le fait qu'il avait peur. Mais peu lui importait d'un certain côté... Il avait au moins pu passé du bon temps avec cet homme charmant.

Après le baiser, il se fit rapidement jeter, et par chance, il parvint à se rattraper à la rembarde. Les paroles d'Aki ne l'étonnèrent même pas, mais le frappèrent à nouveau de plein fouet. Il en perdit son équilibre, tant ses tremblements avaient repris brusquement. Ce qu'il venait de dire était la pure vérité, mais le Brun ne s'était pas attendu à l'entendre de cette manière. Pourtant, c'était tout Aki.
S'il était une femme... Était-il plus une femme qu'un homme ? Il regarda ses mains, et fixa un point imaginaire sur le sol.
Oui, c'était effectivement le cas, mais il avait toujours été ainsi. Il s'y était habitué, tout en restant à côté à peu près un homme. Mais un homme efféminé, renfermé sur lui-même, et très faible malgré tout. Qui pouvait-il ? Il voulait bien changer certaines choses, mais pourquoi devrait-il être un autre simplement pour une seule personne ? Il ne le voulait pas, alors ce n'était rien si le Blond ne voulait plus de lui. Ce n'était rien...

Aki s'était perdu dans ses pensées, comme lui dans les siennes, mais d'un coup, celui-ci l'attrapa par le bras et le ramena dans sa chambre. Il lui balança ses vêtements à la figure, et lui ordonna de partir. Partir maintenant, sans que rien ne soit réglé... Cela lui fit beaucoup de mal, mais comme à chaque fois, pour se rattraper de son égoïsme, il obéit bêtement. Il se rhabilla silencieusement, et s'en alla.
Dehors, il s'alluma une cigarette, et une fois bien assez loin de chez Aki, ses larmes coulèrent à nouveau à flots sur ses joues. Il traîna jusqu'à pas d'heure en ville, et rentra chez lui, pour finir par s'endormir dans son couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

[ XXX ] Solitude, souvenir, envie. [ Murasaki Akihiro ] : Terminé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Joker's Island ▬ ジョーカースアイランド :: 
Partie Nord ▬ Diamonds
 :: Plage de sable
-